Forum sur la musique classique
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  Connexion  

Partagez | 
 

 Faust

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Snoopy
Admin


Nombre de messages : 21022
Age : 42
Date d'inscription : 10/08/2006

MessageSujet: Faust   Ven 27 Oct - 22:41

Faust est un opéra en cinq actes de Charles Gounod, livret de Jules Barbier et Michel Carré, basé sur la légende du même nom et la pièce de Goethe, créé au Théâtre Lyrique le 19 mars 1859.

L'œuvre de Goethe exerça très tôt une véritable fascination sur Gounod :

« J'avais lu "Faust" en 1838, écrit-il dans son Autobiographie, à l'âge de vingt ans, et lorsqu'en 1839 je partis pour Rome comme grand prix de composition musicale, et pensionnaire de l'Académie de France, j'avais emporté le Faust de Goethe qui ne me quittait pas ». Il affirme que les premières inspirations musicales lui vinrent lors de promenades nocturnes à Capri et dans les environs de Naples. Dès 1852, un journal affirme que le jeune compositeur travaille à un opéra tiré de Faust. Néanmoins, le projet ne dut prendre véritablement corps qu'à partir de 1855, lorsque Gounod rencontra fortuitement le librettiste Jules Barbier et sous l'influence de Léon Carvalho, directeur du Théâtre Lyrique.
C'est Jules Barbier qui est le véritable auteur du livret. La contribution de Michel Carré, auteur d'une pièce intitulée Faust et Marguerite jouée au théâtre du Gymnase, se limita à l'air du Roi de Thulé et à la ronde du veau d'or. L'ouvrage subit toutefois de nombreux remaniements dans le cours des répétitions, qui furent émaillées de diverses péripéties. La partition initiale était beaucoup plus volumineuse et Gounod dut accepter de supprimer plusieurs passages, notamment la remarquable scène du Harz, qui allongeait excessivement l'opéra, le duo entre Marguerite et Valentin au début de l'acte II dans lequel Marguerite donnait à son frère la médaille dont il se sépare malencontreusement à l'acte IV. En revanche, le chœur des soldats, « Gloire immortelle de nos aïeux... », fut rajouté à l'acte IV sur les instances de Carvalho et Ingres : composé initialement pour un Ivan le Terrible, il prit la place d'une chanson dans laquelle Valentin vantait la beauté de sa sœur.

L'opéra fut créé le 19 mars 1859 sur la scène du Théâtre Lyrique. Il comportait encore des dialogues parlés qui furent remplacés par des récitatifs lors des représentations de Strasbourg en avril 1860. Par la suite, Gounod inséra encore à l'acte II l'air de Valentin, « Avant de quitter ces lieux... » à l'occasion des représentations au Her Majesty's Theatre en 1863 et, en 1869, le ballet de la nuit de Walpurgis, d'ailleurs très réussi.

À Paris, "Faust" fut représenté 314 fois sur les différentes scènes du Théâtre-Lyrique jusqu'en avril 1869, puis 166 fois de 1869 à 1875 à l'Opéra (Salles Le Peletier et Ventadour). L'ouvrage connut une longue carrière internationale et fut immensément populaire : il fut représenté quelque 2 400 fois au Palais Garnier et fut le premier opéra présenté au Metropolitan Opera de New York. Si sa popularité a quelque peu décliné, il continue d'être régulièrement joué sur tous les théâtres lyriques du monde.

Personnages :

Faust (ténor)
Méphistophélès (basse)
Marguerite (soprano)
Valentin (baryton)
Siébel (soprano, personnage masculin)
Wagner (basse)
Marthe (mezzo-soprano)

Synopsis

L'histoire se déroule au XVIe siècle en Allemagne. L'ouvrage s'ouvre par une brève introduction orchestrale qui campe, avec une grande puissance évocatrice, les aspirations contradictoires qui déchirent le personnage principal, le docteur Faust : le vertige métaphysique et la soif de connaissance et les pulsions humaines, évoquées par le thème, facile et légèrement vulgaire, de l'air « Avant de quitter ces lieux... » que Valentin chantera au deuxième acte.

Acte I :

Très bref, l'acte I reste au même niveau de densité musicale que le prologue. Au soir de sa vie, le docteur Faust se lamente sur l'inanité de toute connaissance et veut se suicider en absorbant du poison. Mais, par deux fois, les voix de jeunes filles et de laboureurs qui passent sous les fenêtres arrêtent son geste. Se révoltant contre la science et la foi, Faust invoque le diable, qui apparaît sous la forme d'un démon subalterne, nommé Méphistophélès.

Un dialogue s'engage entre le savant et le diable. Faust, après avoir décliné l'offre de la gloire, de la richesse et de la puissance, réclame, sur une musique et des paroles d'une vulgarité intense et calculée, la jeunesse : « je veux la jeunesse ! A moi les plaisirs, les jeunes maîtresses ! à moi leurs caresses ! à moi leurs désirs ! ». Méphisto se propose aussitôt pour exaucer le désir de Faust en échange de son âme : une modulation sinistre, terrifiante, accompagne le simple mot de « Là-bas... » et produit un immense effet dramatique ; Faust hésite, mais Méphisto, d'un geste, fait apparaître l'image de Marguerite filant à son rouet et Faust se décide dans une sorte d'extase : « A toi, à toi, fantôme adorable et charmant ! ».

Acte II : La kermesse

L'acte II va permettre à Faust et Marguerite de se rencontrer. Un chœur de soldats, d'étudiants et de villageois chante joyeusement une chanson à boire, « Vin ou Bière ». Valentin, partant à la guerre, confie la garde de sa sœur Marguerite à ses deux amis, Wagner et Siébel. Il chante une invocation, rajoutée quelques années après la création de l'opéra sur des paroles d'O. Pradère, « Avant de quitter ces lieux... ». Cet air, assez conventionnel, est extrêmement populaire et met bien en valeur les voix de baryton : l'interprétation d'Ernest Blanc, gravée au disque dans la version enregistrée sous la direction d'André Cluytens, permet de prendre la pleine mesure de cet air lorsqu'il est chanté par un très grand artiste ; malheureusement, il donne le plus souvent aux titulaires du rôle l'occasion de trompetter à pleins poumons. Valentin est, dans l'opéra, l'incarnation du conformisme bourgeois. Aussi se voit-il gratifier avec constance de la musique la moins originale et la plus facile.

Méphistophélès apparaît alors et chante la très célèbre ronde « Le veau d'or est toujours debout ». Extrêmement entraînant, l'air produit toujours un grand effet. Le rythme démoniaque de la musique, les paroles produisent de manière assez convaincante un frisson satanique dans cette atmosphère de foire. Son personnage ainsi campé, Méphisto se livre à divers tours de magie de moins en moins anodins. Après qu'il s'est moqué de Marguerite, Valentin tente de le frapper avec son épée mais celle-ci se brise. Valentin et ses alliés repoussent le démon avec la poignée en forme de croix de leurs épées (chœur: « De l'enfer qui vient émousser nos armes... »), scène en soi un peu ridicule et qui le devient tout à fait lorsqu'on voit Méphistophélès, à l'acte IV, évoluer sans encombres dans une église.

Par la suite, Méphistophélès, Faust et les villageois sont entraînés dans la célèbre valse « Ainsi que la brise légère ». Apparaît Marguerite à qui Faust offre son bras que Marguerite refuse ; cette scène fugitive est l'occasion d'un échange de répliques extrêmement célèbre :

- Ne permettrez-vous pas, ma belle demoiselle,
Qu'on vous offre le bras pour faire le chemin ?
- Non, monsieur, je ne suis demoiselle ni belle,
Et je n'ai pas besoin qu'on me donne la main.
L'acte se conclut sur la reprise de la célèbre valse qui laisse le spectateur à la fois transporté et légèrement inquiet pour la suite.

Acte III : Le jardin de Marguerite

L'acte III est le point culminant de la partition. Une superbe introduction orchestrale débouche sur les couplets de Siébel, sautillants et légers comme le personnage, qui laisse un bouquet pour Marguerite (« Faites-lui mes aveux »). Méphisto se moque de lui avec esprit et va chercher « un trésor plus merveilleux, plus riche encor que tous ceux qu'elle voit en rêve ! » laissant Faust seul pour chanter son admirable et célébrissime cavatine « Salut, demeure chaste et pure », culminant sur un contre-ut redoutable, que rien, à vrai dire, ne justifie dans la partition et qui n'est là que pour permettre au ténor de briller, du moins s'il possède avec aisance cette note aiguë. Suit un rapide dialogue avec Méphisto qui revient avec un coffret plein de bijoux et qui s'exclame : « Si le bouquet l'emporte sur l'écrin, je consens à perdre mon pouvoir ! » Cette réplique révèle la complexité du personnage de Marguerite, écartelé, comme l'est celui de Faust, entre la pureté et la coquetterie.

Apparaît enfin Marguerite que, jusqu'alors, le spectateur n'a que furtivement entrevue à l'acte II. Elle s'assied à son rouet et chante la belle et célèbre ballade « Il était un roi de Thulé » dont la musique évoque à la fois le mouvement circulaire du rouet et le mystère des légendes nordiques. Marguerite trouve alors le bouquet de Siébel, puis les bijoux. Elle hésite d'abord, puis s'en pare. Le célèbre air dit « air des bijoux » (« Ah! je ris de me voir si belle en ce miroir »), (popularisé comme archétype du grand air d'opéra par les bandes dessinées de Tintin) est naturellement un morceau à effets, et même à grands effets c'est-à-dire parfois à effets faciles (le triangle pour évoquer le scintillement des diamants lorsque Marguerite ouvre le coffret...). Surchargé de trilles, il exprime toutefois superbement l'exaltation croissante de Marguerite, dont la coquetterie s'empare comme un véritable délire.

Survient dame Marthe, la voisine de Marguerite, rôle secondaire mais qui, par tradition, est attribué à de très grandes artistes, comme les trois dames de La Flûte enchantée. Elle convainc Marguerite de conserver les bijoux. Surviennent Faust et Méphisto, qui flirte avec dame Marthe. Une scène d'une grande habileté entrecroise l'intrigue de Méphisto et dame Marthe avec celle de Faust et Marguerite. Tout le monde sort mais Méphisto revient seul sur scène et chante son invocation à la nuit, autre air extrêmement célèbre, qui met superbement en valeur les voix de basse. C'est un morceau inquiétant, le seul passage de l'opéra dans lequel Méphisto apparaît véritablement diabolique. Il ouvre la scène suivante, celle de la séduction de Marguerite, qu'il marque d'une empreinte magique : ainsi, Marguerite n'est peut-être pas simplement coquette et pécheresse, puisqu'elle est sous l'emprise d'un sortilège ; est ainsi entretenue une hésitation sur la nature réelle du personnage qui lui confère sa profondeur et sa complexité, malheureusement pas toujours bien rendue par les interprètes du rôle.

Le duo de Faust et de Marguerite est l'un des plus beaux passages de la partition. Les premières mesures donnent l'impression que les deux amoureux, qui se sont éloignés, reviennent sur scène et qu'au fur et à mesure qu'ils se rapprochent, on reprend progressivement le fil de leur conversation : sur le plan musical, c'est une construction d'un art tout à fait consommé. Marguerite permet à Faust de l'embrasser (« Laisse-moi, laisse-moi, contempler ton visage »), mais lui demande peu après de s'en aller. Elle chante à sa fenêtre pour demander à Faust de revenir, ce qu'il fait.

Acte IV : La chambre de Marguerite, l'église, la rue

L'acte IV débute dans la chambre de Marguerite alors qu'elle a donné naissance à un enfant de Faust. Elle chante l'air Il ne revient pas, air magnifique, extrêmement dramatique, malheureusement souvent coupé.
Tourmentée, elle se rend à l'église pour prier mais elle est arrêtée, d'abord par Méphistophélès et après par un chœur de démons. Elle finit sa prière mais s'évanouit lorsqu'elle est maudite par Méphistophélès. La scène, qui fait intervenir l'orgue, est saisissante.

La scène change. Dans la rue, Valentin et les soldats reviennent de la guerre. Ils chantent un chœur martial extrêmement populaire, Gloire immortelle de nos aïeux. Valentin entre dans la maison de sa sœur. Arrivent Faust et Méphistophélès. Ce dernier chante une sérénade grinçante, Vous qui faites l'endormie. Valentin revient et cherche à savoir qui est le père du fils de Marguerite. Faust et Valentin se battent en duel. Avant de croiser le fer Valentin a la sottise de se séparer de la médaille que lui a donnée Marguerite, ce qui le laisse sans protection face aux sortilèges de Méphisto. Faust le tue dès lors sans difficulté.

Acte V : Les montagnes du Harz, la vallée du Brocken, la prison

L'acte V commence dans les montagnes du Harz, pendant la Nuit de Walpurgis. Méphistophélès et Faust sont entourés de sorcières (Un, deux et trois). Faust est transporté dans une caverne où il assiste au banquet des reines et courtisanes de l'Antiquité. Faust a une vision de Marguerite et la demande. Méphistophélès aide Faust à pénétrer dans la prison où Marguerite est enfermée pour avoir tué son enfant. Ils chantent alors un duo d'amour Oui, c'est toi je t'aime. Lorsque Marguerite apprend que Faust avait fait un pacte avec le diable, elle demande une protection divine. Faust prie, pendant que l'âme de Marguerite s'élève vers le paradis et est accueillie par un choeur d'anges (Christ est ressuscité).
Revenir en haut Aller en bas
http://musiqueclassique.forumpro.fr
Snoopy
Admin


Nombre de messages : 21022
Age : 42
Date d'inscription : 10/08/2006

MessageSujet: Re: Faust   Mer 19 Sep - 21:07

Aujourd'hui je me suis acheté la version avec cette distribution:

Faust: Franco Corelli
Méphistophélès: Nicolai Ghiaurov
Marguerite: Joan Sutherland
Valentin: Robert Massard
Siebel: Magreta Elkins
Marthe: Monica Sinclair
Wagner: Raymond Myers

London Symphony Orchestra
Chef: Richard Bonynge
Revenir en haut Aller en bas
http://musiqueclassique.forumpro.fr
calbo



Nombre de messages : 999
Age : 45
Date d'inscription : 01/10/2006

MessageSujet: Re: Faust   Lun 11 Aoû - 14:46

Faust, Orange, 2 Aout 2008

Bien que les gradins soient inconfortables (il faut penser à apporter son coussin) les voir se remplir est un spectacle en soi. Musicalement c'est une très belle production encore que Roberto Alagna ait été très moyen en Faust malgré une diction absolument impeccable : ses graves son ternes et engorgés et même s'il a des des aigus il n'a pas su éviter de faire un couac dans l'air "Salut demeure chaste et pure". Inva Mula est une belle Marguerite mais la diction est passablement aléatoire; dommage. Pape en Méphisto est parfait : une diction impeccable, une présence scénique électrique et une performance vocale exceptionnelle et le public ne s'y est pas trompé en lui réservant un accueil plus que chaleureux. Xavier Mas en Siebel est une très belle surprise; ce jeune ténor fait partie des futurs grands artistes s'il fait des choix judicieux pour la suite de sa carrière. Marie Nicole Lemieux (Dame Marthe) et Jean François Lapointe (Valentin) sont également excellents dans leurs rôles respectifs; quant à Nicolas Testé c'est un Wagner sympathique. De très beaux choeurs que j'ai trouvé bien préparés et une direction limpide de Plasson malgré quelques fausses notes en début de soirée
Revenir en haut Aller en bas
http://artistes-italiens.forumsactifs.com/index.htm
joachim
Admin


Nombre de messages : 15582
Age : 70
Date d'inscription : 19/08/2006

MessageSujet: Re: Faust   Lun 11 Aoû - 20:51

ça me fait d'autant plus regretter d'avoir raté la diffusion à la télé pale
Revenir en haut Aller en bas
Snoopy
Admin


Nombre de messages : 21022
Age : 42
Date d'inscription : 10/08/2006

MessageSujet: Re: Faust   Lun 11 Aoû - 20:52

A mon avis, comme ma femme avec les chemises, ça repassera. Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
http://musiqueclassique.forumpro.fr
calbo



Nombre de messages : 999
Age : 45
Date d'inscription : 01/10/2006

MessageSujet: Re: Faust   Lun 11 Aoû - 22:15

joachim a écrit:
ça me fait d'autant plus regretter d'avoir raté la diffusion à la télé pale

Dommage en effet car Rototo a un peu mieux chanté le mardi soir.

Citation :
A mon avis ... ça repassera. Very Happy

Ca m'étonnerait à moins que Duault ne consacre une émission à Faust
Revenir en haut Aller en bas
http://artistes-italiens.forumsactifs.com/index.htm
Papagena



Nombre de messages : 400
Age : 57
Date d'inscription : 03/10/2007

MessageSujet: Re: Faust   Mar 12 Aoû - 20:53

A propos de Duault je l'ai croisé à Honfleur...
Revenir en haut Aller en bas
calbo



Nombre de messages : 999
Age : 45
Date d'inscription : 01/10/2006

MessageSujet: Re: Faust   Jeu 14 Aoû - 20:59

Un peu de lecture

http://classiqueinfo.com/spip.php?article205
Revenir en haut Aller en bas
http://artistes-italiens.forumsactifs.com/index.htm
Jean



Nombre de messages : 6297
Age : 73
Date d'inscription : 14/05/2007

MessageSujet: Re: Faust   Ven 15 Aoû - 11:12

les oreilles n'entendent pas la même chose...selon que l'on aime ou pas quelqu'un! Wink ...la preuve

http://www.classiquenews.com/applaudir/lire_article.aspx?article=2165&identifiant=200888BC82NKX2VPNTU6ZLD6OYFYSFY
Revenir en haut Aller en bas
calbo



Nombre de messages : 999
Age : 45
Date d'inscription : 01/10/2006

MessageSujet: Re: Faust   Ven 15 Aoû - 11:19

Bah comme beaucoup de critiques Pelegrin encense un Roberto Alagna qui ne mérite peut-être pas autant d'éloges. Il serait temps qu'il descende de son piedestal.
Revenir en haut Aller en bas
http://artistes-italiens.forumsactifs.com/index.htm
Bel Canto
Admin


Nombre de messages : 5598
Age : 60
Date d'inscription : 10/07/2007

MessageSujet: Re: Faust   Ven 15 Aoû - 14:20

Je pense aussi que de dire d'Alagna "qu'il a encore de belles années devant lui" est du domaine du rêve, malheureusement.
Il suffit pour cela de réécouter sa merveilleuse interprétation de Roméo en 1994 ; la voix est chaude, colorée et les aigus faciles ... on en est loin aujourd'hui !
Ceci étant dit, il n'y a guère actuellement de meilleur "Faust" et j'ai apprécié son interprétation. Wink
Revenir en haut Aller en bas
http://vitabella.sosblog.fr/index.htm
Jean



Nombre de messages : 6297
Age : 73
Date d'inscription : 14/05/2007

MessageSujet: Re: Faust   Sam 16 Aoû - 9:17

Il n'a pas précisé le nombre de belles années...et qui le pourrait?

Mais tu connais beaucoup de sopranos et de ténors (les voix graves étant plutôt favorisées dans ce domaine!!)...qui, à 45 ans, ont exactement la même voix qu'a 31?...(s'ils ont commencé la scène vers les 20 ans).
Revenir en haut Aller en bas
calbo



Nombre de messages : 999
Age : 45
Date d'inscription : 01/10/2006

MessageSujet: Re: Faust   Sam 16 Aoû - 9:54

Ta "réflexion" vaut pour tous les types de voix. Par contre quand on chante tout et n'importe quoi il est certain que la voix ne suit pas vraiment.

Villazon a 36 ans et il est en fin de carrière quand à Alagna une perte de poids excessive de poids en peu de temps et des soucis de santé mal soignés font leur ouvrage. S'il y a encore des personnes pour ne pas le voir c'est leur problème pas le mien
Revenir en haut Aller en bas
http://artistes-italiens.forumsactifs.com/index.htm
Bel Canto
Admin


Nombre de messages : 5598
Age : 60
Date d'inscription : 10/07/2007

MessageSujet: Re: Faust   Sam 16 Aoû - 11:18

Jean a écrit:
Il n'a pas précisé le nombre de belles années...et qui le pourrait?

Mais tu connais beaucoup de sopranos et de ténors (les voix graves étant plutôt favorisées dans ce domaine!!)...qui, à 45 ans, ont exactement la même voix qu'a 31?...(s'ils ont commencé la scène vers les 20 ans).

Je ne sais pas pourquoi mais je m'attendais à ta réponse, Jean ! Wink
On a tous des interprètes de prédilection et tu as tout à fait raison de le soutenir ! (à moins que ce ne soit pour me "taquiner" Laughing )
Crois bien que je souhaite à Alagna une belle et longue carrière à la Kraus, Pavarotti ou Domingo, pour ne citer que les plus connus, mais j'ai des doutes ... Rolling Eyes
Revenir en haut Aller en bas
http://vitabella.sosblog.fr/index.htm
Papagena



Nombre de messages : 400
Age : 57
Date d'inscription : 03/10/2007

MessageSujet: Re: Faust   Sam 16 Aoû - 20:46

Et pourtant connaissant bien Bel Canto, Dieu sait si elle a beaucoup aimé Alagna il y a encore peu de temps peut-être avant qu'il ne devienne super-Alagna le plus grand ténor de tous les temps (sic les commentaires de France 2).
Revenir en haut Aller en bas
calbo



Nombre de messages : 999
Age : 45
Date d'inscription : 01/10/2006

MessageSujet: Re: Faust   Sam 16 Aoû - 20:50

Papagena a écrit:
Et pourtant connaissant bien Bel Canto, Dieu sait si elle a beaucoup aimé Alagna il y a encore peu de temps peut-être avant qu'il ne devienne super-Alagna le plus grand ténor de tous les temps (sic les commentaires de France 2).

France 2 qui ne fait que relayer, et amplifier ainsi, les déclarations de Rototo lui même. ("Je suis le ténor N°1, le monde entier s'en est rendu compte sauf la France", Roberto Alagna à Opéra Magazine me semble-t-il en 1992)
Revenir en haut Aller en bas
http://artistes-italiens.forumsactifs.com/index.htm
Snoopy
Admin


Nombre de messages : 21022
Age : 42
Date d'inscription : 10/08/2006

MessageSujet: Re: Faust   Sam 16 Aoû - 21:23

C'est pas la modestie qui l'étouffe...
Revenir en haut Aller en bas
http://musiqueclassique.forumpro.fr
calbo



Nombre de messages : 999
Age : 45
Date d'inscription : 01/10/2006

MessageSujet: Re: Faust   Sam 16 Aoû - 21:29

N'est ce pas? Et à sa décharge la presse, ses agents, ses maisons de disques et ses proches ne font pas grand chose pour lui faire changer de comportement
Revenir en haut Aller en bas
http://artistes-italiens.forumsactifs.com/index.htm
Jean



Nombre de messages : 6297
Age : 73
Date d'inscription : 14/05/2007

MessageSujet: Re: Faust   Dim 17 Aoû - 10:27

parce que Alagna serait le seul artiste ou homme un peu public à avoir dérapé une fois ou l'autre ? j'ai l'air de défendre Alagna...alors que bien franchement, je n'ai jamais été "fan" de grands ténors ..;mais plutot de voix de femme et de belle voix de basse!
Alors que je ne sache pas entendre que sa cure d'amaigrissement lui a été si catastrophique et que ses nombreux (par rapport à d'autres!) passages à la télévision lui ai abimé les cordes vocales, ou sa façon de chanter ...c'est vraiment le dernier de mes problèmes!!...Quand je vois son nom a l'affiche d'une émission télé je ne fait rien pour ne pas la rater ou l'enregistrer...mais Il se trouve que je l'ai entendu et vu sur plusieurs émissions télé et que je l'ai trouvé plutôt très sympathique et pas aussi imbu de lui-même comme vous ne cessez de lui reprocher ....et de déverser vos sarcasmes sur son déclin avec une certaine jouissance!

NB Je n'ai pas entendu antenne 2 dire qu'il était "le plus grand ténor de tous les temps"!...mais ce genre de commentaire est fort plausible et aussi débile que le comportement de ceux qui vont à l'opéra pour guetter la fausse note et pousser leurs huées ou sifflets ...au grand irrespect des 95% du public qui subit ce comportement de hooligan!


Dernière édition par Jean le Dim 17 Aoû - 20:29, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
calbo



Nombre de messages : 999
Age : 45
Date d'inscription : 01/10/2006

MessageSujet: Re: Faust   Dim 17 Aoû - 10:37

Tu n'as pas besoin d'être aussi désagréable. Tu as éxactement le même comportement que les "hooligans" (dont j'ai bien compris que tu m'incluais dedans) auxquels tu reproches de "déverser leurs sarcasmes avec jouissance".
Revenir en haut Aller en bas
http://artistes-italiens.forumsactifs.com/index.htm
Papagena



Nombre de messages : 400
Age : 57
Date d'inscription : 03/10/2007

MessageSujet: Re: Faust   Dim 17 Aoû - 11:46

Je ne me pose pas en "pourfendresse" d' Alagna j'aime l'opéra et plus particulièrement les voix de barytons et de basses donc ce que fait et dit Alagna m'importe peu mais c'est plutôt le battage médiatique que l'on fait autour de lui qui aurait été mieux venu alors que sa voix était intacte. Il me semble que l'on fait de plus en plus de surmédiatisation depuis que sa voix s'abîme car même si c'est vrai que l'on a plus la même voix à 30 ans qu'à 45 (ou plus) on adapte alors son répertoire à sa voix...
Je ne sais pas si c'est dû aux médias et à la presion du public mais on voit de plus en plus des carrières "éclairs" Villazon, Dessay... j'epère pour eux (car en plus c'est deux là jeles aime beaucoup) qu'ils pourront revenir au mieux de leur forme dans un registre adapté.
Revenir en haut Aller en bas
Bel Canto
Admin


Nombre de messages : 5598
Age : 60
Date d'inscription : 10/07/2007

MessageSujet: Re: Faust   Dim 17 Aoû - 17:36

jean a écrit:
et de déverser vos sarcasmes sur son déclin avec une certaine jouissance!
Il ne faut pas dire n'importe quoi quand même !

Je ne réponds généralement pas à ce genre de propos n'apportant malheureusement rien au débat mais je tiens quand même à préciser que j'ai une énorme admiration pour tous les artistes ainsi qu'un profond respect pour l'homme en général. Il ne me viendrait jamais à l'idée de me réjouir du déclin de qui que ce soit ...
Revenir en haut Aller en bas
http://vitabella.sosblog.fr/index.htm
Snoopy
Admin


Nombre de messages : 21022
Age : 42
Date d'inscription : 10/08/2006

MessageSujet: Re: Faust   Dim 17 Aoû - 22:16

Bon, bon...Cool les amis. Je ne pense pas que Jean vous visait personnellement mais parlait d'un certain public qui existe à l'opéra comme ailleurs, dont les comportements, même s'ils sont minoritaires, existent malheureusement.

Restons zen... Wink
Revenir en haut Aller en bas
http://musiqueclassique.forumpro.fr
calbo



Nombre de messages : 999
Age : 45
Date d'inscription : 01/10/2006

MessageSujet: Re: Faust   Dim 17 Aoû - 22:19

Facile à dire. C'est plus difficile de rester calme face à des réactions aussi stupides et blessantes par dessus le marché.
Revenir en haut Aller en bas
http://artistes-italiens.forumsactifs.com/index.htm
Jean



Nombre de messages : 6297
Age : 73
Date d'inscription : 14/05/2007

MessageSujet: Re: Faust   Lun 18 Aoû - 0:04

En plus c'est tout à fait vrai!!...j'ai été un peu rapide et élliptique et m'adressait à l'ensemble des détracteurs sythématiques !
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Faust   Aujourd'hui à 6:58

Revenir en haut Aller en bas
 
Faust
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Toutes les musiques du monde :: Musique classique :: L'opéra, les ballets et le chant-
Sauter vers: