Forum sur la musique classique
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Le Deal du moment :
Forfait Sosh Série limitée : 40 Go pour ...
Voir le deal
9.99 €

 

 Discussions autour du basson

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Icare
Admin
Icare

Nombre de messages : 15414
Age : 57
Date d'inscription : 13/11/2009

Discussions autour du basson Empty
MessageSujet: Discussions autour du basson   Discussions autour du basson Empty2021-01-02, 22:34


Le basson par Icare:

Le basson est un instrument que j'adore et je l'adore depuis longtemps. C'est probablement Ennio Morricone qui, le premier, par certaines de ses musiques de films, m'a fait connaître la superbe voix du basson. Je ne me souviens plus pour le moment de titres en particulier, au moins un où le basson est bien mis en valeur et que j'aurais pu intégrer en ouverture de mon cycle. Il avait bien composé en 1981 pour le concert une oeuvre pour cinq bassons et deux contrebassons intitulée Totem Secondo que je connaissais et appréciais depuis l'ère du 33 tours mais qui n'a jamais été rééditée en compact, du moins pas encore. J'aimais bien la poétique de cette musique. Le compositeur qui a composé le plus grand nombre de pièces pour le basson est très probablement Antonio Vivaldi à qui on attribue pas moins de 37 concertos, plus deux autres qui seraient restés incomplets. Wolfgang Amadeus Mozart en aurait composé seulement quatre, mais, malheureusement pour les aficionados, trois n'auraient jamais été retrouvés. Le seul que l'on a à disposition est le Concerto en si bémol majeur, K. 191. Karl Stamitz qui m'a récemment séduit avec l'un de ses concertos pour piano, a dédié trois concertos au basson et Sir Edward Elgar une Romance en 1910. je pourrais également citer Johann Christian Bach, Johann Nepomuk Hummel, voire Alessandro Rolla, mais je ne connais pas encore tous ces concertos car, bien que j'adore cet instrument, je n'ai jamais fait de grande recherche à son attention. Parmi les 37 concertos de Vivaldi, j'ai du en écouter un ou deux à une époque. C'est sans doute ceux-là que je privilégierai en priorité. lorsque j'ai fait des recherches dans ma vaste cédéthèque pour réaliser ce cycle, je pensais avoir davantage d'oeuvres pour basson et je fus surpris que toutes celles qui occupent mes étagères appartiennent au vingtième siècle. Je choisirai donc, sur la Toile ou parmi les propositions qui me seront faites ici, trois/quatre concertos: deux de la période baroque, un de la période classique et un de la période romantique.

Tiens! Je ne savais même pas que Gioacchino Rossini en avait composé un! Embarassed

Concerto pour Bassoon et Orchestre ("Concerto Da Esperimento" Ca. 1845):
Soliste: Sergio Azzolini.

https://www.youtube.com/watch?v=6XoA8yFsuUo




Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
Icare

Nombre de messages : 15414
Age : 57
Date d'inscription : 13/11/2009

Discussions autour du basson Empty
MessageSujet: Re: Discussions autour du basson   Discussions autour du basson Empty2021-01-03, 09:06

Marcel Landowski & André Jolivet:

L'un des moments qui me reste le plus en mémoire après l'écoute du Concerto pour basson de Marcel Landowski est le dialogue tranquille entre le basson et l'alto au début du second mouvement. Ce dialogue très consensuel entre les deux instruments a quelque-chose qui m'est très émouvant, non pas que l'allegro d'ouverture et le presto final me laissent indifférent, bien au contraire! Ils ont leur charme propre, jouant avec beaucoup de virtuosité de la sonorité goguenarde du basson. Pour la petite histoire, le concerto de Landowski a apparemment vu le jour dans le courant de l'année 1957 et fut joué en public pour la première fois en juin 1958 à Paris par Maurice Allard et l'Orchestre de la R.T.F. sous la direction d'André Girard. Ce n'est évidemment pas cette interprétation-là que j'ai écoutée, mais la version pour orchestre à cordes qui a été réalisée à la demande de l'Ensemble Orchestral "Harmonia Nova", avec Gilbert Audin comme soliste et placé sous la direction de Didier Bouture. C'est un concerto pour basson que je connais depuis très longtemps maintenant et qui fait partie d'un très beau coffret entièrement consacré à Marcel Landowski. Je l'écoute généralement à la suite de son Concerto pour ondes Martenot, sauf hier-soir où je l'ai écouté seul, juste avant de me remettre celui d'André Jolivet.

Maurice Allard: éléments biographiques (source Wikipédia):

<<Maurice-François Allard (1923-2004) est un bassoniste et compositeur français. Né le 25 mai 1923 à Sin-le-Noble1 (Nord), Maurice Allard est le neveu de Raymond Allard, basson solo de l'orchestre symphonique de Boston (arrivé avec Pierre Monteux qui réorganise l'orchestre de 1919 à 1924 en lui donnant un son "français"). Il étudie le basson au conservatoire de Douai puis au conservatoire de Paris où il obtient un second prix en 1939, puis le premier prix en 1940 dans la classe de Gustave Dhérin avec le Concerto pour basson de Mozart (...) On lui doit beaucoup dans l'évolution et le renouveau du basson français, en ouvrant la voie à un rapprochement entre le basson français et le basson allemand à l'origine très différents. Le poste privilégié de professeur au Conservatoire de Paris a permis à Maurice Allard de former un grand nombre de bassonistes, tels Pascal Gallois, Régis Poulain, Frédéric Baron ou encore (Gilbert Audin lequel j'aurai donc découvert au travers du concerto de Marcel Landowski).>>

Discussions autour du basson Mini Gilbert Audin.

les talents de Maurice Allard, je les apprécie surtout par le biais du Concerto pour basson, orchestre à cordes, harpe et piano (1954) d'André Jolivet que j'écoute en général, lui aussi, juste après son Concerto pour ondes Martenot et orchestre qui fut composé sept ans auparavant. C'est un concerto pour basson que je préfère à celui de Marcel Landowski, malgré une prise de son plus ancienne. Une fois encore, je trouve que le basson et les cordes se marient à merveille dans une lutte de pouvoir qui n'en est d'ailleurs pas une. J'aime beaucoup ce qu'en dit François Laurent (2005) en une phrase qui le résume parfaitement: <<Il s'agit moins sans doute d'un corps à corps du virtuose et de l'orchestre, que d'une aventure partagée entre l'exploration et la méditation où "le rythme est le débit du lyrisme.">> Je trouve en tout cas que ce concerto d'André Jolivet bénéficie d'une belle modernité de ton. En plus de la personnalité du basson qui s'y exprime pleinement, j'adore les interventions vives du piano et de la harpe. Par l'Orchestre des "Cento Soli" sous la direction de Rudolf Albert.


Dernière édition par Icare le 2021-01-03, 09:12, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
Icare

Nombre de messages : 15414
Age : 57
Date d'inscription : 13/11/2009

Discussions autour du basson Empty
MessageSujet: Re: Discussions autour du basson   Discussions autour du basson Empty2021-01-03, 09:08

Antonio Vivaldi: Concerto en mi mineur pour basson, RV 484 - "Ospedale della Pietà"

https://www.youtube.com/watch?v=xidC7TZRxkA


Klaudia Abramczuk: basson
Marta Kluczyńska:  direction
Revenir en haut Aller en bas
Jean

Jean

Nombre de messages : 7718
Age : 78
Date d'inscription : 14/05/2007

Discussions autour du basson Empty
MessageSujet: Re: Discussions autour du basson   Discussions autour du basson Empty2021-01-03, 09:35

j'aime aussi beaucoup le basson!!
Mais je me rend compte que le seul nom de bassoniste que je connaisse est Paul Hongne , décédé en 1982 (à 62 ans Crying or Very sad ) et qui était pour le basson comme Maurice André pour la trompette ou Jean Pierre Rampal pour la flûte! Discussions autour du basson Icon_con
Revenir en haut Aller en bas
laudec

laudec

Nombre de messages : 5668
Age : 69
Date d'inscription : 25/02/2013

Discussions autour du basson Empty
MessageSujet: Re: Discussions autour du basson   Discussions autour du basson Empty2021-01-03, 09:57

J'aime beaucoup aussi la voix du basson que je connais assez peu aussi malgré que mon prof de formation musicale en jouait et nous en parlait régulièrement...
Les femmes à l'honneur dans le Concerto de Vivaldi Discussions autour du basson 185465

Je viens de découvrir par hasard ce Concerto pour basson et orchestre de Hummel avec Mathis Kaspar Stier au basson, la
Komorní filharmonií Pardubic et Marko Ivanovič comme chef. A Prague en 2014.


https://youtu.be/OvtRg1DQO7g
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
Icare

Nombre de messages : 15414
Age : 57
Date d'inscription : 13/11/2009

Discussions autour du basson Empty
MessageSujet: Bellafronte/Hindemith   Discussions autour du basson Empty2021-01-03, 11:17

Raffaele Bellafronte & Paul Hindemith:

L'avantage de ce type de cycle c'est qu'il me permet d'extraire d'un album de 60 à 70 minutes une oeuvre en particulier et de l'écouter isolément. Parce qu'en général, lorsque je ressors un disque de mes étagères, c'est pour l'écouter dans son intégralité. J'ai donc pu accorder toute mon attention à Zeit (2006), concerto pour basson et orchestre à cordes de Raffaele Bellafronte en trois mouvements, par Patrick De Ritis et le "Wierner Concert-Verein" sous la direction de Dirk Vermeulen. Si je me fie à mes premières impressions, j'avais déjà fortement apprécié la truculence et le mordant de ce concerto, avec une prédilection pour le second mouvement, à peine moins long que le premier qui atteint presque les huit minutes, le troisième étant le plus court et sans doute le plus frénétique. Dans cette oeuvre, comme dans celle de Landowski et de Jolivet, j'adore la relation presque fusionnelle entre le soliste et les cordes, sauf que dans le concerto de Bellafronte, cette relation m'apparaît encore plus percutante, plus incisive: ah, les scansions des cordes et les élucubrations un basson énergique qui stimulent tout mon être, que je ressens aussi intellectuellement que physiquement en fin de compte. Bien que l'on ne peut douter de sa période d'appartenance, il a à la fois la tonicité et la concision de certaines pièces baroques que j'affectionne en particulier, un côté carré et rigoureux qui semble s'exprimer avec une précision chronométrée. J'en ressors à chaque fois revigoré.

Discussions autour du basson De_ritis_patrick Patrick De Ritis

Paul Hindemith est avec Gian Francesco Malipiero le compositeur que j'aurai le plus approfondi au cours de l'année 202O, initiative que je ne regrette absolument pas. J'ai tellement bien fait de suivre mon intuition, autant pour Malipiero que pour Hindemith. Je ne veux pas dire que ce fut ma situation exceptionnelle, avec ce supplément de disponibilité, qui m'en offrit l'opportunité car je les aurais approfondis de toute manière. Je suis donc content de démarrer cette nouvelle année avec Paul Hindemith, par le biais de son Concerto pour trompette, basson et orchestre à cordes (1949) en trois mouvements, par Reinhold Friedrich (trompette), Carsten Wilkening (basson) et le "Radio-Sinfonie-Orchester Frankfurt" sous la direction de Werner Andreas Albert. Comme les trois autres concertos que j'ai réécoutés avant, l'orchestre n'est constitué que de cordes. Que pouvais-je rêver de mieux qu'un concerto qui réunit la trompette, le basson et les cordes? Si les cordes demeurent depuis toujours ma formation instrumentale de prédilection, j'ai toujours été très sensible à la trompette et au basson solos, sachant, pour l'anecdote, que j'avais commencé par aimer ces deux instruments dans la musique de film. L'association trompette/basson comme solistes n'est pas si courante dans une oeuvre musicale, notamment dans un concerto. On peut dire que les timbres respectifs du basson et de la trompette s'y conjuguent ou s'y confrontent habilement. J'aime toujours autant le thème lancinant du premier mouvement et le caractère nettement plus dramatique du second. J'ai été jusqu'au bout séduit par le jeu des deux solistes, ému par la souple confrontation pleine de fraîcheur de ces deux instruments à la sonorité bien distincte.


Dernière édition par Icare le 2021-01-03, 11:21, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
Icare

Nombre de messages : 15414
Age : 57
Date d'inscription : 13/11/2009

Discussions autour du basson Empty
MessageSujet: Re: Discussions autour du basson   Discussions autour du basson Empty2021-01-03, 11:20


Alessandro Rolla: Concerto pour basson et orchestre - Basson: Paolo Carlini:

https://www.youtube.com/watch?v=ev18_ZUDoK4


"Orchestra Accademia I Filarmonici"
Direction: Marco Zuccarini
Revenir en haut Aller en bas
joachim
Admin
joachim

Nombre de messages : 22502
Age : 75
Date d'inscription : 19/08/2006

Discussions autour du basson Empty
MessageSujet: Re: Discussions autour du basson   Discussions autour du basson Empty2021-01-03, 13:30

Le répertoire du basson est beaucoup moins limité que celui du trombone, et à fortiori du tuba ! Au point de vue concertos, c'est chez les Romantiques qu'on en trouve le moins, celui de Hummel étant l'un des rares.

Je voudrais en revenir à Michael Haydn, et à ses sérénades qui comportent très souvent des concertinos pour soliste, parmi lesquelles au moins deux qui comprennent un basson soliste.

En voici un, qui provient de la sérénade en si bémol majeur MH 133, et dont il a aussi prélevé quatre mouvements pour en faire la symphonie n° 13 P 52 :



https://www.youtube.com/watch?v=XWnxW4OTFGg


Il y a aussi le 2ème mouvement, andante, qui provient d'une sérénade dont là aussi, des mouvements ont donné la symphonie n° 8 MH 69 ou P 38

https://www.youtube.com/watch?v=4Ep4hsLMRBQ

Je n'ai pas le mouvement détaché, alors voir à 9'05 de la symphonie, cet andante avec un magnifique basson soliste.


Dernière édition par joachim le 2021-01-03, 19:21, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
Icare

Nombre de messages : 15414
Age : 57
Date d'inscription : 13/11/2009

Discussions autour du basson Empty
MessageSujet: Schneider/Frost   Discussions autour du basson Empty2021-01-03, 19:00

Cet après-midi, j'ai réécouté deux oeuvres très tonales et lyriques, tout d'abord Ein ewig Rätsel will ich bleiben - Ein Ludwig II-Epitaph, un concerto pour cor anglais, cordes et basson, en trois mouvements de Enjott Schneider, compositeur qui m'aura occupé pas mal d'heures d'écoutes au cours de l'année 2020, et le Concerto pour basson et orchestre en trois mouvements de Stephen Frost, un compositeur anglais que j'avais découvert vers la toute fin des années 1990 et n'ai jusqu'ici abordé qu'au travers de trois oeuvres. Je n'ai jamais eu l'occasion ni persévéré dans son corpus sans aucune raison valable, si ce n'est peut-être que les albums n'ont jamais couru les bacs, car il y a deux oeuvres que j'ai toujours aimées de lui, The Lesson pour voix et orchestre et justement le Concerto pour basson que j'apprécie toujours dans une même interprétation, celle de Sigyn Birkeland et du "Bournemouth Symphony Orchestra" sous la baguette de Tony Harrison. J'avais écrit précédemment que je retenais plus particulièrement le magnifique second mouvement qui est sans aucun doute le point culminant du concerto. Il y a d'abord cette douce et irrésistible mélodie par un basson rêveur et nonchalant - il me fait beaucoup d'effet -  puis il y a ce thème mélodique plus marquant encore qui a le tempérament d'un super générique de film. Et comme il a un léger caractère inquiétant, pourrait-il être un super générique de thriller ou de film fantastique. Pas question non plus de négliger les deux mouvements extrêmes, surtout le premier, très enlevé et pétillant qui, dans le style, m'évoque un peu Jean-Philippe Vanbeselaere. Les formes sont éclatantes, le basson fanfaronnant par sa personnalité goguenarde, le jazz jamais très loin des rythmes qui secouent l'ensemble, le concerto de Stephen Frost cède généreusement aux voies d'un lyrisme moderne et décomplexé.

<<Sigyn Birkeland fut la principale bassoniste de l'Orchestre de la Radio Norvégienne entre 1992 et 2008. Avant, elle fut membre de  l'Orchestre Symphonique de Trondheim. Elle est une soliste active qui porte un intérêt particulier pour les nouvelles oeuvres et l'élargissement du répertoire du basson. Nombreux sont les compositeurs lui ont dédiée de nouvelles créations. Elle a notamment réalisé les premiers enregistrements mondiaux du concerto pour basson de Stephen Frost et Agnus Dei d'Egil Hovland pour basson et choeur mixte avec le Chœur de la cathédrale d'Oslo.>>

Discussions autour du basson Oo5OIr7ARsucaVvyS1go1y4BPYnXlt5PeVCs9JGX_ELEJsGZYXebc4aaB0XoZU7qoBg1e0wIP08K_o7dP0ukOusdQOswLmOdJCqkhMCZy-M

<<Ein ewig Rätsel will ich bleiben - Ein Ludwig II-Epitaph a été composé pour le 125e anniversaire de la mort du roi des contes de fées de Bavière et a été créé le jour exact du 13 juin 2011 au château de Neuschwanstein, avec Christoph Hartmann comme soliste. La pièce combine les idiomes de Richard Wagner avec un style narratif musical libre, de sorte que l'auditeur ne sait souvent pas s'il s'agit «toujours de Wagner ou déjà de Schneider». Le cor anglais - l'incarnation sombre du hautbois - était à l'époque romantique (du "Tristan déclinant" de Wagner au "Cygne de Tuonela" de Sibelius) la couleur sonore de la mort et du désir érotique. Quoi de plus approprié pour l'anniversaire de la mort de ce roi éternellement désireux et romantiquement ambivalent qu'un concerto pour cor anglais? Le premier mouvement est basé sur les mots «si beau et si fougueux, si émouvant et grandiose» avec lesquels Wagner en 1864 caractérisait son patron royal, et offre des motifs wagnériens bien connus qui rivalisent pour la «beauté» et la «noblesse». Le deuxième mouvement décrit la magie d'un château médiéval en utilisant des motifs du Parsifal de Wagner, car Ludwig a toujours imaginé Neuschwanstein comme une forteresse du Saint Graal où, au-dessus du monde, l'humanité serait rachetée par la liberté de la pureté artistique. La finale est agitée, très émouvante et se termine par un chant - une fin appropriée pour une épitaphe à Ludwig, un monument funéraire, un éloge funèbre.>> Enjott Schneider.

Le compositeur n'explique pas la raison de l'emploi du basson dans cette oeuvre, pourtant, à chaque nouvelle écoute, je remarque autant sa présence, par Gottfried Pokorny, que celle du cor anglais (Christoph Hartmann), j'en apprécie les lumineux échanges dans un complexe musical tonal et lyrique de très bonne facture. Pokorny et Hartmann ne jouent pratiquement jamais à l'unisson sauf à de rares moments, plutôt l'un en réponse de l'autre, sans que le basson soit dans l'ombre du cor anglais, davantage une nuance faussement impromptue de celui-ci.


Dernière édition par Icare le 2021-01-03, 20:04, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
Icare

Nombre de messages : 15414
Age : 57
Date d'inscription : 13/11/2009

Discussions autour du basson Empty
MessageSujet: Re: Discussions autour du basson   Discussions autour du basson Empty2021-01-03, 19:04


Antonio Vivaldi: Concerto pour basson en la mineur RV 498:

https://www.youtube.com/watch?v=KOd3Q8CjQOY


Le bassoniste est Christian FARSCHON.
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
Icare

Nombre de messages : 15414
Age : 57
Date d'inscription : 13/11/2009

Discussions autour du basson Empty
MessageSujet: Weber   Discussions autour du basson Empty2021-01-04, 08:18

Parmi les concertos pour basson de la période dite Romantique, j'ai choisi le Concerto en Fa majeur, opus 75 de Carl Maria von Weber par Sergio Azzolini et l'Orchestre de Chambre de Lausanne sous la direction de Christian Zacharias. Pourquoi celui-ci? Parce que j'aime déjà beaucoup mon album de clarinette et que je me suis dit que Carl Maria von Weber pouvait également s'avérer être un bon compositeur pour le basson. Et, ma foi, il est vrai que je lui trouve un certain charme et de l'élégance, et même une forme de fantaisie. C'est, je pense, le premier mouvement qui m'a le plus intéressé , surtout à partir de l'entrée du basson avec lequel un discret effet rythmique m'a même amusé, puis vient le second qui n'est pas mal non plus. Le troisième mouvement est sans doute celui qui m'a le moins charmé. Le thème mélodique autour duquel s'articule le premier mouvement a quelque-chose de très attractif lorsqu'il est porté par la belle sonorité du basson.

<<Le bassoniste italien Sergio Azzolini a étudié de 1978 à 1985 au Conservatoire de Musique "Claudio Monteverdi" à Bolzano, sous les conseils de Romano Santi. A partir de 1989, il étudie auprès de Klaus Thunemann à l’"Advanced School of Music" de Hanovre. Il est alors basson solo du "European Community Youth Orchestra". Il a reçu de nombreuses récompenses lors de concours internationaux, notamment à Prague, Belgrade, Martigny, Bonn ou Munich. Le label EMI lui fait confiance à l’occasion de plusieurs enregistrements de musique de chambre.>>

https://www.youtube.com/watch?v=TQny4biWHgE
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
Icare

Nombre de messages : 15414
Age : 57
Date d'inscription : 13/11/2009

Discussions autour du basson Empty
MessageSujet: Gramatté/Hétu   Discussions autour du basson Empty2021-01-04, 11:54

Sophie-Carmen Eckhardt-Gramatté (1899-1974) est une compositrice canadienne que je ne connais qu'au travers d'une seule oeuvre et il se trouve qu'il s'agit justement de son Concerto pour Basson et Orchestre qui a été composé dans le courant de l'année 1950. Celui-ci se compose de trois mouvements dont les titres sont écrits en allemand: "Entschieden, rhythmisch/Ausdrucksvoll, ohne zu schleppen/Entschieden, rhythmisch" pour une durée totale qui excède de peu les quatorze minutes. Il est interprété par le bassoniste Vincent Ellin et le "Manitoba Chamber Orchestra" sous  la direction de Simon Streatfeild. C'est marrant de voir comment les impressions évoluent ou n'évoluent pas au fil du temps, ou plutôt au fil des écoutes. Voilà ce que j'avais écrit à propos de ce concerto en 2012, ça tient en une phrase: <<J'ai réécouté son concerto pour basson hier et, ma foi, c'est une pièce concertante agréable qui se suit d'un bout à l'autre sans déplaisir mais sans fascination non plus.>> En même temps, ce n'est pas une oeuvre que j'ai souvent réécoutée, elle se situe en sandwich entre un concerto pour violon d'Andrew P. MacDonald et une pièce orchestrale de Michael Matthews que je n'ai encore jamais évoqués sur ce forum. Mes impressions au sujet du concerto pour basson de Eckhardt-Gramatté n'ont en fait pas beaucoup évolué - "sans déplaisir mais sans fascination non plus" - elles se sont juste affinées favorablement grâce à un premier mouvement radieux et judicieusement orchestré: j'aime bien l'apport des instruments à vent autour du basson. Dans le second mouvement, c'est une tendresse qui s'établit entre le soliste et des cordes assez soyeuses, avec la percée bien venue de la flûte solo. Il en ressort un concerto attachant et ce n'est déjà pas si mal.

<<Le bassoniste émérite Vincent Ellin a remporté le poste principal de l'Orchestre symphonique de Winnipeg à l'âge de 22 ans. Depuis son arrivée au Canada, il fait partie intégrante de la communauté musicale, à la fois comme musicien d'orchestre et comme soliste et chambriste. Il s'est produit en tant que soliste avec l'Orchestre symphonique de Winnipeg, l'Orchestre de chambre du Manitoba, CBC Winnipeg et Music Baroque Orchestra. Invité par la "Dutch Double Reed Society", il a interprété un cycle de pièces de Nikos Skalkottas à Rotterdam avec des musiciens d'Amsterdam et de Paris. Il est passionné de musique de chambre qui a travaillé avec tous les grands groupes de musique de chambre de Winnipeg, y compris la "Winnipeg Chamber Music Society", "Music Inter Alia", "Aurora Musicale" et d'autres. Ses études l'ont conduit à Boston, New York et Vienne.>>

Jacques Hétu est un compositeur que je n'aborde à chaque fois que par la forme concertante; quatre concertos, un pour le piano, un pour la flûte, un pour la clarinette et un pour basson qui est évidemment celui que j'ai réécouté ce matin. Et, contrairement à celui de Eckhardt-Gramatté, l'effet qu'il me procure est de plus en plus saisissant. Terminé en 1979, le Concerto pour basson opus 31 de Jacques Hétu fut créé l'année suivante à Montréal par le bassoniste George Zukerman, commanditaire et dédicataire de l'oeuvre, et l'Orchestre de Radio-Canada à Montréal dirigé par Jacques Beaudry. Le compositeur nous précise que les trois mouvements du concerto - "Introduction/Elégie/Finale" - sont construits à partir d'une cellule de quatre notes entendues au tout début. Je pense ne l'avoir encore jamais autant apprécié qu'aujourd'hui. Jusqu'alors je le considérais comme un bon concerto, à la rigueur un très bon concerto. Désormais, il a gagné quelques marches dans mon panthéon personnel des meilleurs concertos pour basson, grâce à la magnifique élégie centrale qui se développe et s'achève merveilleusement bien, sur une durée qui avoisine les dix minutes: c'est aussi le plus long des trois mouvements. Le Finale se jette à deux reprises dans une danse frénétique qui me galvanise et m'offre en quelque sorte la conclusion que j'espérais. Je l'ai réécoutée à travers la seule interprétation que je connais, Christopher Millard et le "CBC Radio Orchestra" sous la direction de Mario Bernardi.

<<Christopher Millard, qui compte parmi les instrumentistes à vent les plus connus au Canada, s’est joint à l’Orchestre du Centre national des Arts en 2004 à titre de basson solo, après avoir passé 28 ans au sein de l’Orchestre symphonique de Vancouver et de l’Orchestre de CBC Radio. Il est aussi basson solo du "Grand Teton Music Festival" et a fait cinq tournées avec le chef Valery Gergiev et l’Orchestre mondial pour la paix. Il a reçu des critiques très élogieuses pour ses nombreux enregistrements chez BIS, Naxos, Arabesque, Disques SRC et Summit, parmi lesquels figure un album de la prestigieuse série "OrchestraPro". Son enregistrement du Concerto pour basson de Jacques Hétu a été couronné d’un prix JUNO en 2004.>>


Dernière édition par Icare le 2021-01-04, 12:06, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
Icare

Nombre de messages : 15414
Age : 57
Date d'inscription : 13/11/2009

Discussions autour du basson Empty
MessageSujet: Bach   Discussions autour du basson Empty2021-01-04, 12:03

Carl Philipp Emanuel Bach est un compositeur qui se situe apparemment sur la fin de l'ère baroque et aux prémices de l'ère classique. C'est lui que j'ai choisi sur la Toile après Weber pour son Concerto en ré mineur Wq22 pour basson, cordes, deux cors et basse continue que je découvre en ce moment-même, toujours avec le talentueux bassoniste Sergio Azzolini, mais, cette fois, avec le "Streicherakademie Bozen" sous la direction de Georg Egger. Très souvent, dans les oeuvres de cette période-là, ce sont les mouvements lents qui me touchent le plus et ce concerto de C. P. E. Bach ne fait pas figure d'exception, néanmoins, je ne suis pas insensible aux deux mouvements extrêmes au travers desquels je ressens quelque chose - pas de ces broderies classiques qui me laissent trop indifférent, ici ça fonctionne assez bien. Il y a par exemple le troisième mouvement qui déploie une belle vigueur, une énergie flamboyante, par laquelle le basson, moins nonchalant que dans l'andante qui le précède, y place toute sa verve, sous des tracés de cordes toniques et déterminés. Dans le mouvement médiane, le basson est particulièrement touchant, il en ressort une expression sobre et distinguée.

https://www.youtube.com/watch?v=SsykCt9PEjk
Revenir en haut Aller en bas
joachim
Admin
joachim

Nombre de messages : 22502
Age : 75
Date d'inscription : 19/08/2006

Discussions autour du basson Empty
MessageSujet: Re: Discussions autour du basson   Discussions autour du basson Empty2021-01-04, 12:33

Une petite précision : ce concerto Wq 22 est originellement écrit pour clavecin et orchestre, puis CPE Bach l'a transcrit pour flûte.

Cette transcription pour basson est récente, ce qui n'empêche pas que cette transcription est très bien faite, et en plus très bien interprétée.
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
Icare

Nombre de messages : 15414
Age : 57
Date d'inscription : 13/11/2009

Discussions autour du basson Empty
MessageSujet: Re: Discussions autour du basson   Discussions autour du basson Empty2021-01-04, 13:18

joachim a écrit:
Une petite précision : ce concerto Wq 22 est originellement écrit pour clavecin et orchestre, puis CPE Bach l'a transcrit pour flûte.

Petite précision qui s'est avérée nécessaire car je l'ignorais. Wink
Revenir en haut Aller en bas
Snoopy
Admin
Snoopy

Nombre de messages : 26337
Age : 46
Date d'inscription : 10/08/2006

Discussions autour du basson Empty
MessageSujet: Re: Discussions autour du basson   Discussions autour du basson Empty2021-01-04, 17:48

Petite liste non exhaustive d'oeuvres pour basson:

Antonio Vivaldi, 37 concertos pour basson (plus deux qui restent incomplets)
Johann Christian Bach
Concerto pour basson, 2 hautbois et cordes en si bémol majeur, T288/1
Concerto en mi bémol majeur pour basson et orchestre, T288/4
Johann Nepomuk Hummel, Concerto en fa majeur, W75
Wolfgang Amadeus Mozart, Concerto en si bémol majeur, K. 191 (Mozart aurait écrit quatre concertos pour basson. Les trois autres n'ayant pas été retrouvés, le K. 230 est probablement apocryphe.)
Karl Stamitz, trois concertos pour basson
Alessandro Rolla, Concerto pour basson en fa majeur, BI 527 -Concertino en mi bémol majeur pour alto, violoncelle et basson BI 388
Johann Baptist Vanhal, Concerto en ut majeur
Carl Maria von Weber
Andante e rondo ungarese en ut mineur, op. 35
Concerto en fa majeur, op. 75
Sir Edward Elgar, Romance pour basson et orchestre, op. 62 (1910)
Ermanno Wolf-Ferrari, Suite-concertino en fa majeur, op. 16 pour basson, 2 cors et cordes (1933)
Heitor Villa-Lobos, Ciranda das sete notas pour basson et orchestre à cordes (1933)
Charles Koechlin, Silhouettes de comédie, op. 193 (12 pièces, 1942-43)
Gordon Jacob, Concerto pour basson, percussions et cordes (1947)
Richard Strauss, Duett-Concertino pour clarinette, basson et orchestre à cordes avec harpe (1947)
Marcel Bitsch, Concertino pour basson et orchestre (1948)
Paul Hindemith, Concerto pour trompette, basson et orchestre à cordes (1949/1952)
Otmar Nussio, Variations sur un air de Pergolese pour basson et orchestre à cordes (1953)
André Jolivet, Concerto pour basson, harpe, piano et cordes (1954)
Henri Tomasi, Concerto pour basson et orchestre de chambre (1961)
Sofia Goubaïdoulina, Concerto pour basson et cordes graves (1975)
Nino Rota, Concerto pour basson et orchestre (1977)
Arthur Butterworth, Summer Music Op.77 (1985)
John Williams, Concerto pour basson et orchestre intitulé The Five Sacred Trees (1995)
Alain Bernaud, Fagkonzert pour basson et orchestre à cordes (2013)

Œuvres pour basson et piano

Antoine Reicha, Sonate pour basson et piano
Charles Koechlin, Trois pièces, op. 34 (1898-1907) ; Sonate, op. 71 (1918-19)
Camille Saint-Saëns, Sonate pour basson et piano en sol majeur, op. 168 (1921)
Paul Hindemith, Sonate pour basson et piano, Pièces (1941)
Henri Dutilleux, Sarabande et cortège (1942)
Mario Castelnuovo-Tedesco, Sonatine, op. 130 (1946)
Alexandre Tansman, Sonatine (1952), Suite (1960)
Pierre Angot, Sonatine américaine pour basson et piano
Alain Bernaud, Hallucinations pour basson et piano (1978)
Revenir en haut Aller en bas
http://musiqueclassique.forumpro.fr
joachim
Admin
joachim

Nombre de messages : 22502
Age : 75
Date d'inscription : 19/08/2006

Discussions autour du basson Empty
MessageSujet: Re: Discussions autour du basson   Discussions autour du basson Empty2021-01-04, 18:22

Ne pas oublier les 6 concertos pour basson et orchestre de François Devienne (dont celui en si bémol majeur qui a été un temps attribué à Mozart, car on pensait qu'il s'agissait de l'un de ceux qui sont perdus
et 4 concertos de Franz Danzi ainsi que 2 concertos de Anton Reichenauer

On peur encore ajouter le basson en soliste dans la musique de chambre (liste non exhaustive) :

Devienne : 3 quatuors pour basson et cordes, op. 73 - 6 Sonates pour basson et basse continue op. 24, et 6 autres sonates op. posthume
Danzi : 3 quatuors pour basson et cordes op. 40
Reicha : quintette pour basson et cordes en si bémol majeur - Variations pour basson et quatuor à cordes en sol majeur - 2 sonates pour basson et piano
Waterhouse : quintette pour basson et cordes
Gordon Jacob : quintette pour basson et cordes




https://www.youtube.com/watch?v=dVdyaNB3fZw

Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
Icare

Nombre de messages : 15414
Age : 57
Date d'inscription : 13/11/2009

Discussions autour du basson Empty
MessageSujet: Williams/Karlins   Discussions autour du basson Empty2021-01-04, 18:41

Je connais le Concerto pour Basson et Orchestre "Les cinq arbres sacrés" de John Williams depuis sa parution en disque, aux côtés d'oeuvres de Toru Takemitsu, Alan Hovhaness et Tobias Picker, c'était à la fin des années 1990, entre 1997 et 1998. C'est un concerto que j'ai toujours défendu même si, dans l'absolu, je ne le trouvais pas particulièrement surprenant. Je l'ai même défendu contre l'avis de mélomanes qui sont bien plus sensibles à sa musique (surtout de film) que moi. Je l'ai défendu car, dès la première écoute, j'avais été sensibilisé par sa douceur de ton. J'entendais à cette époque par "douceur de ton", une dimension rêveuse (ou méditative) et naturalistique qui m'apparut lors de la toute première approche. C'est cette dimension qui m'avait séduit...en douceur mais durablement. Aujourd'hui, je pense que j'étais vraiment dans l'humeur adéquate, en parfaite osmose avec celle du concerto de John Williams, je pense notamment à l'infinie tendresse du troisième mouvement, "Eo Rossa", qui m'offre un beau moment d'intimité avec le basson de Judith LeClair. Suit un quatrième mouvement qui est davantage une musique d'atmosphère et des couleurs qu'une musique du récit, mais évoluant jusqu'au bout dans la douceur et la finesse. Il y a évidemment des passages plus emphatiques et amples, des accélérations bienvenues, mais, globalement, c'est un aspect rêveur et méditatif qui domine. John Williams a composé une sorte de tapisserie pour orchestre et basson, instrument que l'auteur imagine volontiers "hanté" par l'esprit des arbres dont il est fait. Sa musique traduit tout simplement sa fascination pour la forêt. Le concerto se constitue de cinq mouvements, joué par le "London Symphony Orchestra" sous la baguette du célèbre compositeur américain.

<<Judith LeClair est une bassoniste américaine née en 1958. Elle a été le principal Bassoon dans le "New York Philharmonic" depuis 1981 et membre du corps professoral à la "Juilliard School" depuis 1985. Judith LeClair a commencé à étudier l'instrument à 11 ans et a commencé sa carrière professionnelle à l'âge de 15 ans dans un spectacle avec l' Orchestre de Philadelphie avec des collègues de la "Settlement Music School" de Philadelphie, où elle a étudié avec Shirley Curtiss. Elle a étudié le basson avec K.David van Hoesen à l'"Eastman School of Music" et a occupé la chaire principale du "San Diego Symphony" et du "San Diego Opera". Le concerto pour basson de John Williams, The Five Sacred Trees, a été écrit pour Judith LeClair. Elle l'a créée en avril 1995 dans le cadre des festivités du 150ème anniversaire de l'Orchestre philharmonique de New York. Elle joue actuellement sur un basson Heckel de 1937. Son premier professeur, un élève plus âgé, possédait l'instrument de niveau professionnel; après sa mort dans un accident à l'âge de 19 ans, les parents de Judith LeClair ont acheté l'instrument à la famille du garçon. Cela reste son seul instrument.  >> (Wikipedia)

Discussions autour du basson Z0HTEQa5YItK00losGiaJqRd0MW9DPPS-k0pIAkTVLMFAFeL4UprKtRCo7avCTfH-9n73AHLe9r8yw9Jq9XZTx8DufDMPyzg8eJQuiFgYthrLDxBJz8BGC9yMzsql7SI2D6m-NvFsHE_

La seconde oeuvre qui met en scène le basson n'est pas un concerto. C'est une pièce intitulée Four Inventions and a Fugue de onze minutes qui se divisent en cinq mouvements plus ou moins brefs: 4 inventions et une fugue comme le titre anglais l'indique. Elle fut composée par un autre compositeur américain beaucoup moins connu que John Williams, M. William Karlins. Elle sollicite le basson de Jeffrey McCray, le piano de Diana Schmück et la soprano Katharina Rössner qui n'intervient que sur le quatrième mouvement qui est aussi le plus développé, avec le basson comme seule compagnie, c'est-à-dire sans le piano qui se fait silencieux uniquement sur ce moment en particulier. Les quatre autres mouvements s'articulent seulement autour du basson et du piano qui s'adonnent à un jeu moderne et nerveux. Dès la première "Invention", le piano claque des accords brutaux mais espacés les uns des autres alors que le basson conserve au fond cette allure goguenarde qu'on lui prête souvent. L'auteur nous explique: <<Four Inventions and a Fugue ont été écrites en 1962. Le terme "invention" est souvent associé à celles composées par J. S. Bach. Celles-ci ne sont liées que par le fait qu'elles sont courtes et souvent contrapuntiques. La 4ème Invention est une chanson pour basson et soprano (Musique de chambre XVI. De J. Joyce), suivie directement de la fugue, qui emprunte pour son thème des gestes à la première Invention.>> J'aime bien à la fois la nervosité des deux instruments et la concision d'un récit musical qui sait jouer des silences et des accélérations. Mes passages préférés demeurent la quatrième Invention qui associe la voix au basson et la truculente Fugue finale qui offre au duo que forment le piano et le basson un jeu trépidant et complice.


Dernière édition par Icare le 2021-01-04, 19:20, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
Icare

Nombre de messages : 15414
Age : 57
Date d'inscription : 13/11/2009

Discussions autour du basson Empty
MessageSujet: Rejcha   Discussions autour du basson Empty2021-01-04, 19:12

La liste est longue et je m'en étais aperçu. Un cycle n'y suffira donc pas, ce que je savais déjà avant même de l'ouvrir. L'objectif était donc de me plonger dans le monde du basson, juste ce qu'il faut afin de ne pas en faire une overdose non plus, par le biais des oeuvres que je connais et possède tout en cueillant au passage quelques-unes de ces oeuvres dans des périodes antérieures au vingtième siècle comme je l'ai méthodiquement fait tout au long de cette série d'écoutes. Vos listes me seront très utiles lorsque je consacrerai un nouveau cycle au basson, celui-ci n'étant d'ailleurs pas complètement terminé. En cette fin d'après-midi, j'ai choisi d'écouter parmi tous ceux proposés, le Grand Quintette pour Basson et Quatuor à cordes d'Antonín Rejcha (1770-1836). J'ai fait un petit survol-éclair de plusieurs oeuvres de différents compositeurs, sans me soucier de la période à laquelle ils appartiennent, et, dans l'immédiateté du moment de l'écoute, c'est ce "Quintette" de Rejcha qui a le mieux saisi mon attention. Je l'ai donc choisi. Bien sûr, ça ne signifie pas pour autant que je vais laisser définitivement de côté les autres oeuvres que j'ai brièvement survolées. J'y reviendrai forcément un jour ou l'autre pour leur accorder l'écoute qu'elles méritent sûrement. Je ne savais pas quoi choisir et j'ai eu cette idée de sélection un peu arbitraire, je l'avoue. Le caractère chaleureux du quatuor à cordes d'Antonin Rejcha m'a aussitôt saisi et j'ai bien fait car cette musique me plait dans son ensemble - il y a des passages qui m'ont bien accroché -, avec au basson Jiri Seidl et le "Kubin Quartet".

https://www.youtube.com/watch?v=UAyIfwc1YOI
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
Icare

Nombre de messages : 15414
Age : 57
Date d'inscription : 13/11/2009

Discussions autour du basson Empty
MessageSujet: Kasparov/Knipper   Discussions autour du basson Empty2021-01-05, 10:47

J'ai réécouté ce matin deux compositions pour basson de deux compositeurs moscovites. La première est d'une physionomie assez inhabituelle qui ne plaira pas à tout le monde. Elle a été composée par Youri Kasparov et s'intitule 12 échantillons de corrélation entre basson, 8 contrebasses et 8 timbales (1995). Rien que le titre et la formation instrumentale supposent une approche moderne qui s'extrait, selon moi de manière intéressante des sentiers battus. Je ne pourrais jamais me contenter des formes classiques bien huilées comme celles que j'apprécie assez souvent malgré tout chez des compositeurs d'un autre temps comme Antonin Rejcha et C. P. E. Bach, voir mes commentaires plus haut, ce serait contraire à ma personnalité et terriblement frustrant envers mon appétit pour des formes d'expressions nouvelles. Le basson est omniprésent, tranquille. Durant l'introduction, il est appuyé par les contrebasses qui, très vite, sans lui, évolue en pizzicati avec les timbales. Le basson revient, inébranlable, que les effets chaotiques des percussions ne semblent jamais détourner de sa naturelle placidité. Celles-ci ont un rôle très important alors que les contrebasses sont également présentes mais finalement plus discrètes, presque distantes. Le basson évolue dans une condition d'errance dans laquelle je décèle une forme de tristesse ou mélancolie. Certes, cette humeur ne s'étend pas jusqu'à la note finale, quelques changements de ton se font entendre, ainsi qu'un dialogue très précis et succinct du soliste avec les autres entités sonores. Kasparov désigne son oeuvre comme un concerto et voilà d'ailleurs ce qu'il en dit en conclusion: <<Du point de vue figuratif/émotionnel, cette composition présente un concerto dans lequel le basson symbolise une condition psychologique de l'humanité. Les forces orchestrales inhabituelles créent une atmosphère psychologique étrange - et, d'un autre côté, naturelle - encerclant le héros. Une séquence de dialogues et de confrontations, indépendante de leurs existences ou de leurs protestations mutuelles, crée une scène presque surréaliste des sensations psychologiques de l'homme dans le monde qui l'enserre.>> J'aime beaucoup la physionomie de cette oeuvre, l'atmosphère qu'elle crée avec ce basson pas toujours serein dans un monde parfois hostile et oppressant. Cette oeuvre est interprétée par Jeffrey Lyman, l'Octuor de Contrebasses de Rustem Gabdullin, Victor Grishin et Igor Prokopov (timbales) sous la direction de Mark Kadin.

 
Peu de temps avant sa mort et à l'issue d'une grave crise morale, Lev Knipper réunit dans son Concerto pour basson et cordes, composé en 1970, les meilleurs éléments de ses oeuvres de jeunesse. Le concerto est interprété par Valéri Popov, né en 1937, un des meilleurs solistes de cet instrument. C'est lui qui le créa à Moscou, le 9 mars 1971, lors d'un concert entièrement consacré aux oeuvres de Lev Knipper, ce concerto qui lui est par ailleurs dédié. A l'introduction tragique Adagio, aux entrelacs polyphoniques et aux vastes arcs de développement (1er mouvement) succèdent des danses grotesques (2ème mouvement), puis un délicat dialogue entre violoncelle et basson, une cadence virtuose (4ème mouvement), des gestes éloquents et de tranquilles accords chassés par le vent (5ème mouvement). Sigrid Neef.

Discussions autour du basson 121675

Le Concerto pour basson et cordes de Lev Knipper (1898-1974) fait partie d'une compilation intitulée Russian Music from the 1920s qui regroupe les oeuvres de cinq compositeurs russes au total. En général, lorsque je ressors l'album c'est pour l'écouter en entier, ce n'est pas comme cette fois-ci où je ne l'ai ressorti que pour réécouter isolément le concerto pour basson de Lev Knipper. Et j'ai bien fait! Cette composition qui symbolise la dernière période créatrice du compositeur est une petite merveille qui m'a saisi d'émotion dès son premier mouvement et qui me tiendra en haleine jusqu'à la conclusion du cinquième mouvement, pas de ces fins qui se veulent imposantes avec la grosse note finale qui s'écrase sur la grosse percussion, non, une conclusion que je préfère largement, toute en finesse, en suspension, une musique qui s'évapore dans l'infini, une musique qui devient silence. Avant cette belle fin, il y a le caractère délicieusement grotesque du second mouvement, une proximité émouvante entre le violoncelle et le basson dans le troisième et une cadence virtuose mais jamais pesante du basson seul dans le quatrième. Je suis heureux d'avoir choisi ce concerto de Lev Knipper pour conclure mon cycle autour du basson: par Valeri Popov et le "Moscow Conservatoire Students Strings" sous la direction de Mikhail Terian.


Dernière édition par Icare le 2021-01-05, 10:59, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
Icare

Nombre de messages : 15414
Age : 57
Date d'inscription : 13/11/2009

Discussions autour du basson Empty
MessageSujet: Re: Discussions autour du basson   Discussions autour du basson Empty2021-01-05, 10:56

Franz Danzi - Quartette pour basson et cordes Op. 40 No. 3 (1/2)

Žilvinas Smalys: basson
Artūras Šilalė: violon
Girdutis Jakaitis: alto
Augustinas Vasiliauskas: violoncelle

https://www.youtube.com/watch?v=k_yvaxTa0qk


Le second mouvement est très touchant, il m'a bien plu.

Aurevoir mon ami le basson. Discussions autour du basson 857611 Nous nous retrouverons lors d'un nouveau cycle à son égard ou au hasard d'une découverte... Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Jean

Jean

Nombre de messages : 7718
Age : 78
Date d'inscription : 14/05/2007

Discussions autour du basson Empty
MessageSujet: Re: Discussions autour du basson   Discussions autour du basson Empty2021-01-05, 11:47

Christoph Graupner (contemporain de JS Bach a aussi souvent utiliser le basson;
ici 5 concertos pour bassons :

Discussions autour du basson 81PdT8SeFLL._SL1400_



https://www.youtube.com/watch?v=lnfYUQLKp20

et là un double cd de 6 cantates dont l'instrument principal accompagnant les arias est le basson:

Discussions autour du basson 71ONaAGR5UL._SL1200_


https://www.youtube.com/watch?v=GQwfSTA5evA
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
Icare

Nombre de messages : 15414
Age : 57
Date d'inscription : 13/11/2009

Discussions autour du basson Empty
MessageSujet: Re: Discussions autour du basson   Discussions autour du basson Empty2021-01-05, 12:18


Ha, les cantates! Jean, je crois qu'il joue aussi un rôle soliste d'accompagnement dans certaines cantates de J. S. Bach, mais pour me rappeler lesquelles...?...
Revenir en haut Aller en bas
Jean

Jean

Nombre de messages : 7718
Age : 78
Date d'inscription : 14/05/2007

Discussions autour du basson Empty
MessageSujet: Re: Discussions autour du basson   Discussions autour du basson Empty2021-01-05, 16:10

je me suis aussi posé la question...mais sans pouvoir y répondre , tout en réalisant que çà ne me rappelait rien... Crying or Very sad ... Mais est-ce un défaut de ma mémoire où le fait qu'il l'utilise probablement dans les orchestrations assez fournies de certaines cantates mais pas en soliste pour accompagner un aria (où l'on entend évidemment souvent soit un violon, un violoncelle, plusieurs sortes de hautbois, de flutes, la trompette, l'orgue, ...mais le basson? ...rien ne me vient! Crying or Very sad
Revenir en haut Aller en bas
joachim
Admin
joachim

Nombre de messages : 22502
Age : 75
Date d'inscription : 19/08/2006

Discussions autour du basson Empty
MessageSujet: Re: Discussions autour du basson   Discussions autour du basson Empty2021-01-05, 18:43

En appendice au basson, on peut rattacher le contrebasson, instrument qui a le registre le plus grave (avec le contretuba) dans un orchestre.

Je ne connais que deux concertos pour contrebasson et orchestre : celui de Kalevi Aho, dont on ne trouve que le presto sur youtube



https://www.youtube.com/watch?v=0-Z2wmor3hg

Mais bon, pour moi, Aho est un compositeur que je n'aime pas beaucoup dans l'ensemble...


... et celui de Daniel Baldwin, dont le style me convient mieux que celui de Aho.

https://www.youtube.com/watch?v=pf7il2c0dEg
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Discussions autour du basson Empty
MessageSujet: Re: Discussions autour du basson   Discussions autour du basson Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Discussions autour du basson
Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Toutes les musiques du monde :: Communauté :: Discussions sur la musique-
Sauter vers: