Forum sur la musique classique
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Le Deal du moment :
Coffret Pokémon Ultra Premium Dracaufeu 2022 en ...
Voir le deal

 

 Michèle Sajous D'oria: Bleu et or

Aller en bas 
AuteurMessage
Snoopy
Admin
Snoopy

Nombre de messages : 27887
Age : 47
Date d'inscription : 10/08/2006

Michèle Sajous D'oria: Bleu et or Empty
MessageSujet: Michèle Sajous D'oria: Bleu et or   Michèle Sajous D'oria: Bleu et or Empty2007-06-25, 22:37

par Adrien De Vries

Dans la seconde moitié du XVIII ème siècle, la France retardée en la matière, réinvente la scène théâtrale et les conditions de la représentation. Une organisation nouvelle de la salle, des acteurs et des spectateurs voit le jour.

1748: la date est d'importance. Pour se remettre de l'échec de sa Sémiramis, Voltaire se fend d'un manifeste argumenté et vif qui en appel à la réforme des théâtres en France. Le vent d'une révolution sans pareil se lève alors, qui porte les valeurs des Lumières et de la Révolution: tous les milieux artistiques et intellectuels de la France de Louis XV se passionnent pour une réforme urgente et immédiate du cadre de représentation. L'auteur, professeur à l'Université de Bari (Italie) nous livre le récit de cette aventure exceptionnelle pour une nouvelle architecture du spectacle, pour un art de vivre et aussi, un lieu de socialisation. Le rouge qui nous est tant familier aujourd'hui, était proscrit et même détesté ("c'est la boucherie de Robespierre" s'exclamait-on à l'époque révolutionnaire)... En rapport avec l'idéal des Lumières et la souveraineté bientôt naissante du peuple, le bleu était de mise. Aussi parce qu'il rehaussait la beauté des femmes, spectatrices choyées... Une salle en France, récemment restaurée selon son état d'origine, le Grand-Théâtre de Bordeaux 1780) en témoigne. Comme le grand opéra et le petit théâtre de la Reine à Versailles. Bleu et or, comme le titre de l'ouvrage.

Dans un pays légué par Louis XIV dont la Cour à Versailles ne posséda jamais son théâtre construit, écrivains, philosophes, musiciens, architectes de 1750, débattent... l'heure est au bilan, aux projets, surtout à la réalisation. Paris qui comptait quelques théâtres "privilégiés", libère les licences des entrepreneurs: d'innombrables scènes se construisent, toutes ayant leur propre vision du théâtre du peuple. En filigrane, se précisent l'histoire de la scène théâtrale et lyrique, l'évolution du goût et de la sensibilité qu'elle manifeste, les débats parfois houleux que le sujet suscita, en particulier au moment de la Querelle des Bouffons de 1752... Les chapitres consacré à la scène sont les plus passionnants: outre la référence indiscutée à l'Italie et ses modèles (Palladio, Teatro Olimpico de Vicence), au discours et à l'idéal défendus par Cochin, l'évocation de la "scène tripartite", de la "scène cadrée" témoignent des idées et des concepts dont nous sommes les héritiers. Même conviction éprouvée après lecture du chapitre dédié à "La représentation sociale". Le théâtre est le lieu des conspirations et des fantasmes d'une société en mal d'auto-représentation. Partout en France, chaque ville d'importance veut son théâtre d'opéra. La multitude des projets et des réalisations montre l'ampleur du débat. Les architectes Blondel et Boullée participent activement aux propositions de l'époque. Le livre a choisi de clore son commentaire à l'année 1807, quand Napoléon réglemente la construction des théâtres.

En plus d'une érudition accessible, qui s'appuie sur la lecture attentive des témoignages (articles de presse, traités, manifestes, lettres diverses, chroniques des spectacles...), le texte de Michèle Sajous D'Oria est magnifiquement illustré (85 reproductions): peintures et aquarelles d'époque, planches d'architecture, "relevés" des théâtres et des salles soulignent l'effervescence d'une période productrice en images et en projets de toute sorte. Au terme de l'analyse, le lecteur comprend enfin comment la France de l'Ancien Régime, traversée par les idées révolutionnaires, puis au début de l'Empire, a rattrapé son retard sur sa soeur aînée, l'Italie. Lecture capitale.

Michèle Sajous D'oria: Bleu et or V9o22xn422unesajousdoridn2

http://www.classiquenews.com
Revenir en haut Aller en bas
https://musiqueclassique.forumpro.fr
 
Michèle Sajous D'oria: Bleu et or
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le Dieu bleu
» Le Train bleu
» Le Dahlia bleu
» L'Oiseau Bleu et la Princesse Florine
» Les voix du jazz sont impénétrables.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Toutes les musiques du monde :: Informations musicales :: Films, CD, livres & concerts-
Sauter vers: