Forum sur la musique classique
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  Connexion  

Partagez | 
 

 Arthur Honegger (1892-1955)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Icare
Admin


Nombre de messages : 10073
Age : 52
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Arthur Honegger (1892-1955)   Dim 18 Jan - 22:57

Je viens de me rendre compte que je n'ai pas encore évoqué son Quatuor à cordes n°3 en mi majeur. Pour les deux premiers, c'est normal puisque je ne les connais pas encore, mais le N°3, je l'ai déjà écouté plusieurs fois. J'avais même oublié à quel point il est bien, à quel point j'aime le côté tranché, incisif et presque violent du premier mouvement, à quel point le second contraste harmonieusement avec son adagio si émouvant, si raffiné, si fluide, à quel point le troisième et dernier mouvement me fascine par sa construction rythmique...un régal! Il n'y a pas à dire, Honegger me fascine finalement autant dans les mouvements lents que rapides, ce qui n'est pas toujours le cas avec d'autres compositeurs. L'oeuvre est interprétée par le Quatuor Parisii. J'ai tellement aimé ce quatuor que je l'ai écouté deux fois de suite. La Sonatine pour violon et violoncelle en mi mineur m'a également plu, bon un peu moins que le troisième quatuor mais suffisamment pour avoir eu aussi l'envie de l'écouter deux fois de suite. Cette sonatine a un caractère plus joyeux et plus léger dans l'ensemble même si l'Andante, le mouvement central, m'apparaît plus sérieux, teinté d'un zeste de gravité. Hymne pour dixtuor à cordes en si mineur révèle une musique d'une humeur plus sévère et tourmentée - j'en raffole! - une idée du désespoir ou une idée de la douleur musicalement transcendée, bref, une musique dramatique qui exprime la souffrance et me rend heureux...Elle aussi, je l'ai réécoutée deux fois de suite.
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin


Nombre de messages : 10073
Age : 52
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Arthur Honegger (1892-1955)   Lun 19 Jan - 18:07

J'ai poursuivi aujourd'hui l'écoute de sa musique de chambre en commençant par la Danse de la chèvre pour flûte seule, Trois contrepoints pour petite flûte, hautbois (ou cor anglais) violon et violoncelle, Introduction & danse pour harpe, flûte et trio à cordes, Prélude et postlude pour "L'ombre de la ravine" de J. M. Synge pour harpe, flûte et quatuor à cordes, Trois fragments extraits de "Les Pâcques à New York" de Blaise Cendrars pour baryton-basse et quatuor à cordes, Six poésies de Jean Cocteau pour baryton-basse, flûte et quatuor à cordes, Chanson de Ronsard pour baryton basse, flûte et quatuor à cordes et Trois Chansons pour baryton-basse et quatuor à cordes. J'ai bien aimé toutes ces oeuvres même la Danse de la chèvre pour flûte seule. L'oeuvre que j'ai préférée est sans hésiter Prélude et postlude pour "L'ombre de la ravine" de J. M. Synge pour harpe, flûte et quatuor à cordes. J'adore cette composition très lumineuse d'Arthur Honegger. Ce que j'aime un peu moins ce sont finalement ses pièces courtes avec baryton-basse.

Bientôt, je vais découvrir son oeuvre pour piano seul (qui m'était inédite jusque là) par Alain Raës.
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin


Nombre de messages : 10073
Age : 52
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Arthur Honegger (1892-1955)   Jeu 2 Avr - 18:46

Je commence à découvrir l'oeuvre pour piano d'Arthur Honegger et ça a débuté très fort avec Prélude, Arioso et Fughette sur le nom de B.A.C.H. qui m'a fasciné sur une durée de moins de cinq minutes. J'aime beaucoup la construction thématique de ce morceau. J'ai aussi aimé le bref Hommage à Albert Roussel et Souvenir de Chopin, puis Le Cahier Normand et Sept Pièces Brèves, la Sarabande, le Scenic-Railway...Pour tout dire, rien ne m'a déplu dans le piano d'Honegger même si ce qui m'a vraiment touché au coeur est le Prélude, Arioso et Fughette sur le nom de B.A.C.H.. Toccata et Variations m'a surtout plu, non pour ses passages les plus animés, mais bien plus par les passages les plus doux, les plus tendres, l'émotion comme interlude à la virtuosité...Me reste à découvrir Deux Esquisses, Trois Pièces comprenant un "Hommage à Ravel", Petite Pièce en sol, Petits Airs sur une basse célèbre, Scherzo, Humoreske et Adagio Espressivo, le tout sous les doigts inspirés du pianiste Alain Raës.

Voilà d'ailleurs le propos d'Alain Raës au sujet de la pièce pour piano qui m'a le plus touché lors de cette première série:

<<Prélude, Arioso et Fughette fut composé à Paris en 1932. Comme nombre de compositeurs (plus de vingt, dont Bach lui-même d'ailleurs), Arthur Honegger a été fasciné par le thème chromatique que constitue, en écriture musicale allemande, les quatre notes du nom de B.A.C.H. (si bémol, la, do, si bécarre). Il est ici, pour lui, le prétexte à trois pièces; tout d'abord un Prélude de forme binaire: dans la première partie, Honegger part de la cellule B.A.C.H., étalée sur deux octaves et la fait se transformer chromatiquement tout au long des douze degrés ascendants de la gamme, la deuxième partie étant le rétrograde, mesure par mesure, de la première. Cette même cellule B.A.C.H., en position ramassée, sert de transition entre ce Prélude et la seconde pièce, Arioso, qui voit se développer une arabesque aux inflexions très libres, rappelant le style des airs d'opéra et soutendue de bout en bout, selon le procédé de la passacaille, par le thème B.A.C.H., lui-même en valeurs longues. Sa construction générale est de forme ternaire, Honegger utilisant le balancement très classique: tonique, dominante, tonique. La réexposition de l'arabesque, d'ailleurs variée dans sa tessiture, se conclut par une courte cadence très brillante qui amène le dernier volet du triptyque, une Fughette, le thème B.A.C.H. étant cette fois étiré sur un intervalle de neuvième. Ce thème prolongé, constitue le sujet d'une fugue à deux voix (brève, mais admirablement construite) où l'on assiste, comme dans la fugue classique, à l'alternance: exposition, divertissement, réexposition à la sous-dominante, pédale mobile de dominante sur le thème B.A.C.H. transposé et strette, le tout concluant sur quatre accords énonçant très largement les notes du thème. >> Alain Raës.
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin


Nombre de messages : 10073
Age : 52
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Arthur Honegger (1892-1955)   Ven 3 Avr - 9:29

<<Me reste à découvrir Deux Esquisses, Trois Pièces comprenant un "Hommage à Ravel", Petite Pièce en sol, Petits Airs sur une basse célèbre, Scherzo, Humoreske et Adagio Espressivo, le tout sous les doigts inspirés du pianiste Alain Raës.>>

J'ai beaucoup aimé avec une préférence pour Hommage à Ravel, Petits Airs sur une basse célèbre, Humoreske et surtout Adagio Espressivo que j'ai trouvé magnifique et qui est pourtant une composition de jeunesse dont il est dit qu'elle ne préfigure pas encore les grandes oeuvres de la maturité. Comme l'écrit Alain Raës, elle laisse néanmoins, tout comme ses Humoreske & Scherzo qui sont également des oeuvres de jeunesse, transparaître quelques aspects qui resteront comme autant de preuves de la grande rigueur d'Arthur Honegger: rigueur de pensée, d'écriture et de conception, issue en droite ligne de ses maîtres spirituels avoués, Bach et Beethoven. Il n'y a pas à dire, cet Adagio Espressivo m'a vraiment apporté une très belle émotion.
Revenir en haut Aller en bas
joachim
Admin


Nombre de messages : 15592
Age : 70
Date d'inscription : 19/08/2006

MessageSujet: Re: Arthur Honegger (1892-1955)   Ven 3 Avr - 9:54

A voir le catalogue "H" d'Honegger, il semble que tu aies une quasi intégrale de l'oeuvre pour piano (manque apparemment La Neige sur Rome). Personnellement j'en ai écouté environ les deux tiers - qui ne m'ont pas particulièrement passionné Embarassed sauf les cinq petites pièces du Cahier Romand.

Je n'ai pas écouté les trois pièces H1 de 1910 (Scherzo, humoresque, adagio espressivo), je ne peux donc en juger, mais voici ce qu'en dit Guy Sacre dans son monumental "la musique pour piano, dictionnaire des compositeurs et des oeuvres" : "La première oeuvre pianistique d'Honegger remonte à ses 18 ans : Trois Pièces composées en 1910 et dédiées à Robert Charles Martin, son professeur d'harmonie au Havre. Ce sont un Scherzo en fa majeur, une Humoresque en mi majeur et un Adagio espressivo en ut mineur, où l'adolescent, qui a déjà bravement écrit deux opéras et un oratorio, met ses pas embarrassés dans ceux de Mendelssohn, ou de Grieg (le thème agreste de l'humoresque, sur la basse de quintes vides). On peut les oublier sans dommage".

Comme quoi les critiques ne correspondent pas au ressenti des amateurs. Si ça ressemble à du Mendelssohn, il est probable que j'aimerais aussi.
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin


Nombre de messages : 10073
Age : 52
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Arthur Honegger (1892-1955)   Ven 3 Avr - 10:26

<<Comme quoi les critiques ne correspondent pas au ressenti des amateurs.>>

L'avis de Guy Sacre n'engage que lui et s"il ne correspond pas à celui de l'amateur que je suis, il ne correspond pas non plus à celui du pianiste Alain Raës qui les a interprétées...A partir de là, tous les avis sont dans la nature...A vrai dire, Joachim, j'avais déjà lu cette critique peu élogieuse quelque-part et j'avoue n'en avoir pas vraiment tenu compte. Embarassed Personnellement, j'aime beaucoup son Prélude, Arioso et Fughette sur le nom de B.A.C.H. et j'aime assez bien les autres pièces de ce disque. Si le Scherzo ne me fait pas vraiment d'effet en lui-même, j'ai aimé la spontanéité de son Humoreske, son côté espiègle, et j'avoue être très sensible à la beauté juvénile et bien réelle de son Adagio Espressivo. C'est ainsi. Après, je ne place bien sûr pas toutes ces pièces au même niveau mais disons qu'il y en a quelques-unes qui m'ont fait un bel effet alors que les autres m'ont surtout été plaisantes dans leur ensemble. Puis, il s'agit aussi d'une première écoute et donc d'un premier ressenti. En même temps, le fait d'avoir apprécié ces musiques ne m'a jamais fait penser que je tenais là le meilleur de Honegger, ni du meilleur dans l'histoire du piano.  Honegger fait partie des compositeurs de l'ère moderne que je connais le mieux et je sais où se situa sa grande force. Ses pièces pour piano sont peut-être des bluettes, mais voilà, ces bluettes me touchent, me plaisent, c'est là l'essentiel.Very Happy Donc, à partir de là, j'ai plutôt bien fait de ne pas tenir compte de l'avis de Guy Sacre. Wink
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin


Nombre de messages : 10073
Age : 52
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Arthur Honegger (1892-1955)   Mar 16 Juin - 22:40

Icare a écrit:

Je pouvais difficilement consacrer un cycle aux compositeurs suisses sans évoquer l'un des plus prestigieux d'entre eux, Arthur Honegger, et cela par une série d'oeuvres pour orchestre sous la direction avisée de Marius Constant:

__Prélude, Fugue et Postlude.
__Monopartita
__Prélude pour "La Tempête" de William Shakespeare
__Les Ombres, tiré de Napoléon d'Abel Gance
__Le Chant de Nigamon
__Prélude pour la "Phaedre" de Gabriele D'Annunzio

Toujours cette écriture symphonique qui me touche beaucoup chez Honegger.  

J'aime toutes ces oeuvres qui évoquent avec d'autres non retenues dans cette liste le grand symphoniste que fut Arthur Honegger. Cette fois, mon oreille s'est plus particulièrement arrêtée sur le magnifique troisième mouvement "Mort de Phaedre" du Prélude pour la "Phaedre" de Gabriele d'Annunzio qui est paradoxalement le moins symphonique de tous. Quelle sublime construction, avec cette irrésistible entrée des cordes dans une tonalité très spéciale que l'on pourrait qualifier de lumière blanche et ce violon solo qui pourrait très bien être l'âme de Phaedre. Onirique et si spirituel. J'adore saisir ces instants musicaux qui me transportent au-dessus du monde matériel, vers le Haut, le Firmament, quelque chose du genre.
Revenir en haut Aller en bas
joachim
Admin


Nombre de messages : 15592
Age : 70
Date d'inscription : 19/08/2006

MessageSujet: Re: Arthur Honegger (1892-1955)   Dim 10 Jan - 19:14

Icare a écrit:

Je me suis régalé aujourd'hui à l'écoute de JEANNE D'ARC AU BÛCHER. J'essaierai de recopier ici un texte concernant ce chef-d'oeuvre d'honegger. J'ai pleuré comme un enfant en l'écoutant. La musique est vraiment superbe et j'ai aimé l'usage ponctuel des ondes Martenot. L'avant-dernier et dernier mouvements m'ont véritablement fait fondre et j'adore le caractère insouciant de la musique à l'entrée du procès, comme si cette musique vaguement ironique était l'esprit de la jeune femme qui se moquait de ses juges. exquis!      

Il y a au moins 20 ans que je ne l'avais plus écouté !

Je n'ai pas pleuré comme un enfant Laughing  mais c'est vrai que la musique est belle, avec quand même un petit reproche : il y a trop de récitations, même s'ils sont accompagnés en musique (comme dans un mélodrame), je préférerais du chant ou bien même des passages uniquement orchestraux. Mais ce n'est qu'un détail : j'aime bien Very Happy

Le CD que j'ai écouté :

Revenir en haut Aller en bas
Jean



Nombre de messages : 6301
Age : 73
Date d'inscription : 14/05/2007

MessageSujet: Re: Arthur Honegger (1892-1955)   Dim 10 Jan - 19:27

Honte à moi! je ne connais pas...mais je vais m'y mettre après vos réactions! Wink
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin


Nombre de messages : 10073
Age : 52
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Arthur Honegger (1892-1955)   Dim 10 Jan - 19:42

joachim a écrit:
Icare a écrit:

Je me suis régalé aujourd'hui à l'écoute de JEANNE D'ARC AU BÛCHER. J'essaierai de recopier ici un texte concernant ce chef-d'oeuvre d'honegger. J'ai pleuré comme un enfant en l'écoutant. La musique est vraiment superbe et j'ai aimé l'usage ponctuel des ondes Martenot. L'avant-dernier et dernier mouvements m'ont véritablement fait fondre et j'adore le caractère insouciant de la musique à l'entrée du procès, comme si cette musique vaguement ironique était l'esprit de la jeune femme qui se moquait de ses juges. exquis!      

Il y a au moins 20 ans que je ne l'avais plus écouté !

Je n'ai pas pleuré comme un enfant Laughing

Je suis un éternel enfant et je suis très très sensible à la musique d'Arthur Honegger...Pourquoi parmi les grands compositeurs, il y a ceux qui nous touchent plus profondément que d'autres et plus silmutanément? Y a-t-il une réponse rationnelle à cela?
Revenir en haut Aller en bas
joachim
Admin


Nombre de messages : 15592
Age : 70
Date d'inscription : 19/08/2006

MessageSujet: Re: Arthur Honegger (1892-1955)   Dim 10 Jan - 19:54

Icare a écrit:


Je suis un éternel enfant et je suis très très sensible à la musique d'Arthur Honegger...Pourquoi parmi les grands compositeurs, il y a ceux qui nous touchent plus profondément que d'autres et plus silmutanément? Y a-t-il une réponse rationnelle à cela?

Je n'ai pas d'explication. Question de sensibilité sans doute  

Il y a aussi chez moi certaines oeuvres qui me font pleurer, pas beaucoup, peut-être une quinzaine... mais rien d'Honegger...
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin


Nombre de messages : 10073
Age : 52
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Arthur Honegger (1892-1955)   Dim 12 Juin - 22:38

Il y a longtemps que je n'avais pas écouté une oeuvre d'Arthur Honegger. Je m'en étonne moi-même car c'est un compositeur sur lequel je reviens régulièrement et de qui je possède un grand nombre d'oeuvres! Comme chacun a pu se rendre compte ici, je suis un grand fan d'Honegger, suis particulièrement sensible à sa musique, qu'elle soit vocale, symphonique, concertante ou pour quelques instruments. Ce soir, j'ai privilégié sa musique de chambre. En général, lorsque je ressors de son étagère le cd qui réunit ses compositions pour violoncelle, j'ai la fâcheuse tendance de focaliser sur son Concerto pour violoncelle et orchestre que j'adore, un peu, je l'avoue, au détriment des trois autres opus qui complètent l'album; la Sonate pour violoncelle et piano de 1920, la Sonatine pour violoncelle et piano, composée entre 1921 et 1922 et la Sonatine pour violon et violoncelle de 1932. Ce soir, j'ai justement décidé de mettre le concerto de côté et de me concentrer exclusivement sur les trois sonates. J'ai vécu un véritable coup de foudre avec la sonate de 1920. J'avais l'impression de l'écouter pour la première fois. Les trois mouvements me fascinent. Le premier m'est apparu comme une musique intense et désespérée. Je suis moins émotionnellement marqué par les deux autres oeuvres même si j'aime bien l'association en duo du violon et du violoncelle, mais bon...Très heureux d'y être revenu.
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin


Nombre de messages : 10073
Age : 52
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Arthur Honegger (1892-1955)   Jeu 13 Oct - 18:01

Icare a écrit:
Aujourd'hui,c'est avec ses Sonates 0,1,2 pour violon et piano que je viens de passer un agréable moment. Il est vraiment conseillé de se replonger dans une oeuvre alors que la première écoute m'avait en fait laissé une impression un peu mitigée. Cette fois,j'ai vraiment adhéré. J'ai particulièrement aimé l'écriture du violon qui joue le plus souvent dans les aigus et même à un moment donné...je ne sais déjà plus si c'est dans la première ou seconde sonate...dans les suraigus: Exquis! La Sonate 0 semble la plus française des trois,entre peut-être Fauré,Franck et Roussel,mais,en tant qu'oeuvre de jeunesse,dessine déjà le propre style d'Honegger.

Interprètes: Ulf Wallin au violon et Patricia Pagny au piano.

Décidément, elles sont adorables ces pièces pour violon et piano. Je les apprécie de plus en plus: "Violoniste lui-même, Arthur Honegger a assuré la plupart des créations pour cet instrument. Les trois grandes sonates (en ré mineur, H.17 & H.24) revêtent donc une importance toute particulière. Elles dévoilent, en outre, par la diversités des chemins qu'elles explorent, les nombreuses facettes de ce compositeur tiraillé entre deux cultures." Patricia Pagny.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Arthur Honegger (1892-1955)   Aujourd'hui à 8:59

Revenir en haut Aller en bas
 
Arthur Honegger (1892-1955)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Toutes les musiques du monde :: Musique classique :: Les compositeurs-
Sauter vers: