Forum sur la musique classique
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  Connexion  

Partagez | 
 

 Jean Rivier (1896-1987)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Snoopy
Admin
avatar

Nombre de messages : 21019
Age : 42
Date d'inscription : 10/08/2006

MessageSujet: Jean Rivier (1896-1987)   Jeu 9 Nov - 9:12

Jean Rivier, Compositeur Français né le 21 juillet 1896 à Villemomble et mort le 6 novembre 1987 à La Penne-sur-Huveaune).

Jean Rivier est le fils du pharmacien Henri Rivier, co-inventeur (avec Auguste Ponsot) du papier d'Arménie. Il ne fait pas d'études musicales avant la fin de la Première Guerre mondiale, dans laquelle il est engagé à partir de décembre 1914. En août 1918, il est gazé à l'ypérite, ce qui lui donne ensuite une santé fragile.

Jean Rivier, après des études de philosophie, intègre en 1922 le conservatoire de musique de Paris dans les classes de Jean Gallon (harmonie), Georges Caussade (fugue et contrepoint) et Maurice Emmanuel (histoire de la musique), étudiant également le piano avec Paul Braud (un élève de César Franck) et le violoncelle avec Paul Bazelaire. En 1926, il y obtient le 1er prix de fugue et contrepoint, (écriture musicale) la même année qu'Olivier Messiaen.

À cette même période, mais plus âgé, un compositeur Paul Rivier exerce à Lyon, dans des styles autres, il est proche des Revues Parisiennes. La SACEM, Société des Auteurs Compositeurs et Éditeurs de musiques rue Chaptal à Paris, doit différencier les œuvres déposées par Paul, ce pianiste expert de Lyon, qui créa de nombreux titres d'opérettes ou du music-hall et travailla avec l'O.R.T.F., antenne régionale de radio située cours Gambetta à Lyon, de celles de Jean totalement différentes.

De 1936 à 1940, avec Pierre-Octave Ferroud et Henry Barraud, Jean prend une part active au groupe du Triton qui tente de réconcilier les différentes tendances de la musique française du xxe siècle.

À partir de 1947 il est professeur de composition, d'abord en alternance avec Darius Milhaud, titulaire de la classe et auquel il succède pour enseigner à temps plein de 1962 à 19661. Influencé par Ravel, Roussel, Prokofief et Jolivet, il a écrit huit symphonies (sept de 1932 à 1961 et la dernière en 1978), quatre quatuors à cordes, une dizaine de concertos, un requiem (1953). En 1971, il a reçu le grand prix musical de la Ville de Paris.

Il a été le professeur de Charles Chaynes, Georges Delerue, Xavier Darasse et Gareth Walters.


Style

N'adhérant pas aux courants majoritaires de son époque (tel que le sérialisme), Jean Rivier a un style de musique principalement tonale, proche du romantisme et "plaçant l'expression musicale avant toute recherche abstraite de langage ".

Ses compositions témoignent néanmoins d'une forte imagination et peuvent être, à l'instar de son contemporain Dmitri Chostakovitch, empreinte d'humour (comme dans Vénitienne, ou dans le sarcastique final de son Concerto de Saxophone), ou au contraire faire preuve d'un "dépouillement le plus convaincant (Heureux ceux qui sont morts...)", ou encore, comme l'indiquera le musicologie Antoine Goléa, "donner une splendide incarnation musicale aux expériences spirituelles que les situations extrêmes, le danger permanent de la mort, permettent de connaître et d'approfondir", notamment dans son Requiem de 1953 et dans son Christus Rex de 19674.

Le critique musical Bernard Gavoty et le compositeur Daniel-Lesur écriront que ""Jean Rivier est si aimable, si modeste, si accueillant, qu'au bout de cinq minutes on croirait avoir à faire à un ami de vingt ans ! L'homme n'a pas plus d'idée préconçue que le musicien n'a de système. L'un et l'autre ont du bon sens. Homme du monde accompli, c'est un ami sûr et fidèle. Quant au musicien [compositeur], c'est un constructeur. Fuir à la fois le conventionnel et le sensationnel, tel semble être le parti auquel s'est arrêté Rivier".


Décès

Si à ses obsèques fut remarquée la présence de quelques-uns de ses anciens élèves comme Monic Cecconi, Tôn-Thât Tiêt, Antoine Tisné, Thérèse Brenet, Michel Decoust, Jean-Marie Londeix et Jean-Paul Holstein, cet important compositeur, dont l'illustre virtuose Marcel Mule interpréta souvent les pièces, mourut dans l'indifférence et en l'absence de toute manifestation officielle. On notera toutefois que le conservatoire de musique de sa ville natale, Villemomble porte son nom ainsi qu'une impasse, à Saint-Germain-de-Marencennes.


Catalogue des Œuvres


Musique de chambre

Contrebasse : Pièce en ré

Flûte : Virevoltes (1972) Oiseaux tristes

Piano : Trois pointes sèches (1952) Stridences (1956) Quatre fantasmes (1967) Suite pour des mains amies

Deux pianos : Concerto n°1 en ut (1940) Concerto breve (1953) Quatre séquences dialoguées (1973)

Alto et piano: Doloroso et giocoso (1969)

Flûte et piano : Concerto pour flûte (1956)

Flûte et clarinette : Duo pour flûte et clarinette (1968)

trompette et piano : Concerto pour trompette (1970) Aria (trompette et orgue)

violon et violoncelle : Sonatine


Trois instruments

Concerto pour saxophone, alto et trompette (1954)
Trio à cordes
Petite suite pour hautbois, clarinette et basson


Quatre instruments

Grave et presto pour saxophones (1972)
2 Quatuors à cordes


Cinq instruments

Capriccio pour quintette à vents (1972)

Brillances pour septuor de cuivres


Œuvres destinées à la formation des jeunes instrumentistes

Piano : Le petit gondolier (1951)
Violon et piano : Espagnole (1951)
Flûte et piano : Comme une tendre berceuse (1984)
Clarinette et Piano : Trois mouvements (1985)

Orchestre

8 Symphonies :
Symphonie no 1 (création à Paris, le 29 janvier 1933)
Symphonie no 2 en ut majeur pour orchestre à cordes (1937)
Symphonie no 3 en sol majeur pour orchestre à cordes (1937, création à Paris, le 25 novembre 1940)
Symphonie no 4 en si bémol majeur pour orchestre à cordes (1947)
Symphonie no 5 en la mineur (1950, création à Strasbourg, le 24 juin 1951)
Symphonie no 6 en mi mineur "Les Présages" (1958, création à Paris, le 11 décembre 1958)
Symphonie no 7 en fa majeur "Les Contrastes" (1971)
Symphonie no 8 pour orchestre à cordes (1978)

Chant funèbre
Trois pastorales
Ouverture pour un Don Quichotte
Ouverture pour une opérette imaginaire
Paysage pour une Jeanne d'Arc à Domrémy
Rhapsodie provençale
Ouverture pour un drame
Musique pour un ballet
Le Déjeuner sur l'herbe
Drames
Résonances
Climats
Divertissement dans un style d'opérette


Orchestre à cordes

Triades (1967)
Adagio


Musique concertante


Piano

Concerto n°1 et ut (1940)
Concerto breve (1953)


Flûte

Concerto pour flûte (1956)
Concerto pour flûte, version pour orchestre d’harmonie (1956)

Basson : concerto pour basson (1963)
Clarinette : Concerto pour clarinette (1958)
Hautbois : Concerto pour hautbois (1966)
Concerto pour cuivres et timbales (1963)

Trompette

Concerto pour trompette (1970)
Saxophone et trompette
Concerto pour saxophone alto et trompette (1954)
Concerto pour saxophone alto et trompette, version pour orchestre d’harmonie (1954)


Alto : Concerto pour alto (1935)
Violon : Concerto pour violon (1942)


Violoncelle

Concerto pour violoncelle
Rhapsodie pour violoncelle et orchestre (1927)


Musique vocale

Quatre chœurs pour voix de femme a capella (1956)
Deux poèmes de Ronsard et du Bellay (1963)
Christus rex, oratorio (1967)
Requiem (1953)
Psaume LVI
Dolor
Quatre choeurs pour voix de femme a cappella (1963)
Vénitienne, opéra comique
Ballata degli amanti dispareri, pour soprano, choeur et orchestre
48 Mélodies
Revenir en haut Aller en bas
http://musiqueclassique.forumpro.fr
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 10805
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Jean Rivier (1896-1987)   Ven 13 Juil - 14:28

Avec ARIA pour trompette et orgue de Jean Rivier, d'une durée approximative de 6mn 30, on touche peut-être à la perle rare du CD. Certes, celles, respectives, de Delerue, Ancelin, Chailley, sont fort plaisantes, mais là, cette musique semble me guider dans un songe, elle est magie, délicatesse et beauté:

<< Après la destruction du langage tonal et des formes traditionnelles, le mouvement qui nait en réaction porte la marque de l'esprit français, synthèse entre le rythme neuf de Stravinsky et un goût latin pour la rigueur architecturale. Jean Rivier, cependant, n'appartient à aucune école. Cette Aria pour trompette et orgue est une oeuvre mystique qu'une modalité recueillie apparente davantage à ce retour au chant grégorien dont Niedemeyer fut l'un des initiateurs. Le lyrisme simple de la suavité des gammes par tons de cette pièce toute de charme et de finesse - noter l'emploi de la sourdine "bol" à la réexposition du thème - répondent à ce propos du compositeur: "J'écris pour chaque oeuvre, et inconsciemment, dans le langage qui parait lui convenir." >> A. M. G.


Dernière édition par Icare le Sam 14 Juil - 11:18, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 10805
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Jean Rivier (1896-1987)   Sam 14 Juil - 0:14



Revenir en haut Aller en bas
joachim
Admin
avatar

Nombre de messages : 16198
Age : 71
Date d'inscription : 19/08/2006

MessageSujet: Re: Jean Rivier (1896-1987)   Sam 14 Juil - 11:20

Dans les années 1960, on pouvait écouter beaucoup de morceaux de Jean Rivier sur France Musique (alias France 4) et France Culture (alias France 3). Actuellement, c'est rare. D'ailleurs je n'ai en CD que cet aria pour trompette et orgue - oeuvre que j'aime bien - alors que j'ai eu l'occasion d'écouter, à cette époque, une quarantaine de ses oeuvres. Parmi lesquelles presque toutes les symphonies et concertos, d'autres oeuvres d'orchestre, de la musique de chambre et même un oratorio : Christus Rex. Si j'avais aimé il y a plus de 40 ans, je suppose que j'aimerais toujours. Hehe
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 10805
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Jean Rivier (1896-1987)   Sam 14 Juil - 11:22


Logiquement, ce compositeur devrait te plaire, même peut-être plus qu'à moi.
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 10805
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Jean Rivier (1896-1987)   Dim 12 Juin - 19:23

Joachim, visiblement, tu as eu l'occasion d'écouter beaucoup d'oeuvres de Jean Rivier, compositeur quasiment oublié aujourd'hui, alors que, personnellement, je ne connais que l'Aria pour trompette et orgue et Grave et Presto pour quatuor de saxophones. Il se trouve que j'aime bien ces deux oeuvres. En fait, j'ai été surpris d'aimer beaucoup plus que je le pensais le second mouvement "Presto (molto vivo)" de sa pièce pour quatre saxophones. J'étais passé complètement à côté lors des écoutes précédentes et pourtant, il y a de la couleur et de la vie dans cette musique. Il se peut aussi que mon oreille apprivoise mieux les sonorités de quatre saxophones jouant ensemble, qu'elle s'est mieux familiarisée avec cette formation instrumentale qui m'avait toujours paru un peu monotone. En conséquence, je me dis qu'il me faudrait tenter des oeuvres plus imposantes de Jean Rivier.
Revenir en haut Aller en bas
joachim
Admin
avatar

Nombre de messages : 16198
Age : 71
Date d'inscription : 19/08/2006

MessageSujet: Re: Jean Rivier (1896-1987)   Dim 12 Juin - 20:49

Contrairement au quatuor de saxophones de Desenclos, j'ai écouté ce court Grave et Presto, et c'est vrai que j'ai bien aimé aussi. Je pense qu'au moins certaines oeuvres de Jean Rivier mériteraient de sortir de l'oubli.

A part deux symphonies, on ne trouve que quelques oeuvrettes sur Youtube

Pour faire plaisir à Laudec, voici "Oiseaux tendres" pour flûte


https://www.youtube.com/watch?v=oLwgEIAwAHw

Revenir en haut Aller en bas
laudec

avatar

Nombre de messages : 3245
Age : 65
Date d'inscription : 25/02/2013

MessageSujet: Re: Jean Rivier (1896-1987)   Dim 12 Juin - 21:14

Merci, j'aime beaucoup ce solo de flûte qui évoque les oiseaux, très agréable à) écouter.
Compositeur que je ne connaissais pas et dont j'ai encore trouvé d'autres vidéos qui m'ont bien plu également, notamment l'aria pour trompette et orgue dont parle Icare.


https://youtu.be/9UzyPErryig

concerto pour saxophone, trompette et piano

J'ai également lu qu'il avait mis en musique de nombreux poèmes notamment de Guillaume Apollinaire, Henri Mahaut, Arthur Rimbaud, Pierre de Ronsard, Clément Marot, Joachim du Bellay, Rene Chalupt, and Paul Gilson...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Jean Rivier (1896-1987)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Jean Rivier (1896-1987)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Toutes les musiques du monde :: Musique classique :: Les compositeurs-
Sauter vers: