Forum sur la musique classique
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
-40%
Le deal à ne pas rater :
Lacoste : -40% sur la ceinture sangle siglée à boucle plaque gravée
33 € 55 €
Voir le deal

 

 La Symphonie n° 3 ( Mendelssohn )

Aller en bas 
AuteurMessage
Snoopy
Admin
Snoopy

Nombre de messages : 24406
Age : 46
Date d'inscription : 10/08/2006

La Symphonie n° 3  ( Mendelssohn ) Empty
MessageSujet: La Symphonie n° 3 ( Mendelssohn )   La Symphonie n° 3  ( Mendelssohn ) EmptyJeu 30 Nov 2006 - 10:47

La Symphonie n° 3 en la mineur « Écossaise », op. 56, de Felix Mendelssohn Bartholdy est une symphonie composée entre 1826 et 1842.

Le jeune musicien en a eu l’idée lors d’un voyage en Angleterre où il se fit apprécier par l’entourage de la future reine Victoria. Une histoire raconte que c’est en voyant la chapelle mortuaire de Mary Stuart, envahie par les herbes et le lierre, qu’il eut l’inspiration de la symphonie. Interrompu dans sa composition par un voyage en Italie, il ne reprend cependant la partition que douze ans plus tard, pour finalement l’achever en 1842 à Londres. La nouvelle symphonie, qui en raison de sa naissance datant de 1826, porte le numéro 3 dans la liste des symphonies de Mendelssohn, fut créée le 3 mars 1842 dans la capitale britannique où elle remporta un franc succès et fut applaudie par la reine Victoria, couronnée en 1837.

Aujourd’hui, la Symphonie écossaise, dont le premier motif du finale a été repris dans le film Les Visiteurs de Jean-Marie Poiré, est l’une des œuvres orchestrales les plus connues de Mendelssohn.

La Symphonie écossaise est écrite en la mineur, dans une tonalité cependant assez lumineuse, surtout dans la coda du finale. Elle s’inspire des paysages des highlands et des brumes nordiques, l’orchestration étant ici noyée à souhait. Elle dure entre trente-cinq et cinquante minutes et est en quatre mouvements :

Andante – Allegro un poco agitato
Vivace ma no troppo
Adagio
Allegro vivacissimo – Allegro maestoso

L’Andante initial part sur une mélodie lyrique qui se perd rapidement dans les chromatismes et le jeu « brumeux » de l’orchestre. Il est suivi d’un Allegro (noté un poco agitato, ce qui ne spécifie pas une vivacité trop prononcée du tempo) qui respecte la forme sonate bithématique des symphonies de Mozart, à ceci près qu’il éclos d’une cellule initiale dont le motif oriente toute la symphonie.

Le Vivace ma no troppo en fa majeur est heureux, léger ; l’Adagio en la majeur est quant à lui plein de méditations interrogatives profondes.

L’instrumentation se rapproche de l’atmosphère du premier mouvement. Le finale est torturé, puissant, préoccupé, tel un orage écossais ; la coda casse avec ce climat descriptif en exaltant la grandeur et la majesté de la cour britannique – hommage à la reine Victoria ?
Revenir en haut Aller en bas
http://musiqueclassique.forumpro.fr
Snoopy
Admin
Snoopy

Nombre de messages : 24406
Age : 46
Date d'inscription : 10/08/2006

La Symphonie n° 3  ( Mendelssohn ) Empty
MessageSujet: Re: La Symphonie n° 3 ( Mendelssohn )   La Symphonie n° 3  ( Mendelssohn ) EmptyMer 30 Déc 2020 - 14:23


https://www.youtube.com/watch?v=rw6slNXSzNg
Revenir en haut Aller en bas
http://musiqueclassique.forumpro.fr
Jean

Jean

Nombre de messages : 7563
Age : 77
Date d'inscription : 14/05/2007

La Symphonie n° 3  ( Mendelssohn ) Empty
MessageSujet: Re: La Symphonie n° 3 ( Mendelssohn )   La Symphonie n° 3  ( Mendelssohn ) EmptyMer 30 Déc 2020 - 17:19

ma symphonie de Mendelssohn préférée§§ La Symphonie n° 3  ( Mendelssohn ) 185465
Revenir en haut Aller en bas
joachim
Admin
joachim

Nombre de messages : 21246
Age : 74
Date d'inscription : 19/08/2006

La Symphonie n° 3  ( Mendelssohn ) Empty
MessageSujet: Re: La Symphonie n° 3 ( Mendelssohn )   La Symphonie n° 3  ( Mendelssohn ) EmptyMer 30 Déc 2020 - 18:26

C'est curieux qu'on en ai pas parlé depuis 2006 (sauf tout de même sur le fil Mendelssohn).

C'est aussi ma préférée des 5 symphonies de Mendelssohn.

Un peu d'historique de cette symphonie

Mendelssohn a été initialement inspiré pour composer cette symphonie lors de sa première visite en Grande-Bretagne en 1829. Après une série de performances réussies à Londres, Mendelssohn s'est lancé dans une visite à pied de l'Ecosse avec son ami Karl Klingemann. Le 30 juillet, Mendelssohn a visité les ruines de la chapelle de Holyrood au palais de Holyrood à Édimbourg, où, comme il se rapportait à sa famille dans une lettre, il a reçu son inspiration initiale pour la pièce:

"Dans le crépuscule profond, nous sommes allés aujourd'hui au palais où vivait et aimait la reine Mary ... La chapelle en dessous est maintenant sans toit. L'herbe et le lierre y prospèrent et à l'autel brisé où Marie a été couronnée reine d'Écosse. Tout est ruiné, pourri, et les cieux clairs se voient à travers. Je pense y avoir trouvé le début de ma Symphonie «écossaise»."

Parallèlement à cette description, Mendelssohn a inclus dans sa lettre un bout de papier avec les premières mesures de ce qui allait devenir le thème d'ouverture de la symphonie. Quelques jours plus tard, Mendelssohn et son compagnon visitèrent la côte ouest de l'Écosse et l'île de Staffa, ce qui à son tour inspira le compositeur à commencer son ouverture les Hébrides.  Après avoir terminé la première version des Hébrides, Mendelssohn a continué à travailler sur ses esquisses initiales de ce qui deviendrait la Symphonie n° 3 en visitant l'Italie. Cependant, il a lutté pour faire des progrès et après 1831 a mis la pièce de côté.

On ne sait pas exactement quand Mendelssohn a repris le travail sur la symphonie (des croquis suggèrent qu'il est peut-être revenu au premier mouvement à la fin des années 1830) mais il travaillait certainement sérieusement sur l'œuvre en 1841 et acheva la symphonie à Berlin le 20 janvier 1842. Bien que ce soit la cinquième et dernière des symphonies de Mendelssohn complétée, elle a été la troisième à être publiée, et a par la suite été connue sous le nom Symphony No. 3.
Curieusement, en décrivant le travail comme sa Symphonie écossaise à sa famille en 1829, et au moment où l'œuvre a été publiée en 1842, Mendelssohn n'a jamais publiquement attiré l'attention sur l'inspiration écossaise de la symphonie, et on peut se demander s'il voulait que l'œuvre finie soit considérée comme "écossaise". Depuis que la provenance écossaise est devenue connue après la mort du compositeur, cependant, le public a eu du mal à ne pas entendre la pièce comme évoquant les paysages romantiques sauvages du nord - même si de telles associations pittoresques ont amené le public à négliger les nombreuses autres qualités musicales de cette symphonie.

La première eut lieu le 3 mars 1842 au Gewandhaus de Leipzig

De façon inhabituelle, Mendelssohn a marqué les mouvements à exécuter sans interruption, et a souligné le lien entre les parties de la symphonie en les faisant croître à partir de la transformation thématique continuelle de l'idée originale qu'il avait notée en 1829, présentée dans la lente introduction au premier mouvement. Malgré cette préoccupation primordiale pour l'unité musicale, la portée émotionnelle de l'œuvre est large, consistant en un premier mouvement sombre et orageux, un second mouvement joyeux et assez bref, un mouvement lent décrivant une lutte apparente entre l'amour et le destin, et un finale qui tire ses composants de la danse folklorique écossaise.
Le deuxième mouvement animé est mélodiquement et rythmiquement dans le style de la musique folklorique écossaise, en utilisant les notes de l'échelle pentatonique et le rythme caractéristique du scotich, bien qu'aucune citation directe n'ait jamais été identifiée. Une nouveauté réside dans la coda du finale, où Mendelssohn introduit un nouveau thème majestueux en la majeur pour clôturer l'œuvre de manière contrastée avec le reste du finale en la mineur. Semblable à un hymne de victoire et destiné par Mendelssohn à faire allusion à un chœur à voix d'hommes, cette fin renvoie au ton balladique de l'introduction du premier mouvement, transformant le matériau de l'inspiration originale de la pièce que Mendelssohn avait douze ans auparavant. [11] musiciens contemporains, tels que Robert Schumann a trouvé l'effet très poétique, bien que certains critiques du XXe siècle aient montré de l'aversion pour la "fin heureuse". Le chef d'orchestre Otto Klemperer, par exemple, n'a pas aimé cette coda et a écrit sa propre fin dans une veine similaire au caractère général du mouvement. Des enregistrements de Klemperer conduisant les deux fins sont disponibles. Cependant, enlever la coda maestoso détruit la structure cyclique complexe que Mendelssohn a créée à travers les quatre mouvements de la symphonie et de nos jours les critiques sont plus enclins à reconnaître la contribution originale et durable du compositeur à la symphonie du dix-neuvième siècle.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




La Symphonie n° 3  ( Mendelssohn ) Empty
MessageSujet: Re: La Symphonie n° 3 ( Mendelssohn )   La Symphonie n° 3  ( Mendelssohn ) Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
La Symphonie n° 3 ( Mendelssohn )
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Toutes les musiques du monde :: Musique classique :: Oeuvres & analyses musicales-
Sauter vers: