Forum sur la musique classique
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

 

 MIASKOVSKI Nikolai (1881-1950)

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Fidelio



Nombre de messages : 11
Age : 38
Date d'inscription : 04/02/2012

MIASKOVSKI Nikolai (1881-1950) - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: MIASKOVSKI Nikolai (1881-1950)   MIASKOVSKI Nikolai (1881-1950) - Page 2 Empty2012-02-05, 21:40

Je propose de toutes les écouter pour avoir une vue d'ensemble. Petit à petit. Je trouve les premières très intéressantes, mais les dernières aussi... Pour d'autres raisons. Celle op 64 no 1 en Si majeur est magnifique par exemple. Les dernières ont une dimension poétique à ne pas négliger, plus dépouillées, elles vont à l'essentiel... Mais alors dans les premières je suis catégorique: il faut écouter la no 2 op 13 dans laquelle il utilise le thème du dies irae... Dans ses symphonies, je nái écouté que la 6e et c'est prodigieux! Aussi monstrueux que Chosta...
Revenir en haut Aller en bas
joachim
Admin
joachim

Nombre de messages : 22471
Age : 75
Date d'inscription : 19/08/2006

MIASKOVSKI Nikolai (1881-1950) - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: MIASKOVSKI Nikolai (1881-1950)   MIASKOVSKI Nikolai (1881-1950) - Page 2 Empty2019-10-16, 09:47

Pas encore de catalogue ? Joachim, tu es en dessous de tout Hehe

Symphonies

N° 1 en ut mineur, op. 3 (1908, rév. 1921)
N° 2 en do dièse mineur, op. 11 (1911)
N  3 en la mineur, op. 15 (1914)
N° 4 en mi mineur , op. 17 (1918)
N° 5 en ré majeur, op. 18 (1919)
N° 6 en mi bémol mineur, op. 23 (1923) avec chœur
N° 7 en si mineur, op. 24 (1922)
N° 8 en la majeur, op. 26 (1925)
N° 9 en mi mineur, op. 28 (1927)
N° 10 en fa mineur, op. 30 (1927)
N° 11 en si bémol mineur, op. 34 (1932)
N° 12 en sol mineur, op. 35 (1932) Kolkhoznaya (ferme collective)
N° 13 en si mineur, op. 36 (1933)
N° 14 en ut majeur, op. 37 (1933)
N° 15 en ré mineur, op. 38 (1934)
N° 16 en fa majeur, op. 39 (1934) (Aviation)
N° 17 en sol dièse mineur, op. 41 (1937)
N° 18 en ut majeur, op. 42 (1937)
N° 19 en mi bémol majeur, op. 46 (1939) pour orchestre à vent
N° 20 en mi majeur, op. 50 (1940)
N° 21 en Fa mineur, op. 51 (1940)
N° 22 en si mineur, op. 54 (1941) ballade symphonique
N° 23 en la mineur, op. 56 (1941) Suite symphonique sur des thèmes kabardais
N° 24 en fa mineur, op. 63 (1943)
N° 25 en ré bémol majeur, op. 69 (1946, rév. 1949)
N° 26 en ut majeur, op. 79 (1948) Symphonie sur des thèmes russes
N° 27 en ut mineur, op. 85 (1949)


Autres oeuvres orchestrales

Silence (Molchaniye), poème symphonique d'après Edgar Allan Poe, op. 9 (1910)
Ouverture pour orchestre symphonique, op. 9 bis (1909, orchestration de la sonate pour piano de 1907 en sol majeur; rév. 1948)
Sinfonietta n° 1 en la majeur pour petit orchestre, op. 10 (1911)
Alastor, poème symphonique d'après Shelley , op. 14 (1913)
Diversions (Razvlyichenie), op. 32 (1929) :
1. Sérénade pour petit orchestre
2. Sinfonietta N° 2 en si mineur pour orchestre à cordes
3. Concertino lyrique pour flûte, clarinette, cor, basson, harpe et orchestre à cordes

Concerto pour violon en ré mineur, op. 44 (1938)
2 pièces pour orchestre à cordes, op. 46 bis, arrangé de la symphonie n° 19 (1939)
Ouverture de salutation en ut majeur, op. 48 (1939)
2 marches pour orchestre à vent, op. 53 (1941)
Ouverture dramatique pour orchestre à vent, op. 60 (1942)
Liens (Zvenya) - Suite pathétique pour orchestre, op. 65 (1945) Orchestrations de pièces de piano anciennes
Concerto pour violoncelle en ut mineur, op. 66 (1944)
Sinfonietta n° 3 en la mineur pour orchestre à cordes, op. 68 (1946)
Rhapsodie slave en ré mineur, op. 71 (1946)
Ouverture pathétique en ut mineur, op. 76 (1947)
Divertissement pour petit orchestre, op. 80 (1948)


Musique chorale

Cantata Kirov est avec nous, pour mezzo-soprano, baryton, choeur mixte et orchestre symphonique sur le texte du même nom. Poèmes de Nikolai Tikhonov, op. 61 (1942-1943)
Nocturne Kreml nochiu (Le Kremlin la nuit), d’après Nikolai Vasiliev, op. 75 (1947)


Musique de chambre

Sonate pour violoncelle et piano n° 1 en ré majeur, op. 12 (1911, rév. 1935)
Quatuor à cordes n° 1 en la mineur, op. 33, n° 1 (1929-1930)
Quatuor à cordes n° 2 en do mineur, op. 33, n° 2 (1930)
Quatuor à cordes n° 3 en ré mineur, op. 33, n° 3 (révision de 1930 du quatuor de jeunesse de 1910)
Quatuor à cordes n° 4 en fa mineur, op. 33, n° 4 (révision de 1930 du quatuor de jeunesse de 1911)
Quatuor à cordes n° 5 en mi mineur, op. 47 (1938-1939)
Quatuor à cordes n° 6 en sol mineur, op. 49 (1939-1940)
Quatuor à cordes n° 7 en fa majeur, op. 55 (1941)
Quatuor à cordes n° 8 en fa dièse mineur, op. 59 (1942)
Quatuor à cordes n° 9 en ré mineur, op. 62 (1943)
Quatuor à cordes n° 10 en fa majeur, op. 67, n° 1 (révision de 1945 du quatuor de jeunesse de 1907)
Quatuor à cordes n° 11 en mi bémol majeur, op. 67, n° 2 (1945)
Sonate pour violon et piano en fa majeur, op. 70 (1946)
Quatuor à cordes n° 12 en sol majeur, op. 77 (1947)
Sonate pour violoncelle n° 2 en la mineur, op. 81 (1948)
Quatuor à cordes n° 13 en la mineur, op. 86 (1950)


Musique de piano

Avant sa sonate officielle pour piano n° 1, Myaskovsky a composé quatre ou cinq sonates pour piano inédites. L'une d'elles a été orchestrée comme Ouverture pour petit orchestre et deux autres ont été révisées en 1944 pour devenir les Sonates officielles nos 5 et 6. Entre 1907 et 1919, Myaskovsky a écrit des dizaines de courtes pièces pour piano en tant qu'études ou brouillons exploratoires: il les rassembla provisoirement dans huit albums (non publiés) et les désigna collectivement sous le nom de Flofion ou par le diminutif Flofionchiki, un mot apparemment inventé qui signifiait quelque chose comme «Frolics» ou «Whimsies». Plusieurs de ceux-ci ont été repris dans les collections de pianos publiées Opp. 25, 29, 31, 78 et la suite orchestrale op. 65, tandis que d'autres proposaient des mouvements - par exemple le mouvement lent de la Sonate pour piano n° 4 - ou du matériel thématique pour des œuvres ultérieures de chambre et d'orchestre.

Sonate n° 1 en ré mineur, op. 6 (1907) [4]
Sonate n° 2 en fa dièse mineur, op. 13 (1912)
Sonate n° 3 en do mineur, op. 19 (1920; deuxième version beaucoup modifiée 1939)
Sonate n° 4 en ut mineur, op. 27 (1924, rév. 1945)
Bizarreries (Prichudi), 6 esquisses, op. 25 (1917-19, rév. 1923)
Réminiscences (Vospominaniya), 6 pièces, op. 29 (1907-8; rév. 1927)
Feuilles jaunies (Pozheltevshiye Straniytsi), 6 pièces, op. 31 (1907-1919, rév. 1928)
Trois compositions pour enfants, op. 43 :
1. 10 pièces très faciles pour piano (1938)
2. Quatre pièces faciles polyphonique (1907, révisé en 1938)
3. Variations intimes en ré majeur (Suite lyrique pour piano) (1908, révisé 1937)

Sonatine en mi mineur, op. 57 (1941)
Chanson et Rhapsodie (plus tard appelé Prélude et Rondo-Sonata), op. 58 (1942)
Sonate n° 5 en si majeur, op. 64, n° 1 (révision de 1944 de la première sonate de 1907)
Sonate n° 6 en la majeur, op. 64, n° 2 (révision de la sonate ancienne en 1944)
Improvisations, neuf pièces aux formes de danses anciennes, op. 73 (1946)
Du passé, six improvisations pour piano, op. 74 (1947, version finale des pièces pour piano de 1906/07)
Esquisses polyphoniques, op. 78 (1947)
Sonate n° 7 en do majeur, op. 82 (1948)
Sonate n° 8 en ré mineur, op. 83 (1949)
Sonate n° 9 en fa majeur, op. 84 (1949)


Mélodies

Reflections, sept poèmes de Yevgeny Baratynsky pour voix et piano, op. 1 (1907)
Dès les premières années, 12 romances pour voix et piano aux paroles de Konstantin Balmont, op. 2 (1903-1906, révisé et combiné en un cycle: 1945)
À la frontière, 18 romances sur des paroles de Zinaida Gippius pour voix moyenne et profonde au piano, op. 4 (1904-1908)
Chansons sur les vers de Zinaida Gippius (Trois pièces pour voix et piano), op. 5 (1905-1908)
Madrigal, suite (d'après cinq poèmes de Balmont) pour voix et piano, op. 7 (1908-09; révisé 1925)
Trois croquis sur des textes de Vyacheslav Ivanov , op. 8 (1908) 1. La vallée des temples, 2. Pan et Psyché, 3. La tempête
Hunches, 6 sketches pour voix et piano sur des paroles de Zinaida Gippius, op. 16 (1913-14)
Six poèmes d'Alexander Blok, pour voix et piano, op. 20 (1921), dédicace: "Pour MG Hube"
In Sheltered Days, trois sketches sur paroles de Fyodor Tyutchev pour voix et piano (1922), op. 21, dédicace: "Pour Mme JW Koponossowa-Dershanowskaja"
The Withered Wreath, musique sur huit poèmes d’ Anton Delvig, pour voix et piano, op. 22 (1925)
Douze Romances sur les paroles de Mikhaïl Lermontov, pour voix et piano, op. 40 (1935-1936)
Trois croquis sur des paroles de Stepan Shchipachev et Leib Kvitko, pour voix et piano, op. 45. Dédicace: "Pour AI Okajemow"
Chansons sur les vers de Stepan Schipachev, 10 romances pour voix moyenne et piano, op. 52 (1940)
Numéro lyrique, six romances pour voix haute et piano sur des paroles de Mira Mendelson et Robert Burns, op. 72 (1946), dédicace: "Pour Mira Mendelson"




https://www.youtube.com/watch?v=vrTOKIeFtao
Revenir en haut Aller en bas
joachim
Admin
joachim

Nombre de messages : 22471
Age : 75
Date d'inscription : 19/08/2006

MIASKOVSKI Nikolai (1881-1950) - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: MIASKOVSKI Nikolai (1881-1950)   MIASKOVSKI Nikolai (1881-1950) - Page 2 Empty2021-09-13, 10:46

Symphonie n° 6 en mi bémol mineur, op. 23



https://www.youtube.com/watch?v=dRbZTMoMUoQ

I. Poco largamente ma non allegro. Allegro feroce   20:07
II. Presto tenebroso                                                7:50
III. Andante appassionato                                      13:41
IV. Allegro molto vivace                                         16:02

La Symphonie n° 6 en mi bémol mineur, op. 23 de Nikolai Myaskovsky a été composée entre 1921 et 1923. C'est la plus grande et la plus ambitieuse de ses 27 symphonies, planifiée à l' échelle mahlérienne, et utilise un chœur dans le finale. Elle a été décrite comme «probablement la symphonie russe la plus importante entre la Pathétique de Tchaïkovski et la Quatrième Symphonie de Chostakovitch». Myaskovsky a d'ailleurs écrit une partie de l'œuvre à Klin, où Tchaïkovski a écrit la Pathétique.) La première eut lieu au Théâtre Bolchoï de Moscou le 4 mai 1924, sous la direction de Nikolai Golovanov et a été un succès notable.

Cette œuvre monumentale et ambitieuse est considérée comme la plus importante des 27 symphonies de Myaskovsky. Elle est interprétée comme un commentaire de la Révolution d' Octobre de 1917, qui est présentée ici non comme un triomphe, mais comme un événement tragique. Myaskovsky n'était pas un partisan de l'ancienne Russie tsariste et était bien conscient de la nécessité d'une réforme radicale, mais a réalisé le fait inévitable que chaque révolution est accompagnée de mort et de destruction. En outre, il avait également subi des pertes personnelles au cours de cette période. Son père et un ami proche étaient décédés. Ce n'est qu'après l'effondrement de l'Union soviétique qu'on apprit que son père, officier supérieur de l'armée tsariste, avait été lynché en 1918 par un groupe de combattants révolutionnaires. La vue du cadavre de sa tante bien-aimée Yelikonida Konstantinovna Myaskovskaya l'avait également profondément ému. La Sixième devint donc pour lui une symphonie sur la vie et la mort.

Les commentateurs soviétiques avaient l'habitude de décrire l'œuvre comme une tentative de dépeindre le développement et les premières luttes de l'État soviétique, mais on sait maintenant que ses racines étaient plus personnelles. Le thème d'accords dur et emphatiquement descendant avec lequel la symphonie commence apparemment est apparu dans l'esprit du compositeur lors d'un rassemblement de masse au cours duquel il a entendu le procureur soviétique Nikolai Krylenko conclure son discours par l'appel «Mort, mort aux ennemis de la révolution !» Myaskovsky avait été affecté par la mort de son père, de son ami proche Alexander Revidzev et de sa tante Yelikonida Konstantinovna Myaskovskaya, et surtout en voyant le corps de sa tante dans une ville sombre et vide de Petrograd durant l'hiver 1920. En 1919, le peintre Lopatinsky, qui avait vécu à Paris, chanta à Myaskovsky quelques chansons de la Révolution française encore d'actualité chez les ouvriers parisiens : elles se retrouveront dans le finale de la symphonie. Il est également influencé par Les Aubes, un drame en vers de l' écrivain belge Emile Verhaeren, qui met en scène la mort d'un héros révolutionnaire et ses funérailles.


La symphonie est écrite pour 3 flûtes (3e étant piccolo), 3 hautbois, cor anglais, 2 clarinettes, clarinette basse, 3 bassons, contre-basson, 6 cors, 3 trompettes, 3 trombones, tuba, timbales, cymbales, grosse caisse, tambour, célesta, harpe, cordes et chœur mixte. Il comporte quatre mouvements :

I Poco largamente – Allegro feroce , une grande et turbulente sonate -allegro. Ce mouvement d'ouverture est long, strident et rythmiquement instable, plein de tempête et de tension

II Presto tenebroso, un scherzo apparemment inspiré par les vents d'hiver soufflant à l'extérieur de la maison où la tante du compositeur gisait morte, avec un trio Andante moderato qui fait vaguement référence à la complainte du simplet dans Boris Godonuv de Moussorgski, Acte IV, Scène II, ("Larmes, amères les larmes doivent couler, Notre saint peuple doit pleurer ... Malheur, malheur à la Russie! Pleurez, pleurez peuple russe, peuple affamé")

III Andante appassionato, un mouvement lent romantique funèbre

IV Allegro vivace – Più sostenuto – Andante molto espressivo, finale épisodique commençant par une brillante fantaisie en mi bémol majeur sur les chants révolutionnaires français Ah ! ça ira et Carmagnole virent ensuite à un ut mineur sombre avec le Dies Irae. Une clarinette introduit la mélodie d'un hymne funéraire orthodoxe russe, «Comment l'âme s'est séparée du corps» (Shto mui vidyeli ? – «Qu'avons-nous vu ? Une merveille miraculeuse, un cadavre… »). Le chœur entre avec des cris de lamentations qui ponctuent une mise en musique de l'hymne. Dans la coda, le thème principal du troisième mouvement revient comme base d'un épilogue pacifique.

Lors de sa création en 1924, la symphonie fit une grande impression et fut bientôt jouée en dehors de l' Union soviétique. En particulier, l' Orchestre symphonique de Chicago avec le chef d'orchestre Frederick Stock a joué l'œuvre à plusieurs reprises. Cet orchestre a même commandé à Myaskovsky une nouvelle symphonie, la 21e, qui est beaucoup plus courte et a un caractère très différent de la Sixième.
Après la Seconde Guerre mondiale, Myaskovsky, comme Prokofiev et Chostakovitch, a également été attaqué dans son propre pays pour des allégations de «formalisme» tendances de sa musique. Une vision tragique de la révolution, telle qu'elle est exprimée dans la Sixième, ne correspondait pas à la contribution positive à l'éducation populaire exigée des compositeurs soviétiques. Pourtant, cette symphonie, qui se termine de manière quasi religieuse, n'a jamais été totalement interdite par les autorités

La partition complète a été publiée par Universal Edition, Vienne en 1925. Myaskovsky a révisé l'œuvre en 1947. Dans cette dernière version, le chœur est facultatif.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MIASKOVSKI Nikolai (1881-1950) - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: MIASKOVSKI Nikolai (1881-1950)   MIASKOVSKI Nikolai (1881-1950) - Page 2 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
MIASKOVSKI Nikolai (1881-1950)
Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Toutes les musiques du monde :: Musique classique :: Les compositeurs-
Sauter vers: