Forum sur la musique classique
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
-20%
Le deal à ne pas rater :
Promo sur les Baskets Nike Air Max 2090
119.97 € 149.99 €
Voir le deal

 

 Jan A. P. KACZMAREK

Aller en bas 
AuteurMessage
Icare
Admin
Icare

Nombre de messages : 15552
Age : 57
Date d'inscription : 13/11/2009

Jan A. P. KACZMAREK Empty
MessageSujet: Jan A. P. KACZMAREK   Jan A. P. KACZMAREK Empty2013-01-05, 20:12

Jan A. P. Kaczmarek, compositeur polonais né le 29 avril 1953 à Konin en Pologne, jouit d'une excellente renommée internationale grâce notamment à ses compositions pour le Septième Art. Celles-ci constituent l'essentiel de sa création. Le premier succès de Kaczmarek se passe aux États-Unis alors qu'il oeuvre pour le théâtre. Après avoir composé des partitions remarquables pour les productions "Chicago Goodman Theater" et le Forum de Los Angeles "Mark Taper", il décroche un "Obie" et un "Drama Desk Award" grâce à sa musique pour le "New York Shakespeare Festival 1992"; la production de John Ford "Dommage qu'elle soit une putain", réalisé par JoAnne Akalaitis, avec Val Kilmer et Jeanne Tripplehorn. La Chronique "Newsday" écrit sur ce score : "Il ondule avec une force hypnotique qui se glisse sous la peau», tandis que Frank Rich du "New York Times" le juge digne des bandes originales qui illustrent les films de Bernardo Bertolucci et Luchino Visconti.

Avocat de formation, il a abandonné sa carrière de diplomate pour des raisons politiques, préférant se consacrer à la musique, ce qui, selon lui, lui permettra finalement d'accéder à la liberté d'expression. D'abord, il compose pour le théâtre hautement politisé, puis  crée un mini-orchestre, «L'Orchestre du Huitième Jour". Le grand tournant dans sa vie, dit-il, était une période d'étude intense avec le directeur de théâtre d'avant-garde, Jerzy Grotowski.

"Le théâtre et la composition étaient comme une religion pour moi», explique Kaczmarek, "et puis c'est devenu une profession."
"L'Orchestre du Huitième Jour" a commencé une tournée en Europe à la fin des années 1970 jusqu'à ce jour. Il s'est produit à la "Queen Elizabeth Hall" à Londres, le Festival international de musique contemporaine à Amsterdam "Radio VPRO", la Biennale de Venise et le Festival International de Musique de Karlovy Vary, Tchécoslovaquie, où Kaczmarek remporte le prix "Golden Spring" pour la meilleure composition. A la fin de la première tournée américaine de l'Orchestre en 1982, Kaczmarek a enregistré son premier album "Music for the End".

Jan A.P. Kaczmarek retourna en Amérique en 1989 afin de trouver un label qui éditerait sa dernière composition pour l'orchestre. Il séjourna aux Etats-Unis et en profita pour élargir ses horizons en composant pour le théâtre comme il l'avait déjà fait en Pologne avec un grand succès, couronné par deux prix prestigieux au "New York Theater" en 1992. Ayant également composé de la musique pour les films en Pologne, il concentra son attention sur ce moyen d'expression complexe et finit par obtenir la reconnaissance en tant que compositeur de film avec des scores sur des films tels que "Total Eclipse", "Bliss", "Washington Square", "Aimée & Jaguar", " Au coeur du miracle "," Lost Souls "," Edges of the Lord »,« Quo Vadis »et Adrian Lyne" Unfaithful ".

En février 2005, il remporte son premier Oscar de la meilleure musique originale sur le film très acclamé de Marc Forster, "Finding Neverland".

Jan A.P. Kaczmarek remporta également le prix de la Commission nationale d'évaluation pour le meilleur score de l'année, et a été nominé à la fois pour un Golden Globe et un BAFTA comme Meilleure musique de film. En plus de son travail de musique appliquée, Jan a été chargé d'écrire deux pièces chorales et symphoniques pour deux importantes occasions nationales en Pologne. "Cantate pour la liberté" (2005) pour célébrer le 25e anniversaire du mouvement Solidarité, et l'oratorio "1956" (2006) pour commémorer le 50e anniversaire du soulèvement sanglant contre le gouvernement totalitaire à Poznan, en Pologne.



Dernière édition par Icare le 2017-04-14, 12:07, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
Icare

Nombre de messages : 15552
Age : 57
Date d'inscription : 13/11/2009

Jan A. P. KACZMAREK Empty
MessageSujet: Re: Jan A. P. KACZMAREK   Jan A. P. KACZMAREK Empty2017-04-14, 19:18

https://www.youtube.com/watch?v=9AMjiwyEz8Q


Très belle redécouverte!

et aussi "Washington Square - "L'absence":

https://www.youtube.com/watch?v=veklkyDmvtI


Dernière édition par Icare le 2021-04-02, 09:03, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
laudec

laudec

Nombre de messages : 5668
Age : 69
Date d'inscription : 25/02/2013

Jan A. P. KACZMAREK Empty
MessageSujet: Re: Jan A. P. KACZMAREK   Jan A. P. KACZMAREK Empty2017-04-14, 19:56

Très belle musique pour le film "Washington Square" Jan A. P. KACZMAREK 185465 Cette ambiance créée me donne envie de voir le film.
"Finding Neverland", toute autre ambiance, si vivante pleine d'enthousiasme, j'ai passé de beaux moments à écouter ces deux musiques. J'aimerais maintenant découvrir sa Cantate pour la Liberté !

Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
Icare

Nombre de messages : 15552
Age : 57
Date d'inscription : 13/11/2009

Jan A. P. KACZMAREK Empty
MessageSujet: Re: Jan A. P. KACZMAREK   Jan A. P. KACZMAREK Empty2017-04-14, 20:52

Je crois me rappeler que deux oeuvres de concert de Kaczmarek devaient paraître en cd mais j'attends toujours: un oratorio et une cantate me semble-t-il, peut-être cette fameuse Cantate de la Liberté. J'aimerais beaucoup l'écouter aussi, la découvrir.
Revenir en haut Aller en bas
laudec

laudec

Nombre de messages : 5668
Age : 69
Date d'inscription : 25/02/2013

Jan A. P. KACZMAREK Empty
MessageSujet: Re: Jan A. P. KACZMAREK   Jan A. P. KACZMAREK Empty2017-04-14, 21:59

Ah oui, on ne la trouve pas sur la toile, si tu obtiens de nouvelles infos à son sujet cela m'intéresse, merci déjà Jan A. P. KACZMAREK 395622
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
Icare

Nombre de messages : 15552
Age : 57
Date d'inscription : 13/11/2009

Jan A. P. KACZMAREK Empty
MessageSujet: Re: Jan A. P. KACZMAREK   Jan A. P. KACZMAREK Empty2018-08-09, 23:19

Jan A.P. Kaczmarek était resté longtemps silencieux, à moins que j'ai laissé passer des choses sans m'en rendre compte. Ce serait étonnant, surtout avec un compositeur qui m'intéresse autant que Kaczmarek. Le voilà donc qui réapparaît avec Paul, Apostle of Christ/Paul, Apôtre du Christ, un drame biblique écrit et réalisé par Andrew Hyatt. Il sortit en salle courant 2018. Il réunit à l'affiche Jim Caviezel dans le rôle de Luc l'évangéliste, Olivier Martinez dans le rôle de Mauritius, préfet du Tullianum et James faulkner dans le rôle de Paul de Tarse. Ce film est basé sur l'histoire de Paul de Tarse, un apôtre du Christ, emprisonné au Tullianum par l'empereur Néron alors que Luc l'évangéliste cherche à le rencontrer. Le prisonnier se remémore sa vie, lorsqu'il s'appelait Saul et qu'il persécutait les chrétiens avant de se convertir au christianisme après avoir rencontré Jésus-Christ ressuscité. Jan A.P. Kaczmarek n'a pas un style musical aussi marqué et définissable que, par exemple, Nicola Piovani que j'avais écouté juste avant. Mais on ne peut pas dire non plus qu'il compose une musique impersonnelle, loin de moi cette idée. Au contraire, j'ai suffisamment acquis de connaissance sur son oeuvre pour déceler de nombreux éléments qui le caractérisent et déterminent une forte personnalité musicale, comme chez Howard Shore ou encore Alexandre Desplat. Sur Paul, Apostle of Christ, j'avoue qu'il m'a surpris et, dans un premier temps, m'a presque dérouté. Je n'ai pas retrouvé les formes et les constructions de ses bandes originales précédentes. Il semble s'être un peu écarté du schéma classique dans lequel il puisait le plus souvent son inspiration pour une dimension sonore moins directe, plus alambiquée et même plus expérimentale sous certains aspects. Plutôt langoureuse, étirée, atmosphérique avec des sonorités électroniques. La partition est surtout orchestrale avec ces effets électroniques qui, à plusieurs endroits, la rendent onirique. Outre de très beaux "lamentos" qui prennent leur temps pour se développer et gagner en intensité, il y a de ces moments impalpables dont je ne cerne pas encore toute la poétique. Je sens que les futures écoutes seront fructueuses, que plus j'en maîtriserai l'écoute, plus j'en ressortirai conquis. Je me rends compte que ce topic est encore peu fourni alors que je connais et apprécie un certain nombre de musiques de films du compositeur polonais. Je tâcherai d'y remédier.

https://www.youtube.com/watch?v=n9NqtZNpwjs
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
Icare

Nombre de messages : 15552
Age : 57
Date d'inscription : 13/11/2009

Jan A. P. KACZMAREK Empty
MessageSujet: Re: Jan A. P. KACZMAREK   Jan A. P. KACZMAREK Empty2021-04-02, 10:03

C'est avec beaucoup d'intérêt que je suis revenu sur la superbe partition que Jan A. P. Kaczmarek composa pour la mini-série en quatre épisode de Robert Dornhelm; Guerra e Pace/Guerre et Paix. Le roman éponyme d'où cette cette série a été tirée est très célèbre. Il fut écrit entre 1863 et 1869 par Lev Tolstoï (1828-1910). Avec six pays coproducteurs, il s'agit de la plus importante coproduction télévisuelle de ces dernières années. Le tournage a commencé le 7 août 2006 en Lituanie, puis a déménagé à Saint-Pétersbourg et a duré cinq mois. La direction fut donc confiée à Robert Dornhelm qui, en 1990, fut nominé pour un "Golden Globe" avec Requiem für Dominik. Il s'agit d'une fresque de la Russie du début du XIXème siècle au moment crucial de l'invasion napoléonienne, qui a marqué le sort de toute l'Europe. C'est la guerre et la paix, mais pas seulement: c'est la vie, l'amour, la mort, le désir de vengeance et de pardon, la recherche du bonheur, la volonté de faire le bien et la chute dans le mal de chaque homme. Guerre et Paix fut plusieurs fois adapté au cinéma et à la télévision. Au cinéma, on notera une première adaptation en 1915, à l'ère du Muet, réalisée par Yakov Protazanov et Vladimir Gardin. Toujours en Russie et à l'ère du Muet, en 1921, une autre adaptation verra le jour sur une réalisation de Joseph Kotolstov, puis cette fois à l'époque du cinéma parlant, en 1956, outre Atlantique, un "condensé" réalisé par King Vidor, avec Henry Fonda et Audrey Hepburn parmi les rôles principaux et sur une musique originale de Nino Rota. Citons celle de et avec Serge Bondartchouk et Ludmila Savelieva (1965-67), une nouvelle adaptation russe en quatre époques, qui a été filmée en 70 mm et a obtenu l'Oscar du meilleur film étranger en 1968. Viatcheslav Ovtchinnikov en signa la musique ainsi que la direction des choeurs et de l'orchestre. Pour le cinéma, il y aura aussi l'adaptation burlesque qu'en fit Woody Allen sous le titre Guerre et Amour (1975). Pour la télévision, il y aura aussi plusieurs adaptations en dehors de celle de Robert Dornhelm, dont celle réalisée en 1972 par John Davies avec Anthony Hopkins, puis la dernière en date - 2016 -  une mini-série britannique en six parties réalisée par Tom Harper et sur une musique d'un parfait inconnu - en tout cas pour moi - un certain Martin Phipps, apparemment filleul de Benjamin Britten. Guerre et Paix fut également adapté au théâtre et transcrit en comédie musicale.

https://www.youtube.com/watch?v=HqiKFy0uVL8


La partition que Jan A. P. Kaczmarek composa pour la minisérie de Robert Dornhelm est riche en thèmes, profondément lyrique et d'un caractère épique: une partition pour orchestre avec un bel emploi des choeurs, interprétée par le "Polish Radio Orchestra" sous une direction de Marcin Nalecz Niesiolowski. J'avais vu cette minisérie à l'époque de sa parution. C'est donc une bande originale que j'avais d'abord pu apprécier dans son contexte. En 2007, je connaissais déjà bien la musique de Kaczmarek pour avoir en ma possession plusieurs de ses musiques de films. Toutefois, je ne l'avais pas encore abordé par une partition aussi épique, aussi extravertie, aussi généreuse en lyrisme. Mon morceau préféré de toute la B.O. n'est pourtant pas de cette veine lyrique et exacerbée: il s'intitule "Kuragins" et dure plus de six minutes. Sa construction, son caractère obsessionnel, une certaine gravité dans le ton global du morceau, autant d'éléments qui m'en font un thème fascinant. Aujourd'hui plus qu'hier j'en compris mieux la raison: Kaczmarek a construit avec "Kuragins" une forme musicale qui le rapproche esthétiquement de Wojciech Kilar, mon compositeur polonais préféré et qui justement me fascine avec ce genre de musique obsessionnelle et grave.
Revenir en haut Aller en bas
joachim
Admin
joachim

Nombre de messages : 22797
Age : 75
Date d'inscription : 19/08/2006

Jan A. P. KACZMAREK Empty
MessageSujet: Re: Jan A. P. KACZMAREK   Jan A. P. KACZMAREK Empty2021-04-02, 12:14

Icare a écrit:
Guerre et Paix fut également adapté au théâtre et transcrit en comédie musicale.

Et surtout ne pas oublier le superbe opéra de Serge Prokofiev, sur son propre livret, aidé de Mira Mendelssohn (1942). Guerre et Paix est d'ailleurs l'opéra que je préfère du célèbre compositeur russe. Wink
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
Icare

Nombre de messages : 15552
Age : 57
Date d'inscription : 13/11/2009

Jan A. P. KACZMAREK Empty
MessageSujet: Re: Jan A. P. KACZMAREK   Jan A. P. KACZMAREK Empty2021-04-02, 12:54

joachim a écrit:
Et surtout ne pas oublier le superbe opéra de Serge Prokofiev, sur son propre livret, aidé de Mira Mendelssohn (1942). Guerre et Paix est d'ailleurs l'opéra que je préfère du célèbre compositeur russe. Wink

Tu as raison, et j'aurais pu le mentionner, d'autant plus que cet opéra de Prokofiev hérita en l'an 2000 d'une captation pour la télévision, réalisée par François Roussillon, avec Robert Brubaker dans le rôle de Pierre Bezoukhov.
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
Icare

Nombre de messages : 15552
Age : 57
Date d'inscription : 13/11/2009

Jan A. P. KACZMAREK Empty
MessageSujet: Re: Jan A. P. KACZMAREK   Jan A. P. KACZMAREK Empty2021-04-04, 23:18

En parlant d'opéra, Quo Vadis en avait inspiré un au compositeur français Jean Nouguès en 1909, sur un livret du dramaturge, romancier, peintre et graveur français Henri Cain. Ce n'est pas l'oeuvre que j'ai écoutée ce soir. Le Quo Vadis que j'ai réécouté ce soir est une musique de Jan A. P. Kaczmarek composée pour le film polonais homonyme de Jerzy Kawalerowicz (2001). Directement adapté du roman d'Henryk Sienkiewicz; Quo vadis?. En même temps que la version cinéma, une version pour la télévision en six épisodes avait été produite.

<<Quo vadis? est une locution latine signifiant "Où vas-tu?". Cette question, tirée de l'écrit chrétien les Actes de Pierre, a donné naissance à de nombreuses œuvres littéraires et musicales. Quo vadis Domine ? est une locution latine signifiant "Où vas-tu, Seigneur?". Cette question est tirée des Actes de Pierre, un récit détaillé de la prédication de l'apôtre Pierre qui a été déclaré apocryphe au VIème siècle. Une des deux versions de ce texte est le seul texte chrétien relatant le martyre de Pierre. Alors que Pierre s'apprêtait à quitter Rome pour fuir la persécution, le Christ lui serait apparu sur la via Appia se dirigeant vers cette ville. Pierre lui ayant demandé: "Où vas-tu, Seigneur?" (en latin: "Quo vadis, Domine?"), Jésus lui répondit : "Je vais à Rome me faire crucifier de nouveau" (en latin: "Venio Romam iterum crucifigi"). Pierre retourne alors à Rome où il est crucifié la tête en bas. Au lieu supposé de la rencontre a été érigée au IXème siècle une chapelle transformée au XVIIème siècle en l'église Santa Maria in Palmis (également appelée église Domine Quo Vadis).>> (source Wikipédia)

Quo Vadis? fut porté plusieurs fois à l'écran, au moins cinq fois au grand écran et deux au petit:
tout d'abord dès l'ère du muet par Lucien Nonguet et Ferdinand Zecca (1901),
puis en 1913 par Enrico Guazzoni
et en 1924 par Gabriellino D'Annunzio et Georg Jacoby.
Le film américain de Mervyn LeRoy de 1951 est sans doute la version la plus connue, réunissant à l'affiche Deborah Kerr, Robert Taylor et Peter Ustinov, sur une musique de Miklos Rozsa.
Une minisérie italienne réalisée par Franco Rossi paraîtra en 1985.

Jan A. P. KACZMAREK Vt1VO6youaQE2JkjiCXZpPI6tVQ-WhEdGs-1h_RRAlSzzrOsUhmhQXHwGxm-TjtG39LCabiCSzSIlQ4p2SMrO7mmE3tNSIqrMs7HzDzEr3zuhl3JOiSnsUVBoKh-natIWITOmfxT

La partition que composa Kaczmarek pour le Quo Vadis? de Jerzy Kawalerowicz est riche en voix et en choeurs. La voix n'y est d'ailleurs pas toujours employée de manière classique et la musique pouvant prendre alors une dimension plus ethnique, plus proche d'un certain folklore, mais sans en être pour autant: c'est une partition orchestrale avec choeurs avant tout, épique sur son thème d'ouverture. Ample et intense, il donne le la, celui d'une bande originale qui accompagne un film historique proche du péplum, mais dans une approche qui malgré tout se distingue de celle des grands symphonistes hollywoodiens ou italiens, d'une époque où les péplums étaient un genre en pleine ébullition: Miklos Rozsa, Alex North, Alessandro Cicognini, Mario Nascimbene, Angelo F. Lavagnino.... Il y a certes un peu de cette puissance épique ainsi qu'un caractère religieux dans la musique de Kaczmarek, mais il y a aussi et surtout toute l'âme d'un musicien polonais habité par sa foi en Dieu, un côté mystique très prégnant que je retrouve chez plusieurs grands compositeurs polonais...un son aussi qui leur appartient et les définit d'une certaine façon. C'est flagrant dans la magnifique élégie dont la seconde version atteint les douze minutes, une grande élégie pour cordes qui me renvoie sous certains aspects à Gorecki et plus encore à Kilar. Cette élégie me fait carrément fondre.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Jan A. P. KACZMAREK Empty
MessageSujet: Re: Jan A. P. KACZMAREK   Jan A. P. KACZMAREK Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Jan A. P. KACZMAREK
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Toutes les musiques du monde :: Musique de films, du monde & divers :: Jazz & Musiques de films-
Sauter vers: