Forum sur la musique classique
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
-33%
Le deal à ne pas rater :
Elgato Stream Deck – Contrôleur de Création de contenus en Direct ...
99.99 € 149.99 €
Voir le deal

 

 Carlo RUSTICHELLI

Aller en bas 
AuteurMessage
Icare
Admin
Icare

Nombre de messages : 15546
Age : 57
Date d'inscription : 13/11/2009

Carlo RUSTICHELLI Empty
MessageSujet: Carlo RUSTICHELLI   Carlo RUSTICHELLI Empty2012-11-09, 11:30

Carlo RUSTICHELLI Carlo-rustichelli-06

Qui était Carlo Rustichelli? Juste un nom qui défilait de temps en temps au générique d'un "vieux" film et auquel si peu de gens prêtèrent attention? L'auteur au nom souvent écorché d'une ritournelle que l'on fredonnait, par exemple, dans les usines Fiat en serrant les boulons? Un compositeur léger de musique sérieuse ou un compositeur sérieux de musique légère? Ou tout simplement un musicien à part entière doté d'une inspiration et d'un amour de la musique inépuisables? Comment se définissait-il lui-même? Ce qui est établi c'est qu'il fut une figure emblématique de la musique de film en Italie, qu'il fut l'un des compositeurs du Septième Art les plus prolifiques, plus de 400 partitions pour le cinéma à son actif. Pour répondre à la sixième question: "Comment se définissait-il lui-même?", il y a cette courte missive adressée à ses amis réalisateurs:

 <<Chers amis,
L'illustre metteur en scène et ami Pietro Germi m'étiquetait avec cette similitude: "...Carlo est pour moi un baril de musique qui ne s'épuise jamais." A tous "mes" metteurs en scènes et sympathisants, je dédie mes musiques, car je ne sais pas parler de moi, écrire sur moi, je suis en train de l'apprendre, mais pour vous, en musique, j'ai toujours écrit avec joie, sincérité et amour. Dans l'infini monde musical j'aimerais y être moi aussi. Affectueusement.
>>

Carlo Rustichelli est un compositeur qui a principalement consacré son énergie au service du Septième Art, écrivant des musiques tantôt graves, tantôt enjouées, voire ironiques ou satiriques comme la délicieuse partition qu'il concocta pour Satyricon, un film réalisé par Gian Luigi Polidoro en 1968. On notera la superbe "Tarentelle de la libération" qu'il composa pour le film de Nanni Loy, La bataille de Naples avec Lea Massari, George Wilson, Gian Maria Volonté, la musique très cocasse et entraînante de Moi, moi, moi...et les autres, Le voleur de Bagdad,Torpedo Bay, Amici Miei (Mes chers amis), pour lequel il développe une de ses plus belles mélodies...Rustichelli s'est-il laissé du temps et de l'énergie pour écrire en dehors du cinéma de la musique de chambre, des concertos, des opéras, des symphonies comme le fit son collègue et compatriote  Nino Rota? C'est très difficile à dire car, comme pour Alessandro Cicognini, cette partie éventuelle, voire probable, de sa création reste dans une obscurité totale.

J'adore cette mélodie ainsi que la manière dont elle est orchestrée:



Compléments biographiques:

Carlo Rustichelli est né à Carpi, près de Modène (Italie) le 24 décembre 1916 et meurt le 13 novembre 2004. Après son diplôme en piano et composition, au début des années 40, il commence à travailler pour le cinéma, mais interrompant bientôt cette activité pour se consacrer à la direction d'orchestre. En 1948, toutefois, il rencontre le cinéaste Pietro Germi qui le ravira pour toujours pour le plus grand bonheur du Septième Art. Son style très reconnaissable se fondent à partir de sonorités populaires, trait de marque particulièrement "visible" dans ses oeuvres destinées au cinéaste susnommé: il aime se définir comme un "paysan émilien" qui n'a pas honte des sentiments. Les principales bandes originales qu'il composa pour Germi furent In nome della legge, Il cammino della speranza, Il ferroviere, L'uomo di paglia, Divorce à l'Italienne, Les Messieurs-Dames, Séduite et abandonnée. Il fut également le premier compositeur (italien?) à employer les ondes Martenot comme instrument soliste dans le film de science-fiction La morte viene dallo spazio réalisé en 1958. A savoir qu'il a étudié le piano et la composition à l'Academia Filarmonica de Bologne puis au Conservatoire  de Sainte-Cécile à Rome. Avant de travailler pour le cinéma en 1939, il oeuvra d'abord pour l'opéra et le théâtre. A la fin de son existence, Carlo Rustichelli était une figure importante et très aimée de la vie musicale de son pays, ayant offert ses talents de compositeur et mélodiste à des réalisateurs aussi prestigieux que Billy Wilder (Avanti!), Pier Paolo Pasolini (Mamma Roma), Mario Bava (Le corps et le fouet) et donc Pietro Germi avec lequel il entretint une collaboration privilégiée.



Dernière édition par Icare le 2018-06-15, 22:21, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
shanessean

shanessean

Nombre de messages : 815
Age : 85
Date d'inscription : 19/08/2009

Carlo RUSTICHELLI Empty
MessageSujet: Re: Carlo RUSTICHELLI   Carlo RUSTICHELLI Empty2012-11-09, 23:20


Je connais un peu sa msique mais je ne savais pas du tout son nom.
Merci de nous rappeler. Le dernier extrait est magnifique. Même pas besoin savoir qu'il s'agit d'une musique de film. Un vrai plaisir d'entendre cette musique. Comme dit snoopy, encore un à découvrir. Tant mieux, dirai-je
Revenir en haut Aller en bas
https://musiqueclassique.forumpro.fr/
Icare
Admin
Icare

Nombre de messages : 15546
Age : 57
Date d'inscription : 13/11/2009

Carlo RUSTICHELLI Empty
MessageSujet: Re: Carlo RUSTICHELLI   Carlo RUSTICHELLI Empty2016-07-24, 18:46

Sacré Shanessean! J'espère que là où il est il pourra entendre un peu de Carlo Rustichelli, c'est suffisamment rare pour ne pas rater l'occasion lorsqu'elle se présente. Peut-être s'agira-t-il de Satyricon qui marie, dans un jeu ludique d'une belle italianité, pop, classique et musique ancienne. C'est joyeux, ludique, poétique, en parfaite adéquation avec mon cycle "Light & Joy". En tout cas, c'est assez beau pour atteindre une petite lucarne du paradis des mélomanes.Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
Icare

Nombre de messages : 15546
Age : 57
Date d'inscription : 13/11/2009

Carlo RUSTICHELLI Empty
MessageSujet: Re: Carlo RUSTICHELLI   Carlo RUSTICHELLI Empty2018-06-15, 23:15

En réfléchissant sur le cours de mon cycle et sur quel style de piano j'aurais envie de m'attarder, j'ai pensé au compositeur italien Carlo Rustichelli et c'est alors un "piano de cinéma" qui a surgi de mon esprit, un piano guilleret...Aussitôt le thème principal du film Le Gang de Jacques Deray résonne dans ma tête. C'était une bonne idée et surtout un bon prétexte pour retrouver l'univers musical léger et si italien de Rustichelli. Ce n'est pas un compositeur que j'écoute souvent et n'ai que quelques disques de lui. Cependant, je suis toujours à l'affût d'un titre qui peut éventuellement m'intéresser parmi son immense production musico-cinématographique. Chez ce compositeur qui s'exprime le plus souvent par des ritournelles enlevées et dans des orchestrations particulières, typiques des années 60/70, trois sortes de claviers dominent ses partitions; le piano, l'orgue électrique et le clavecin. Les trois claviers se retrouvent avec vitalité dans Le Gang qui réunit à l'affiche Alain Delon et Nicole Calfan, et aussi dans Moi, moi, moi... et les autres, un film d'Alessandro Blasetti avec une belle brochette d'acteurs, actrices; Walter Chiari, Vittorio de Sica, Gina Lollobrigida, Nino Manfredi, Silvana Mangano, Marcello Mastroianni et Sylva Koscina. C'est surtout dans Le Gang que le piano est très présent, c'est pour cette raison que j'y ai pensé. Dans Moi, moi, moi... et les autres, outre les voix burlesques et truculentes du thème principal, les interventions du piano y sont déjà plus parcellaires, c'est clairement l'orgue électrique si cher à Carlo Rustichelli qui domine, suivi du clavecin. Je suis quand même content de l'avoir réécoutée.

Le Gang - Synopsis:

<<En 1945, après la guerre, Robert dit Pierrot réunit un groupe d'amis pour former le "gang du parisien", auteur de trois vols sans problème. Un jour Pierrot décide de faire cadeau d'un bijou à sa maîtresse Mariette; il est sur le point de le voler quand la propriétaire de la bijouterie le surprend et le tue.>>

https://www.youtube.com/watch?v=2un3MYSV3X8


Moi, moi, moi... et les autres - Synopsis:

<<Un journaliste décide d'enquêter sur l'égoïsme humain. Au fur et à mesure qu'il avance dans son enquête, l'acte d'accusation contre les autres se retournent contre lui-même. Ses souvenirs, ses remords, ses rencontres et de multiples découvertes vont le mettre à la place des gens sur qui il enquête. Il s'aperçoit qu'on ne se réalise vraiment qu'en vivant pour les autres.>>

https://www.youtube.com/watch?v=sLKNVkEnSXw
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
Icare

Nombre de messages : 15546
Age : 57
Date d'inscription : 13/11/2009

Carlo RUSTICHELLI Empty
MessageSujet: Re: Carlo RUSTICHELLI   Carlo RUSTICHELLI Empty2020-10-30, 11:11

J'ai réécouté deux bandes originales de Carlo Rustichelli qui ont été composées pour deux films très différents, le premier s'intitulant Zanna Bianca alla Riscossa/Croc Blanc (1973). Il s'agit d'un film d'aventure, une production franco-hispano-italienne réalisée par le célèbre cinéaste italien Lucio Fulci, davantage connu comme réalisateur de films d'horreur, tirée du roman éponyme de Jack London. La seconde bande originale n'est représentée sur l'album que par six extraits. Il s'agit d'une comédie, In nome del popolo italiano/Au nom du peuple italien - est-elle même considérée par certains critiques comme étant un sommet de la comédie italienne - de Dino Risi (1971), un maître du genre qui a aussi excellé dans le film à sketches et le drame. Pour cette comédie, Carlo Rustichelli y exerce tout son savoir dans ce domaine sans surprendre outre mesure, réunissant les éléments thématiques et certains instruments familiers de son style comme l'orgue électrique et le clavecin. Y ressort souvent un caractère léger et entraînant, satirique aussi, qui peut également évoquer Nino Rota, collègue et compatriote de cinq ans son aîné.

Carlo RUSTICHELLI M.zanna_bianca_locandina_a2416

Toutefois, Carlo Rustichelli forgea au fil de ses expériences sa propre manière. Il a beaucoup composé pour la comédie, je ne saurais dire si c'est le genre pour lequel il a le plus travaillé, Rustichelli fut très prolifique, l'un des plus prolifiques compositeurs de cinéma en Italie avec Angelo F. Lavagnino et Ennio Morricone, qui a exercé dans pratiquement tous les genres cinématographiques, allant du péplum au documentaire. Donc je ne saurais dire si la comédie est celui où il s'est le plus souvent exprimé. Zanna Bianca est un des nombreux exemples qui l'écartent de la comédie. Vingt extraits de cette B.O. sont représentés sur l'album, incluant en guise de conclusion une suite de presque huit minutes. Pour ce film d'aventure, Rustichelli a confectionné une partition pour orchestre ample et romantique qui ne cède jamais à trop d'emphase et n'hésite pas à revenir à des formes plus intimistes. J'aime bien le thème principal. La mélodie pu me paraître ordinaire lors d'une première approche, or depuis, elle a fait son bonhomme de chemin à l'intérieur de moi, elle est devenue la colonne vertébrale de toute la B.O. qui me rattache à elle, me rattache au rêve de cinéphile que cette musique me procure par la clarté de son récit et une fantaisie propre au compositeur: le sens de l'aventure est en elle.
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
Icare

Nombre de messages : 15546
Age : 57
Date d'inscription : 13/11/2009

Carlo RUSTICHELLI Empty
MessageSujet: Re: Carlo RUSTICHELLI   Carlo RUSTICHELLI Empty2020-10-30, 16:13

En pleine fantaisie "rustichellienne", je me fis un plaisir dans le domaine des sucreries avec deux "petites" B.O. du maestro, Le Gang et Io, io, io...et gli altri/Moi, moi, moi...et les autres. Bien qu'il ne s'agisse pas de B.O. de longue durée, une trentaine de minutes chacune, elles ne figurent pas sur un même album. Avec ces deux titres, j'entre allégrement dans ses musiques de comédies car, même si le film de Jacques Deray, Le Gang (1977), s'inspire des péripéties de braqueurs d'après-guerre (la Seconde) avec à sa tête un truand surnommé Pierrot le fou (Pierre Loutrel), j'ai plutôt l'impression qu'elles furent traitées sous la forme parodique d'une comédie. Ce n'est finalement pas étonnant que Jacques Deray ait choisi Carlo Rustichelli pour composer la musique de son film, même si un compositeur français aurait pu parfaitement faire l'affaire: s'agissant d'une production franco-italienne, ceci explique cela. Toujours est-il que la partition de Rustichelli épouse à merveille l'esprit du film. On peut presque évoquer un score monothématique, "presque" dans la mesure où se glissent ci et là quelques thèmes mélodiques différents du thème principal. Sur l'album, la B.O. est présentée sous la forme de deux suites, une d'un peu plus de douze minutes et une deuxième de dix-sept minutes tout rond. Rustichelli emploie un petit orchestre, sans doute sa formation de prédilection, et me délecte de ses piano (un peu bastringue), clavecin et orgue électrique sautillants.

https://www.youtube.com/watch?v=sLKNVkEnSXw


Io, io, io...e gli altri/Moi, moi, moi et les autres est un film italien réalisé par Alessandro Blasetti et sorti en salle courant 1966. Il réunit à l'affiche Gina Lollobrigida, Silvana Mangano, Vittorio De Sica, Walter Chiari, Nino Manfredi, Marcello Mastroianni et Caterina Boratto parmi les rôles principaux. Il s'agit ici d'un pur produit de la comédie italienne, satirique à souhait, pour lequel Carlo Rustichelli y libère toute sa fantaisie...enfin il y libère toute sa fantaisie sans être aussi généreux qu'il le fut sur Satyricon, prochaine et dernière B.O. du compositeur que je vais réécouter plus tard dans la journée. Le titre ne laisse planer aucun mystère, c'est un film qui traite de l'égoïsme: <<Sandro (Walter Chiari) est journaliste à Rome. Il mène une enquête sur l'égoïsme de ses concitoyens, aidé par son ami Peppino (Marcello Mastroianni). Il côtoie divers personnages de la ville : une diva (Silvana Mangano), un politicien véreux (Vittorio Caprioli)...>> J'aimerais voir ce film, le sujet m'intéresse. Tout démarre avec un de ces thèmes sautillants joué à l'orgue électrique comme seul l'auteur en a le secret. C'est alors qu'un étrange choeur constitué d'enfants et d'hommes entre en scène pour nous interpréter une chanson pleine de sel et prenant vite un ton burlesque, presque grotesque à un moment donné. Il y a aussi d'autres moments musicaux plus softs qui se rapprochent un peu d'un jazz d'ambiance. Il en ressort globalement une musique qui communique de la tendresse, de l'ironie et de la joie, une joie très contagieuse.
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
Icare

Nombre de messages : 15546
Age : 57
Date d'inscription : 13/11/2009

Carlo RUSTICHELLI Empty
MessageSujet: Re: Carlo RUSTICHELLI   Carlo RUSTICHELLI Empty2020-10-30, 19:31

Quelques notes sur SATYRICON de Carlo Rustichelli:

<<Un an avant la sortie de "Satyricon" de Federico Fellini sur le marché italien avec une controverse notable (qui a conduit ses auteurs en justice, considérant le film comme un "spectacle obscène") cette production d'Alfredo Bini (responsable de plusieurs films de Pasolini), qui sous la direction de Gian Luigi Polidoro nous a proposé la même histoire mais d'un point de vue différent et avec une bande son exceptionnelle. Le chant-bouffe chanté par un chœur d'enfants qui en est l'introduction, nous montre le chemin sur lequel va suivre toute la bande-son, qui en général a un caractère mélodique marqué et dérive par moments vers un ton comique et ironique: ce caractère comique et ironique ne souligne pas complètement l'intention critique du film, dans d'autres moments, la partition évolue vers un terrain légèrement plus dramatique. Rustichelli utilise tout cela avec tous les éléments qui forment le son caractéristique du compositeur, comme par exemple son utilisation habituelle d'instruments tels que l'orgue ou sa manière particulière dont il arrange les cordes, ce qui confère à "Satyricon" un son typique aussitôt reconnaissable, créant en même temps un bande-son extrêmement suggestive. Dans l'ensemble, nous sommes face à une musique qui nous renvoie aux images de ce vieux film de 1968, qui n'a pas eu de chance dans son exposition cinématographique et qui malheureusement et peut-être à cause d'elle, est un peu oublié aujourd'hui, malgré une distribution remarquable, parmi laquelle se distingue la présence du grand Ugo Tognazzi.>>

Carlo RUSTICHELLI Satyricon

Il y a eu deux films Satyricon, il y a eu un film franco-italien réalisé par Federico Fellini qui est sorti en 1969, adapté du roman éponyme attribué à l'écrivain latin Pétrone et sur une musique de Nino Rota. Puis il y a eu, juste une année auparavant, le film italien homonyme réalisé par Gian Luigi Polidoro (1968), sur une musique de Carlo Rustichelli. Je n'ai pas grand chose à dire sur ces deux "Satyricon" car je n'en ai vu aucun des deux. En revanche, je connais bien les deux bandes originales de ces deux films, aussi bien celle de Rota que je vais réécouter ce soir, que celle de Rustichelli que je viens de réécouter. Une chose est certaine, j'ai une nette préférence pour la partition très colorée de Carlo Rustichelli. Il y a un instrument qui revient très souvent et use d'un son très envoûtant, un peu comme par exemple la scie musicale, sauf que ce n'est pas une scie musicale. En réalité, ce son lancinant et élastique me fait davantage penser à un autre instrument que George S. Clinton utilise à deux reprises dans ses compositions pour le cinéma (The Big Bounce - 2004 - et Wild Things - Sexcrimes - 1998 -), la "lap steel guitar". Il n'y aurait rien d'étonnant à ce qu'un compositeur comme Carlo Rustichelli, curieux de sonorités atypiques et de combinaisons instrumentales insolites, ait employé ce type d'instrument ou encore la guitare électrique parmi des instruments anciens, je pense notamment à un morceau intitulé "Blues antico".

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Carlo RUSTICHELLI Empty
MessageSujet: Re: Carlo RUSTICHELLI   Carlo RUSTICHELLI Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Carlo RUSTICHELLI
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Toutes les musiques du monde :: Musique de films, du monde & divers :: Jazz & Musiques de films-
Sauter vers: