Forum sur la musique classique
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Le deal à ne pas rater :
Cartes Pokémon Japon : le display Pokémon Go de retour en stock sur ...
Voir le deal

 

 François Giroust (1737-1799)

Aller en bas 
AuteurMessage
Bel Canto
Admin
Bel Canto

Nombre de messages : 6705
Age : 66
Date d'inscription : 10/07/2007

François Giroust (1737-1799) Empty
MessageSujet: François Giroust (1737-1799)   François Giroust (1737-1799) Empty2010-09-04, 16:10

François Giroust est un musicien et compositeur français né à Paris le 9 avril 1737 et décédé à Versailles le 28 avril 1799.

Maître de chapelle (« des enfants de chœur et de musique ») de la cathédrale Sainte-Croix en 1756, directeur de l’Académie musicale d’Orléans de 1762 à 1769. Auteur de nombreux grands motets et psaumes. Il fut l’élève de Louis HOMET à Notre-Dame de Paris, maître de chapelle qui l’avait précédé à la cathédrale d’Orléans.

Ses débuts au Concert Spirituel (séries de concerts donnés au palais des Tuileries, fondées par Philidor en 1725, actives jusqu'en 1790) furent éclatants. Maître de musique aux Saints-Innocents, sous-maître de la Chapelle Royale en 1775 puis surintendant de la musique de chambre, il est l'auteur de la Missa brevis exécutée à Reims pour le couronnement de Louis XVI. Ses Grands Motets pour la Chapelle Royale, édités en 2004 par le Centre de Musique baroque de Versailles, restent ses chefs-d'œuvre.

Sous la Ière République , il écrit plusieurs chants patriotiques (Hymne à la Raison, 1793) avant d'assumer la modeste fonction de concierge du château de Versailles. Il est élu membre de l'Institut de France en 1796

Son œuvre

6 messes.
70 grands motets, dont une : Prose des Morts, en partie écrite sur le motif liturgique du Dies iræ (janvier 1765, à Orléans).
Elévations, motets.
14 oratorios (en partie perdus).
12 Magnificat pour la cathédrale d'Orléans (1787).
Télèphe (opéra, perdu sauf l'Ouverture).
Le Déluge, cantate funèbre maçonnique.
Le Chant pour la Fondation de la République.
Hymnes républicains : Apothéose de Marat et Le Pelletier, L'Aube de la Liberté, Hymne des Versaillais, ... (quelques-uns publiés par Constant Pierre, 1899).

Rééditions :

Ed. Jean Prim, Messe brève « Gaudete in Domino semper » du Sacre de Louis XVI, cathédrale de Reims (dimanche de la Trinité, 11 juin 1775), pour cinq voix mixtes et grand orchestre, Paris-Bruxelles, Lemoine, 1954, 31 p.
Id., O Salutaris hostia / Composé à Orléans en 1760 (Elévation), Paris, Saint-Leu-la-Forêt, Schola Cantorum, La Procure Générale de Musique, 1955, 2 p. Chanté à 4 voix. Extrait de la Messe à grand chœur sans symphonie.
Ed. Jean Turellier, Magnificat pour 4 voix mixtes, Soprano et Ténor soli, et Continuo, Paris, Heugel et Cie, Coll. Plein Jeu. Per cantare e sonare (PJ 106), 1969, 25 p.
Ed. John D. Eby : [François Giroust], Grands motets pour la cathédrale d’Orléans, CMBV (Coll. Anthologie III.3), 2004, LXIV-240 p.
Ed. Henri Adam de Villiers - Schola Sainte Cécile : O Salutaris hostia composé à Orléans en 1760, Paris, 1998, 2 p. 4 voix mixtes.

sources : ville d'Orléans et wikipedia
Revenir en haut Aller en bas
http://vitabella.sosblog.fr/index.htm
Bel Canto
Admin
Bel Canto

Nombre de messages : 6705
Age : 66
Date d'inscription : 10/07/2007

François Giroust (1737-1799) Empty
MessageSujet: Re: François Giroust (1737-1799)   François Giroust (1737-1799) Empty2010-09-04, 16:12

Revenir en haut Aller en bas
http://vitabella.sosblog.fr/index.htm
joachim
Admin
joachim

Nombre de messages : 23947
Age : 76
Date d'inscription : 19/08/2006

François Giroust (1737-1799) Empty
MessageSujet: Re: François Giroust (1737-1799)   François Giroust (1737-1799) Empty2018-04-11, 09:23

Son grand motet : Benedic anima mea (Psaume 103). Il a été composé en 1771 alors que le classicisme était en plein essor. Son style le rapprocherait plutôt des baroques, non ?



https://www.youtube.com/watch?v=nJfQL4aQWFg
Revenir en haut Aller en bas
joachim
Admin
joachim

Nombre de messages : 23947
Age : 76
Date d'inscription : 19/08/2006

François Giroust (1737-1799) Empty
MessageSujet: Re: François Giroust (1737-1799)   François Giroust (1737-1799) Empty2018-04-11, 10:04

Une biographie un peu plus complète, avec le catalogue des oeuvres.  D'après Wikipedia et autres ajouts.

François Giroust est un musicien et compositeur français né à Paris le 10 avril 1737 et mort à Versailles le 28 avril 1799 (9 floréal an VII).

Formé à la maîtrise de Notre-Dame de Paris, par le compositeur Louis Homet (1691-1767) jusqu'en 1748, puis par Antoine Goulet, il obtient en 1756 le poste de "maître de musique" (maître de chapelle) à la cathédrale d'Orléans, où il exerça jusqu'en 1769. Il fut très apprécié par ses employeurs. Dans cette même ville, le jeune homme dirigea aussi l'Académie de musique (1757-1765) qu'il avait fait renaître (pour quelques années seulement...), peu après son installation.
C'est précisément à Orléans, et en dehors de l'organisation de concerts hebdomadaires, qu'il commence à composer de manière systématique. En 1762, il fait sa première apparition au Concert Spirituel de Paris, où il présentait son motet Exaudi Deus, largement admiré par Rameau.

À la suite d'une double reconnaissance obtenue au concours 1768 du Concert Spirituel des Tuileries, à Paris (où les 1er et second prix avaient été attribués à ses deux versions du motet Super flumina Babylonis, sur le texte du psaume 136), on l'appela pour le poste de maître de musique de l'église des Saints-Innocents, à Paris. Depuis Louis XI, cette église avait pour vocation d’être une pépinière de chantres pour la Chapelle Royale.

En 1771 il a épousé la soprano Marie Françoise Avantois de Beaumont, avec qui il a eu neuf enfants. Louis XVI et Marie-Antoinette étaient, par procuration, les parrains et marraines du premier enfant né à Versailles, Louisa Antoinette.

Le 17 février 1775, Giroust remplace Gauzargues comme sous-maître de chapelle à la Chapelle Royale de Versailles. Il composa de nombreux motets pour la chapelle, ainsi que la Messe du Couronnement pour Louis XVI et une Missa pro defunctis commémorative pour Louis XV.
Le 16 juin 1780, il acheta le poste de surintendant de musique, en survivance, à de Bury, assumant le poste en 1785. Il conserva le poste de maître de chapelle, au grand dam de Le Sueur et d'autres.
Certaines œuvres profanes, dont les divertissements maçonniques, datent de cette période. Giroust séjourne à Versailles après la chute de la monarchie en 1792 et, par peur ou par désespoir, s'associe à la Révolution. Il a dirigé presque toutes les cérémonies révolutionnaires de la ville et a écrit plus de 50 chansons, hymnes et pièces occasionnelles pour eux. Beaucoup étaient sur des textes de Félix Nogaret, confrère franc-maçon et collègue radical de Robespierre. Le Chant des versaillais a été exécuté pour la Convention nationale et a circulé dans tout le pays, devenant son œuvre la plus célèbre et l'un des airs les plus connus de la Révolution (il survit dans plus de 50 versions et parodies). Il a connu des difficultés financières pendant cette période, mais en mai 1793, il a reçu le modeste poste de concierge au château de Versailles et, en 1795, il a reçu une pension du gouvernement. Le 13 février 1796, il devient le premier compositeur non résident élu à l'Institut de France, rejoignant Méhul, Gossec et Grétry.

Auparavant, en 1775, il fut accueilli avec grand succès au Concert Spirituel. Sa célébrité se confirma avec la composition de la Missa Brevis : Gaudete in Domino semper, écrite en un temps record pour le sacre du souverain (1775) à Reims. L'œuvre sera reprise pour l'ouverture des États généraux, le 4 juin 1789. Giroust aura été maître de la chapelle du roi Louis XVI, à Versailles (remplaçant Charles Gauzargues), de 1775 à 1780, avant de devenir le surintendant de sa Musique, de 1780 à 1792, année de la chute de la monarchie française..

Mais on le connait aussi comme compositeur de pièces pour la Révolution (Hymne des Versaillais). Ses œuvres maçonniques sont, à une exception près, perdues. Les autres ont été conservées pour la plupart, en grande partie grâce à sa veuve, Marie-Françoise de Beaumont d'Avantois, elle-même musicienne du roi (chanteuse).

Avec l'ascension de Napoléon, le nouveau contexte révolutionnaire a été adapté en écrivant des dizaines d'hymnes et de chansons en faveur du nouveau gouvernement. En mai 1793, il fut nommé gouverneur du château de Versailles, recevant une pension à partir de 1795 du gouvernement français. Comme dit ci-dessus, le 13 février 1796, il est nommé membre de l' Institut de France en compagnie de Méhul, Gossec et Grétry.

Il meurt en avril 1799 au château de Versailles, dont il était devenu concierge. Une de ses chansons s'intitule "J'ai tout perdu et j'm'en fous ! " : mais il faut savoir qu'en 1743, le concierge du Palais-Royal de Paris, Bertrand de Montamant, premier nommé dans l'état général des personnels, était payé une somme importante (2325 livres par an). Qu'en était-il sous la Première République ?...


Œuvres

Musique religieuse

Oratorios:

Le passage de la Mer Rouge, 1779;
Les fueurs de Säul (Moline), 1781, perdu;
Le Mont-Sinai, ou Le décalogue, 1785


Messes:

5 messes, 1760–89
Missa brevis, ‘Gaudete in Domino semper’, pour le sacre de Louis XVI, 1775 (ed. J. Prim, Paris, 1954)
Missa pro defunctis, 1775
Messe de Girou, douteux


Motets:

Grands motets voix, chœur et orchestre sauf mentions;

Lauda Jerusalem, ?1756, rev. 1777;
Magnificat [I], ?1756, rev. 1770, inc.;
Assumitur virgo, c1756–9;
Descendat alto divus (pour Ste Cecilia), c1756–9;
O salutaris, 1760 (ed. J. Prim, Paris, 1954);
Magnus Dominus, 1762, rev. 1778;
Deus judex justus, 1763, rev. 1784;
Benedic anima, 1764;
Dominus regnavit, 1764, rev. 1778;
Exaudi Deus (Ps liv), 1764, rev. 1781;
In convertendo, 1764, rev. 1766, 1787;
Judica me, 1764, lost;
Nisi Dominus, 1764, lost;
Notus in Judea, 1764, rev. 1777;
TeDeum, 1764, rev. 1782, inc.
Beatus vir, 1765, rev. 1777;
Cantate Domino, 1765, rev. 1774;
Confitemini Domino, 1765, rev. 1773;
Dies irae, 1765;
Levavi oculos, 1765, perdu;
Miserere mei [I] (Ps lvi), 1765, rev. 1766;
Misericordia Domini, 1765, perdu;
Quam dilecta, 1765, rev. 1779;
Quare fremuerunt, 1765, rev. 1778;
Quemadmodum, 1765, rev. 1775;
10ème Ode de Rousseau (?‘Paroissez, roi des rois’, book 1; Ps xciii), 1765, perdu;
for Saintes Cathedral, 1765, perdu;
Confitebor tibi (Ps ix), 1767, rev. 1784;
Super flumina Babylonis [I], 1767;
Judica Domine, 1768;
Super flumina Babylonis [II], 1768;
Confitebor tibi (from Ps cxxxviii), solo v, c1769
De profundis [I], 1770;
Domine salvum fac regem, 1770;
Exurgat Deus, 1770, rev. 1787;
Diligam te, Domine, 1772;
Dixit Dominus, 1772;
Confitebor tibi (Ps cx), 1773;
Jubilate Deo, 1773;
Magnificat [II], 1774, rev. 1777;
Deus noster refugium, 1775;
Exultate justi, 1775;
Iste dies, elevation motet, 1775;
Laudate pueri, 1775;
O sacrum convivium, elevation motet, 1775;
Tantum ergo, elevation motet, 1775 (ed. A. Lafitte, Paris, 1859);
O filii [I], solo v, org, c1775;
Exultavit cor meum, 1776;
In te Domine speravi, 1778;
Miserere mei Deus (Ps l), solo v, org, 1778;
Regina coeli, 1778;
Regina coeli, 2v, org, c1778
Ave verum, elevation motet, 1779;
Domini audivi, 1779;
Ecce panis, elevation motet, 1779;
Lauda Sion, elevation motet, 1779;
Laudate Dominum de coelis (Ps cxlviii), 1779;
Miserere mei Deus (Ps l), 1779;
Miserere nostri Domine (from Ps xxx), solo v, c1780–90;
Audite coeli, 1780;
Laudate Dominum quoniam bonus (Ps cxlvi), 1780;
Deus deorum Dominus, 1781;
Exaudi Deus, deprecationem (Ps lx), 1781;
Laudate Dominum in sanctis ejus (Ps cl), 1781;
Panis angelicus, elevation motet, 1781;
O filii [II], 1782;
De profundis [II], 1783;
In exitu Israël, 1783;
Noli aemulari, 1783;
Exaudi Deus (Ps lxiii), 1784;
Salve Regina, 1784
Deus venerunt, 1785;
Exaudiat te, 1787;
Omnes gentes, 1787;
Salvum me fac, 1787;
Veni creator, 1787;
Verbum caro, elevation motet, 1787;
Veni de Libano (‘Cantique des Cantiques’), 1787;
12 Magnificats, pourOrléans, 1787, perdu;
Domine, quid multiplicati, 1788;
In Domino confido, 1788;
Memento Domine David, 1789;
Ecce quam bonum, 1790;
Exultate Deo, 1790;
Coeli enarrant, 1791;
Deus stetit in synagoga, 1791;
Miserere mei Deus [II] (Ps lvi), solo v, 1792


Authenticité douteuse:

Adonaï Domine (parodie du Beatus vir);
Deus in nomine tuo (du Ps liii);
Deus misereatur nostri;
Lumen ad revelationem;
9 Magnificats


Œuvres pour la scène et autres vocales profanes

Divertissement sur la paix, 1765;
Rosamonde (de la Morlière), 1781;
Amphion (ballet en 1 acte),
La guerre (divertissement) mentionné dans Brosset (1911);
Télèphe (opéra en 3 actes) perdu sauf l'ouverture
Cantate sur l’amour, avant 1769 [texte dans Brosset, 1911]
Le Déluge, cantate funèbre maçonnique, 1784
Irruption de l’océan,
Textes pour 6 autres publiées par F. Nogaret: Fictions, discours, poèmes lyriques et autres pièces  (Versailles, 1787)
Ariette de reconnoissance villageoise;
Ariette de M. Giroust;
Ouverture


Musique révolutionnaire, hymnes et chants

Publiés, Versailles/Paris, 1793–5:
L’appel aux nations,
Le bon conseil,
Cantique de l’opinion,
Cantique de mille forgerons,
Chant des versaillais (et plusieurs parodies),
Le décade du canonier,
Le départ du soldat républicain (texte seul),
Les déserteurs,
La fête civique ou Le banquet des cent couverts,
La forfanterie aux abois (‘Cobourg’),
Hymne à la Raison,
J’ai tout perdu et je m’en fous (‘Résignation du soldat républicain’),
Le procès de l’âge d’or,
Ronde des versaillais,
Station des versaillais devant le buste de Marat,
Tyrtée aux plaines de Fleurus,
La victoire en permanence,
Les voluntaires en gaîté à la bataille de Fleurus


Chants non publiés

Apothéose de Marat et Pelletier,
L’arbre de la liberté,
Chant des versaillais (avec orchestre, ed. C. Pierre, 1899),
Chant pour la fondation de la république,
Couplet pour de nouveaux époux,
Hymne à la Patrie (Gazard),
Le reveil des républicains ou Le 18 fructidor (Pan),
Scène dithyrambique … à la manufacture d’armes de Versailles,
Serment


Chants perdus

Chant de la piété filiale,
Chant nocturne,
Distribution des prix (Gilles),
Hymne à l’Amitié,
Hymne à la Patrie (Boinvilliers),
Hymne à la Raison (trio),
Retour à la nature,
Scène sur la mort de Fargeau
Textes pour 15 autres chants
Revenir en haut Aller en bas
joachim
Admin
joachim

Nombre de messages : 23947
Age : 76
Date d'inscription : 19/08/2006

François Giroust (1737-1799) Empty
MessageSujet: Re: François Giroust (1737-1799)   François Giroust (1737-1799) Empty2022-04-11, 11:32

Super flumina Babylonis, motet de 1767




https://www.youtube.com/watch?v=VCfDIfz8sag
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




François Giroust (1737-1799) Empty
MessageSujet: Re: François Giroust (1737-1799)   François Giroust (1737-1799) Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
François Giroust (1737-1799)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Vincenzo Manfredini (1737-1799)
» François Leonard Rouwijzer ou Rouweyzer (1737-1827)
» François-René Gebauer 1773-1845 et Etienne-François Gebauer
» Pietro TORRI (1650 - 1737)
» Leonzi HONAUER (1737-1790)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Toutes les musiques du monde :: Musique classique :: Les compositeurs-
Sauter vers: