Forum sur la musique classique
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
-12%
Le deal à ne pas rater :
Nintendo Manette Switch Pro
52.99 € 59.95 €
Voir le deal

 

 Isidor Philipp (1863-1958)

Aller en bas 
AuteurMessage
joachim
Admin
joachim

Nombre de messages : 22489
Age : 75
Date d'inscription : 19/08/2006

Isidor Philipp (1863-1958) Empty
MessageSujet: Isidor Philipp (1863-1958)   Isidor Philipp (1863-1958) Empty2021-07-11, 11:13

Isidor (ou Isidore) Philipp (Budapest, 2 septembre 1863 - Paris, 20 février 1958) était un pianiste, pédagogue et compositeur français d'origine hongroise. Il est moins connu aujourd'hui pour ses activités de compositeur que pour ses publications d'ouvrages sur la technique pianistique.

Isidor Philipp arrive à Paris dans son enfance. Il entre au Conservatoire de musique et de déclamation à Paris et étudie le piano avec Georges Mathias (un élève de Chopin), et obtient un 1er Prix en 1883. Il travaille ensuite avec Théodore Ritter, Camille Saint-Saëns et Stephen Heller.

Au Conservatoire, il rencontre son camarade Claude Debussy. Ils sont restés amis pour la vie et Philipp a souvent joué ses compositions. Après la mort de Debussy, Philipp était considéré comme la principale autorité en matière de musique pour piano. Après avoir obtenu son diplôme du Conservatoire, Philipp entame une carrière qui l'emmène dans divers pays européens, et il se produit régulièrement aux concerts Colonne, Lamoureux et Conservatoire de Paris. Il a pu entendre des concerts, des récitals ou des master classes par plusieurs des plus grands pianistes de l'époque, dont Liszt et Anton Rubinstein. Il connut Charles-Valentin Alkan, un ami intime de Chopin, et fut porteur du cercueil aux funérailles d'Alkan en 1888 ; il a par la suite édité plusieurs des travaux d'Alkan pour la réédition.

En 1890, il fonde une association de musique de chambre avec Loeb et Berthelier, et se produit en concert avec succès. En 1896, il réorganisa la Société des Instruments à vent de Paris. Puis il est professeur de piano au Conservatoire de musique et de déclamation de 1903 à 1934. Il enseignera aussi au Conservatoire Américain de Fontainebleau de 1921 à 1933, qui devint célèbre pour avoir lancé la carrière de nombreux compositeurs américains notables. Sa maison à Paris contenait de nombreux instruments anciens et inhabituels et d'autres artefacts musicaux ; il aura Robert Casadesus comme assistant.

D'origine juive, Isidore Philipp partit aux États-Unis en 1941 (les nazis confisquèrent alors les biens de son appartement parisien). Il enseigna à New York ainsi qu'à L'Alliance Française de Louiseville (Québec). En Amérique, il se produisit comme pianiste tout en poursuivant sa carrière universitaire. Alors qu'il était à New York, il a donné des récitals avec le violoniste John Corigliano (Corigliano a été la longue date concertmaster du New York Philharmonic ). [2] Après la guerre, il a passé le reste de sa vie entre New York et Paris

Il donna son dernier concert le 20 mars 1955 à l'âge de quatre-vingt-onze ans dans la sonate pour violon et piano de César Franck. Il donne son récital d'adieu à l'âge de 92 ans, à Paris. Il y meurt en 1958 après une chute dans le métro parisien, et est enterré au cimetière du Père-Lachaise.

En plus d'un brillant pianiste, Philipp est l'auteur de nombreux ouvrages didactiques de valeur.

Les Archives Isidor Philipp ont été déposées en 1977 à l'Université de Louisville par l'American Liszt Society. Elles rassemblent ses compositions pour le piano, ses exercices et études, ses éditions des œuvres de Franz Liszt, ainsi que des exercices, études et travaux sur d'autres compositeurs, des enregistrements, sa correspondance, des photographies, etc.

Isidor Philipp compte beaucoup de pianistes, chefs d'orchestres et compositeurs célèbres hier et aujourd'hui parmi ses élèves. Citons, entre autres, Maurice Dumesnil, Aaron Copland, Wilfrid Pelletier, le Prix Nobel Albert Schweitzer, Alexandre Tcherepnine, André Lavagne, Nikita Magaloff, Germaine Thyssens-Valentin, Jean Françaix et Émile Poillot.

Isidor Philipp était Commandeur de la Légion d'Honneur (décret du 7 septembre 1927). Il en avait reçu les insignes des mains de Jules Moch, ancien Ministre, lui-même Commandeur de la Légion d'Honneur.


Œuvres

Ses compositions incluent Rêverie mélancolique et Sérénade humoristique pour orchestre, un concertino pour trois pianos (récemment joué aux États-Unis), The Fantasmagories Suite, Suite for Two Pianos, 6 Concert Studies after Chopin's Études, Concert Étude after Chopin's minute Waltz, 2 Valse-Caprices sur les thèmes de Schubert, 4 Valse-Caprices sur des thèmes de Strauss, et des arrangements et transcriptions comme le Scherzo du Songe d'une nuit de Mendelssohn pour deux pianos, et un grand nombre d'œuvres de Bach transcrit pour un ou deux pianos. Sa composition Feux-Follets (extrait de "Pastels pour piano", n°3) a été enregistrée par son élève Guiomar Novaes, un pianiste brésilien. Il a écrit un nombre considérable de transcriptions pour la main gauche. Les compositions et les transcriptions de Philipp nécessitent souvent un degré élevé de dextérité et de légèreté au toucher, et il aimait travailler en successions rapides de doubles tiers, quarts et octaves dans plusieurs de ses pièces.




https://www.youtube.com/watch?v=ULAly5nh_kY

Revenir en haut Aller en bas
 
Isidor Philipp (1863-1958)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Toutes les musiques du monde :: Musique classique :: Les compositeurs-
Sauter vers: