Forum sur la musique classique
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Le Deal du moment : -25%
Nike Waffle Trainer 2
Voir le deal
74.97 €

 

 Gabriel YARED

Aller en bas 
AuteurMessage
Icare
Admin
Icare

Nombre de messages : 15550
Age : 57
Date d'inscription : 13/11/2009

Gabriel YARED Empty
MessageSujet: Gabriel YARED   Gabriel YARED Empty2013-01-21, 21:27





Biographie ( Inspirée par Wikipédia)

Gabriel Yared est un compositeur français d'origine libanaise, né le 7 octobre 1949 à Beyrouth. Il compose pour le cinéma depuis 35 ans et découvre la popularité par ce biais. Il a cependant composé des musiques de ballet pour Carolyn Carlson et Roland Petit, dont le ballet Clavigo, créé à l'Opéra de Paris en 2002. Il est l'auteur de la musique du générique des journaux télévisés de TF1 diffusés depuis 1990 jusqu'à ce jour. Après des études de droit qu'il délaisse en 1970, ce musicien autodidacte étudie à l'École normale de musique de Paris avec Henri Dutilleux et Maurice Ohana puis, après un séjour de 18 mois au Brésil, il débute sa carrière à Paris en 1973 en devenant compositeur, orchestrateur ou producteur pour des artistes tels que Michel Jonasz, Charles Aznavour, Johnny Hallyday, Mireille Mathieu, Sylvie Vartan, Gilbert Bécaud ou Françoise Hardy. Son séjour au Brésil et sa rencontre avec des musiciens de jazz brésiliens furent déterminant dans sa vocation de compositeur où il estima qu'il avait forcément un talent à développer dans ce domaine.

Grâce à Jacques Dutronc, il rencontre Jean-Luc Godard et compose la musique du film "Sauve qui peut (la vie)" (1980) qui marque le retour du réalisateur de "Pierrot le fou au cinéma. C'est à la fois le premier long métrage de Yared et le dernier film de Godard avec une musique originale. Il travaille aussi pour Christian de Chalonge sur le film Malevil pour lequel il expérimente une musique électronique innovante. Sa collaboration musicale au sein du cinéma français lui permet d'obtenir l'approbation du public après les succès populaires que furent 37°2 le matin de Jean-Jacques Beineix en 1986 et L'amant de Jean-Jacques Annaud en 1992. Il entame alors une carrière outre-atlantique qui sera consacrée par un Oscar de la meilleure musique en 1997 avec le film Le patient anglais d'Anthony Minghella. Pour ce dernier, il composera également les partitions de Le Talentueux Mr Ripley en 1999 et de Retour à Cold Mountain en 2003.

En 2004, sa superbe partition pour le film Troie de Wolfgang Petersen est malheureusement rejetée par le studio, lui préférant une composition correspondant davantage aux canons hollywoodiens qui sera quant à elle signée James Horner. Suite à cette épreuve plutôt dévevante et même frustrante pour un compositeur qui avait donné beaucoup de lui-même sur ce projet, Gabriel Yared choisit de s'éloigner du cinéma américain pour se concentrer davantage sur l'européen qu'il juge plus en phase avec sa sensibilité musicale. L'oeuvre qu'il signe pour le film La vie des autres en 2006 en sera une des plus pertinentes démonstrations. Il signera également une très belle et élégante partition symphonique pour le film d'animation de Michel Ocelot "Azur et Asmar". Au début des années 1990, il composa pour le film documentaire de François Bel "L'arche et les déluges", une musique avec choeur et orchestre de fort caractère et avec de chouettes poussées de lyrisme. On notera notamment une habile utilisation de l'électronique au sein de l'orchestre, une superbe "Valse Industrie" vaguement sinistre et un morceau pour choeur à cappella intitulé "Les Dieux engloutis" qui offre une conclusion solennelle et religieuse à la partition.

En 2012, la cinémathèque française lui consacre une rétrospective. La même année il devient président d'honneur de l'association des Amis de Maurice Ravel.


Revenir en haut Aller en bas
Snoopy
Admin
Snoopy

Nombre de messages : 26331
Age : 47
Date d'inscription : 10/08/2006

Gabriel YARED Empty
MessageSujet: Re: Gabriel YARED   Gabriel YARED Empty2013-01-22, 15:50

Sans plus
Revenir en haut Aller en bas
https://musiqueclassique.forumpro.fr
Icare
Admin
Icare

Nombre de messages : 15550
Age : 57
Date d'inscription : 13/11/2009

Gabriel YARED Empty
MessageSujet: Re: Gabriel YARED   Gabriel YARED Empty2013-01-24, 12:52

Interview du compositeur:





Dernière édition par Icare le 2018-02-11, 19:05, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
Icare

Nombre de messages : 15550
Age : 57
Date d'inscription : 13/11/2009

Gabriel YARED Empty
MessageSujet: Re: Gabriel YARED   Gabriel YARED Empty2014-02-21, 12:46


Gabriel Yared est un compositeur appliqué qui a le goût de la perfection, du travail soigné. Azur et Asmar (un film d'animation de Michel Ocelot) n'échappe pas à la règle. La partition symphonique est vraiment très belle; d'abord son caractère épique, la générosité de ses formes arrondies, la solidité de ses thèmes principaux, les intéressantes combinaisons sonores qui contribuent à un "orientalisme" parfaitement mesuré...Plus j'écoute cette musique, plus je reçois de sa beauté, plus j'y suis attaché, plus j'ai envie d'y revenir et plus j'ai envie de côtoyer l'univers visuel de Michel Ocelot pour lequel cette fameuse partition a été imaginée et confectionnée.  Gabriel YARED 333455 Gabriel YARED 333455 
Revenir en haut Aller en bas
laudec

laudec

Nombre de messages : 5668
Age : 69
Date d'inscription : 25/02/2013

Gabriel YARED Empty
MessageSujet: Re: Gabriel YARED   Gabriel YARED Empty2014-02-21, 13:17

Oh oui, moi aussi j'aime l'univers créé par Michel Ocelot et la musique qui s'y intègre si bien ! Je n'avais pas fait attention au nom du compositeur, maintenant c'est fait  Wink 
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
Icare

Nombre de messages : 15550
Age : 57
Date d'inscription : 13/11/2009

Gabriel YARED Empty
MessageSujet: Re: Gabriel YARED   Gabriel YARED Empty2014-02-21, 13:30


Le fameux réflexe! Le réflexe de faire attention au nom du compositeur lorsque l'on regarde un film, même si ce que l'on y entend ne nous plait pas forcément. Nous sommes des mélomanes après tout. Laughing 
Revenir en haut Aller en bas
Frantz 77

Frantz 77

Nombre de messages : 123
Age : 72
Date d'inscription : 17/10/2013

Gabriel YARED Empty
MessageSujet: Gabriel Yared !   Gabriel YARED Empty2014-02-24, 17:48

Merci de tout ce qui se partage ici sur ce grand compositeur, Gabriel Yared
J'avoue être lassé des sites de musiques classiques qui rejettent les
compositeurs de musiques de films... et oui , il y en a plus d'un !(*)

C'est l'une des raisons de ce que je constate, avec souffrance,
l'effondrement de la diffusion de la Musique Classique :

Les critiques et les snobs ont fait en sorte qu'un élitisme absurde
cloisonne et juge les mille paysages de la musique.
Le résultat est palpable : les grands compositeurs classiques voient
leur diffusion peu à peu s'éteindre, et les nouveaux sont classifiés selon des
critères de vieux ronchons !
Et qu'on ne me parle pas de crise : c'est l'état d'esprit arrogant et
hautain, ce sentiment de détenir un luxe et un savoir réservé à une
minorité choisie qui crée l'assèchement et la diminution du public
de la Musique Classique.

Minorer les compositeurs est une erreur de civilisation.
Je vois avec plaisir le cinéma offrir aux auteurs des champs de
compositions presque illimités : EPIC Music  - Heroic Fantasy -
par exemple.
Mais comment ont fait des Berlioz ou des Wagner pour percer de leur temps ?
Avec les vagues qu'ils déclenchaient !!! Le plus proche est certainement
Stravinsky dont "Le Sacre" à été une vraie bombe au milieu des smokings !!!

Donc voilà un compositeur Gabriel Yared prolixe et célèbre ; et bien tant mieux .
On ne peut que s'en souhaiter des tonnes de cette dimension et bien d'autres
encore de dimensions inconnues  Gabriel YARED 13150 

(*) pour m'être fait insulter pour avoir proposé une oeuvre d'André Mathieu (!)
par tout un groupe de webmasters francophone je sais jusqu'où peu aller l'intolérance
des snobs !
Revenir en haut Aller en bas
bartleby

bartleby

Nombre de messages : 106
Age : 50
Date d'inscription : 15/02/2014

Gabriel YARED Empty
MessageSujet: Re: Gabriel YARED   Gabriel YARED Empty2014-02-24, 19:45

Frantz 77 a écrit:
Merci de tout ce qui se partage sur ici sur ce grand compositeur, Gabriel Yared
J'avoue être lassé des sites de musiques classiques qui rejettent les
compositeurs de musiques de films... et oui , il y en a plus d'un !(*)

Tout à fait d'accord. D'ailleurs je viens d'écrire un message sur la suite Lieutenant Kijé de Prokofiev :
https://musiqueclassique.forumpro.fr/t159p90-serguei-prokofiev#90278
C'était au départ une musique écrite pour le film du même nom, qu'il a ensuite transformée en suite pour orchestre. Et ce n'est pas le seul film pour lequel il a composé. Et cette suite est une grande suite. Donc on peut être à la fois compositeur de musique de film et un grand compositeur.
Je pense aussi à Philip Glass.

La musique de film est probablement la seule manière pour un compositeur contemporain d'avoir une large audience.

A noter qu'on peut composer une musique de film et ensuite en tirer une suite pour orchestre, de la même façon qu'avant les compositeurs tiraient des suites de leurs opéras ou ballets.
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
Icare

Nombre de messages : 15550
Age : 57
Date d'inscription : 13/11/2009

Gabriel YARED Empty
MessageSujet: Re: Gabriel YARED   Gabriel YARED Empty2014-02-24, 20:17

En tout cas, ce ne sera pas sur ce forum que l'on notera un quelconque mépris envers le compositeur de cinéma, surtout lorsqu'il s'agit de créateurs aussi sérieux et consciencieux que Gabriel Yared. J'ai d'ailleurs nourri ce lieu de beaucoup de biographies sur des compositeurs ayant principalement exercé leur talent au service de l'image. Pour tous ceux qui eurent l'ambition de servir un film par une partition de qualité, ce fut un métier difficile et exigeant.  Bel canto et Joachim ont réalisé quelques biographies avant même mon arrivée ici, et Snoopy, le père fondateur de ce forum, a édité celle sur Nicola Piovani. Comme tu auras pu le constater ici, aucun snobisme, aucune intolérance, juste des gens qui communiquent leur ressenti, leurs impressions, leur avis, sans essayer d'imposer leur "vérité" aux autres, sans essayer d'expliquer à qui veut l'entendre, par des considérations pseudo-intellectuelles, que la musique de film est un sous-genre. En musique, on a le droit d'être autant ému par une oeuvre de Pierre Boulez que par un générique de Vladimir Cosma, tout comme on a le droit de n'être ému ni par l'un ni par l'autre. Cela ne doit justifier aucun mépris ni snobisme pour autant. Aimer et écouter du classique, du jazz, de la musique de film, avec un même enthousiasme ne devrait sûrement pas être perçu comme exceptionnel ou incongru. C'est mon cas, mais peut-être parce que j'ai deux oreilles; une rompue à la musique dite "sérieuse", l'autre à la musique dite "pas sérieuse"!   Ptdr   Bien sûr, le cinéma est aussi contaminé par des pseudo-compositeurs, des opportunistes et des dilettantes, des réalisateurs qui ont parfois aucun sens ni aucune culture de la musique, des contraintes qui ont, il est vrai, parfois (ou souvent?) tendance à castrer (ou freiner) l'élan créateur du compositeur le plus motivé...on peut toujours discuter de ces points précis si on l'estime nécessaire...mais, à côté de cela, le Septième Art a connu toute une pléiade de compositeurs intéressants et parfois géniaux qui ont écrit des musiques merveilleuses. Cette discussion me ramène à une position tenue par Arthur Honegger qui lui fit dire haut et fort qu'il préférait être l'auteur d'une opérette réussie que d'un opéra raté. Cette phrase s'adressait en particulier à ceux qui considéraient l'opérette comme un sous-genre.

Personnellement, ou plutôt "mélomanement parlant", j'ai grandi, bercé entre deux mondes; le monde de la B.O. et le monde classique, et je me rends compte que je ne pourrais me passer d'aucun des deux. Je me suis également rendu compte que les grands compositeurs du Septième Art sortent des mêmes écoles que les dits "sérieux".

Aimer la musique dite "moderne" ou d'avant-garde ne m'empêchera jamais de considérer André Mathieu comme un très bon pianiste-compositeur ni d'aimer  beaucoup sa musique. Et pour rester au Canada, j'adore l'oeuvre de Claude Vivier qui a composé une musique très différente d'André Mathieu, davantage encrée dans l'avant-garde.  Wink  Je n'ai jamais trop compris cette notion de hiérarchie des genres qui s'établit parfois, voire souvent, dans les milieux musicaux. Ca me passe complètement au-dessus.
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
Icare

Nombre de messages : 15550
Age : 57
Date d'inscription : 13/11/2009

Gabriel YARED Empty
MessageSujet: Re: Gabriel YARED   Gabriel YARED Empty2017-07-14, 23:23

Adieu Bonaparte.


Merveilleuse musique de Gabriel Yared avec scie chantante pour un film de Youssef Chahine. Le cinéma de Youssef Chahine, il va revenir dans mon cycle "oriental" grâce à d'autres bandes originales écrites pour certains de ses films, Le Destin et L'Autre de Yéhia El Mougy et Silence...on tourne d'Omar Khairat.


Dernière édition par Icare le 2020-12-18, 18:23, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
Icare

Nombre de messages : 15550
Age : 57
Date d'inscription : 13/11/2009

Gabriel YARED Empty
MessageSujet: Re: Gabriel YARED   Gabriel YARED Empty2017-07-18, 17:11

Icare a écrit:
Gabriel Yared est un compositeur appliqué qui a le goût de la perfection, du travail soigné. Azur et Asmar (un film d'animation de Michel Ocelot) n'échappe pas à la règle. La partition symphonique est vraiment très belle; d'abord son caractère épique, la générosité de ses formes arrondies, la solidité de ses thèmes principaux, les intéressantes combinaisons sonores qui contribuent à un "orientalisme" parfaitement mesuré...Plus j'écoute cette musique, plus je reçois de sa beauté, plus j'y suis attaché, plus j'ai envie d'y revenir et plus j'ai envie de côtoyer l'univers visuel de Michel Ocelot pour lequel cette fameuse partition a été imaginée et confectionnée.  Gabriel YARED 333455 Gabriel YARED 333455 

Réécouté aujourd'hui. Assez d'accord avec ce que j'ai écrit trois ans auparavant bien qu'un peu moins réceptif cette fois-ci que lors des écoutes précédentes. Allez savoir pourquoi!
Revenir en haut Aller en bas
laudec

laudec

Nombre de messages : 5668
Age : 69
Date d'inscription : 25/02/2013

Gabriel YARED Empty
MessageSujet: Re: Gabriel YARED   Gabriel YARED Empty2017-07-18, 21:49

Je me rappelle du film de Youssef Chahine : Le Destin avec grande émotion, vu à l'époque ou je ne prêtais encore aucune attention aux compositeurs de la musique du film. Je suis heureuse d'apprendre que c'est Gabriel Yared comme pour Azur et Asmar, autre moment de grâce et de partage avec mes petis-enfants
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
Icare

Nombre de messages : 15550
Age : 57
Date d'inscription : 13/11/2009

Gabriel YARED Empty
MessageSujet: Re: Gabriel YARED   Gabriel YARED Empty2017-07-18, 22:41

laudec a écrit:
Je me rappelle du film de Youssef Chahine : Le Destin avec grande émotion, vu à l'époque ou je ne prêtais encore aucune attention aux compositeurs de la musique du film.  Je suis heureuse d'apprendre que c'est Gabriel Yared comme pour Azur et Asmar, autre moment de grâce et de partage avec mes petits-enfants

Le film de Youssef Chahine mis en musique par Gabriel Yared s'intitule Adieu Bonaparte, avec Michel Piccoli parmi les acteurs principaux. D'ailleurs, c'est peu-être l'unique collaboration entre Chahine et Yared. Le Destin et L'Autre bénéficient effectivement d'une très belle musique, mais elle est signée par le compositeur Yéhia El Mougy.
Revenir en haut Aller en bas
laudec

laudec

Nombre de messages : 5668
Age : 69
Date d'inscription : 25/02/2013

Gabriel YARED Empty
MessageSujet: Re: Gabriel YARED   Gabriel YARED Empty2017-07-18, 23:25

Ah oui, j'ai mal lu Embarassed j'attends la suite alors avec Yéhia El Mougy Gabriel YARED 200256
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
Icare

Nombre de messages : 15550
Age : 57
Date d'inscription : 13/11/2009

Gabriel YARED Empty
MessageSujet: Re: Gabriel YARED   Gabriel YARED Empty2018-02-11, 19:28

Entre hier et aujourd'hui, j'ai réécouté deux musiques composées pour des documentaires, tout d'abord La Glace et le Ciel (film de Luc Jacquet) d'un compositeur appartenant à ce qu'on pourrait appeler la nouvelle génération, Cyrille Aufort et ensuite L'Arche et les Déluges (film de François Bel) de Gabriel Yared qui fait désormais partie des "Maîtres" de la B.O. hexagonale et une référence au-delà de nos frontières. Si je fais un rapprochement entre ces deux partitions, ce n'est pas que le premier se soit inspiré du second ni qu'il y ait des ressemblances thématiques ou de style entre elles, c'est juste la glace ou plutôt les glaciers et la neige qui apparaissent dans les deux documentaires. Le lien qui fait que j'ai aimé les unir dans une même écoute réside uniquement sur ce point; la glace, la neige, les glaciers, le froid. Je ne chercherai pas à faire un jugement de valeur entre les deux approches car il s'agit de films très différents pour autant et il semble évident que les objectifs musicaux ne furent pas les mêmes. Chez Cyrille Aufort, ce fut, à mon avis, les moments les plus intérieurs et intimistes qui m'ont le plus touché et m'ont paru les plus justes. Sans doute y traduit-il aussi des rapports intimes entre un grand aventurier et une nature vaste et impassible dans laquelle on se sent si minuscule, si vulnérable. Chez Gabriel Yared, c'est plutôt l'invulnérabilité d'une nature "folle" et mouvante qui y est traduite. Beaucoup de force et d'inspiration dans la musique de Yared; une véritable symphonie sonore et visuelle.
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
Icare

Nombre de messages : 15550
Age : 57
Date d'inscription : 13/11/2009

Gabriel YARED Empty
MessageSujet: Re: Gabriel YARED   Gabriel YARED Empty2020-12-18, 10:24

Entre hier-soir et ce matin, j'ai réécouté deux bandes originales de Gabriel Yared que j'aime beaucoup et caractérisent très bien le style qui ressort de sa musique, du moins de celle de cette période-là: Adieu Bonaparte et L'Arche et les Déluges, deux titres que j'ai déjà évoqués sur ce topic. Le premier est un film franco-égyptien de 1985 réalisé par Youssef Chahine avec Michel Piccoli, Moshen Mohieddin et Patrice Chéreau dans le rôle d'un certain Napoléon Bonaparte. Le thème principal est particulièrement envoûtant, d'une beauté troublante. Ce qui contribue à lui conférer à un caractère troublant est l'emploi de la scie chantante que je retrouve après la non moins troublante partition de Loek Dikker sur Body Parts. Dans Adieu Bonaparte, le thème principal ne s'est jamais usé à mon oreille au fil d'écoutes qui se succèdent depuis les années 1990. La partition, d'une durée qui dépasse les trente minutes, ne faiblit en intensité que très rarement, peut-être à un moment donné, par une flûte orientale un peu tiède, sinon il y a aussi une partie vocale que j'avais oubliée et qui m'a bien plu.

Synopsis: <<En 1798, Bonaparte envahit l’Égypte et se pose en libérateur face à l’oppression turque. Il est accompagné du général Caffarelli, homme de cœur et d’esprit, qui se lie d’amitié avec deux jeunes Égyptiens. Au fur et à mesure, Bonaparte se révèle un conquérant sans scrupules et la résistance s’organise. Le général Caffarelli et ses deux disciples en feront partie.>>

L'Arche et les Déluges est un film-documentaire de François Bel (1993) qui raconte l'histoire de la terre et de la vie au travers de l'eau. En général, le documentaire de ce genre-là est une aubaine pour un compositeur dans la mesure où il lui offre un formidable espace d'expression. Gabriel Yared ne s'en est pas privé. C'est ce que j'ai entendu de meilleur dans son oeuvre, elle est tout simplement la musique que je préfère de lui, que j'estime la plus riche et la plus inspirée. En même temps, je suis loin de tout connaître dans son vaste corpus. Je n'ai pas tout écouté et certains extraits de ses nombreuses bandes originales, dont certaines figurent sur la Toile, ne m'ont pas donné envie d'en connaître davantage. C'est donc dans une connaissance incomplète de sa production que je marque cette préférence. Disons, que sur une quarantaine de minutes de musique, rien ne m'a paru faible et insipide, pas même les quelques interventions de l'électronique qui apportent un mystère et une couleur à l'ensemble. Il y a aussi une formidable valse qui n'a rien de viennoise, n'a rien d'une valse de salon: c'est la valse des éléments qui se déchaînent et nous dépassent, la valse de la terre et de la vie, peut-être tout simplement la valse de l'eau... Il n'y a pas longtemps, une nouvelle édition plus complète de cette partition est sortie, mais j'ai renoncé à la prendre, déjà parce que je dois faire des choix, d'autre part parce que je me méfie toujours un peu des rééditions à rallonge. Mais bon, c'est un autre sujet...
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
Icare

Nombre de messages : 15550
Age : 57
Date d'inscription : 13/11/2009

Gabriel YARED Empty
MessageSujet: Re: Gabriel YARED   Gabriel YARED Empty2020-12-18, 18:56

Avec sa musique de ballet Shamrock, je suis sans aucun doute descendu de plusieurs crans derrière L'Arche et les Déluges, mais elle passa très bien après Time Out, une autre musique de ballet, mais composée par le compositeur italien Ludovico Einaudi. Je n'ai pas trouvé beaucoup de renseignements sur Shamrock, si ce n'est que le ballet est basé sur une histoire de Carolyn Carlson, danseuse, chorégraphe, ainsi que poétesse et calligraphe franco-américaine née le 7 mars 1943 à Oakland en Californie (USA): <<Grande figure de la Nouvelle danse française, elle a joué un rôle central dans la promotion de la danse contemporaine en France et en Italie avec le GRTOP à l'Opéra de Paris et le Teatrodanza à La Fenice. Auteure de plus d'une centaine de pièces, elle est la fondatrice de l'Atelier de Paris-Carolyn Carlson à La Cartoucherie en 1999 et elle a été la directrice du Centre chorégraphique national de Roubaix - Nord-Pas-de-Calais. Elle a fondé également la "Carolyn Carlson Company", associée au théâtre national de Chaillot de 2014 à 2016.>> (Wiki).

Gabriel YARED ?u=aHR0cHM6Ly93d3cuZm5hY3NwZWN0YWNsZXMuY29tL3N0YXRpYy8wL3Zpc3VlbC82MDAvNDE1L0NBUk9MWU4tQ0FSTFNPTi1PUlNBWV80MTU4OTIxMTAxNjcxNTEzNTYzLmpwZz8xNTU3OTE0NDAzMDAw

Shamrock fut joué pour la première fois au Théâtre National d'Amsterdam le 15 octobre 1987, interprété par le "National Ballet of Amsterdam". La musique de Gabriel Yared ne se prive pas de singularité ni de fantaisie. Elle n'hésitera pas à pasticher J. S. Bach à partir de cris des animaux de la ferme. L'extrait est court et j'aurais aimé un meilleur développement, néanmoins la fantaisie fonctionne. La musique, dans son ensemble emploie surtout l'électronique et se marie à divers effets sonores, puisse-t-il s'agir de bruits urbains ou de bruits de la nature, sans que celle-ci ne soit submergée par eux: ça reste très musical et mélodique sur toute la longueur. J'ignore si c'est une musique qu'il faut prendre au sérieux ou simplement s'amuser du sens de la dérision qu'elle développe dans une totale décomplexion...à chacun de voir midi à sa porte... Personnellement, d'un bon esprit ludique et appréciant la dérision et l'humour en musique, je demeure toujours aussi réceptif d'un délire musical au caractère si bien trempé. Je trouve ça toujours plus emballant que certaines de ses musiques de films plus récentes mais qui, à mon oreille, ressortent nettement plus lisses et aseptisées derrière leur forme classique. Dans Shamrock, mon morceau préféré est toujours le même: "A short tale", qui représente habilement l'ambiance originale de la partition.
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
Icare

Nombre de messages : 15550
Age : 57
Date d'inscription : 13/11/2009

Gabriel YARED Empty
MessageSujet: Re: Gabriel YARED   Gabriel YARED Empty2020-12-19, 12:09


Le Patient Anglais, une comédie dramatique américano-britannique d'Anthony Minghella (1996) qui réunit à l'affiche Ralph Fiennes, Juliette Binoche, Willem Dafoe et Kristin Scott Thomas, rencontra un très beau succès lors de sa sortie. inspiré du roman L'Homme flambé de Michael Ondaatje, il remporta neuf Oscar. La musique de Gabriel Yared n'est pas non plus passée inaperçue. Elle a d'ailleurs remporté un Oscar. Celle-ci est interprétée par l'"Academy of St. Martin in the Fields" sous la direction de Harry Rabinowitz. Elle invite également la voix de Marta Sebestyen et le piano de John Constable. C'est dans l'ensemble une belle musique, très bien écrite, soyeuse, délicate, sur laquelle plane par moments le fantôme de J. S. Bach. J'aime assez ce qu'en dit Anthony Minghella par le biais de Derk Richardson:

<<Anthony Minghella remarque qu'il s'inspire, pour ses films, "autant de la forme musicale que du récit conventionnel". De la même façon, en écrivant la musique du "Patient Anglais", Gabriel Yared a davantage suivi les ombres implicites des sentiments et des motivations que les images explicites de Minghella à l'écran. Ce faisant, il a créé une oeuvre inoubliable qui se suffit à elle-même. "Les musiques de films que j'ai toujours aimées" - déclare Minghella - "sont celles où on a juste à dire le titre et, dans ma tête, la musique démarre." Dans les prochaines années, il se peut que les variations et les thèmes merveilleux de Yared incitent des tas de gens à éprouver une réaction analogue à la seule mention du "Patient Anglais".>>

Partie du synopsis: 1944 : en pleine Seconde Guerre mondiale, un biplan vole au-dessus du désert du Sahara, piloté par un homme et avec une passagère qui semble être évanouie. Des artilleurs allemands abattent l'avion car ils l'identifient comme étant anglais. L’aéronef s'écrase, laissant rescapé mais complètement brûlé et défiguré son étrange pilote (Ralph Fiennes). Des bédouins le recueillent, lui prodiguent les premiers soins, puis le confient à des troupes alliées en partance pour l'Italie, après avoir conclu la guerre du Désert. Parallèlement, le campement où travaille Hana (Juliette Binoche), une jeune infirmière, est assailli par les blessés. Elle surprend une conversation d'un homme mourant lorsque le campement est bombardé. Il faut alors évacuer le camps. Les docteurs, infirmières et blessés prennent la route. Le convoi se déplace lentement. Par jeu, une amie et collègue de Hana part avec un militaire dans une voiture, afin de passer devant le convoi. La voiture explose en roulant sur une mine. Hana qui a assisté à la scène est effondrée. (Wiki)
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
Icare

Nombre de messages : 15550
Age : 57
Date d'inscription : 13/11/2009

Gabriel YARED Empty
MessageSujet: Re: Gabriel YARED   Gabriel YARED Empty2020-12-20, 18:23


Pour Wings of Courage de Jean-Jacques Annaud (1995), Gabriel Yared composa une partition symphonique assez dans le style hollywoodien traditionnel, avec ses moments de fulgurance et de pur romantisme. C'est plutôt plaisant et varié dans l'ensemble, avec des passages plus banals que d'autres, l'instant nostalgie avec un accordéon solo déclinant une mélodie qui semble s'extraire de la mémoire collective, une valse hautement distinguée et emportée par les cordes de la passion. Quelques tangos argentins me permettront de retrouver de musiciens qui me sont familiers, chacun par leur instrument de prédilection, Gustalvo Beytelman au piano et Juan José Mosalini au bandonéon. Un autre bandonéoniste, du nom de Sergio Amico, participe, or celui-là, je ne l'ai jamais entendu ailleurs que sur cet album. Toujours dans l'interprétation de ces tangos, interviennent la contrebasse de Roberto Tormo et les violons de Sébastien Couranjou et Nicolas Dupin. Moi qui adore souvent le tango argentin au travers de ce que je connais, ceux qui apparaissent dans Wings of Courage ne me sont pas autre chose qu'un complément agréable. C'est ouvertement par la valse que Gabriel Yared m'entraîne dans son tourbillon le plus attrayant, et plus précisément par celle du thème principal qui démarre sur les infiniment douces flûtes de pan de Mike Taylor et Tony Hinnegan, comme des échos à la vie qui résonnent entre cieux et montagnes, bien avant l'ultime air de l'accordéon solo, porteur de nostalgie, qui ressemble à un adieu.

Gabriel YARED 9131-2

Synopsis: <<Le 13 juin 1930, Henri Guillaumet, pilote de l'Aéropostale, est forcé d'atterrir dans la cordillère des Andes avec son Potez 25. Il est finalement sauvé après avoir marché en haute montagne, en plein hiver austral et sans équipement, durant cinq jours et quatre nuits. À Antoine de Saint-Exupéry, venu le rechercher, il déclare : "Ce que j’ai fait, je te le jure, jamais aucune bête ne l’aurait fait" - et incarne aux yeux de l'écrivain l'idéal humain qui est de se surpasser.>>
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
Icare

Nombre de messages : 15550
Age : 57
Date d'inscription : 13/11/2009

Gabriel YARED Empty
MessageSujet: Re: Gabriel YARED   Gabriel YARED Empty2020-12-20, 23:06

Ce n'est pas un hasard si j'ai réécouté la bande originale de Breaking and Entering après Diario Mali de Ludovico Einaudi et Ballaké Sissoko, non pas qu'il y ait un lien musical qui les unit, mais le film d'Anthony Minghella (2006), ce fut aussi une rencontre entre des musiciens d'horizons différents; le groupe Underworld et Gabriel Yared.

Underworld est un groupe de musique électronique britannique qui a débuté un peu avant les années 1990. Le groupe est composé aujourd'hui de trois membres :
Karl Hyde: chant, mixes et guitare,
Rick Smith: claviers, mixes, effets,
Darren Price: DJ, mixes, effets (depuis 2005).
Entre 1990 et 2000, Darren Emerson occupait le poste de DJ avant d'être remplacé par Price en 2005.
<<Underworld a marqué une étape majeure de la musique électronique dans les années 1990 par un mélange d'ancien et de neuf. Les deux hommes de tête du trio, le chanteur et guitariste Karl Hyde accompagnés de Rick Smith aux synthés jouaient déjà au début des années 1980 dans la vague "new wave". Ils s'étaient alors fait remarquer par le hit Doot-Doot, suivi de deux albums passés plutôt inaperçus à l'époque, sous le nom de Freur. - Leur rencontre avec le cinéma - Une grande partie de leur popularité sera due à leur apparition sur la bande originale du film Trainspotting de Danny Boyle en 1996 grâce au single "Born Slippy". Par la suite, Underworld ne cessera d'entretenir un lien avec le cinéma grâce à celui-ci, avec une autre apparition sonore sur son film La Plage avec le titre "8 ball", dans Vanilla Sky, le remake de Cameron Crowe avec le titre "Rez" et ira même jusqu'à coécrire le score de son film Sunshine avec John Murphy en 2007. Sur le même modèle de collaboration, Underworld, aidé de Gabriel Yared, composa peu avant la BO de Par effraction (Breaking and Entering) d'Anthony Minghella.>> (Wiki)

Depuis Le Patient Anglais, est née entre Anthony Minghella et Gabriel Yared une vraie collaboration entre un cinéaste et un compositeur: Je note cinq collaborations en tout:
__1996 : Le Patient anglais
__1999 : Le Talentueux M. Ripley
__2003 : Retour à Cold Mountain
__2005 : Par effraction
__2008 : L'Agence N°1 des dames détectives - Série TV.
Sa collaboration avec Underworld a conduit Yared à produire quelque-chose d'assez inhabituel dans son oeuvre, une partition plus électronique avec l'intervention de cordes soyeuses et une voix éthérée, mais qui ne sont jamais prépondérantes, jamais envahissantes. Il y a à mon sens un superbe équilibre entre les différentes combinaisons sonores qui constituent la bande originale. Il en résulte une musique planante, méditative, jamais creuse, souvent dans la nuance et la subtilité. J'aime beaucoup. Eloignée de la forme classique, voilà une B.O. qui, d'une certaine manière, me dépayse totalement.
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
Icare

Nombre de messages : 15550
Age : 57
Date d'inscription : 13/11/2009

Gabriel YARED Empty
MessageSujet: Re: Gabriel YARED   Gabriel YARED Empty2020-12-21, 17:36

La bande originale de Azur et Asmar, film d'animation français de Michel Ocelot (2006), est l'avant-dernière musique, et par conséquent l'avant-dernier album que je m'étais procuré de Gabriel Yared, juste un an avant Par Effraction que j'évoque un commentaire plus haut. Ce fut aussi l'album avec lequel j'ai clôturé ma série d'écoutes croisées entre lui et Ludovico Einaudi. Yared collabora une nouvelle fois avec Michel Ocelot, sur Dilili à Paris, un autre film d'animation de 2018. Je n'ai pas eu l'occasion de voir le film ni d'écouter la musique. Une bande originale dont j'avais écouté quelques extraits qui m'avaient plu, date de 2005 et avait été composée pour un film de Cédric Kahn, L'Avion. J'ai écouté partiellement plusieurs autres extraits de différentes partitions, dans le courant des années 2000 jusqu'à aujourd'hui, mais rien qui m'ait donner envie d'approfondir les opus en question. Pour en revenir à Azur et Asmar, ce fut le plaisir de retrouver une partition ample et colorée, développant régulièrement en son sein un tempérament oriental. Elle invite les voix de Marco Beacco et Safi Boutella, même celle du compositeur, l'oud de Sofiane Negra, le violon arabe de Mohamed Ouechni, les percussions de Adel Shams El Din et le kanone de Hind Zouari. M'étant intéressé - mais de façon épisodique - à Gabriel Yared depuis ses débuts, dès l'ère du 33 tours, à partir d'une musique entièrement électronique qu'il avait composée en 1981 pour le film Malevil de Christian de Chalonge, je sens assez bien une évolution de son style et un certain peaufinement lorsque j'écoute sa partition symphonique pour Azur & Asmar, ce qui est dans la normalité des choses: l'écriture d'un compositeur évolue toujours d'une manière ou d'une autre, au fil du temps, mais il arrive parfois - je n'irai pas jusqu'à dire souvent - que je continue de préférer la première période. De plus, Yared fait partie des rares compositeurs de l'image chez qui j'apprécie l'usage des synthétiseurs, de l'électronique. J'aime bien l'usage qu'il en avait fait dans Malevil et ma B.O. préférée de lui demeure L'Arche et les Déluges (1992) qui n'est certes pas une partition électronique mais dont l'emploi avec parcimonie lui confère une couleur et un climat intéressants.

https://www.youtube.com/watch?v=dCOTcAPuBvs


  Synopsis de Azur & Asmar: <<Dans l'Europe médiévale pré-Renaissance, Jenane est une nourrice venue de l'autre côté de la Mer Méditerranée. Veuve, elle habite dans la demeure d'un riche homme arrogant. Déjà mère d'un enfant appelé Asmar (أسمر : marron), elle est engagée comme nourrice pour Azur, l'enfant du maître des lieux. Les enfants sont frères de lait et se connaissent depuis leur prime enfance. Jenane veille à prendre soin d'eux de manière égale, sans vouloir créer de jalousies. Ayant toujours agi en miroir, vient l'époque où le maître des lieux les sépare afin d'offrir à Azur, son enfant, une éducation soignée qu'il ne veut pas enseigner à Asmar. Cela n'empêche pas celui qui est mis à l'écart d'apprendre par lui-même en quoi consistent les leçons en y assistant de manière détournée. Il apprend ainsi les bases de l'équitation, de la dialectique, des pas de danse. Arrivés à l'âge où ils se disputent et se jalousent pour l'exclusivité de l'amour maternel, Azur est envoyé en ville par son père pour y être éduqué, et y vivre en compagnie d'un précepteur. Au même moment, le maître des lieux chasse la nourrice et son fils sans qu'ils aient eu l'occasion de revoir Azur une dernière fois et sans le moindre argent ni objet.>> (Wiki)
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Gabriel YARED Empty
MessageSujet: Re: Gabriel YARED   Gabriel YARED Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Gabriel YARED
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Toutes les musiques du monde :: Musique de films, du monde & divers :: Jazz & Musiques de films-
Sauter vers: