Forum sur la musique classique
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
-43%
Le deal à ne pas rater :
PHILIPS – Machine à café dosette SENSEO Original HD6554/53 + 64 ...
39.99 € 69.99 €
Voir le deal

 

 Être compositrice au XXIe siècle

Aller en bas 
AuteurMessage
Snoopy
Admin
Snoopy

Nombre de messages : 26330
Age : 47
Date d'inscription : 10/08/2006

Être compositrice au XXIe siècle Empty
MessageSujet: Être compositrice au XXIe siècle   Être compositrice au XXIe siècle Empty2021-04-30, 15:58

Qu’est qu’une compositrice et comment composer au XXIe siècle ?

Lise Borel, jeune compositrice, répond à ses questions, en insistant sur des fondamentaux : savoir s’écouter, s’entourer, et s’affirmer. « Le ‘Je. Je suis compositrice’, est très important. Le verbaliser et l'entendre, c'est cette reconnaissance-là qui est primordiale », assure-t-elle.

Elle évolue dans un monde musical encore très masculin. Les femmes en France ne représentent que 10% des compositeurs dans le milieu classique. Pour pallier ce manque de représentativité, elle propose quelques solutions, comme nommer plus de salles dans les conservatoires avec des noms de compositrices et musiciennes.


https://www.youtube.com/watch?v=2AoZTYk-Fh8
Revenir en haut Aller en bas
https://musiqueclassique.forumpro.fr
Icare
Admin
Icare

Nombre de messages : 15559
Age : 57
Date d'inscription : 13/11/2009

Être compositrice au XXIe siècle Empty
MessageSujet: Re: Être compositrice au XXIe siècle   Être compositrice au XXIe siècle Empty2021-04-30, 17:51


Je ne connaissais pas cette jeune compositrice qui a l'air d'être une jeune femme très ouverte et surtout très passionnée, notamment par la musique ancienne. Je pense que j'aurai une préférence pour son oeuvre classique, mais c'est bien qu'elle compose aussi des chansons, et composera-t-elle peut-être aussi pour le cinéma, ce qu'elle laisse entendre brièvement dans le mini-reportage.

Je me suis mis à chercher des lieux (en France) qui porteraient par exemple le nom de Lili Boulanger, mais en dehors du Conservatoire du neuvième arrondissement de Paris qui porte le nom de "Nadia & Lili Boulanger", je n'ai rien trouvé.

Concernant Cécile Chaminade, quatre lieux portent apparemment son nom:
Un square à Perpignan (Pyrénées-Orientales) et à Saran (Loiret)
Une allée au Vésinet (Yvelines)
Une rue à Pontivy (Morbihan).

Pour Hilgarde de Bingen, j'ai trouvé L'abbaye Sainte-Hildegarde, une abbaye bénédictine féminine située à Eibingen, près de Rüdesheim am Rhein, dans le diocèse de Limbourg en Hesse. Elle est vouée à sainte Hildegarde et appartient à la congrégation de Beuron de la confédération bénédictine.

Pour Clara Schumann:
Un cratère vénusien, Wieck, est nommé en son honneur.
Une école de musique porte son nom à Baden-Baden.
Une école de musique porte son nom à Düsseldorf.

Personnellement, comme mélomane, je n'ai jamais manifesté d'à-priori sur les compositrices. Je ne me suis jamais dit: "tiens, c'est une femme qui a composé cette musique, ça ne doit pas être terrible." Je me suis montré aussi "aventurier" avec les compositrices qu'avec les compositeurs, et, proportionnellement, je n'ai pas été plus déçu par les dames que par les messieurs. Je possède finalement beaucoup d'albums de compositrices, toutes du vingtième siècle, sauf si on ne considère pas Lili Boulanger comme en faisant partie, plusieurs d'entre elles dans le domaine de la musique de film, un peu dans le jazz et toutes les autres dans la composition classique dite savante. Evidemment, en comparaison de tous les compositeurs représentés sur mes étagères, elles représentent une minorité. La compositrice dont j'ai le plus d'albums est la Grecque Eleni Karaindrou. De ce point-de-vue, elle se détache nettement des autres; seize albums au total. Par le passé, j'ai connu des mélomanes qui se méfiaient des femmes compositeurs, les jugeaient inférieures. Les ayant perdu de vue, j'ignore ce qu'ils pensent aujourd'hui...

Revenir en haut Aller en bas
Snoopy
Admin
Snoopy

Nombre de messages : 26330
Age : 47
Date d'inscription : 10/08/2006

Être compositrice au XXIe siècle Empty
MessageSujet: Re: Être compositrice au XXIe siècle   Être compositrice au XXIe siècle Empty2021-04-30, 18:32

Icare a écrit:
Personnellement, comme mélomane, je n'ai jamais manifesté d'à-priori sur les compositrices.

C'est intéressant comme remarque car pour ma part, j'ai plutôt effectivement des à prioris mais ils sont exclusivement positifs. Comme on en avait parlé sur le topic consacré à la sensibilité féminine, je m'attends tout le temps à entendre quelque chose de différent de ce que font les hommes.

Donc l'à priori étant toujours positif, le revers de la médaille, c'est que forcément je ne peux être que déçu quand cela ne correspond pas à mes attentes (ou du moins à mes goûts). Cela dit c'est très rare. De manière générale, au pire, je me dis que c'est ni pire ni mieux que ce que font les hommes, au mieux, j'adore car j'y trouve justement cette sensibilité qu'on ne retrouve pas toujours chez les hommes.

En général, quand je n'aime pas, cela tient plus du style que parce que le compositeur est en fait une compositrice. Mais c'est pareil avec les hommes. Dusapin est un homme, je n'aime pas sa musique. Je n'aimerais donc pas plus ce que pourrait faire son pendant féminin. Ca n'a donc rien à voir finalement au fait que ce soit un homme ou une femme qui compose, mais plus aux oeuvres, au style qui ne correspond pas à ma sensibilité musicale.

Citation :
j'ai connu des mélomanes qui se méfiaient des femmes compositeurs, les jugeaient inférieures

C'est quand même un raisonnement très con. Le talent n'a pas de sexe, pas plus que l'intelligence. Combien d'hommes dans ce monde ont un CV aussi prestigieux qu'une certaine Marie Curie par exemple? Aucun.

La différence, si différence il y a, se situe plutôt dans une certaine forme de sensibilité, une manière différente d'aborder les choses, le regard et éventuellement les thématiques. (à mon sens)

Après en musique, comme un peu dans tous les domaines, ce n'est pas les femmes de talent qui manquent mais la société comme elle était dans sa structure et son fonctionnement qui les a empêché de s'épanouir. L'accessibilité aux femmes de pouvoir faire librement pas mal de métiers qui étaient jusqu'alors quasi exclusivement réservés aux hommes, c'est quand même assez récent quand on y réfléchit. Etrangement d'ailleurs, plus en musique que dans d'autres discicplines comme la peinture ou les sciences.

Mais je pense qu'avec le temps, ça va se rééquilibrer naturellement. D'ici 100 ou 200 ans maxi, on aura autant d'hommes que de femmes compositeurs/trices et idem dans d'autres disciplines où elles sont encore minoritaires aujourd'hui. Mais je pense que les femmes vont rattraper ces siècles de "cloisonnement" imposés. Et qui sait, la tendance pourrait même s'inverser et on pourrait avoir des disciplines où les femmes seront majoritaires par rapport aux hommes. En même temps, sur le fond, ça importe peu. Hommes ou femmes, l'essentiel étant de créer et de partager son art, son savoir, etc... Tant que ça fait du bien à l'Humanité, le reste...

Par contre, pour faire un petit hors sujet, de manière globale, pour tout, être un homme ou une femme ne change pas fondamentalement les choses. Dans les vices ou ce que l'humanité peut faire de plus glauque, homme ou femme c'est kif kif. Des gens violents, des gens avides de pouvoir, d'argent, de reconnaissance, des gens mauvais, etc... Il y en a autant chez les femmes que chez les hommes. Les défauts sont les mêmes, avec les mêmes conséquences. Etre une femme n'est pas, en soi, un gage de qualité si je puis dire.
Revenir en haut Aller en bas
https://musiqueclassique.forumpro.fr
Icare
Admin
Icare

Nombre de messages : 15559
Age : 57
Date d'inscription : 13/11/2009

Être compositrice au XXIe siècle Empty
MessageSujet: Re: Être compositrice au XXIe siècle   Être compositrice au XXIe siècle Empty2021-05-01, 12:04

Snoopy a écrit:
C'est intéressant comme remarque car pour ma part, j'ai plutôt effectivement des à prioris mais ils sont exclusivement positifs. Comme on en avait parlé sur le topic consacré à la sensibilité féminine, je m'attends tout le temps à entendre quelque chose de différent de ce que font les hommes.

La différence, si différence il y a, se situe plutôt dans une certaine forme de sensibilité, une manière différente d'aborder les choses, le regard et éventuellement les thématiques. (à mon sens)

Oui, si nous parlons de différence, nous supposons donc une manière plus féminine d'aborder les choses, même si ce sont des choses et des esthétiques que nous connaissons bien, auxquelles notre oreille est déjà familiarisée, un regard plus féminin, un approche, une forme de sensibilité plus féminine, peu importe si la compositrice écrit une partition de jazz, une bande originale, une oeuvre aléatoire, minimaliste, répétitive, expérimentale ou atonale, ou si elle se montre très encrée dans la tonalité et la tradition classique dans ses compositions. Une cinquantaine de compositrices est représentée dans ma "collection", beaucoup par un ou deux albums, certaines par une oeuvre sur une compilation et quelques-unes que j'ai mieux approfondies par plusieurs albums et un certains nombre d'opus. Eleni Karaindrou, Joanna Bruzdowicz, Galina Ustvolskaya, Béatrice Thiriet, Rachel Portman sont sans doute les compositrices que j'ai le mieux approfondies. Grazyna Bacewicz pourrait être bientôt de celles-ci car je me suis procuré plusieurs de ses oeuvres que je n'ai pas encore écoutées.

Cette "forme de sensibilité" à laquelle tu fais allusion, je la décèle volontiers chez les compositrices que je connais le mieux et dont je cerne davantage la personnalité musicale. Eleni Karaindrou m'est très emblématique sur ce point: je ressens beaucoup de féminité dans sa musique, néanmoins je ne peux m'empêcher de m'interroger sur la teneur objective et subjective de ce ressenti, bien que si on me faisait écouter en aveugle une pièce inédite de Karaindrou, je reconnaitrais son style, tout comme je reconnaitrais le style d'un compositeur que je connais bien. Mais, si on me faisait écouter en aveugle une oeuvre inédite dont l'auteur ne m'est pas aussi familier, est-ce que je saurais dire que c'est une femme ou un homme qui l'a composée? Ce n'est bien sûr pas l'essentiel pour apprécier l'oeuvre en question et je ne suis pas sûr que les compositrices seraient particulièrement flattées ou émues si un mélomane venait leur dire: "Je savais que l'oeuvre que j'ai écoutée et aimée était de la création d'une femme"?

L'art a de toute façon le don de brouiller les pistes et je peux ressentir de la "féminité" ou du moins quelque-chose de très féminin dans la musique de certains compositeurs et je ne suis pas convaincu de ressentir une "forme de sensibilité artistique" différente des hommes chez des compositrices comme Debbie Wiseman ou Nancy Van de Vate. Ce que je sais en revanche c'est qu'elles sont capables de faire aussi bien et parfois mieux...bon, tout dépend à qui on les compare, évidemment... Le plus important c'est qu'elles écrivent des oeuvres de qualité: j'aime ce que j'ai d'elles mais pas parce que j'y ressens une sensibilité féminine que je ne trouve pas chez les compositeurs...ou alors, il se pourrait que je n'en ai pas conscience, ne l'ai pas détectée/analysée comme chez Eleni Karaindrou ou encore Joanna Brudowicz qui sont des compositrices que j'ai davantage approfondies que Wiseman et Van de Vate et que j'écoute plus souvent. Béatrice Thiriet est une compositrice chez laquelle je ressens une sensibilité musicale à part que j'aime qualifier de "très féminine".

Je pose donc une question à ceux et celles qui connaissent bien la musique de Clara Schumann et Louise Farrenc, par exemple: Ressentez-vous dans leurs oeuvres une forme de sensibilité, de féminité, une manière d'aborder les choses qui les distinguent des compositeurs qui leur sont contemporains?

Voici un entretien avec une pianiste/compositrice que je ne connais pas: Michèle Foison:

https://www.youtube.com/watch?v=-2dAc2WeDtA


Dernière édition par Icare le 2021-05-01, 16:40, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
joachim
Admin
joachim

Nombre de messages : 22812
Age : 75
Date d'inscription : 19/08/2006

Être compositrice au XXIe siècle Empty
MessageSujet: Re: Être compositrice au XXIe siècle   Être compositrice au XXIe siècle Empty2021-05-01, 12:44

Pour les compositrices du 19ème siècle, comme (sauf exceptions comme Farrenc ou Holmes) elles ont surtout composé des œuvres dites "de salon", soit des pièces pour piano ou des mélodies, il m'est bien difficile de les différencier de leurs contemporains "hommes". Clara Schumann a néanmoins composé un concerto pour piano (de jeunesse, à 16 ans) et un trio pour piano, violon, violoncelle à 27 ans qui, à mon avis aurait pu être composé par Robert. Je ressens peut-être plus de féminité chez Fanny Mendelssohn qui, en dehors de nombreuses pièces de salon, a composé elle aussi un Trio pour piano, violon, violoncelle plus "féminin" peut-être que ceux de Félix, mais bon, je ne suis pas sûr...

Chez les rares compositrices symphonistes, je les trouve aussi "viriles" que les compositeurs (voir les 3 symphonies et les ouvertures de Louises Farrenc ou bien les poèmes symphoniques de Augusta Holmes comme Polonia, Andromède, Irlande). Chez Louise Farrenc, sa musique de chambre est peut-être plus féminine...
Revenir en haut Aller en bas
Snoopy
Admin
Snoopy

Nombre de messages : 26330
Age : 47
Date d'inscription : 10/08/2006

Être compositrice au XXIe siècle Empty
MessageSujet: Re: Être compositrice au XXIe siècle   Être compositrice au XXIe siècle Empty2021-05-01, 13:09

Citation :
Eleni Karaindrou m'est très emblématique sur ce point: je ressens beaucoup de féminité dans sa musique

Pour rester chez les grecs/grecques, je ressens la même chose avec Evanthia Reboutsika par exemple

Citation :
si on me faisait écouter en aveugle une oeuvre inédite dont l'auteur ne m'est pas aussi familier, est-ce que je saurais dire que c'est une femme ou un homme qui l'a composée?

En même temps dans l'absolu, ça ne servirait pas à grand chose de le savoir.  Wink  Mais pour répondre à ta question, je pense que l'on peut répondre par l'affirmative pour certaines oeuvres. Parfois j'écoute de la musique que je ne connais pas et vu le style ou la sensibilité (on appelle ça comme on veut, mais le truc qu'on "ressent") je me dis, ça doit être une femme. Je vérifie et il est rare que je me trompe.

Je pense qu'il y a plus ou moins 3 niveaux qui nous font deviner ou pas en écoutant une pièce à l'aveugle:

1. Soit la femme a un style, une écriture tellement "traditionnelle" ou "dans les clous" qu'il est très difficile de deviner que c'est une femme qui a composé

2. On ressent une petite différence qui "sort du lot" dans la musique qui nous fait douter. Homme ou femme?

3. La sensibilité féminine est si présente dans la création des oeuvres qu'elle se devine quasi à coups sûrs.

Citation :
Ce n'est bien sûr pas l'essentiel pour apprécier l'oeuvre en question et je ne suis pas sûr que les compositrices seraient particulièrement flattées ou émues si un mélomane venait leur dire: "Je savais que l'oeuvre que j'ai écoutée et aimée était de la création d'une femme"?

Je ne partage pas ton opinion sur ce point et je te dirai aussi que ça dépend des femmes. C'est sûr que si tu tombes sur une féministe de base, elle va l'interpréter par le prisme de ses convictions et crier au sexisme et consorts... Rolling Eyes  A l'inverse, une femme plus ouverte sera peut être contente que sa sensibilité s'entende. Elle sera forcément féminine par nature mais tout simplement contente qu'on devine la petite partie de son âme qu'elle a mise dans son oeuvre. Donc sur ce point, je suis plus mitigé quand aux éventuelles réponses si on demandait aux femmes.

Pour prendre mon exemple, dans mon travail, qu'il soit musical ou pictural, on me dit très souvent que j'ai une sensibilité féminine. On me dit souvent que c'est emprunt de "douceur" et de "romantisme". C'est les mots qui reviennent le plus souvent quand les gens parlent de mon travail. Donc à l'inverse étant un homme, je pourrai mal le prendre qu'on me dise que j'ai une sensibilité de "femmelette" si j'étais un gros con machiste. Et bien au contraire, ça me fait plaisir quand on me dit que j'ai une sensibilité féminine. Pour te dire, étant discret sur ma vie privée en dehors de ce forum et travaillant sous pseudo, j'ai lu sur des sites et des forums des gens qui parlaient de mon travail sans savoir si j'étais un homme ou une femme. Eh bien, la plupart du temps, les gens pensaient que j'étais une femme. Je te jure que c'est vrai.

Citation :
j'aime ce que j'ai d'elles mais pas parce que j'y ressens une sensibilité féminine que je ne trouve pas chez les compositeurs.

Alors sur ce point aussi, une petite différence avec toi. Je te rejoins mais pas dans la totalité. Je ne dis pas qu'à chacune de leurs créations ça transpire non plus la féminité qu'elles ont en elles, mais quand même, il y a par la force des choses, plus d'oeuvres qui sont plus féminines dans leurs essences et qu'on peut entrevoir. Mais encore une fois, on ne peut pas en faire une règle. Ca dépend vraiment des oeuvres mais aussi de la sensibilité de l'auditeur. Certains y voient plus vite la main d'une femme derrière une oeuvre que d'autres. Ca dépend aussi grandement de ta propre sensibilité.

Mais si j'apprécie certaines compositrices, c'est aussi, outre le fait que leurs compositions soient belles, que parfois j'y ressens cette féminité justement que je ne trouve pas chez les hommes. Le Nocturne de Fanny Mendelssohn dont j'ai parlé dans le topic sur la sensibilité féminine est un bon exemple. Le compositeur homme qui pourrait s'en rapprocher le plus, serait pour ma part, Schubert. il y a chez lui une sensibilité féminine je trouve. Mais elle est très subtile, elle ne se devine pas aussi facilement que quand c'est une femme qui compose mais elle là. On la sent à travers les lignes. Tu le sens encore plus quand tu es musicien et pas seulement mélomane. C'est d'ailleurs pourquoi j'aime beaucoup Schubert.

Citation :
Je pose donc une question à ceux et celles qui connaissent bien la musique de Clara Schumann et Louise Farrenc, par exemple: Ressentez-vous dans leurs oeuvres une forme de sensibilité, de féminité, une manière d'aborder les choses qui les distinguent des compositeurs qui leur sont contemporains?

Je vais me répéter, mais je te dirai que ça dépend des oeuvres. Pour certaines, pas du tout. Elles sont écrites dans un académisme "pur" qui fait qu'il serait très difficile de deviner en aveugle. Pour d'autres oeuvres, ou certains passages d'oeuvres, tu peux douter et te poser la question.

Mais à vrai dire, le classique est si codifié qu'à moins que la compositrice ne transpire la féminité, il est vrai que ce n'est pas évident de deviner qui se cache derrière une composition. Je pense par contre c'est beaucoup plus flagrant pour les compositrices plus récentes et de musique de films, etc...par exemple.


Dernière édition par Snoopy le 2021-05-01, 14:24, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://musiqueclassique.forumpro.fr
Snoopy
Admin
Snoopy

Nombre de messages : 26330
Age : 47
Date d'inscription : 10/08/2006

Être compositrice au XXIe siècle Empty
MessageSujet: Re: Être compositrice au XXIe siècle   Être compositrice au XXIe siècle Empty2021-05-01, 13:12

J'ai écrit mon message pendant que Joachim a publié le sien. Je le découvre donc, et chose amusante, nous avons la même analyse et on cite aussi Fanny Mendelssohn comme exemple Wink
Revenir en haut Aller en bas
https://musiqueclassique.forumpro.fr
Icare
Admin
Icare

Nombre de messages : 15559
Age : 57
Date d'inscription : 13/11/2009

Être compositrice au XXIe siècle Empty
MessageSujet: Re: Être compositrice au XXIe siècle   Être compositrice au XXIe siècle Empty2021-05-01, 17:51

Snoopy a écrit:
Citation :
Eleni Karaindrou m'est très emblématique sur ce point: je ressens beaucoup de féminité dans sa musique

Pour rester chez les grecs/grecques, je ressens la même chose avec Evanthia Reboutsika par exemple.

Je ne connais Evanthia Reboutsika que de nom, sans doute parce que tu l'avais évoquée sur le fil "La musique grecque". J'y avais pourtant recopié une biographie sans doute sans l'avoir bien lue car je n'avais pas retenu ou plutôt j'avais oublié qu'elle composait de la musique instrumentale et le plus souvent pour le cinéma. Je croyais que c'était une chanteuse grecque qui interprétait ses propres compositions, un peu à la manière de Savina Yannatou ou Anoushka Shankar qui, elle, n'est pas grecque. J'étais donc complètement à côté. Hehe  Je suis entrain d'écouter un "Best of" sur Youtube pendant que j'écris. Elle est mariée à Panayotis Kalantzopoulos, également musicien et composant aussi pour l'image. J'ai un album de lui, une musique de film composée pour le film d'Olivier Horlait; Nicostratos, le pélican.
 
https://www.youtube.com/watch?v=KCT0aXR-4UA


Citation :
Ce n'est bien sûr pas l'essentiel pour apprécier l'oeuvre en question et je ne suis pas sûr que les compositrices seraient particulièrement flattées ou émues si un mélomane venait leur dire: "Je savais que l'oeuvre que j'ai écoutée et aimée était de la création d'une femme"?

Snoopy a écrit:
Je ne partage pas ton opinion sur ce point et je te dirai aussi que ça dépend des femmes.

Ce n'était pas une opinion mais une interrogation, comme le mentionne la ponctuation finale. Être compositrice au XXIe siècle 231625 Après je suis d'accord que les réactions seront différentes selon les compositrices.

Snoopy a écrit:
Pour prendre mon exemple, dans mon travail, qu'il soit musical ou pictural, on me dit très souvent que j'ai une sensibilité féminine.

Après tout, il n'y a aucune raison pour que les femmes détiennent à elles seules le monopole de la féminité. Être compositrice au XXIe siècle 231625 Plus sérieusement, je l'avais plus qu'insinué dans mon précédent commentaire, mais il m'arrive de ressentir de la féminité dans certaines oeuvres de compositeurs. Je n'évoquerai pas la musique de film, parce que les compositeurs sont souvent amenés à "illustrer" musicalement des personnages féminins, des étreintes amoureuses, et c'est souvent qu'une certaine douceur féminine transpire de ces moments musicaux... En revanche, tu as bien fait d'évoquer Franz Schubert car j'ai justement pensé à lui et avais failli le mentionner. Effectivement, je ressens parfois une certaine féminité dans sa musique, mais il n'est pas le seul. Il m'arrive de la ressentir également dans certaines compositions de W. A. Mozart, quasiment jamais chez J. S. Bach qui est le compositeur classique que je connais le mieux et que j'écoute le plus souvent. Je pense ressentir de cette féminité dans certaines pièces pour piano de Chopin. Après, il y a aussi l'interprète. Sur une pièce pour piano d'un compositeur comme Schubert ou Chopin, par exemple, une pianiste peut y adjoindre un peu de sa sensibilité féminine ou, du moins, appuyer celle qui transparait dans la musique, tout comme un interprète masculin peut l'atténuer et favoriser un autre trait de caractère de cette même musique. Ca m'amène à une question pour les quelques pianistes de ces lieux et pour toutes celles et ceux qui voudraient y répondre, le simple mélomane pouvant évidemment avoir son avis sur le sujet:

Vous arrive-t-il d'être déçus par une interprétation qui a, selon vous, négligé l'aspect féminin d'une oeuvre?

Snoopy a écrit:
Pour te dire, étant discret sur ma vie privée en dehors de ce forum et travaillant sous pseudo, j'ai lu sur des sites et des forums des gens qui parlaient de mon travail sans savoir si j'étais un homme ou une femme. Eh bien, la plupart du temps, les gens pensaient que j'étais une femme. Je te jure que c'est vrai.

Je te crois sans problème, tout comme l'expérience inverse existe très certainement avec une artiste prise pour un homme par le biais de ses créations.

Pour répondre brièvement à la dernière partie de ton commentaire, oui, tout dépend des oeuvres et des compositrices, si chez certaines la touche féminine s'avère flagrante, se détecte aisément, chez d'autres c'est moins évident, parfois brouillé par différents paramètres. On y mettrait moins sa main au feu. Laughing
Revenir en haut Aller en bas
Snoopy
Admin
Snoopy

Nombre de messages : 26330
Age : 47
Date d'inscription : 10/08/2006

Être compositrice au XXIe siècle Empty
MessageSujet: Re: Être compositrice au XXIe siècle   Être compositrice au XXIe siècle Empty2021-05-01, 20:58

Citation :
Ce n'était pas une opinion mais une interrogation, comme le mentionne la ponctuation finale.

Ah, pardon) J'avoue que je n'avais pas fait attention à ce détail. Désolé Wink

Citation :
Après tout, il n'y a aucune raison pour que les femmes détiennent à elles seules le monopole de la féminité

C'est bien vrai ça! Être compositrice au XXIe siècle 231625

Citation :
Je pense ressentir de cette féminité dans certaines pièces pour piano de Chopin

Ta remarque est une fois de plus intéressante, car une fois de plus, je n'ai pas le même ressenti non plus. Chopinou c'est un sensible, c'est indéniable. Pourtant, je n'y ressens pour ma part que peu de féminité. Tout comme la fameuse sonate "au clair de lune" de Beethoven qui est le summum du romantisme au piano pour beaucoup. Et c'est là que c'est intéressant. C'est beau, c'est sensible et pourtant...(à mes yeux) pas féminin pour deux sous. A l'inverse, je ressens vraiment la sensibilité masculine dans ce qu'elle a de plus belle, plus douce, plus tragique, plus silencieuse si je puis dire.

Autant j'adore la sonate dite "au clair de lune" que je trouve mélancolique à souhaits, autant j'y vois justement typiquement la sensibilité d'un homme, une sensibilité tout en pudeur, effacée, réservée, presque une douleur qu'on ose timidement exprimer. Exactement comme chez Chopin.

Et c'est vraiment intéressant ces comparaisons en quelque sorte, car on à l'impression que cette expression de la sensibilité, qui émane au fond d'une même émotion qu'on soit homme ou femme, se traduit de manière finalement très différente. Du moins à mes oreilles. Pour moi la sensibité de Chopin ou de Beethoven (pour ne citer qu'eux) est bien une sensibilité masculine dans ce qu'elle a de plus subtile et douce. Mais je n'y sens pas trop le côté féminin contrairement à chez Schubert par exemple. Bien sûr ce n'est que mon avis personnel, mais c'est vraiment comme ça que je le ressens.

Cela serait intéressant d'avoir des avis de femmes en fait sur ce sujet.

Citation :
Vous arrive-t-il d'être déçus par une interprétation qui a, selon vous, négligé l'aspect féminin d'une oeuvre?

J'avoue que comme ça, sans réflexion, je ne saurai répondre.

Par contre, je pense vraiment qu'il y a une différence dans l'interprétation d'une oeuvre et d'un instrument qu'on soit un homme ou une femme. Je prends l'exemple de Lucienne Renaudin. Elle a une manière très personnelle et sensuelle de jouer de la trompette comme je n'en ai jamais entendu chez les hommes.

Citation :
tout comme l'expérience inverse existe très certainement avec une artiste prise pour un homme par le biais de ses créations.

En effet, je pense aussi. Les gens jugent cerainement sur le résultat qui leur semble venir d'une sensibilité "masculine" ou "féminine" selon des critères plus ou moins subjectifs.

Revenir en haut Aller en bas
https://musiqueclassique.forumpro.fr
Pianoline
Mascotte du forum
Mascotte du forum
Pianoline

Nombre de messages : 2325
Age : 28
Date d'inscription : 08/06/2011

Être compositrice au XXIe siècle Empty
MessageSujet: Re: Être compositrice au XXIe siècle   Être compositrice au XXIe siècle Empty2021-05-01, 21:09

Je lis d'un air assez amusé votre débat sur la sensibilité féminine qui serait différente des compositeurs masculins. (le sujet a un peu dévié du titre initial, mais sans être hors sujet).
Je vous lis, mais je n'arriverais pas à m'exprimer sur le sujet car je ne sais pas. Ce que je peux simplement dire, c'est que d'oreille, sans savoir, je n'arriverais pas à savoir si la musique vient d'un homme ou d'une femme. Certaines, de part leur infinie sensibilité, sensualité et douceur, j'aurais parié qu'il s'agissait d'une femme, et ba non... et inversement. Ca dépend non seulement de la personnalité, mais aussi et surtout de l'émotion du moment ! Et celles-ci sont universelles et asexuées (pour dire, pas de différence de sexe, pas sûre de mon mot Être compositrice au XXIe siècle 1521897346 ).

Néanmoins, je me laisse plutôt convaincre par vos différents avis et arguments. Je laisse vos idées émerger, peut être aurai-je un avis plus élaboré plus tard. Pour le moment, bien que je trouve le sujet très intéressant, je n'arrive vraiment pas à me positionner.

Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
Icare

Nombre de messages : 15559
Age : 57
Date d'inscription : 13/11/2009

Être compositrice au XXIe siècle Empty
MessageSujet: Re: Être compositrice au XXIe siècle   Être compositrice au XXIe siècle Empty2021-05-01, 22:42

Snoopy a écrit:
Citation :
Je pense ressentir de cette féminité dans certaines pièces pour piano de Chopin

Ta remarque est une fois de plus intéressante, car une fois de plus, je n'ai pas le même ressenti non plus. Chopinou c'est un sensible, c'est indéniable. Pourtant, je n'y ressens pour ma part que peu de féminité.

Sur Chopin, je n'ai pas voulu être affirmatif car c'est un compositeur que je ne connais pas suffisamment, n'écoute que rarement et n'ai donc pas suffisamment approfondi et "analysé" sa poétique musicale pour l'être, et c'est d'ailleurs pour cette raison que j'ai écrit "je pense". Ce n'est pas comme Franz Schubert qui est un compositeur que je connais et surtout ressens largement mieux. Avec lui, je suis plus sûr de mon ressenti. Je n'exclus donc pas la possibilité d'une fausse impression concernant certaines pièces de Chopin. Pour Beethoven, qui est un compositeur que je connais déjà beaucoup mieux et écoute plus souvent que Chopin, je n'ai jamais ressenti, pas même au travers de ses musiques les plus douces et romantiques, cette féminité dont nous parlons, même si je n'ai jamais abordé sa musique avec cet aspect en tête. Mais disons qu'avec, par exemple, Schubert, sans m'être posé la moindre question sur ce sujet, c'est un aspect qui a parfois surgi pendant l'écoute comme une évidence...et comme Snoopy a ce même ressenti, je m'autorise de penser qu'il y a dans sa musique ce quelque-chose que nous interprétons, à tort ou à raison, comme une forme de féminité...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Être compositrice au XXIe siècle Empty
MessageSujet: Re: Être compositrice au XXIe siècle   Être compositrice au XXIe siècle Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Être compositrice au XXIe siècle
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Toutes les musiques du monde :: Communauté :: Discussions sur la musique-
Sauter vers: