Forum sur la musique classique
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  Connexion  

Partagez | 
 

 Radziwill Antoni Henryk, FAUST

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
shanessean



Nombre de messages : 842
Age : 80
Date d'inscription : 19/08/2009

MessageSujet: Radziwill Antoni Henryk, FAUST   Mar 11 Juin - 14:04

Le prince Antoni Henryk Radziwiłł, XIIe duc de Nieśwież puis (à compter de 1813) XIe duc d’Ołyka (né le 13 juin 1775 à Vilnius; † 7 avril 1833 à Berlin), est un homme d'État et junker prusso-polonais, ainsi qu'un compositeur.
Le Prince Anton Radziwiłł, de cette famille qui donna à la Pologne des rois et à Chopin des bienfaiteurs, a rassemblé un nombre conséquent d'extraits significatifs du Faust de Goethe, et les a mis en musique avec orchestre. Contrairement à Beethoven, Schubert et Wagner, ce ne sont pas des scènes très isolées, mais un faisceau de situations, certes sans lien direct, qui finit par créer des psychologies et une logique dramatique, à la manière des Szenen aus Faust de Schumann (qui lui sont postérieures) ou, dans une moindre mesure, des Scènes de Faust de Berlioz (l'état primitif de la Damnation, sans ensembles, récitatifs ni dénouement [1]).

Le compositeur
Radziwill était un chanteur de talent et un violoncelliste virtuose qui signa quelques compositions remarquées des connaisseurs. Sa partition la plus remarquable est celle qu'il composa pour le Faust de Goethe (1811–1830), à qui Carl Friedrich Zelter l'avait présenté. Goethe fit part au prince polonais de ses idées et de ses aspirations. Une représentation des premières scènes du Faust se déroulèrent à l'occasion du 50e anniversaire de son épouse Louise le 24 mai 1820 au palais familial à Berlin ; une nouvelle représentation eut lieu quinze jours plus tard au château de Monbijou. Toutefois l'œuvre ne devait être terminée que trois ans avant la mort de Radziwill ; jusqu'en 1860, l'Académie de Chant de Berlin, dont le prince était membre et où il se produisait régulièrement, en donna chaque année une interprétation. Le 25 octobre 2005, l’Académie de chant donna une nouvelle représentation de l'œuvre, les archives de la Chorale, que l'on croyait perdues depuis des décennies, ayant été retrouvées en Ukraine et restituées à Berlin1. Radziwill composa quelques airs pour piano et plusieurs chants sur des paroles en français, polonais et allemand.

La Gazette musicale de Leipzig de 1839 consacra une analyse raisonnée de cette œuvre
importante dans un article signé J.-P. Schmidt, que je vous reproduis ci-dessous:

L'intéressante œuvre d'art parut en 1835 dans un grand in-folio de 589 pages. Cette composition remarquable du feu prince Antoine de Radziwill vit le jour, grâce à la munificence de sa famille et aux soins du directeur de l'Académie de chant de Berlin, M. Rungenhagen, avec l'aide de MM. Hellwig et Grell.
Une courte préface, en tête de la partition, renferme des éclaircissement et une instruction pour l'exécution de cette œuvre lyrique et mélodramatique.

"L'introduction est de 9 mesures, elle conduit à la fugue de Mozart tirée du quatuor en ut mineur, instrumentée par le prince Radziwill; elle est dans le caractère du poème de Goethe."
N°1. Conjuration et mélodrame
N°2. Chœur des Anges, qui produit beaucoup d'effet à chaque exécution. Le chant des femmes est d'une profonde expression, accompagné par 5 violoncelles et trois trombones.
N°3. Air des mendiants, pour voix de ténor; la préférence donnée aux accompagnements de violoncelle se montre ici.
N°4. Pas redoublé, avec accompagnement de timbales bien rythmés, suivi d'un double chœur dans le mouvement de marche.
N° 5. Scène de paysans sous les tilleuls, chantant et dansant; ce morceau appelle la même situation dans les Saisons de Haydn.
N°6. Scène mélodramatique, orchestre seul.
N°7. Promenade de Faust. Près de sa maison il y a une église, d'où l'on entend un choral religieux en 6/8 joué par les violons avec sourdines; viennent ensuite le chœur des esprits et la conjuration infernale apaisée par de simples accords. Le trombone alto fait entendre un récitatif sur lequel entre le serpent avec un accord de seconde. Cet endroit est le plus important sous le rapport mélodramatique. L'apparition de Méphistophélès fait taire la musique.
N° 8. Chœur des Esprits, peu commun.
N° 9. La conjuration de Méphistophélès est très bien saisie par le compositeur. L'accompagnement des violons et violoncelles en fa imite l'action des mauvais esprits. Un solo de ténor répond dans le même rythme.
N° 10. Chœur d'Esprits, à quatre voix sur ces paroles: Malheur, malheur, avec un solo de ténor. Ce morceau est supérieurement bien traité. Les deux puissances se combattent.
N°11. Double chœurs d'esprits, sur ces mots: le sang est la seule vengeance.
N° 12. Encore un chœur des esprits, à quatre voix, pour final; il est en ré mineur fortement instrumenté avec un dessein pour les violoncelles en triolets pendant lesquels, les cors, les bassons, les trombones et les timbales frappent des accords et les violons montés au plus haut descendent en fortissimo.
Hinaus, hinaus
Hüher und munter.

La deuxième partie de l'œuvre de l'œuvre dramatico-lyrique du prince Radziwill comment par un prélude sous l'influence du chœur précédent et conduit à la mélodie sur ces paroles:
Gaudeamus igitur (bien connu des anciens universitaires)
Les voix sont d'accord, et les chants commencent, on entend le Choral romain, le Rossignol, les Grenouilles et le Salut à la bien-aimée.
N°13. Lied de Bauders Rathen d'une nouvelle forme.
N°14. Chant de Méphistophélès avec violon obligé; il y a quelque chose d'une sérénade espagnole.
N°15. Pour alto, et les voix invisible (avec un long imbroglio).
N°16. Le Mélodrame commence dans la chambre de Marguerite (très longs détails).
N°17. Scène entre Faust et Méphistophélès.
N°18. Scène dans le jardin remplie de beautés musicales.
N°19. Apparition de Méphistophélès avec Marthe.
N°20. Gretchen, scène élégiaque.
N°21. Gretchen, refuge devant l'image de Mater dolorosa
N°22. Chant de Méphistophélès, sous les fenêtres de la Gretchen.
N°23. Double scène. Requiem à la cathédrale.
N°24. Scène dans la prison, Gretchen s'y trouve mal et tombe en défaillance.
N°25. Scène des sorciers, esquissée par le feu prince de Radziwill, complétée par M. de Runhagen directeur de l'Académie de chant de Berlin.

En 1839 le mélodrame de Faust fut représenté à Erfurt avec un grand succès; la gazette musicale l'annonçait ainsi:"Am 5ten Marz hat man in Erfurt Radziwill's Faust zum grossen Freude aller Zuhorer gegeben" 1839 Allg. mus. Zeitung.

Comme l'opéra est chanté en polonais et qu'il y a énormément de chœurs, tout ce que j'aime, il m'est difficile de ne pas aimer cet
opéra. Pour moi c'est une véritable découverte que je vous recommande si vous aimez cette musique. C'est une production excellente. Je viens d'apprendre que cet opéra est repris presque chaque année à Poznan.
Revenir en haut Aller en bas
http://musiqueclassique.forumpro.fr/
shanessean



Nombre de messages : 842
Age : 80
Date d'inscription : 19/08/2009

MessageSujet: Re: Radziwill Antoni Henryk, FAUST   Jeu 27 Juin - 18:28

Je viens d'écouter ce Faust 2 ou 3 fois et j'aime vraiment.
Il s'agit du tout premier opéra sur le poème de Goethe qui était amis. Du reste,
Goethe collaborera et écrira une bonne partie du livret dont des airs du Marguerite ou de Méphisto.
En réalité je pense qu'il est chanté en lithuano-biélorusse !!!
Bon de toute façon on connaît en général par cœur toute l'histoire.
Pour faciliter les choses, je me suis efforcé de découper les plages des 2 actes,
ainsi on sait mieux où on se trouve. Voilà si cela intéresse quelqu'un


CD 1
Act 1.
01. Ouverture -  Melodram: "Flieh! Auf! hinaus in's weite Land!"                        10:39
02. Chor der Engel: "Christ ist erstanden"                                              03:30
03. Bettler-Lied: "Ihr guten Herrn"                                                              03:25
04. Doppelchor                                                                                              02:12
05. Faust-Lied                                                                                                04:07
06. Soldaten-Chor: "Burgen mit hohen Mauern und Zinnen"                               03:36
07. Bauern unter der Linde: "Der Schäfer putzte sich zum Tanz"                         07:11
08. Choral in der Kirche                                                                                   03:23
09. Geister-Chor: "Schwindet, ihr dunkeln Wölbungen"                                      01:45
10. Geister-Chor                                                                                             05:32
11. Beschwörung: "Der Herr der Ratten und der Mäuse"                                     01:32
12. Geister - Chor : "Weh! Du hast sie zerstört, die schöne Welt"                        06:02  
13. Geister-Chor: "Wird er schreiben'?"                                                             03:26
14. Geister - Chor : "Hinauf, hinaus, kühn und munter"                                      02:45

Act II.
15. Vorspiel und Scene in Auerbachs Keller: "Das liebe heil'ge röm'sche Reich"     01:39
16. Lied des Brander: "Es war eine Ratt im Kellernest"                                        03:00
17. Lied des Mephistopheles : "Es war einmal ein König"                                     01:15                                    
18. Quartett: "Trauben trägt der Weinstock"                                                      01:42

CD 2

1. Prélude - Scene im Zimmer Gretchen's - Aria's Faust     08:46
2. Balade Gretchen: "Es war ein König in Thule"       12:16
3. Recitativ und Arie des Faust: "Wenn ich empfinde"     13:03
4. Scene im Garten. Prelude                   20:16
5. Duett Gretchen - Faust;  Marguerite "Ich führ es wohl"                   26:15
6. Musikal. Einführung und Duett: Marthe und Mephistopheles     29:26
7. Intermede                   32:16
8. Duo Gretchen und Faust                   35:43
9. Quartett: "Die Nacht bricht an"                     40:50
10. Gretchen Liebesklage: "Meine Ruh' ist hin"                     43:54
11. Gretchen's Gebet zur Gottesmutter: "Ach neige..."       47:46
12. Ständchen Mephisto's vor Gretchen's Tür.                   49:23
13. Seelenamt im Dom - Requiem (Gretchen, Mephisto, Chor)     61:26
14. Scene im Gretchen's Kerker: "Meine Mutter die Hex'"                     69:55
15. Requiem                                 71:34

Très beaux airs et beaucoup de chœurs rappelant la musique slave.
Je ne peux que vous le recommander, ne serait-ce que par curiosité.
Moi j'aime.
Revenir en haut Aller en bas
http://musiqueclassique.forumpro.fr/
 
Radziwill Antoni Henryk, FAUST
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Toutes les musiques du monde :: Musique classique :: L'opéra, les ballets et le chant-
Sauter vers: