Forum sur la musique classique
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Le Deal du moment :
Cartes Pokémon – coffret ETB Astres ...
Voir le deal

 

 Cécile et Beethoven

Aller en bas 
AuteurMessage
joachim
Admin
joachim

Nombre de messages : 23572
Age : 76
Date d'inscription : 19/08/2006

Cécile et Beethoven Empty
MessageSujet: Cécile et Beethoven   Cécile et Beethoven Empty2008-10-26, 15:42

Voici, en hommage à notre amie Cécile, l'un de ses tous derniers messages, provenant, d'un forum ami, où elle nous explique pourquoi elle aime tant Ludwig.

Comment j'ai appris à aimer Beethoven en partie, j'assistais aux concerts dans lesquels mon père était timbalier, j'avais à peu prés une dizaine d'années, ce jour-là en particulier fut assez décisif, on donnait le 5ème Concerto "l'Empereur" de Ludwig van
Beethoven, l'orchestre sur scène entourait une jeune soliste, trés jeune, Micheline Ostermeyer, les premières notes de ce concerto somptueux s'élevèrent, j'étais fascinée par le jeu de cette jeune virtuose, mais éblouie par cette merveilleuse musique, ce concerto restera éternellement dans ma mémoire,
depuis j'ai appris à connaître Beethoven autrement que comme un compositeur, pour admirer l'Homme hors du commun" qu'il était.

Pourquoi j’aime Ludwig van Beethoven

Que de mots, que de paroles ont
été dits, l’encensant ou le malmenant tour à tour, pour moi il est un être
d’exception, aimant la liberté par-dessus tout, possédant une étincelle en lui,
celle de Dieu, pourrait-il en être autrement, lui qui n’entendait que le
bourdonnement continu d’une ruche, il était sourd, surdité qui apparut en 1797,
puis progressa, ce n’est qu’en 1801 qu’il révélera à ses intimes, son horrible
malheur.Cette vie me captivera toujours, pour son courage et sa créativité, novateur
d’un style qui fera dire de lui
« après lui, rien ne sera plus pareil ».
Né le 17 Décembre 1770 à Bonn
(Allemagne), je jeune Ludwig a une vie difficile, sa mère une femme douce et
effacée, pour qui, il éprouve une grande affection, un père alcoolique et
brutal, tout enfant, il le lève à des heures tardives, encore tout ensommeillé,
maltraité, il le force à travailler, pour en faire un enfant prodige et le
produire en public comme l’était Mozart. Il avait 8 ans et non 6 ans comme
voulait le faire croire son père, quand il donna son premier concert.
Très tôt, le jeune Ludwig seretrouve chargé de famille, son père étant dans l’incapacité de s’occuper de l’entretien de celle-ci, deux frères, il
prend également en charge l’éducation de son neveu Karl, pour qui il nourrit un attachement possessif, entrant en conflits perpétuels avec « la reine de la nuit » ainsi qu’il appelle la mère de celui-ci,se privant , il économisera aussi une fortune pour lui,
Arrive son départ à Vienne,
Ludwig va devenir l’élève de Joseph HAYDN, surnommé « papa Haydn »,
le jeune Ludwig devient vite une célébrité, pianiste exceptionnellement doué,
il donne des concerts, improvise et enchante les salons de Vienne par sa
virtuosité, fêté, réclamé, il doit abandonner, la perte de son ouie est très avancée.
Beethoven pense alors au suicide,
il écrit un document poignant « Le testament d’Heiligenstadt »,où il
exprime sa souffrance face à ce mal, son désespoir et sa révolte, comment
avouer au monde la faiblesse de cette ouie, qui aurait du être parfaitde son amour de la nature, nait une merveilleuse symphonie, la 6ème dite « Pastorale », on y entend les bruits des ruisseaux qui coulent, le bruissement du feuillage dansla brise, le chant des oiseaux et au loin les danses des paysans, « ce sourd qui entendait l’infini » disait Victor Hugo, entendait
intérieurement cette musique incomparable.
Il échange alors sesconversations au moyen de petits carnets, appelés « cahiers de conversation », mais s’isole de plus en plus, comment ne pas le
comprendre.
Avec courage, il reprends ses compositions , il sublime dans son art, la souffrance de cette infimité pathétique.
Défenseur des libertés, il n’hésite pas à clamer ses idées révolutionnaires, il hurle de colère contre Napoléon, c’est ainsi que naîtra cette merveilleuse 3èmeSymphonie « Héroïque » précédemment dédiée à Bonaparte, qu’il
admirait, lorsque celui-ci se nommera « Empereur ».
Sa vie sentimentale est émaillée par une multitude de jolies jeunes femmes, mais jamais il n’a connu le vrai bonheur, une lettre découverte écrite à une inconnue l’Immortelle Bien-Aimée » laisse supposer qu’il aura profondément aimé, une merveilleuse lettre que n’a jamais eue, celle à qui elle était destinée,
Il consacre sa vie à la musique,n’écrira que rarement sur commande, sauf besoin impérieux d’argent pour payer les études de son neveu, il reste l’indomptable, l’extraordinaire Homme hors ducommun, C’est sur la 9èmesymphonie que je voudrais dire l’émotion intense que provoque en moi la scène de la première de cette symphonie, la salle est comble, il regarde l’orchestre qu’il ne peut diriger, pendant 30 ans,il travaille jusqu’à la perfection cette œuvre qui sera dans son final ,une apothéose « l’Ode à la joie », devenu hymne européen, c’est l’explosion, il n’entend pas les applaudissements, une des chanteuse le prend par la main et le fait se retourner vers le public en délire. Beethoven est complètement et irrémédiablement sourd.
Beethoven tombe malade, et part se reposer à Gneixendorf pendant 3 mois,
il y composera un quatuor, le XIVème, un de ces quatuors si chers à mon cœur, il rentre à Vienne, où 3 mois plus tard dans d’horribles
souffrances, le Titan s’éteint, l’orage gronde, le ciel est zébré d’éclairs, le monde
de la musique pleure l’incomparable génie qu’il était, une foule immense se presse pour l’accompagner dans sa dernière demeure.
_________________
"Faire le bien quand on le peut, aimer la liberté par dessus tout, ne jamais démentir la vérité, serait-ce même sur le trône" LVB

"Ce sourd qui entendait l'infini" Victor HUGO

"Celui à qui ma musique se fera comprendre, sera délivré de toutes les misères, où les autres se traînent" LVB
Revenir en haut Aller en bas
Snoopy
Admin
Snoopy

Nombre de messages : 27594
Age : 47
Date d'inscription : 10/08/2006

Cécile et Beethoven Empty
MessageSujet: Re: Cécile et Beethoven   Cécile et Beethoven Empty2008-10-26, 16:05

Citation :
j'avais à peu prés une dizaine d'années, ce jour-là en particulier fut assez décisif, on donnait le 5ème Concerto "l'Empereur" de Ludwig van Beethoven

C'est sûr que pour un début dans le monde musical, on ne pouvait espérer mieux.

N'oublions pas aussi toute l'énergie et le temps qu'elle a depensé pour l'ABF ( bibliographie des livres sur Beethoven, panneau d'exposition, recherches, etc...) entre autres et bien sûr sa participation active à de nombreux forums de musique comme ambassadrice infatiguable de Beethoven. I love you

Sur un plan plus personnel et privé, les nombreuses correspondances qu'elle a pu entretenir avec nombre d'entre nous et les cartes postales qu'elle ne manquait jamais d'envoyer à ses amis lors de ses voyages à Bonn et à Vienne. I love you

Nul doute que là haut, Beethoven lui joue un petit air composé exclusivement pour elle. Elle l'a largement mérité! Wink
Revenir en haut Aller en bas
https://musiqueclassique.forumpro.fr
felyrops

felyrops

Nombre de messages : 1419
Age : 75
Date d'inscription : 26/09/2007

Cécile et Beethoven Empty
MessageSujet: Re: Cécile et Beethoven   Cécile et Beethoven Empty2008-10-26, 16:33

Belles paroles, et belles pensées, Snoopy. Elle a traversée le Styx dans la même barque que soeur Emmanuelle, son ainée, et je sais dèjà qu'elle lui a dit "il n'y a que Beethoven qui compte!"
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Cécile et Beethoven Empty
MessageSujet: Re: Cécile et Beethoven   Cécile et Beethoven Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Cécile et Beethoven
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Guide de la musique de Beethoven
» La tombe de Beethoven
» Comment j'ai appris à connaitre Beethoveen
» Petite discussion entre amis...
» Le piano (seul) de nos amours!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Toutes les musiques du monde :: Communauté :: Discussions sur la musique-
Sauter vers: