Forum sur la musique classique
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  Connexion  

Partagez | 
 

 Karl Ludwig JUNKER (1748-1797)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
joachim
Admin
avatar

Nombre de messages : 16721
Age : 71
Date d'inscription : 19/08/2006

MessageSujet: Karl Ludwig JUNKER (1748-1797)   Sam 30 Mai - 10:29

Carl Ludwig Junker (né à Kirchberg an der Jagst le 3 Août 1748 - mort à Ruppertshofen, le 30 mai 1797) était un écrivain et compositeur allemand.

Ses premières années se sont passées à la cour de Hohenlohe-Kirchberg où son père était conseiller à la cour et son grand-père maternel, Johann Valentin Tischbein ainsi que son cousin Johann Friedrich August Tischbein étaient peintres. Il fut formé à la même époque et dans la même classe que le fils de prince, et a reçu des leçons de musique et d'art. Plus tard, il a fréquenté les écoles de Giessen et Nuremberg avant de s' inscrire à l'Université de Göttingen (Avril 1769) pour étudier la théologie.
Après ses études, il a travaillé comme professeur privé en Allemagne. En 1774, il a voyagé en Suisse, où il a vécu jusqu'en 1777, avant de retourner à Kirchberg, comme diacre puis comme prêtre de la cour en 1779. Il a écrit des essais sur la littérature, la liturgie, la musique et l'art.

Partisan de l'Empfindsamkeit, il publia notamment, à Berne, en 1776, une brochure intitulée Zwanzig Componisten, eine Skizze (Esquisse sur vingt compositeurs) et critiquant violemment la musique "moderne" représentée par Haydn.

Bon joueur de piano et de flûte, il a composé quelques morceaux de musique, dont deux opéras et deux concertos de piano, des pièces pour piano et Lieder. Ruppertshofen est mort en mai 1797.


Oeuvres musicales


Vocales


Genoveva im Thurme, melodrama (Speyer, 1790), lost;
Die Nacht von Zachariae, als musikalische Declamation gesetzt, kbd, with vn, b ad lib (Darmstadt, c1794)


Instrumentales :

Concerto pour clavier et orchestre (Winterthur, 1783), lost;
Concerto pour clavier et orchestre, op.2 (Speyer, c1783);
Morceaux variés pour 1 voix et clavier , dans Bossler's Blumenlese für Klavierliebhaber (Speyer, 1782–3) et Neue Blumenlese (Speyer, 1784)
Symphonie ?


Littérature

Zwanzig Componisten: eine Skizze (Berne, 1776); repr. in Portefeuille für Musikliebhaber (Leipzig, 1792)
Tonkunst (Berne, 1777); repr. in Portefeuille für Musikliebhaber (Leipzig, 1792)
Betrachtungen über Mahlerey, Ton- und Bildhauerkunst (Basle, 1778)
Einige der vornehmsten Pflichten eines Kapellmeisters oder Musikdirectors (Winterthur, 1782)
Musikalischer Almanach auf das Jahr 1782 (Alethinopel [?Berlin], 1781)
Musikalischer und Künstler-Almanach auf das Jahr 1783 (Kosmopolis [?Berlin], 1782)
Musikalischer Almanach (Musikalischer Taschenbuch) auf das Jahr 1784 (Freiburg, 1783)
Über den Werth der Tonkunst (Bayreuth and Leipzig, 1786)
Meine Reise von Carlsruhe nach Stuttgart (Neustadt an der Aisch and Leipzig, 1786)
Nombreux articles dans Litterarisches Correspondenz und Intelligenzblatt (1777–8);
Ephemeriden der Menschheit (1777)
Miscellaneen artistischen Inhalts (1785–6)
Museum für Künstler und Kunstliebhaber, i (1787), ii (1788), 69–83, iii (1788), vii (1789), 3–18, xvi (1792) ;
Musikalische Real-Zeitung, i (1788), ii (1789);
Musikalische Korrespondenz der Teutschen Filharmonischen Gesellschaft (1791) ;
Neue Miscellaneen artistischen Inhalts für Künstler und Kunstliebhaber, ii (1796).

Junker a écrit un nombre presque égal d'essais sur l'art et sur la musique, en comparant souvent les deux. Ses écrits sur la musique concernent exclusivement le style de son époque - il était probablement le seul écrivain de sa génération à s'y borner - il se considérait comme un historien de ce qu'il a appelé une "révolution musicale" dont il l'a datée d'environ 1740. Basé sur "sentimentalité" (Empfindsamkeit) comme critère de jugement, sa critique couvre un éventail de sujets, y compris des observations de la musique des grandes Cours (Mannheim, Stuttgart, Cologne, Ansbach); discussions de tempo, la réalisation orchestrale, et les propriétés affectives d'instruments, ainsi que les arguments pour la musique "expressive" plutôt que "imitative".


Dernière édition par joachim le Sam 6 Juin - 17:33, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
joachim
Admin
avatar

Nombre de messages : 16721
Age : 71
Date d'inscription : 19/08/2006

MessageSujet: Re: Karl Ludwig JUNKER (1748-1797)   Sam 6 Juin - 17:30

On trouve son concerto pour piano en si bémol majeur, avec d'autres compositions de l'époque - dont le concerto pour cor en mi majeur de Punto - sur cet intéressant CD:





On pourrait croire qu'adepte de l "Empfindsamkeit", ce concerto serait inspiré des concertos de C.P.E. Bach, mais non, il est bien classique ou pré-classique. Mais il vrai qu'il a été composé en 1783, en plein classicisme.

Dommage, il n'est pas sur youtube.
Revenir en haut Aller en bas
joachim
Admin
avatar

Nombre de messages : 16721
Age : 71
Date d'inscription : 19/08/2006

MessageSujet: Re: Karl Ludwig JUNKER (1748-1797)   Dim 29 Mai - 13:13

joachim a écrit:


Dommage, il n'est pas sur youtube.

Maintenant il y est Laughing



https://www.youtube.com/watch?v=RajoZ2Tj0qg
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Karl Ludwig JUNKER (1748-1797)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Karl Ludwig JUNKER (1748-1797)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Toutes les musiques du monde :: Musique classique :: Les compositeurs-
Sauter vers: