Forum sur la musique classique
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  Connexion  

Partagez | 
 

 Jehan Marcabru

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
joachim
Admin
avatar

Nombre de messages : 16729
Age : 71
Date d'inscription : 19/08/2006

MessageSujet: Jehan Marcabru   Lun 2 Mar - 9:19

Jehan Marcabru, ou Marcabrun, né vers 1100 (ou 1110) à Auvillar et mort vers 1150, était un écrivain et un troubadour gascon.


Marcabru est le surnom, le pseudonyme qu’il s’est volontairement choisi.
Selon Barbara Spaggiari qui a consacré un livre entier à cette thèse, ce nom a une origine germanique et signifierait clair comme le cristal.
Selon François Zufferey, qui pointe dans la thèse de B. Spaggiari des impossibilités linguistiques, le surnom signifierai mâle caprin, donc bouc, surnom en accord avec sa position artistique, combattant le fin amor.
Une autre hypothèse lui donne le sens de pain perdu.


Marcabrun serait né en Gascogne, à Auvillar et aurait été laissé devant la porte du riche gentilhomme Aldric del Vilar, qui s'est alors occupé de lui. Mais c'est le troubadour Cercamon qui lui a enseigné la musique et l'art de composer des vers.
On sait qu'il a été actif dans les années 1130, vraisemblablement à la cour de Guillaume X de Poitiers. En 1137, le roi de France Louis VII le Jeune épouse Aliénor d'Aquitaine, petite fille du premier troubadour connu, Guillaume IX d'Aquitaine. Marcarbu aurait suivi Aliénor d’Aquitaine à la cour de Paris, mais en aurait été chassé par son époux qui n’appréciait pas les déclarations chantées à la dame de ses pensées.
Du coup, il est probable que Marcabru ait été obligé de s'exiler pour vivre de son art ; on retrouve sa trace en Castille. En soi, cela n'a rien de surprenant, dans la mesure où les ducs d'Aquitaine avaient mené depuis 100 ans une politique d'ouverture en direction de l'Espagne, qui comptait aussi des souverains lettrés.
Les autres indications sur la vie de Marcabru sont peu sûres : on ne sait rien de sa naissance ni de sa mort, et il ne nous reste que 43 poèmes de lui.

Œuvre

Marcabru est l'un des premiers troubadours dont les textes nous soient parvenus. Tout d'abord jongleur il s'avère un poète très doué. Il est l'auteur de la plus ancienne pastourelle découverte, L'autrier, a l'issida d'abriu.
Sa poésie est remarquable : c'est l'un des précurseurs du trobar clus (poésie fermée, hermétique), qui s'oppose au trobar leu (poésie légère, facile à comprendre). Il utilise des métaphores complexes, joue sur les rimes rares, et utilise pleinement les ressources prosodique de l'occitan.
Il semble avoir eu un caractère difficile, comme le montre par exemple les vers suivants :

Macabrun, fils de Marcabrune
Fut engendré sous telle lune
Qu'il sait d'amour sous toute coutume
Écoutez !
Jamais il n'en aima aucune,
Jamais aucune ne l'aima.


Son style moralisateur, misogyne, voire misanthrope, lui a, semble-t-il, assuré autant de partisans que d'adversaires (qui ont alors peut-être décidé de le tuer). Ses poèmes, ou sirventès, dénoncent souvent la lascivité des femmes et critiquent l'amour courtois. Il aime par ailleurs donner la parole aux humbles gens.


Catalogue de l'oeuvre :

A la fontana del vergier
A l'alena del vent doussa
Al departir del brau tempier
Al prim comens de l'ivernaill
Al son desviat, chantaire
Amics Marchabrun, car digam
Ans que.l terminis verdei
Assatz m'es bel del temps essuig
Aujatz de chan com enans'e meillura
Bel m'es quan la rana chanta
Bel m'es can s'esclarzis l'onda
Bel m'es quan son li fruich madur
Pus per un cosselh descrec
Cortesamen vuoill comenssar
Contra l'ivern que s'enansa
D'aisso laus Dieu
Dirai vos en mon lati
Dirai vos senes duptansa
Doas cuidas ai compaignier
Tot a estru
Bel m'es quan la fuelh' ufana
Emperaire, per mi mezeis
Emperaire per vostre prez
En abriu, s'esclairo.il riu contra.l Pascor
Estornel, cueill ta volada
Ges l'estornels non s'oblida
Lanquan fuelhon li boscatge
L'autrier, a l'issida d'abriu
L'autrier jost' una sebissa
L'iverns vai e.l temps s'aizina
Lo vers comenssa
Lo vers comens quan vei del fau
Hueymais dey esser alegrans
Pax in nomine Domini
Per l'aura freida que
Per savi.l tenc ses doptanssa
Pois la fuoilla revirola
Pois l'inverns d'ogan es anatz
Pus mos coratges s'es clarzitz
Pus s'enfulleysson li verjan
Quan l'aura doussana bufa
No.is jauzira ja crestians
La puta : Mantengutz e Jois eisamens
Seigner n'Audric
Revenir en haut Aller en bas
 
Jehan Marcabru
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Toutes les musiques du monde :: Musique classique :: Les compositeurs-
Sauter vers: