Forum sur la musique classique
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Le Deal du moment : -30%
-30% Lego Classic – La valisette de construction ...
Voir le deal
10.49 €

 

 musique et psychologie

Aller en bas 
AuteurMessage
laudec

laudec

Nombre de messages : 5668
Age : 70
Date d'inscription : 25/02/2013

musique et psychologie Empty
MessageSujet: musique et psychologie   musique et psychologie Empty2014-06-07, 09:55

En cherchant un opéra à découvrir en "last minute" à la Monnaie, je suis tombée sur cette présentation-question d' "Orphée et Euridice" qui m'a vivement interpelée et que j'aimerais partager avec vous.  Je n'ai pas le temps maintenant mais je vous livre déjà cette interrogation qui nous est faite par rapport à la "conscience"   Qu'en pensez vous ?

La Monnaie a écrit:
A Stage with a View
Qu'est-ce que la conscience?

En écho au mythe d’Orphée qui cherche à ramener sa bien-aimée dans le monde des vivants, Romeo Castellucci a souhaité construire sa proposition artistique à partir d’une réflexion sur la question de la conscience. Homme de culture, profondément humain et respectueux, il crée par ce projet un dialogue nouveau entre cette œuvre lyrique et une réalité contemporaine, pour donner naissance à des questions existentielles fondamentales.

Dans le cadre de cette nouvelle production d’opéra, la Monnaie et PSYCHOLOGIES magazine organisent une rencontre spéciale pour débattre de la question de la conscience et de l'inconscience.


Dernière édition par laudec le 2014-06-07, 14:22, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
joachim
Admin
joachim

Nombre de messages : 23757
Age : 76
Date d'inscription : 19/08/2006

musique et psychologie Empty
MessageSujet: Re: musique et psychologie   musique et psychologie Empty2014-06-07, 13:04

Désolé, Laudec, mais c'est une question qui ne m'inspire pas du tout (déjà au lycée j'avais horreur des dissertations sur des sujets philosophiques)  Embarassed 
Revenir en haut Aller en bas
laudec

laudec

Nombre de messages : 5668
Age : 70
Date d'inscription : 25/02/2013

musique et psychologie Empty
MessageSujet: Re: musique et psychologie   musique et psychologie Empty2014-06-07, 14:13

Voilà une belle constance  Wink , mais pas de soucis, même si cela n'intéresse personne, j'aurai quand même essayé parce que moi cela me passionne   musique et psychologie 200256
Ce n'est pas tant la question philosophique qui m'interpelle ici que celle de l'action de la musique sur le mental, un peu en prolongation du fil "opéra et santé". Dans le cas de l'opéra, il y a non seulement la musique mais également le texte dramatique, héroïque, drôle, toute l'action que l'on peut vivre à travers les nombreux personnages impliqués dans le spectacle (d'où possibilité de catharsis etc., voir "opéra et santé") mais lorsqu'il s'agit de musique sans paroles qu'est ce qui va faire alors effet sur notre mental, comment cela vient-il nous toucher parfois si profondément, si intensément ? c'est la question que je me pose ?
 
Revenir en haut Aller en bas
laudec

laudec

Nombre de messages : 5668
Age : 70
Date d'inscription : 25/02/2013

musique et psychologie Empty
MessageSujet: Re: musique et psychologie   musique et psychologie Empty2014-06-07, 17:44

J'ai toujours eu l'impression que la musique pouvait avoir  un effet thérapeutique (ou l'inverse parfois, déstructurant !) c'est pourquoi je tente ici de mieux comprendre cela en faisant quelques recherches auprès de ceux qui réfléchissent à cela depuis bien longtemps  musique et psychologie 200256 

Selon Max Méreaux (La thérapie par les sons ) :

"L’usage de la musique à des fins thérapeutiques est sans doute l’une des plus anciennes traditions de l’humanité. Le chant fut, à l’origine, le seul remède susceptible d’endormir la douleur et la médecine primitive consiste essentiellement en la magie incantatoire."

Je vais donc quelque peu retourner à la tradition et pour commencer à la tradition (médicale) chinoise la plus ancienne, notamment celle qui se trouve décrite dans le Huangdi Nei Jing*.  On y trouve notamment ceci :

au sujet des Rythmes

« Qui connaîtra le monde et ses rythmes,  connaîtra aussi l’homme et le rythme de sa vie, et qui connaîtra ces accords n’aura plus besoin de rien savoir.» Tout est rythme dans l’univers et tout être vivant est soumis à ses propres rythmes ainsi qu’aux rythmes du cosmos.

De même que l’acupuncture augmente ou diminue la quantité d’énergie d’un méridien, en agissant sur ses points au moyen d’aiguilles, la musique par ses fréquences sonores, rétablit l’équilibre compromis par des troubles pathologiques entre les organes de notre corps et le monde extérieur. On peut lire dans les Mémoires historiques de Su Ma T’Sien **: « La note kong agit sur la rate et con-duit l’homme à la parfaite sainteté ;-) ;  la note chang agit sur le poumon et conduit l’homme à la parfaite équité ; la note kio agit sur le foie et conduit l’homme à l’harmonie de la parfaite bonté ; la note tché agit sur le cœur et conduit l’homme à l’harmonie des rites parfaits ; la note yu agit sur les reins et conduit l’homme à l’harmonie de la parfaite sagesse.»  Wink 

et plus près de chez nous  Wink 
Le philosophe Bacon au XIIIe siècle estimait que « pour être bon et efficace, le médecin doit connaître les règles de l’harmonie musicale. » La musique, en effet, a une influence indéniable sur le plan physique comme sur le plan émotionnel. De nombreuses expériences scientifiques ont souligné son action sur le rythme cardiaque, la fréquence respiratoire et la tension artérielle… Certes, l’intensité et la nature des réactions à la musique dépendent du sujet auditeur, de son tempérament, de sa constitution, etc., mais les neurophysiologistes font remarquer que la musique demeure souvent le seul moyen de communiquer avec des patients autistiques ou des malades ayant rompu le contact verbal. Le sens du rythme notamment résiste beaucoup plus longtemps que les fonctions intellectuelles à la déstructuration mentale. « Le rythme, disait le célèbre pédagogue Maurice Martenot, est l’élément vital de la musique, aussi indéfinissable que la vie elle-même. On doit le considérer comme une force en mouvement, une force qui propulse l’action, une force qui est elle-même mouvement. »

Encore au sujet des rythmes, puisé dans l "La thérapie par les sons" :

Le rythme joue un rôle déterminant dans les chants et les danses de guérison des peuplades primitives qui recourent généralement à la transe. Dans la Grèce antique, les rythmes des instruments à percussion « avaient la propriété de provoquer la transe de possession des Corybantes » (H. Jeanmaire - 1951- Dionysos. Paris, Payot). Dans les danses extatiques de l’Inde, du Moyen-Orient ou de l’Afrique, le rythme est également primordial.

Dans le Gai Savoir, Nietzsche écrit : « bien avant qu’il n’y eût des philosophes, on attribuait à la musique, et plus précisément au rythme musical, la faculté de décharger les passions, de purifier l’âme, d’adoucir la ferocia animi. La tension normale de l’âme, son harmo-nie venait-elle à se perdre, il fallait se mettre à danser en suivant la mesure du chant… c’était là l’ordonnance de cette thérapeutique. »

Les deux principales caractéristiques les plus fréquentes du rythme des musiques de possession sont la rupture (par changement de rythme ou par déplacement des accents) et l’accélération du tempo. Que ce soit en Haïti, au Bengale, ou encore chez les Indiens d’Amérique, les ethnologues ont remarqué que les musiques destinées à déclencher la transe commencent généralement par un rythme répétitif suivi d’un rythme plus heurté introduit brusquement ; ce nouveau rythme suscitant un état de paroxysme chez les danseurs. Le tempo devient alors de plus en plus rapide et l’intensité du son se fait de plus en plus forte. La danse convulsive aboutit à la chute du malade, soulignée violemment par la percussion. Dans cette chute, le malade, complètement insensible, ne se fait aucun mal : il se produit dans la transe un phénomène d’analgésie, comme dans l’hypnose.

Selon le docteur Jacques Donnars, psychiatre, « la transe opère comme un processus de recul qui relativise les conflits individuels ou collectifs… Je peux constater, dit-il, (par l’expérimentation en groupe de phénomènes de transe sous induction musicale) une spectaculaire disparition d’angoisses, la résolution de conflits intérieurs déjà anciens, la mise à distance de souffrances physiques » (cité par Sophie Humeau dans Les musiques qui guérissent, Retz). Certains praticiens n’hésitent pas, en effet, à recourir aux méthodes ancestrales issues de traditions mystiques, pour soulager leurs patients et tendent ainsi à retrouver « la réalité secrète et indicible de l’être profond » pour reprendre l’expression de J. Donnars.

Le rythme est d’ordre physiologique, d’où son influence sur tous les aspects de la vie végétative. L’une des bases du yoga, par exemple, est la maîtrise du rythme respiratoire, qui est binaire (inspir-expir) dans l’action mais ternaire (inspir-expir-pause) dans le sommeil ou la méditation. On peut ramener l’infinité des rythmes qui animent notre être psychosomatique, à deux catégories essentielles : la cadence régulière et la cadence asymétrique, souvent source d’action et de mouvement. Les Chinois anciens distinguaient six rythmes yang, fondés sur l’impair, et six rythmes yin, fondés sur le pair. Aussi la musicothérapie chinoise utilise-t-elle des rythmes excitants pour les mélodies tonifiantes et apaisants pour les mélodies calmantes ; ce qui correspond selon le cas, à des rythmes binaires plutôt heurtés et à des rythmes ternaires généralement doux.

L’action du rythme sur l’auditeur, comme nous avons pu le constater dans les musiques de possession, n’est pas seulement liée à la régularité ou à l’irrégularité de la pulsation mais dépend aussi de la vitesse du débit sonore. Si la répétition d’un motif dans un même tempo peut induire un état quasi-hypnotique, c’est le changement de rythme et l’accélération qui provoquent la transe. Autrement dit, la tension émotionnelle est en rapport avec la vitesse. Les travaux de Michel Imberty ont d’ailleurs montré que plus le débit des sons est rapide, plus la tension de l’auditeur s’élève ; inversement, plus le débit des sons est lent, plus la détente s’affirme.







*Le Huangdi Nei Jing ou Classique interne de l'empereur Jaune est le plus ancien ouvrage de médecine chinoise
traditionnelle.

**Sima Qian ou Se Ma T'sien(145 av. J.-C.-86 av. J.-C.) est un historien chinois, le premier à avoir tenté de décrire toute l'histoire de la Chine depuis sa création. Il vécut sous le règne de l'empereur Wudi de la dynastie Han.

Les Mémoires historiques ont été écrites de -109 à -91 : elles couvrent l'histoire de la Chine depuis sa création (à l'époque mythique de l'Empereur Jaune, considéré comme le père de la civilisation chinoise), jusqu'à l'époque où a vécu Sima Qian. Cet ouvrage comporte de nombreuses biographies, dont celle de Confucius, et a exercé une influence importante sur l'historiographie chinoise postérieure.


suite au prochain épisode
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
Icare

Nombre de messages : 15848
Age : 58
Date d'inscription : 13/11/2009

musique et psychologie Empty
MessageSujet: Re: musique et psychologie   musique et psychologie Empty2014-06-07, 18:07

Très intéressant et n'hésite pas à nourrir ce topic de tes impressions et connaissances même si parfois tu te sens un peu seule. Ca m'arrive aussi. Hehe  Ce qui est sûr c'est que je serai un de tes lecteurs assidus. Pour ma part, j'ai très peu lu sur ces sujets et ne suis pas certain d'avoir quelque chose de vraiment pertinent à ajouter. Je ne me suis pas suffisamment interrogé alors que la psychologie d'un côté, la philosophie de l'autre, sont des thèmes qui me touchent, notamment dans leur rapport à la musique, etc...


Dernière édition par Icare le 2014-06-07, 18:53, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
laudec

laudec

Nombre de messages : 5668
Age : 70
Date d'inscription : 25/02/2013

musique et psychologie Empty
MessageSujet: Re: musique et psychologie   musique et psychologie Empty2014-06-07, 18:23

Merci Icare pour ces encouragements ! musique et psychologie 395622 
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
Icare

Nombre de messages : 15848
Age : 58
Date d'inscription : 13/11/2009

musique et psychologie Empty
MessageSujet: Re: musique et psychologie   musique et psychologie Empty2014-06-07, 19:09

laudec a écrit:
Merci Icare pour ces encouragements ! musique et psychologie 395622 

Je pars du principe que c'est aussi mon rôle d'administrateur/modérateur, vu que Snoopy m'a proposé ce rôle et que je l'ai accepté, d'encourager tel ou tel intervenant de créer un sujet qui lui tient à coeur, à partir du moment où il est placé au bon endroit, qu'il ait une consistance qui justifie un topic et qu'il ne fasse pas doublon avec un sujet similaire. Alors bien sûr, il se peut que le thème choisi n'apporte pas les réactions espérées et fasse un peu chou blanc dans un premier temps. Ce n'est jamais complètement vrai parce qu'il y aura toujours quelqu'un qui va lire et trouver le contenu intéressant même s"il ne validera pas forcément son enthousiasme par un commentaire...peut-être tout simplement parce qu'il n'est pas inscrit ou parce qu'il ne sait pas quoi dire à ce moment-là. Ce que j'ai compris depuis que je fréquente ces espaces virtuels, c'est que, sur un forum, rien n'est jamais figé. Un sujet peut parfois rester endormi pendant un long laps de temps puis être réanimé par un nouvel inscrit qui va éprouver le besoin de réagir. Par exemple, je suis sûr que si Pianoline revient faire un tour par ici et qu'elle tombe sur ce fil, elle réagira. Je sais qu'elle est passionnée par ces sujets. Puis, je préfère un topic peu mais bien rempli qu'un topic de dix pages remplies de floods et de réactions superficielles. Wink
Revenir en haut Aller en bas
laudec

laudec

Nombre de messages : 5668
Age : 70
Date d'inscription : 25/02/2013

musique et psychologie Empty
MessageSujet: Re: musique et psychologie   musique et psychologie Empty2014-06-10, 12:21

Avez-vous déjà constaté l'effet de la musique sur votre humeur ou inversement, l'effet de votre humeur sur la perception que vous avez de la musique.  Je viens de lire une remarque  d'Icare à ce sujet, une musique qui à priori l'avait intéressé puis la réentendant un peu plus tard celle-ci lui sembla plutôt désagréable et enfin, oh surprise, un an ou deux plus tard lors d'une réécoute voilà que son impression est à nouveau positive  confused 
Cela m'arrive également assez régulièrement et je ne vais pas choisir le même genre de musique selon le moment de la journée où l'activité engagée, cela n'étonnera personne je suppose  musique et psychologie 200256 
Je viens de trouver dans le magazine "psychologies" un article mettant en avant les effets très différents sur le psychisme humain d'un genre de musique à l'autre, je trouvais cela assez intéressant et vous le communique ci-dessous avant de continuer à examiner toutes les implications et les effets de la musique sur notre mental  Wink 


psychologies a écrit:
Les musiques et leurs effets

Chant grégorien : basé sur les rythmes de la respiration, il donne une impression d’espace. Excellent pour travailler, se concentrer, méditer, il atténue le stress.

Baroque : les mouvements lents de Bach, Haendel ou bien Corelli donnent une sensation de stabilité, d’ordre, de sécurité et créent un environnement stimulant pour les travaux intellectuels.

Classique : la transparence et la clarté de compositeurs tels que Haydn ou Mozart améliorent la concentration, la mémoire et la perception spatiale.

Romantique : c’est la musique la plus chargée émotionnellement (Chopin, Liszt, Wagner) car elle recouvre toute la gamme des sentiments, de la plus grande tristesse à l’exaltation mystique.

Jazz, blues : les multiples formes « classiques » du jazz peuvent évoquer, comme la musique romantique, toutes les émotions humaines, mais elles ont un impact plus tonifiant sur l’organisme.

Rock : certaines formes « classiques » du rock stimulent les passions, d’autres relâchent les tensions intérieures. C’est la musique dont les effets divergent le plus d’une personne à l’autre.

Heavy metal, punk, grunge… : ces musiques, généralement écoutées très fort, affectent directement le système nerveux en sollicitant de manière excessive les tympans et les nerfs auditifs. D’où des réactions physiologiques immédiates telles que l’augmentation des battements cardiaques, de la respiration, de la tension, etc.

Techno : la pulsation et la fréquence de la basse rythmique qui sous-tend toute la techno dite « commerciale » évoquent les battements cardiaques. Plongé dans une ambiance techno, l’organisme est contraint de s’adapter à ce rythme, et ces fréquences modifient celles du cerveau. Ce qui provoque, à la longue, comme un « état de transe ». Les spécialistes de la médecine énergétique chinoise affirment que cette musique perturbe très gravement le « qi ancestral », c’est-à-dire l’énergie qui nous relie à nos vies passées et futures.

Sacrée : orientales, occidentales traditionnelles ou modernes, toutes les musiques sacrées ont la particularité de distendre le temps et l’espace et de faire passer le cerveau en « ondes alpha ». C’est pourquoi elles sont propices non seulement à l’éveil spirituel mais aussi à la relaxation et à la réduction des douleurs.

 


Si vous avez un avis positif, négatif ou mitigé à ce sujet ou un complément d'info à nous donner , c'est bien sûr pour cela que j'ai posté ceci Wink 
Revenir en haut Aller en bas
joachim
Admin
joachim

Nombre de messages : 23757
Age : 76
Date d'inscription : 19/08/2006

musique et psychologie Empty
MessageSujet: Re: musique et psychologie   musique et psychologie Empty2014-06-10, 12:31

laudec a écrit:
[color=#000066]Avez-vous déjà constaté l'effet de la musique sur votre humeur ou inversement, l'effet de votre humeur sur la perception que vous avez de la musique.  Je viens de lire une remarque  d'Icare à ce sujet, une musique qui à priori l'avait intéressé puis la réentendant un peu plus tard celle-ci lui sembla plutôt désagréable et enfin, oh surprise, un an ou deux plus tard lors d'une réécoute voilà que son impression est à nouveau positive  confused 
Cela m'arrive également assez régulièrement et je ne vais pas choisir le même genre de musique selon le moment de la journée où l'activité engagée, cela n'étonnera personne je suppose  musique et psychologie 200256 

Tout à fait d'accord : pour ma part il y a des morceaux que j'ai trouvés horrible à la première audition - jamais chez les Classiques, toutefois -  Wink  et que maintenant j'apprécie, comme par exemple le Sacre du Printemps. L'humeur du moment, là aussi, influe sur la perception d'une musique.

J'apprécie beaucoup le commentaire d'Icare, un post au dessus  Mains
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
Icare

Nombre de messages : 15848
Age : 58
Date d'inscription : 13/11/2009

musique et psychologie Empty
MessageSujet: Re: musique et psychologie   musique et psychologie Empty2014-06-10, 20:25

L'humeur, la fameuse humeur...Est-ce si simple?

a) Personnellement, lorsque je réalise un cycle comme je viens de le faire actuellement avec les compositeurs italiens, toutes époques confondues, une oeuvre de Giuseppe Martucci peut côtoyer celle d'un compositeur très différent comme Franco Donatoni. C'est d'ailleurs dans ce sens que j'ai organisé cette écoute. L'idée de passer d'une symphonie de Martucci à une musique de chambre de Donatoni en l'espace de quelques heures peut paraître inhabituel. C'est passer d'un monde à un autre radicalement différent sans que cela m'ait posé problème. Je pense cependant que j'étais dans la même humeur lorsque j'ai écouté et apprécié Martucci que lorsque j'ai écouté et apprécié Donatoni.

b), Joachim, quant tu expliques avoir trouvé horrible le Sacre du Printemps de Igor Stravinsky pour ensuite l'aimer lors d'écoutes ultérieures, cela n'a pas grand chose à voir avec l'humeur du moment, son incompatibilité, mais plutôt par une familiarisation progressive avec une esthétique qui était nouvelle pour toi et qui, contrairement à moi, ne t'a pas séduit d'emblée. Il t'a fallu un certain recul. L'humeur n'a donc rien à voir là-dedans, c'est davantage ta sensibilité musicale et ton degré de tolérance qui ont évolué, se sont élargis.

c) Nous sommes des mélomanes plus ou moins boulimiques et nous aimons beaucoup de musiques...mais les aimons-nous toutes de la même façon et avec la même intensité? Je ne voudrais pas répondre à la place de nous tous mais je ne pense pas. Pour ma part, parmi toutes les musiques que j'aime, il y a celles que j'aime viscéralement et celles que j'apprécie pour diverses raisons, des raisons qui ne s'expliquent pas toujours de façon rationnelle. Par exemple, la Symphonie n°2 de Giuseppe Martucci est une musique que j'aime viscéralement alors que la musique de chambre de Franco Donatoni se situe à la limite d'une "modernité" que j'apprécie et qui arrive même, parfois, à me fasciner: je ne pourrais pas dire que je l'aime viscéralement. Le Sacre du Printemps de Stravinsky fait également partie de ces musiques que j'aime en profondeur, viscéralement. Là encore, je ne suis pas certain de pouvoir toujours y apporter une explication rationnelle.

d) Ce que je peux peut-être expliquer, en revanche, c'est le pourquoi du comment je n'avais pas apprécié les pièces de chambre de Donatoni la dernière fois que je les avais écoutées. Je pense que j'étais tout simplement fatigué, une fatigue pas seulement physique mais aussi intellectuelle, que j'en avais plus ou moins conscience mais n'en avais pas tenu compte. J'ai voulu à tout prix écouter de la musique et ai donc écouté ce que j'avais prévu. seulement, la musique de Donatoni ne m'est pas suffisamment viscérale pour me permettre de surpasser cette fatigue passagère. Je pense que des oeuvres comme le Sacre du printemps ou la Passion selon St-Jean, pour ne citer que ces deux titres, je pourrais les écouter à n'importe quelle heure du jour et de la nuit, même avec 39 de fièvres ou le moral à zéro. Parce que ce sont des oeuvres que j'aime viscéralement. Tout récemment, j'avais l'idée de réécouter les Concertos italiens de Bach mais n'étais pas sûr d'être dans l'humeur adéquate, d'avoir vraiment envie de réécouter cette musique. C'était mésestimer l'emprise de la musique de Bach sur moi! A peine les premières notes passèrent par mes oreilles que je fus ensorcelé jusqu'à la dernière note. C'est par ce type d'expérience que je sais pourquoi Bach est mon compositeur classique préféré: pas parce que je le trouve meilleur que les autres mais parce que sa musique me touche viscéralement.  Wink
Revenir en haut Aller en bas
laudec

laudec

Nombre de messages : 5668
Age : 70
Date d'inscription : 25/02/2013

musique et psychologie Empty
MessageSujet: Re: musique et psychologie   musique et psychologie Empty2014-06-16, 11:56

Je vis pour le moment un drame épouvantable  qui me touche indirectement dans la réalité des faits mais directement par la dimension inconsciente et par la contiguité familiale bien réelle  Crying or Very sad 

Je peux vous dire que la musique m'aide à "pleurer" et ce n'est pas rien, c'est beaucoup, c'est "tout" peut-être.  J'ai choisi de réécouter les variations Goldberg par Murray Perahia et ensuite par Glenn Gould, au piano et je peux vous dire que cela m'a beaucoup aidée ! Murray Perahia dans un premier temps est venu mettre des notes sur mon chagrin, puis avec Gould, il insiste sur ces notes qui touchent par la lenteur, l'insistance et cela me fait prendre la dimension de mon chagrin et me permet de pleurer ces choses insupportablement difficiles et dures.  Une fois que les  larmes ont coulé, je me retrouve plus légère et prête à aller à nouveau de l'avant ; la musique m'aide à déloger ces chagrins enfouis au creux de l'inconscient et à en faire une œuvre de beauté que  je peux partager avec vous et les autres ! quelle bénédiction la musique pour moi, elle est vitale !

Icare a écrit:
parmi toutes les musiques que j'aime, il y a celles que j'aime viscéralement et celles que j'apprécie pour diverses raisons, des raisons qui ne s'expliquent pas toujours de façon rationnelle. Par exemple, la Symphonie n°2 de Giuseppe Martucci est une musique que j'aime viscéralement alors que la musique de chambre de Franco Donatoni se situe à la limite d'une "modernité" que j'apprécie et qui arrive même, parfois, à me fasciner: je ne pourrais pas dire que je l'aime viscéralement. Le Sacre du Printemps de Stravinsky fait également partie de ces musiques que j'aime en profondeur, viscéralement. Là encore, je ne suis pas certain de pouvoir toujours y apporter une explication rationnelle.

Tout à fait d'accord avec Icare, la musique vient parler avec les "viscères", elle les fait résonner, ce qui leur permet d'exprimer leur chagrin propre, cela n'a rien à voir avec les raisons rationnelles que l'on peut avoir d'aimer une musique mais avec l'inconscient, tout ce qui ne peut se dire que de façon détournée ...
Revenir en haut Aller en bas
Pianoline
Mascotte du forum
Mascotte du forum
Pianoline

Nombre de messages : 2335
Age : 28
Date d'inscription : 08/06/2011

musique et psychologie Empty
MessageSujet: Re: musique et psychologie   musique et psychologie Empty2014-06-28, 19:27

J'aime beaucoup ce sujet, :)

On constate de plus en plus une recherche d'interprétation poussée par certains metteurs en scène d'opéras. Mes plus grands coups de coeur auront été Turandot de Puccini pour sa mise en scène exceptionnelle en plus d'artistes de très haut niveau. Et dans ces cas là, on remarque plus aisément que la musique accompagne plein de "choses" dans la vie : bien plus que nos petits états d'âme qui nous mettent déjà sans dessus dessous. Elle accompagne notre vie de tous les jours sous différents aspects et situations. Un opéra est donc l'occasion de tout mettre ensemble et de ressentir bien plus d'émotions si on rassemble musiques et autres arts qui nous plongeront à l'évidence plus dans l'atmosphère voulue.

Sinon, concernant la musique et l'origine du monde, la culture occidentale est assez pauvre dans sa conception de la musique : on écoute la musique pour la musique uniquement, sans voir justement toutes les relations autres qu'elle implique. Tandis que dans quasiment toutes les autres cultures, la musique est au coeur de la vie de tous les jours et des croyances. En Inde, ils croient que le premier son "Ôm" est ce qui a créé l'univers, et c'est pour cela qu'ils méditent ou commencent à chanter par ce son "ôm" qui aurait des vertus spécifiques sur l'organisme.

Sinon, quant à nos émotions ou ressentis, je vous rejoins bien pour le fait de ressentir tellement plus d'émotions en écoutant certaines musiques. Je me demande si, selon nos personnalités, on aurait pas chacun une musique qui nous correspond plus ou moins, selon nos ressentis justement...
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
Icare

Nombre de messages : 15848
Age : 58
Date d'inscription : 13/11/2009

musique et psychologie Empty
MessageSujet: Re: musique et psychologie   musique et psychologie Empty2014-06-28, 19:50

Pianoline a écrit:
J'aime beaucoup ce sujet, :)

Sinon, quant à nos émotions ou ressentis, je vous rejoins bien pour le fait de ressentir tellement plus d'émotions en écoutant certaines musiques. Je me demande si, selon nos personnalités, on aurait pas chacun une musique qui nous correspond plus ou moins, selon nos ressentis justement...

C'est évident selon moi, sinon j'étais sûr que tu ne passerais pas à côté d'un tel sujet.  Hehe 
Revenir en haut Aller en bas
shanessean

shanessean

Nombre de messages : 815
Age : 85
Date d'inscription : 19/08/2009

musique et psychologie Empty
MessageSujet: Re: musique et psychologie   musique et psychologie Empty2014-06-29, 01:46

Je me suis dit
Tiens un sujet qui m'intéresse, oh et puis non, c'est trop long
Et bien je vous ai lu 2 fois. Passionnant tout ce qu'on vit sans s'en rendre compte.
Bien sûr je ne suis pas sot au point d'ignorer une bonne partie des explications philosophiques. On retrouve en médecine une explication de ces réactions.
Et puis ma femme lit aussi Psychologie

Bien Laudec, tu as eu une bonne idée.
Revenir en haut Aller en bas
https://musiqueclassique.forumpro.fr/
Jean

Jean

Nombre de messages : 8019
Age : 79
Date d'inscription : 14/05/2007

musique et psychologie Empty
MessageSujet: Re: musique et psychologie   musique et psychologie Empty2014-06-29, 11:14

Icare a écrit:
L'humeur, la fameuse humeur...Est-ce si simple?

a) Personnellement, lorsque je réalise un cycle comme je viens de le faire actuellement avec les compositeurs italiens, toutes époques confondues, une oeuvre de Giuseppe Martucci peut côtoyer celle d'un compositeur très différent comme Franco Donatoni. C'est d'ailleurs dans ce sens que j'ai organisé cette écoute. L'idée de passer d'une symphonie de Martucci à une musique de chambre de Donatoni en l'espace de quelques heures peut paraître inhabituel. C'est passer d'un monde à un autre radicalement différent sans que cela m'ait posé problème. Je pense cependant que j'étais dans la même humeur lorsque j'ai écouté et apprécié Martucci que lorsque j'ai écouté et apprécié Donatoni.

b), Joachim, quant tu expliques avoir trouvé horrible le Sacre du Printemps de Igor Stravinsky pour ensuite l'aimer lors d'écoutes ultérieures, cela n'a pas grand chose à voir avec l'humeur du moment, son incompatibilité, mais plutôt par une familiarisation progressive avec une esthétique qui était nouvelle pour toi et qui, contrairement à moi, ne t'a pas séduit d'emblée. Il t'a fallu un certain recul. L'humeur n'a donc rien à voir là-dedans, c'est davantage ta sensibilité musicale et ton degré de tolérance qui ont évolué, se sont élargis.

c) Nous sommes des mélomanes plus ou moins boulimiques et nous aimons beaucoup de musiques...mais les aimons-nous toutes de la même façon et avec la même intensité? Je ne voudrais pas répondre à la place de nous tous mais je ne pense pas. Pour ma part, parmi toutes les musiques que j'aime, il y a celles que j'aime viscéralement et celles que j'apprécie pour diverses raisons, des raisons qui ne s'expliquent pas toujours de façon rationnelle. Par exemple, la Symphonie n°2 de Giuseppe Martucci est une musique que j'aime viscéralement alors que la musique de chambre de Franco Donatoni se situe à la limite d'une "modernité" que j'apprécie et qui arrive même, parfois, à me fasciner: je ne pourrais pas dire que je l'aime viscéralement. Le Sacre du Printemps de Stravinsky fait également partie de ces musiques que j'aime en profondeur, viscéralement. Là encore, je ne suis pas certain de pouvoir toujours y apporter une explication rationnelle.

d) Ce que je peux peut-être expliquer, en revanche, c'est le pourquoi du comment je n'avais pas apprécié les pièces de chambre de Donatoni la dernière fois que je les avais écoutées. Je pense que j'étais tout simplement fatigué, une fatigue pas seulement physique mais aussi intellectuelle, que j'en avais plus ou moins conscience mais n'en avais pas tenu compte. J'ai voulu à tout prix écouter de la musique et ai donc écouté ce que j'avais prévu. seulement, la musique de Donatoni ne m'est pas suffisamment viscérale pour me permettre de surpasser cette fatigue passagère. Je pense que des oeuvres comme le Sacre du printemps ou la Passion selon St-Jean, pour ne citer que ces deux titres, je pourrais les écouter à n'importe quelle heure du jour et de la nuit, même avec 39 de fièvres ou le moral à zéro. Parce que ce sont des oeuvres que j'aime viscéralement. Tout récemment, j'avais l'idée de réécouter les Concertos italiens de Bach mais n'étais pas sûr d'être dans l'humeur adéquate, d'avoir vraiment envie de réécouter cette musique. C'était mésestimer l'emprise de la musique de Bach sur moi! A peine les premières notes passèrent par mes oreilles que je fus ensorcelé jusqu'à la dernière note. C'est par ce type d'expérience que je sais pourquoi Bach est mon compositeur classique préféré: pas parce que je le trouve meilleur que les autres mais parce que sa musique me touche viscéralement.  Wink


Je partage complètement ton analyse (ce n'est pas nouveau!  Wink )...et ta remarque sur la musique de Bach que je ressens de la même façon: je dis souvent qu'il m'est impossible de classer par un ordre évident de préférence les compositeurs que j'aime beaucoup...mais n'hésite pas à citer JS Bach comme celui qui me "touche" le plus!
Revenir en haut Aller en bas
laudec

laudec

Nombre de messages : 5668
Age : 70
Date d'inscription : 25/02/2013

musique et psychologie Empty
MessageSujet: Re: musique et psychologie   musique et psychologie Empty2014-06-30, 16:21

Saviez vous que - c'est Erik Pigani*  qui me l'apprend - en Floride, une demi-heure de musique classique par jour est obligatoire  pour tous les enfants ?  Surnommée Beethoven’s Babies Bill, cette loi n’a pas pour seul objectif d’aider les petits à s’endormir à l’heure de la sieste, elle vise également à stimuler d’une façon harmonieuse leur développement cérébral...


* Erik Pigani
Journaliste et chef de rubrique à Psychologies magazine depuis 1988, Erik Pigani est psychologue de formation et psychothérapeute. Pianiste et compositeur, il a été le seul élève permanent de Georges Cziffra **. Il s'est spécialisé dans la psychologie transpersonnelle et l'étude des états modifiés de conscience. Il est l’auteur de plus de trente livres d’enquêtes et de développement personnel.


** sur le forum  : György Cziffra


Dernière édition par laudec le 2014-07-02, 09:42, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
laudec

laudec

Nombre de messages : 5668
Age : 70
Date d'inscription : 25/02/2013

musique et psychologie Empty
MessageSujet: Re: musique et psychologie   musique et psychologie Empty2014-06-30, 16:46

Shanessean a écrit:
Et bien je vous ai lu 2 fois. Passionnant tout ce qu'on vit sans s'en rendre compte.
Bien sûr je ne suis pas sot au point d'ignorer une bonne partie des explications philosophiques. On retrouve en médecine une explication de ces réactions.


J'imagine que tu dois en avoir des choses à nous apprendre Shane par rapport aux bienfaits de la musique sur la santé et le moral ?


Pianoline a écrit:
Sinon, concernant la musique et l'origine du monde, la culture occidentale est assez pauvre dans sa conception de la musique : on écoute la musique pour la musique uniquement, sans voir justement toutes les relations autres qu'elle implique. Tandis que dans quasiment toutes les autres cultures, la musique est au coeur de la vie de tous les jours et des croyances. En Inde, ils croient que le premier son "Ôm" est ce qui a créé l'univers, et c'est pour cela qu'ils méditent ou commencent à chanter par ce son "ôm" qui aurait des vertus spécifiques sur l'organisme.


Oui, je trouve cela passionnant aussi de découvrir les conceptions du monde différentes émanant des quatre horizons, quel enrichissement pour notre esprit que de pouvoir s'y mirer  !


Pianoline a écrit:
Sinon, quant à nos émotions ou ressentis, je vous rejoins bien pour le fait de ressentir tellement plus d'émotions en écoutant certaines musiques. Je me demande si, selon nos personnalités, on aurait pas chacun une musique qui nous correspond plus ou moins, selon nos ressentis justement...


Cette idée me plaît bien de me dire qu'il y aurait une musique qui me correspondrait  le plus possible à un moment donné, ou même une musique qui serait un peu comme ma carte d'identité musicale (temporaire...) ? Pouvoir dire : dans cette musique-là je me reconnais presque intégralement ?  bien que je pense que chez moi cela devrait ressembler à des variations (très nombreuses) sur un même thème  Hehe 


Dernière édition par laudec le 2014-07-01, 17:11, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
laudec

laudec

Nombre de messages : 5668
Age : 70
Date d'inscription : 25/02/2013

musique et psychologie Empty
MessageSujet: Re: musique et psychologie   musique et psychologie Empty2014-07-01, 17:08

Ce même Erik Prigani nous apprend également qu'en France, dans les hôpitaux parisiens Armand-Trousseau et Necker, les salles de préanesthésie infantile deviennent de véritables salles de concert : enfants, parents et personnel soignant peuvent y manipuler des instruments, découvrir des sons, improviser ou écouter des cassettes. Après cette mise en condition, un musicien accompagne l’enfant jusque dans la salle d’opération en faisant résonner dans les dédales de couloirs, d’ascenseurs et autres lieux froids inconnus, des sons harmonieux et rassurants. Les résultats sont concluants puisque la musique joue un rôle positif sur la réussite des anesthésies et aide les enfants à mieux vivre le traumatisme de leur séjour hospitalier.
Autre expérience étonnante réalisée dans le métro de Newcastle, en Angleterre (ainsi qu'à Bruxelles d'ailleurs !) : les responsables de la sécurité des stations ont remplacé la diffusion de musique rock par du baroque. Vandalisme et agressions ont diminué de moitié ! Depuis, tous les services ont reçu ordre de diffuser des mélodies douces avec des instruments traditionnels plutôt que les hurlements électriques des groupes en tête du hit-parade… Pour certains, la musique n’est qu’un divertissement, un loisir, voire un simple produit de consommation ou un « bruit de fond » pour grands magasins… Pourtant, les hommes ont toujours reconnu aux sons un réel pouvoir. Platon ne l’affirmait-il déjà pas, quatre siècles avant Jésus-Christ, dans le troisième livre de sa République : « La musique est un moyen plus puissant que tout autre parce que le rythme et l’harmonie ont leur siège dans l’âme. Elle enrichit cette dernière, lui confère la grâce et l’illumine. »
Revenir en haut Aller en bas
Pianoline
Mascotte du forum
Mascotte du forum
Pianoline

Nombre de messages : 2335
Age : 28
Date d'inscription : 08/06/2011

musique et psychologie Empty
MessageSujet: Re: musique et psychologie   musique et psychologie Empty2014-07-02, 11:42

Je suis heureuse d'apprendre ca, Very Happy Ce serait bien de le partager et de médiatiser ces événements pour que ca se reproduise plus et ailleurs aussi, :)
Revenir en haut Aller en bas
joachim
Admin
joachim

Nombre de messages : 23757
Age : 76
Date d'inscription : 19/08/2006

musique et psychologie Empty
MessageSujet: Re: musique et psychologie   musique et psychologie Empty2014-07-02, 16:54

laudec a écrit:
Armand-Trousseau et Necker,

Je comprends maintenant mon amour (inexpliqué) de la musique : je suis né à l'hôpital Trousseau (6ème arrondissement)  Laughing 
Revenir en haut Aller en bas
laudec

laudec

Nombre de messages : 5668
Age : 70
Date d'inscription : 25/02/2013

musique et psychologie Empty
MessageSujet: Re: musique et psychologie   musique et psychologie Empty2014-07-03, 20:28

Hehe Hehe Hehe 
Revenir en haut Aller en bas
laudec

laudec

Nombre de messages : 5668
Age : 70
Date d'inscription : 25/02/2013

musique et psychologie Empty
MessageSujet: Re: musique et psychologie   musique et psychologie Empty2014-10-12, 19:50

Je viens de trouver un article (que je trouve très intéressant) paru dans une revue de  musicothérapie que je trouve très intéressant.  Je vous présente un résumé de cet article et le lien vers l'article entier .

Le lien : ici

Jacques Viret, « Entre jubilus et lamento : les affects criés, parlés, chantés », paru dans Revue française de musicothérapie, Volume XXVIII/1, , mis en ligne le 21 janvier 2010,

Résumé

La voix humaine, à travers toutes ses expressions, véhicule des affects : réaction brute du cri (envisagé ici au sens large), intonations de la parole, mélodie chantée. Derrière ces trois types phonatoires, mutuellement corrélés, se profile le ternaire anthropologique corporel-psychique-spirituel, dont le chant est l'extériorisation vocale la plus complète.
La vocalise "jubilatoire" des alléluias grégoriens épanche une joie mystique ; elle a son origine dans le folklore, sans doute aussi dans des glossolalies mentionnées par saint Paul. D'autre part, les styles musicaux de toutes les époques expriment la douleur par le demi-ton descendant, qui reproduit l'inflexion vocale spontanée du gémissement. Enfin, l'accent de la parole se module de mille et une manières, pour enrichir les mots d'une coloration affective. Les orateurs antiques et modernes savaient l'exploiter afin d'émouvoir leur auditoire. Et les chants de caractère déclamatoire se calquent sur les accents parlés, non sans rehausser et développer les virtualités affectives de ceux-ci par les ressources propres de la musique, mélodie et harmonie.
Revenir en haut Aller en bas
Anouchka

Anouchka

Nombre de messages : 6541
Age : 61
Date d'inscription : 03/04/2014

musique et psychologie Empty
MessageSujet: Re: musique et psychologie   musique et psychologie Empty2014-10-12, 19:58

Merci Laudec, c'est très intéressant. Je me sens assez d'accord avec cette analyse.
On connaît aussi l'influence de la musique qu'écoute la future maman, sur le bébé qui entend pendant la grossesse, tous les sons. C'est prouvé !
Je vais aller lire le fil depuis le début car j'ai loupé certains trucs cet été.
A noter que cela est aussi valable, mais bien sûr pas du tout dans le même registre "sons", pour les animaux. Les chats ont des miaulements particulièrement éloquents, et variés, et les dialogues s'instaurent. Mais ce n'est pas l'objet du fil.
Je sais aussi que l'accompagnement musical , en fin de vie, est particulièrement important. Complexe.
A bientôt ! Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




musique et psychologie Empty
MessageSujet: Re: musique et psychologie   musique et psychologie Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
musique et psychologie
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» influences de la musique classique sur la musique actuelle
» Musique & BD
» Les voix que vous aimez
» Musique et Vin
» Les flûtes enchantées qui nous enchanteront toujours...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Toutes les musiques du monde :: Communauté :: Discussions sur la musique-
Sauter vers: