Forum sur la musique classique
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  Connexion  

Partagez | 
 

 Niccolò Jommelli (1714-1774)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Snoopy
Admin
avatar

Nombre de messages : 21017
Age : 42
Date d'inscription : 10/08/2006

MessageSujet: Niccolò Jommelli (1714-1774)   Mer 1 Nov - 22:47

Niccolò Jommelli est un compositeur italien né à Aversa (Italie), le 10 septembre 1714, et mort à Naples, le 25 août 1774.

Jommelli commença à composer des ballets et une cantate d'église, qui le firent remarquer. En 1737, il usa d'un pseudonyme pour son premier Opéra, L'errore amoroso, tant il était incertain de son talent. La première exécution, à Naples, fut un succès qui l'encouragea à composer son deuxième opéra, Odoardo.

En 1740, Jommelli gagna Rome et écrivit Ricimero et Astianatte, deux opéras qui accrurent sa renommée. Jommelli reçut alors une commande de la ville de Bologne, ce qui lui donna l'occasion de rencontrer le Padre Giovanni Battista Martini — le plus célèbre musicien italien d'alors, dont Wolfgang Amadeus Mozart fut élève. En 1747, son prestige était si grand qu'il lui fut demandé de sélectionner le candidat pour le poste de maître de chapelle à Naples.

En 1748, la création, à Vienne, de son opéra Didone lui assura l'admiration de Marie-Thérèse d'Autriche et Pietro Metastasio. Métastase prétendait que sa musique « avait justement surpris et enchanté tant la cité que la cour. Elle est pleine de grâce, de profondeur, de nouveauté et d'harmonie, et par-dessus tout, d'expression. Tout s'exprime, des violons aux contrebasses. Jusqu'à présent, je n'ai rien entendu d'aussi convainquant. » Le César des poètes écrivit, à la demande de l'empereur Charles VI d'Autriche, le livret de l'oratorio La Passione di nostre Signore Gesù Cristo (1749), initialement mis en musique par le célèbre compositeur vénitien Antonio Caldara (1670-1736).

Jommelli revint à Rome en 1749, où il fut nommé maître auxiliaire de chapelle. En 1753, il fut appelé par le duc de Württemberg à Stuttgart, où, seize ans durant, il fut Oberkapellmeister de sa cour, avec salaire annuel exceptionnel de 4000 florins. Il composa à Stuttgart en 1756, pour commémorer la mort de la mère de son employeur, son Requiem en mi bémol majeur pour soli, chœur et orchestre. La santé de son épouse le ramena en Italie, en 1769. Le roi du Portugal l'invita pour composer des opéras mais, trop fatigué, il dut décliner l'offre et continua de composer à Aversa. En 1770, son opéra Armida fut entendu à Naples par Mozart, alors âgé de quatorze ans, qui l'apprécia beaucoup. En 1771, l'opéra Ifigenia fut un échec qui détourna Jommelli du genre. Il se consacra alors à la musique religieuse, produisant un magnifique Miserere.

Niccolò Jommelli nous a légué une centaine d'œuvres variées : Opéras, sérénades, cantates et pièces liturgiques diverses, telles les attachantes Lamentations de Jérémie (1750).

Principales œuvres

Ses opéras :

L'errore amoroso (1737)
Ricimero (1740)
Astianatte (1740)
Ezio (1741)
Merope (1741)
Demofoonte (1743)
Cajo Mario (1746)
Don Trastullo (1746)
La Didone abbandonata (1747)
Didone (1748)
Artaserse (1749)
Demetrio (1749)
L'Ifigenia (1751)
Attilio Regolo (1753)
Enea nel Lazio (1755)
L'Olimpiade (1761)
Fetonte (1768)
Armida abbandonata (1770)
Revenir en haut Aller en bas
http://musiqueclassique.forumpro.fr
joachim
Admin
avatar

Nombre de messages : 16383
Age : 71
Date d'inscription : 19/08/2006

MessageSujet: Re: Niccolò Jommelli (1714-1774)   Jeu 29 Jan - 16:57

Si Jommelli est avant tout un compositeur d'opéras (pas moins de 104 !), il n'en demeure pas moins qu'il a composé également une abondante oeuvre religieuse, parmi lesquelles 15 oratorios et 18 Messes, ainsi que des oeuvres vocales profanes (sérénades, cantates) et un peu de musique instrumentale (4 concertos, sonates).

Jusqu'à présent je n'avais écouté que des extraits d'opéras ainsi qu'une chaconne orchestrale et une sonate en trio.

J'ai écouté aujourd'hui son Requiem en mi bémol majeur, pour solistes, choeurs et orchestre, mais j'avoue que je me suis plutôt ennuyé : on a l'impression d'entendre toujours la même musique pendant les 57 minutes de la partition.

Jean connaît peut-être ?
Revenir en haut Aller en bas
Jean

avatar

Nombre de messages : 6521
Age : 74
Date d'inscription : 14/05/2007

MessageSujet: Re: Niccolò Jommelli (1714-1774)   Jeu 29 Jan - 18:00

Non !...mais je ne sais plus ce que j'avais entendu de lui, qui m'avais un peu laissé la même impression que toi dans le requiem Crying or Very sad ...de ce fait je l'ai peut etre un peu vite...rayé de mes listes!
Revenir en haut Aller en bas
Jean

avatar

Nombre de messages : 6521
Age : 74
Date d'inscription : 14/05/2007

MessageSujet: Re: Niccolò Jommelli (1714-1774)   Dim 28 Juil - 10:28



voilà qui me fait changer d'avis sur la musique de Jommelli Wink entre baroque et classique , compositeur d'opéra il sollicite assez la virtuosité de ses solistes; c'est très varié et je ne me suis pas ennuyé une seconde!!
Revenir en haut Aller en bas
Jean

avatar

Nombre de messages : 6521
Age : 74
Date d'inscription : 14/05/2007

MessageSujet: Re: Niccolò Jommelli (1714-1774)   Jeu 2 Jan - 23:16

Je viens de réécouter ce cd...non seulement je ne me suis pas ennuyé mais cette fois j'y ai entendu de véritables chef d'oeuvre
Revenir en haut Aller en bas
joachim
Admin
avatar

Nombre de messages : 16383
Age : 71
Date d'inscription : 19/08/2006

MessageSujet: Re: Niccolò Jommelli (1714-1774)   Dim 16 Nov - 20:24

Catalogue

Operas

Ricimero re de' Goti (Roma, 1740)
Astianatte (Roma, 1741) - libretto di Antonio Salvi
Ezio (Bologna, 1741) - libretto di Pietro Metastasio
Semiramide riconosciuta (Torino, 1741) - libretto di Pietro Metastasio
Merope (Venezia, 1741) - libretto di Apostolo Zeno
Eumene (Bologna, 1742) - libretto di Apostolo Zeno
Semiramide (Venezia, 1742) - libretto di Francesco Silvani
Tito Manlio (Torino, 1743) - libretto di Gaetano Roccaforte
Demofoonte (Padova, 1743) - libretto di Pietro Metastasio
Alessandro nell'Indie (Ferrara, 1744) - libretto di Pietro Metastasio
Ciro riconosciuto (Bologna, 1744) - libretto di Pietro Metastasio
Sofonisba (Venezia, 1746) - libretto di Antonio Zanetti e Girolamo Zanetti
Cajo Mario (Roma, 1746) - libretto di Gaetano Roccaforte
Antigono (Lucca, 1746) - libretto di Pietro Metastasio
Tito Manlio (Venezia, 1746) - libretto di Jacopo Antonio Sanvitale
Didone abbandonata (Roma, 1747) - libretto di Pietro Metastasio
Achille in Sciro (Vienna, 1749) - libretto di Pietro Metastasio
Artaserse (Roma, 1749) - libretto di Pietro Metastasio
Ciro riconosciuto (Venezia, 1749) - libretto di Pietro Metastasio
Demetrio (Parma, 1749) - libretto di Pietro Metastasio
Cesare in Egitto (Roma, 1751) - libretto di Giacomo Francesco Bussani
Ifigenia in Aulide (Roma, 1751) - libretto di Mattia Verazi
Ipermestra (Spoleto, 1751) - libretto di Pietro Metastasio
Talestri (Roma, 1751) - libretto di Gaetano Roccaforte
Attilio Regolo (Roma, 1753)
Bajazette (Torino, 1753) - libretto di Agostino Piovene
La clemenza di Tito (Stoccarda, 1753) - libretto di Pietro Metastasio
Catone in Utica (Stoccarda, 1754) - libretto di Pietro Metastasio
Lucio Vero (Milano, 1754)
Il giardino incantato (Stoccarda, 1755)
Enea nel Lazio (Stoccarda, 1755) - libretto di Mattia Verazi
Penelope (Stoccarda, 1755) - libretto di Mattia Verazi
Il Creso (Roma, 1757) - libretto di Giovacchino Pizzi
Temistocle (Napoli, 1757) - libretto di Pietro Metastasio
Tito Manlio (Stoccarda, 1758)
Ezio (Stoccarda, 1758)
Endimione (Stoccarda, 1759)
Nitetti (Stoccarda, 1759) - libretto di Pietro Metastasio
Alessandro nell'Indie (Stoccarda, 1760)
Cajo Fabrizio (Mannheim, 1760) - libretto di Mattia Verazi
L'Olimpiade (Stoccarda, 1761) - libretto di Pietro Metastasio
L'isola disabitata (Ludwigsburg, 1761) - libretto di Pietro Metastasio)
Semiramide riconosciuta (Stoccarda, 1762)
Didone abbandonata (Stoccarda, 1763)
Il trionfo d'amore (Ludwigsburg, 1763) - libretto di Giampiero Tagliazucchi
Demofoonte (Stoccarda, 1764)
Il re pastore (Ludwigsburg, 1764) - libretto di Giampiero Tagliazucchi
La pastorella illustre (Stoccarda, 1764) - libretto di Giampiero Tagliazucchi
Temistocle (Ludwigsburg, 1765)
Imeneo in Atene (Ludwigsburg, 1765)
Vologeso (Ludwigsburg, 1766) - libretto di Mattia Verazi
Fetonte (Ludwigsburg, 1768)
Armida abbandonata (Napoli, 1770) - libretto di Francesco Saverio de' Rogati
Demofoonte (Napoli, 1770)
Ifigenia in Tauride (Napoli, 1771) - libretto di Mattia Verazi
Achille in Sciro (Roma, 1771)
Il trionfo di Clelia (Napoli, 1774) - libretto di Pietro Metastasio
La Griselda


Pasticci seri e comici

La contessina (1743)
Catone in Utica (1747)
Merope (1749)
Andromeda (1750)
Euridice (1750)
Armida placata (1750)
César in Egipte (1751)
Fetonte (Stoccarda, 1753) - libretto di Leopoldo de Villati
I tre vecchi innamorati (1768)
Arcadia in Brenta


Intermezzi, opere buffe e drammi serio-comici

L'errore amoroso (Napoli, 1737) - libretto di Antonio Palomba
Odoardo (Napoli, 1738)
Don Chichibio (Roma, 1742)
L'amore in maschera (Napoli, 1748) - libretto di Antonio Palomba
La cantata e disfida di Don Trastullo (Roma, 1749)
L'uccellatrice (Venezia, 1751) - libretto di Carlo Goldoni
Il Parataio (Parigi, 1753) - revisione de L'uccellatrice
La villana nobile (Palermo, 1751) - libretto di Antonio Palomba
I rivali delusi (Roma, 1752)
Don Falcone (Bologna, 1754)
La critica (Ludwigsburg, 1766)
Il matrimonio per concorso (Ludwigsburg, 1766) - libretto di Gaetano Martinelli
Il cacciatore deluso ovvero La Semiramide in bernesco (Tubinga, 1767) - libretto di Gaetano Martinelli
La schiava liberata (Ludwigsburg, 1768) - libretto di Gaetano Martinelli
L'amante cacciatore (Roma, 1771)
Le avventure di Cleomede (1771) - libretto di Gaetano Martinelli
Il giuoco di Picchetto (1772)
La conversazione e L'accademia di musica (1775)
La pellegrina


Serenate

Perché da l'alta reggia (1747)
Siam nel Parnaso, o amica (1751)
La reggia de' Fati (1753)
La pastorale offerta (1753)
L'asilo d'amore (Stoccarda, 1758)
Le cinesi (1765)
Arcadia conservata (1765 c.)
L'unione coronata (Stoccarda, 1768)
Cerere placata (Napoli, 1772)
La partenza


Oratori e cantate sacre

Isacco figura del Redentore (Libretto: Pietro Metastasio)
La Betulia liberata
Joas
Juda proditor
La Passione di Gesù Cristo
Giuseppe glorificato in Egitto
Le spose di Elcana
La natività della Beatissima Vergine (1750)
La gloriosa ascensione al cielo di Nostro Signor Gesù Cristo
La natività della Beatissima Vergine (1751)
La natività della Beatissima Vergine (1752)
Il sacrificio di Gefte
La reconciliazione della Virtù e della Gloria
Gerusalemme convertita
Il sogno di Nabucco


Musique sacrée

Messe "Solennelle" : Sop. Alto-Ténor-Basse-ch. 4 voix-orgue (1766)
Messe : 3 Sopranos-2 Altos-ch. 4 voix-cordes-orgue (1745)
Missa : 4 soli-choeur 5 voix-orchestre-orgue  (1769)
Credo : choeur 4 voix-orchestre-basse continue
Credo : choeur 4 voix-orchestre-orgue
Credo : Soprano-Alto-choeur 8 voix-orgue
Gloria : 4 voix-orchestre
Gloria : choeur 4 voix-orchestre
Kyrie : choeur 4 voix-orchestre
Sicut Locutus Est : 2 Sopranos-Alto-orgue
Graduels
Offertoires
Messe pour les Defunts : choeur 4 voix-cordes-orgue (1756)
Requiem : 4 soli-choeur 4 voix-orchestre-orgue  (1764)
De Profundis : quatuor vocal-choeur 4 voix-cordes
Magnificat : 2 Sopranos-Alto-Ténor-2 Basses-choeur 8 voix-orgue (1750)
Magnificat : 2 Sopranos-Basse-orgue
Magnificat : 4 soli-choeur 4 voix-orchestre-orgue
Magnificat : choeur 4 voix (1750)
Lamentations du Prophete Jeremie pour le Mercredi Saint
Lecons de la Semaine Sainte
Repons pour la Semaine Sainte : choeur 4 voix-orgue Répons
Miserere en sol mineur
Motets
Antiphones
Psaumes
Te Deum : 2 Sopranos-Alto-Basse-choeur 4 voix-orchestre (1746)
Te Deum : Alto-choeur 4 voix-orchestre (1763)
Te Deum : choeur 5 voix-orchestre


Musique instrumentale

Concerto pour clavecin et orchestre en ré majeur (v. 1750) Concertos en fa majeur et en sol majeur
Concertos pour flûte en sol majeur et en ré majeur
Sinfonia pour salterio, cordes et basse continue en sol majeur
Ouverture périodique (Allegro et Chaconne) en mi bémol majeur
Divertimento à 2 violons, alto, cor et b.c. en mi bémol majeur
Napolitano pour flûte, 2 violons et b.c. en ré majeur
Concerto da camera pour 2 violons et b.c. en fa mineur
7 Sonates en trio pour 2 violons ou flûte et b.c., en ré, sol, ré, sol, ut, ré, sol (1751)
Quatuors pour 2 violons, violoncelle et b.c.
Sonates et Marches pour clavecin
Revenir en haut Aller en bas
Bel Canto
Admin
avatar

Nombre de messages : 5816
Age : 61
Date d'inscription : 10/07/2007

MessageSujet: Niccolò JOMMELLI (1714-1774)    Lun 30 Mai - 12:52



Niccolò Jommelli (né le 10 septembre 1714 à Aversa, en Campanie, Italie - mort le 25 août 1774 à Naples) est un compositeur italien du xviiie siècle.

Biographie

Niccolò Jommelli commença par composer des ballets et une cantate d'église qui le firent remarquer. En 1737, il usa d'un pseudonyme pour son premier opéra, L'errore amoroso, tant il était incertain de son talent. La première exécution, à Naples, fut un succès qui l'encouragea à composer son deuxième opéra, Odoardo.

En 1740, le compositeur gagna Rome et écrivit Ricimero et Astianatte, deux opéras qui accrurent sa renommée. Il reçut alors une commande de la ville de Bologne, ce qui lui donna l'occasion de rencontrer le Padre Giovanni Battista Martini — le plus célèbre musicien italien d'alors, dont Wolfgang Amadeus Mozart fut élève. En 1747, son prestige était si grand qu'il lui fut demandé de sélectionner le candidat pour le poste de maître de chapelle à Naples.

En 1748, la création, à Vienne, de son opéra Didone lui assura l'admiration de Marie-Thérèse d'Autriche et Pietro Metastasio. Metastasio prétendait que sa musique « avait justement surpris et enchanté tant la cité que la cour. Elle est pleine de grâce, de profondeur, de nouveauté et d'harmonie, et par-dessus tout, d'expression. Tout s'exprime, des violons aux contrebasses. Jusqu'à présent, je n'ai rien entendu d'aussi convaincant.» Le César des poètes écrivit, à la demande de l'empereur Charles VI d'Autriche, le livret de l'oratorio La Passione di Nostro Signore Gesù Cristo (1749), initialement mis en musique par le célèbre compositeur vénitien Antonio Caldara (1670-1736).

Niccolò Jommelli revint à Rome en 1749, où il fut nommé maître auxiliaire de chapelle. En 1753, il fut appelé par le duc de Württemberg à Stuttgart, où, seize ans durant, il fut Oberkapellmeister de sa cour, avec un salaire annuel exceptionnel de 4000 florins. Il composa à Stuttgart en 1756, pour commémorer la mort de la mère de son employeur, son Requiem en mi bémol majeur pour soli, chœur et orchestre. La santé de son épouse le ramena en Italie en 1769. Le roi du Portugal l'invita pour composer des opéras mais, trop fatigué, il dut décliner l'offre et continua de composer à Aversa. En 1770, son opéra Armida fut entendu à Naples par Mozart, alors âgé de quatorze ans, qui l'apprécia beaucoup. En 1771, l'opéra Ifigenia fut un échec qui détourna Jommelli du genre. Il se consacra alors à la musique religieuse, produisant un magnifique Miserere.

Niccolò Jommelli nous a légué une centaine d'œuvres variées : Opéras, sérénades, cantates et pièces liturgiques diverses, telles les attachantes Lamentations de Jérémie (1750).

Principales œuvres

Opéra
L'errore amoroso (1737)
Ricimero (1740)
Astianatte (1740)
Ezio (1741)
Merope (1741)
Demofoonte (1743)
Cajo Mario (1746)
Don Trastullo (1746)
La Didone abbandonata (1747)
Didone (1748)
Artaserse (1749)
Demetrio (1749)
L'Ifigenia (1751)
Attilio Regolo (1753)
Enea nel Lazio (1755)
L'Olimpiade (1761)
Il Vologeso, ossia Berenice, reine d'Arménie (1766)
Fetonte (1768)
Armida abbandonata (1770)

Oratorio
La passione di Gesù Cristo, Rome, 1749

Pour découvrir Jommelli
Le Lamentazioni del profeta Geremia per il mercoledì Santo, par Il Seminario Musicale sous la direction de Christophe Rousset, avec Véronique Gens et Gérard Lesne
Armida abbandonata, par Les Talens Lyriques sous la direction de Christophe Rousset.
Requiem en mi bémol majeur pour soli, chœur et orchestre par l'Orchestre symphonique moldave et les chœurs de l'Académie nationale moldave sous la direction de Silvano Frontalini.

source : wikipedia
Revenir en haut Aller en bas
http://vitabella.sosblog.fr/index.htm
Bel Canto
Admin
avatar

Nombre de messages : 5816
Age : 61
Date d'inscription : 10/07/2007

MessageSujet: Re: Niccolò Jommelli (1714-1774)   Lun 30 Mai - 13:01

Quelques éditions





Revenir en haut Aller en bas
http://vitabella.sosblog.fr/index.htm
Bel Canto
Admin
avatar

Nombre de messages : 5816
Age : 61
Date d'inscription : 10/07/2007

MessageSujet: Re: Niccolò Jommelli (1714-1774)   Lun 30 Mai - 13:03


https://www.youtube.com/watch?v=DB6G3nPxVsM

Très belle musique !!!

J'ai écouté plusieurs extraits de ce compositeur et, comme souvent avec ce style de musique, je préfère la musique instrumentale aux oeuvres vocales qui sont pourtant très belles mais sont plus ardues pour moi.
Revenir en haut Aller en bas
http://vitabella.sosblog.fr/index.htm
laudec

avatar

Nombre de messages : 3325
Age : 65
Date d'inscription : 25/02/2013

MessageSujet: Re: Niccolò Jommelli (1714-1774)   Lun 30 Mai - 13:51

Très belle et mélodieuse cette musique, le jeu de la harpe qui s’instille par-ci par-là m'est particulièrement agréable à écouter. Beaucoup d'autres œuvres à écouter sur yt avec entre autres une "Passion de notre Seigneur Jésus-Christ" et une messe en ré majeur
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 11086
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Niccolò Jommelli (1714-1774)   Lun 30 Mai - 16:12


J'ai fusionné. Wink
Revenir en haut Aller en bas
laudec

avatar

Nombre de messages : 3325
Age : 65
Date d'inscription : 25/02/2013

MessageSujet: Re: Niccolò Jommelli (1714-1774)   Ven 27 Jan - 22:47

Encore un magnifique Dixit dominum de Niccolo Jommelli

https://youtu.be/Pw6NV-_90wc

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Niccolò Jommelli (1714-1774)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Niccolò Jommelli (1714-1774)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Toutes les musiques du monde :: Musique classique :: Les compositeurs-
Sauter vers: