Forum sur la musique classique
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
-22%
Le deal à ne pas rater :
KINDERKRAFT – Draisienne Runner Galaxy Vintage
34.99 € 44.99 €
Voir le deal

 

 Littérature et musique

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Snoopy
Admin
Snoopy

Nombre de messages : 27590
Age : 47
Date d'inscription : 10/08/2006

Littérature et musique Empty
MessageSujet: Littérature et musique   Littérature et musique EmptyDim 22 Oct 2006, 18:22

Le langage des sons et le langage des mots sont solidaires.

« Littérature et musique » : le sujet n’a pas le mérite de la nouveauté, puisqu'il a déjà fait l’objet de nombreux essais, monographies, articles, ouvrages collectifs, émissions de radio, et que tout lecteur, tout auditeur est un jour ou l’autre amené à faire des rapprochements et des comparaisons.

Lire des prosateurs comme Rousseau, Chateaubriand, Stendhal, Proust, Gide, Cocteau, Vian, ou, d’une manière plus flagrante encore, des poètes comme Baudelaire, Verlaine, Mallarmé (et, disons-le, tous les poètes, pour qui les mots et la prosodie sont harmonie et mélodie), lire tous ces écrivains et beaucoup d’autres, c’est rencontrer la musique, dans les structures organiques et linguistiques comme dans la thématique.

À l’inverse et en complément, écouter chansons et chants anciens ou modernes, assister à la représentation d’un opéra, d’un drame lyrique ou d’une comédie musicale, c’est intégrer plus ou moins consciemment l’étroite combinaison entre texte et musique ; et si le texte n’est pas ouvertement présent, il l’est souvent sous la forme de l’imitation et de la description musicales, comme dans les pièces pour clavecin de Couperin et Rameau, plus tard les poèmes symphoniques de la période romantique ou dans les compositions de jazz.

Le langage des sons et le langage des mots sont solidaires l’un de l’autre, et que la musique soit construction programmatique ou élaboration purement formelle, elle ne se passe pas du verbe, aussi bien dans l’expression de sa périphérie immédiate (titres, indications de mouvements et de nuances figurant sur la partition) que dans les commentaires que l’on en fait, dans les explications qu’on en propose.

Les ouvrages proposés dans les articles qui suivent obéissent à l'idée que "les vers, les chants, la parole ont une origine commune" (Jean-Jacques Rousseau, Essai sur l’origine des langues, 1781) ; nous avons choisi de ne pas y inclure ce qui relève du champ de la poésie afin de mettre l'accent sur des oeuvres littéraires "musicales" (romans, albums, biographies, essais, ouvrages jeunesse...) non seulement d'un point de vue formel, mais aussi du point de vue du contenu ; les livres ont ainsi été regroupés très simplement, comme indiqué ci-dessus, mais les lecteurs seront libres d'effectuer leurs propres recoupements et d'établir les liens qu'ils souhaiteront...

(Jean-Pierre Longre, novembre 2005)
Revenir en haut Aller en bas
https://musiqueclassique.forumpro.fr
Bel Canto
Admin
Bel Canto

Nombre de messages : 6650
Age : 65
Date d'inscription : 10/07/2007

Littérature et musique Empty
MessageSujet: Re: Littérature et musique   Littérature et musique EmptyMar 11 Jan 2011, 14:29

Les liens entre musique classique et littérature ... ainsi qu'entre littérature et musique classique d'ailleurs Wink ... sont nombreux.

« La musique rejoint le vers pour former, depuis Wagner, la poésie. »
— Stéphane Mallarmé, Divagations

Je ne connais que très partiellement la musique classique orchestrale ou instrumentale, il faudra donc que je fasse des recherches pour étoffer cet aspect du lien.

L'univers de l'opéra m'est nettement plus familier et des exemples me viennent à l'esprit plus rapidement : Shakespeare et Verdi ou Gounod ; Gounod et Mistral ; Beaumarchais et Mozart ou Rossini ; Poulenc et Bernanos ; Donizetti et Walter Scott ; ...

Le livret de l'opéra est parfois écrit directement par l'écrivain, parfois adapté par un librettiste s'insispirant de l'oeuvre d'un auteur.
Le livret (de l'italien libretto 'petit livre') est un texte littéraire qui contient les dialogues chantés et/ou parlés complétant une création musicale.
La relation entre le librettiste et le compositeur varie d'une oeuvre à l'autre et changera au cours des siècles ... les rapports étaient parfois 'houleux' en cas de désaccord sur la mise en place de l'action et parfois aussi en raison d'une certaine jalousie en ce qui concerne la prééminence du compositeur sur le librettiste en terme de notoriété, à quelques exceptions près.

Un article intéressant à ce sujet ici.
Revenir en haut Aller en bas
http://vitabella.sosblog.fr/index.htm
Bel Canto
Admin
Bel Canto

Nombre de messages : 6650
Age : 65
Date d'inscription : 10/07/2007

Littérature et musique Empty
MessageSujet: Re: Littérature et musique   Littérature et musique EmptyMar 11 Jan 2011, 14:29

Baldassare Galuppi et Carlo Goldoni

Après l'accueil favorable du public vénitien de son opéra Dorinda, le compositeur Galuppi rencontre l'écrivain Goldoni qui lui écrit le livret de l'opéra Gustave premier, roi de Suède.
C'était le début d'une fructueuse collaboration, Goldoni écrivant de nombreux livrets pour ce compositeur :
- Oronte, roi des Scythes
- Arcadia in Brenta
- Il conte Caramella
- Il mondo della luna
- Il filosofo di campagna

Baldassare Galuppi et Pietro Metastasio

Le librettiste et poète italien collabora avec Galuppi pour plusieurs opéras dont Demetrio, Artaserse et La clemenza di Tito (qui inspira également WA Mozart !)
Revenir en haut Aller en bas
http://vitabella.sosblog.fr/index.htm
Bel Canto
Admin
Bel Canto

Nombre de messages : 6650
Age : 65
Date d'inscription : 10/07/2007

Littérature et musique Empty
MessageSujet: Re: Littérature et musique   Littérature et musique EmptyMer 19 Jan 2011, 22:58

Edgar Allan Poe

Le 19 janvier 1809 naissait à Boston, l'écrivain américain Edgar Allan Poe.

Il a inspiré bon nombre de compositions classique dont, entre autres :

Claude Debussy a écrit deux opéras adaptés l'un de 'La Chute de la maison Usher' et l'autre du conte 'Le diable dans le beffroi'.
Le compositeur n'a pas malheureusement terminé ces oeuvres.

Rachmaninov a adapté le poème 'Les Cloches' en une symphonie chorale.

Plus récemment, Philip Glass a écrit un opéra adapté de 'La Chute de la maison Usher'.

Revenir en haut Aller en bas
http://vitabella.sosblog.fr/index.htm
laudec

laudec

Nombre de messages : 5668
Age : 70
Date d'inscription : 25/02/2013

Littérature et musique Empty
MessageSujet: Re: Littérature et musique   Littérature et musique EmptySam 18 Avr 2015, 16:44

Je trouve ce sujet très intéressant ! notamment ce qui est dit par rapport à l'inspiration d'Edgar Allan Poe !

Que disent nos auteurs à propos de la musique ? Comment en parlent-ils ? Comment la ressentent-ils ?
Je viens de découvrir la "Sonate à Kreutzer" de L. van Beethoven grâce à un petit texte présenté par Ariane Charton dans "Le goût de la musique".
En lisant ce texte, j'ai écouté cette sonate, et je constate que cela me plaît beaucoup de découvrir la musique en même temps qu'un écrit à son sujet ! Même si j'avoue que cela ôte quelque chose à l'écoute sans à-priori... mais cette sonate je l'avais déjà entendue et écoutée bien avant, la trouvant simplement superbe, sans les mots ni l'expérience pour la qualifier plus avant.

Je vous laisse écouter cette sonate interprétée au violon par Patricia Kopatchinskaja et au piano par Fazil Say

https://youtu.be/OF9fneQ50Us


Et je vous livre ce que j'ai lu à ce sujet puisque Léon Tolstoï a écrit une longue nouvelle portant le titre "La sonate à Kreutzer" qui est une réflexion sur le mariage et la place de la femme.

Le titre fait référence à la Sonate pour violon et piano no 9 en la majeur, dite « Sonate à Kreutzer », de Beethoven, que joue l’un des protagonistes de l’ouvrage. Le texte a inspiré par la suite plusieurs œuvres musicales, dont le premier quatuor de Leoš Janáček. Il a également été porté plusieurs fois à l'écran, notamment par le réalisateur russe Vladimir Gardine en 1914.

Par la suite, l'épouse de Tolstoï, Sophie, répondit aux positions sur le mariage et la place de la femme défendues par son mari dans la Sonate à Kreutzer par deux ouvrages : À qui la faute ? et Romance sans paroles. Léon Tolstoï fils fera de même en publiant Le Prélude de Chopin.

à suivre...
Revenir en haut Aller en bas
laudec

laudec

Nombre de messages : 5668
Age : 70
Date d'inscription : 25/02/2013

Littérature et musique Empty
MessageSujet: Re: Littérature et musique   Littérature et musique EmptyLun 20 Avr 2015, 08:53

Je viens de lire ce livre de Tolstoï, étonnant ! Comme il décrit avec finesse les états d'âme d'un mari maladivement jaloux et tout le développement de son histoire d'amour avec les réflexions existentielles tout  au long de l'histoire.  L'influence de la musique est phénoménale aussi et très bien décrite.  Je suis très heureuse d'avoir lu cette nouvelle (que j'ai trouvée sur le net, gratos et qui n'est pas trop longue à lire) qui questionne beaucoup d'idées reçues. Je suis très curieuse de découvrir les livres que la femme et le fils de Tolstoï ont écrits en réaction à cet écrit ! J'imagine que Tolstoï a dû y mettre beaucoup de lui-même dans cet ouvrage !

Un extrait : "- Ils jouaient la sonate à Kreuzer de Beethoven.  Connaissez-vous le premier presto ? Vous le connaissez ! s'écria-t-il. Ah !  Quelle chose terrible que cette sonate ! Surtout ce mouvement-là.  Et, en général, quelle chose terrible que la musique ! Qu'est-ce exactement ? Je ne le saisis pas.  Qu'est ce que la musique ?  Quelle est son action ? Et pourquoi agit-elle comme elle le fait ?  On dit que la musique agit de façon à élever l'âme...  quelle cupidité, quel mensonge !  Elle agit, elle agit terriblement, je parle pour moi, mais nullement de façon à élever l'âme.  Elle n'agit ni de façon à élever l'âme, ni de façon à l'abaisser, mais de façon à l'exaspérer.  Comment vous dire ? La musique m'oblige à m'oublier, à oublier ma vraie condition, elle me transporte dans un état qui n'est pas le mien ; sous l'influence de la musique j'ai l'impression que je sens ce qu'en réalité je ne sens pas, que je comprends ce que je ne comprends pas, que je peux ce que je ne peux pas.  J'explique cela en disant que la musique agit comme le bâillement, comme le rire ; je n'ai pas sommeil mais je baille en voyant quelqu'un bâiller ; je n'ai aucune envie de rire, mais je ris en entendant quelqu'un rire.
  La musique, elle, me transporte d'emblée, immédiatement, dans l'état d'âme où se trouvait celui qui l'a écrite.  Je confonds mon âme avec la sienne et avec lui je passe d'un état à un autre, mais pourquoi je fais cela, je l'ignore.  
[...]"
Revenir en haut Aller en bas
laudec

laudec

Nombre de messages : 5668
Age : 70
Date d'inscription : 25/02/2013

Littérature et musique Empty
MessageSujet: Re: Littérature et musique   Littérature et musique EmptyVen 22 Mai 2015, 12:37

Icare a écrit:
Je vais, dans un avenir proche, organiser un cycle sur la symphonie vocale et elle débutera très probablement sur la Symphonie n°14 de Dmitry Shostakovich que je ne connais pas encore. Elle se divise en onze parties et s'appuie sur des textes de Federico Garcia Lorca - 1&2, Guillaume Appollinaire - 3 à 8, Wilhelm Küchelbecker - 9 et de Rainer Maria Rilke - 10&11. Elle est interprétée par la soprano Gal James, le baryton Alexander Vinogradov, le "Royal Liverpool Philharmonic Orchestra" sous la direction de Vasily Petrenko. . Very Happy


Je ne sais si l'on peut considérer la poésie comme de la littérature, il me semble que oui, et je constate que beaucoup de compositeurs ont composé à partir de poèmes et pour moi c'est une ouverture par la musique vers la poésie.  J'écoute une musique que je trouve belle et puis j'apprends que cette musique est partie d'un poème p.ex. de Apollinaire, Verlaine, Goethe, Schiller, Rilke...  alors je m'en vais lire cette poésie et voilà que je découvre celle-ci pour la première fois ou bien je la redécouvre autrement via la musique Very Happy Puis je réécoute la musique que je redécouvre également de façon différente, quel enchantement à chaque fois (rarement déception) !

Hier, j'ai découvert que Liszt a composé dans ses Années de Pélerinage, notamment dans sa seconde année de pélerinage dédiée  à l'Italie, trois sonnets de Pétrarque , dont le sonnet 104 forme le centre.
Pétrarque (1304-1374) est un érudit et poète italien.  Avec Dante, il fait partie des plus grands poètes de son pays.  Si Dante est connu pour avoir chanté son amour pour une certaine Béatrice, Pétrarque est célèbre pour la pureté avec laquelle il chanta son amour pour une certaine Laure.  C'est pour elle qu'il écrit ce sonnet :

(traduction et commentaire de B. Collet, cours d'histoire de la musique à Jette)


"La paix me fuit, pourtant je ne fais point la guerre,
Et je brûle et je glace, et j'espère et je crains,
J'embrasse l'univers et je retiens rien ;
Je vole dans les cieux et je rampe sur la terre.

Telle en prison m'a mis qui ne m'ouvre ne serre ;
Qui ne veut pas de moi, ni rompre mon lien ;
L'Amour ne m'occit point, et ne guérit mon sein,
Vivant il ne me veut, ni me veut satisfaire.

Je vois sans regarder, sans parler on m'entend ;
Et je voudrais mourir, puis au secours je crie ;
Et je me hais moi-même, alors que j'aime tant.

J'ai le même mépris pour la mort, pour la vie ;
La douleur est mon pain, tout en pleurant je ris ;
Madame, c'est pour vous qu'en cet état je vis. "


Dans ce texte, nous trouvons une quantité exceptionnelle d'oxymores : paix-guerre, brule-glace ...  que Liszt va reprendre musicalement en jonglant avec les oppositions, notamment dans l'opposition majeur- mineur et dans les thèmes différents qui se rassembleront dans un final apaisé.

Voici la musique inspirée à Liszt par ce sonnet, une pure merveille à mon avis Littérature et musique 333455


https://youtu.be/JdNNPcctrJY

Eclairage de Jean-Marc Onkelinx dans Arts, Musique

"L’oxymore permet de générer une harmonie poétique qui donne accès à l’hermétisme du monde. Dans ses aspects les plus élaborés, il est l’essence même de la tragédie puisque les héros sont soumis à de puissants affects contradictoires. L’opéra en fera donc un usage très large. Alors, à vous de les repérer et d’en mesurer l’efficacité. Qu’ils jouent sur les mots, sur les temps, sur les affects ou sur les images, les oxymores font définitivement partie de nos interrogations existentielles et de notre sensibilité. Qui, parmi nous, n’a jamais ressenti de « sueur froide » ?"





Dernière édition par laudec le Ven 22 Mai 2015, 13:05, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
Icare

Nombre de messages : 15785
Age : 58
Date d'inscription : 13/11/2009

Littérature et musique Empty
MessageSujet: Re: Littérature et musique   Littérature et musique EmptyVen 22 Mai 2015, 13:03

Très beau en effet, intensité, force, avec d'irrésistibles moments plus doux...j'adhère. Merci Laudec et je n'imaginais pas que mon petit commentaire anodin dans le topic de Shostakovich me conduirait à Liszt et Pétrarque par Horowitz. Merveilleux. I love you
Revenir en haut Aller en bas
Snoopy
Admin
Snoopy

Nombre de messages : 27590
Age : 47
Date d'inscription : 10/08/2006

Littérature et musique Empty
MessageSujet: Re: Littérature et musique   Littérature et musique EmptyVen 22 Mai 2015, 13:05

Très jolie poésie en effet (ça me rappelle le poème de Alfred de Musset)

A George Sand (VI)

Porte ta vie ailleurs, ô toi qui fus ma vie ;
Verse ailleurs ce trésor que j’avais pour tout bien.
Va chercher d’autres lieux, toi qui fus ma patrie,
Va fleurir, ô soleil, ô ma belle chérie,
Fais riche un autre amour et souviens-toi du mien.
Laisse mon souvenir te suivre loin de France ;
Qu’il parte sur ton coeur, pauvre bouquet fané,
Lorsque tu l’as cueilli, j’ai connu l’Espérance,
Je croyais au bonheur, et toute ma souffrance
Est de l’avoir perdu sans te l’avoir donné.

Quant à Liszt I love you
Revenir en haut Aller en bas
https://musiqueclassique.forumpro.fr
Snoopy
Admin
Snoopy

Nombre de messages : 27590
Age : 47
Date d'inscription : 10/08/2006

Littérature et musique Empty
MessageSujet: Re: Littérature et musique   Littérature et musique EmptyVen 22 Mai 2015, 13:09

J'en profite pour vous faire partager un très joli poème coréen de Kim So-wol, "Fleurs d'azalée"

« Lorsque, agacée de me voir,
Vous me quitterez,
Sans un mot, doucement, je me résignerai à vous laisser partir.
Les fleurs d’azalée
Du mont Yak à Yeongbyeon
Je me résignerai à les répandre à pleines brassées, sur le chemin que vous prendrez.
À chacun de vos pas,
S’il vous plaît, partez en foulant légèrement
Ces fleurs éparses. »

En musique:

Revenir en haut Aller en bas
https://musiqueclassique.forumpro.fr
Snoopy
Admin
Snoopy

Nombre de messages : 27590
Age : 47
Date d'inscription : 10/08/2006

Littérature et musique Empty
MessageSujet: Re: Littérature et musique   Littérature et musique EmptyVen 22 Mai 2015, 13:11

Un peu plus moderne mais je trouve cette version plutôt pas mal:

Il pleure dans mon coeur de Verlaine

Revenir en haut Aller en bas
https://musiqueclassique.forumpro.fr
laudec

laudec

Nombre de messages : 5668
Age : 70
Date d'inscription : 25/02/2013

Littérature et musique Empty
MessageSujet: Re: Littérature et musique   Littérature et musique EmptyVen 22 Mai 2015, 13:32

Icare a écrit:
je n'imaginais pas que mon petit commentaire anodin dans le topic de Shostakovich me conduirait à Liszt et Pétrarque par Horowitz. Merveilleux. I love you

Je pense que cela nous échappe en général totalement mais qu'un petit mot tombé à un moment bien précis peut parfois changer une vie, un destin... sans que l'auteur ne s'en doute le moins du monde Littérature et musique 857611

Superbes poèmes (que je ne connaissais pas ) d'Alfred de Musset et de Kim So-wol Mains

Revenir en haut Aller en bas
Pianoline
Mascotte du forum
Mascotte du forum
Pianoline

Nombre de messages : 2335
Age : 28
Date d'inscription : 08/06/2011

Littérature et musique Empty
MessageSujet: Re: Littérature et musique   Littérature et musique EmptyVen 22 Mai 2015, 18:33

Moi je m'intéresse particulière à la signification d'un son, d'une syllabe, d'une consonne.

Qu'est-ce qui donne l'impression de doux, comme chez les occidentaux les "m" ou les "l" ou bien qu'est-ce qui fait dynamique, violent ? Et comment la musique se sert de ça ?

Sinon, j'aime beaucoup ce sujet. J'essaie de trouver des pistes moins souvent explorées que la poésie mise en musique ou la musique qui s'inspire du texte. Dernièrement, des modernistes et contemporaines ont crées des musiques en s'inspirant des recherches sur la phonologie ou les langues.
Peut-être un jour pourrais-je faire des recherches sur le sujet, le préciser, le détailler, :) j'aimerais beaucoup.
Revenir en haut Aller en bas
Snoopy
Admin
Snoopy

Nombre de messages : 27590
Age : 47
Date d'inscription : 10/08/2006

Littérature et musique Empty
MessageSujet: Re: Littérature et musique   Littérature et musique EmptyVen 22 Mai 2015, 22:35

Pianoline a écrit:

Peut-être un jour pourrais-je faire des recherches sur le sujet, le préciser, le détailler, :) j'aimerais beaucoup.

Si tu veux je te prête ma langue Littérature et musique 699201
Revenir en haut Aller en bas
https://musiqueclassique.forumpro.fr
laudec

laudec

Nombre de messages : 5668
Age : 70
Date d'inscription : 25/02/2013

Littérature et musique Empty
MessageSujet: Re: Littérature et musique   Littérature et musique EmptySam 23 Mai 2015, 08:31

Pianoline a écrit:
Sinon, j'aime beaucoup ce sujet. J'essaie de trouver des pistes moins souvent explorées que la poésie mise en musique ou la musique qui s'inspire du texte. Dernièrement, des modernistes et contemporaines ont crées des musiques en s'inspirant des recherches sur la phonologie ou les langues.
Peut-être un jour pourrais-je faire des recherches sur le sujet, le préciser, le détailler, :) j'aimerais beaucoup.

Je ne sais pas si cela a un rapport avec ce sur quoi porterait ta recherche, mais ça me fait penser que la flûte à bec est en pleine évolution aussi bien au niveau de l'instrument que de la façon d'en jouer et qu'une de ces façons est justement d'intégrer la voix au son de l'instrument, j'ai trouvé cela très étonnant et novateur. La voix est utilisée aussi bien dans la production des sons par l'instrument qu'en supplément, harmonieusement intégré à la musique produite Littérature et musique 200256 à suivre Wink
Revenir en haut Aller en bas
Henri



Nombre de messages : 243
Age : 68
Date d'inscription : 23/05/2015

Littérature et musique Empty
MessageSujet: Re: Littérature et musique   Littérature et musique EmptySam 23 Mai 2015, 11:52

Bel Canto a écrit:
Edgar Allan Poe

Le 19 janvier 1809 naissait à Boston, l'écrivain américain Edgar Allan Poe.

Il a inspiré bon nombre de compositions classique dont, entre autres :

Claude Debussy a écrit deux opéras adaptés l'un de 'La Chute de la maison Usher' et l'autre du conte 'Le diable dans le beffroi'.
Le compositeur n'a pas malheureusement terminé ces oeuvres.

Rachmaninov a adapté le poème 'Les Cloches' en une symphonie chorale.

Plus récemment, Philip Glass a écrit un opéra adapté de 'La Chute de la maison Usher'.


A propos de l'"Usher" de Debussy, il a été enregistré sur disque en 1976, et vous ne savez pas la meilleure ? Il a été enregistré deux fois. Et la première fois sans qu'il soit indiqué que le compositeur était Debussy. En fait, un groupe rock anglais du nom de Allan Parson's Project avait eu l'idée pour son premier disque d'enregistrer des morceaux inspirés par les contes d'Edgar Poe. La plupart des morceaux étaient de facture nettement rock, mais l'un d'eux, "la Chute de la maison Usher" (le titre était en anglais, mais bon) commençait par un long préambule symphonique, très beau d'ailleurs, et ensuite ça enchaînait avec une partie plus longue, très belle également, mais dans un genre qui se rattachait plus au rock. J'avais acheté ce disque parce que j'étais (et je suis toujours) fan d'Edgar Poe, et à l'époque je ne connaissais pas l'opéra de Debussy, et j'ignorais même qu'il existait. Mais quelques mois plus tard j'avais trouvé ce disque à la médiathèque et l'avais écouté (bien que je n'aime pas du tout l'opéra). Quelle ne fut pas ma surprise de retrouver absolument note pour note, quoiqu'avec une orchestration totalement différente, le préambule du morceau d'Allan Parson's Project. Ces derniers avaient donc copié, et même plus que copié : reproduit note pour note la partition de Debussy, le chant en moins. Et cela sans même le signaler nulle part sur la pochette ! Juste, quand le disque est ressorti en CD quelques années plus tard, ils ont indiqué que Debussy avait composé un opéra sur le même sujet, mais sans dire qu'ils avaient repris sa partition dans leur disque. Gonflé !
Revenir en haut Aller en bas
joachim
Admin
joachim

Nombre de messages : 23570
Age : 76
Date d'inscription : 19/08/2006

Littérature et musique Empty
MessageSujet: Re: Littérature et musique   Littérature et musique EmptySam 23 Mai 2015, 12:23

L'opéra de Debussy n'était qu'esquissé, et uniquement voix-piano et sans indication d'orchestration ; il s'agit d'environ 400 pages qui concernent seulement 2 scènes, et encore, si la première est complète, il n'y a que le début de la deuxième. Je suppose que Juan Allende-Blin, qui a reconstitué les deux scène a eu fort à faire. Cette version a été créée à Francfort le 1er décembre 1977. L'ensemble a une durée de 31 minutes mais ne m'a pas laissé un souvenir impérissable...

Pour le Diable dans le Beffroi, c'est encore bien pire : il n'existe qu'une mélodie incomplète pour piano : reconstituée, elle dure une minute et demi.

A noter qu'en France Edgar Poe a aussi inspiré Florent Schmitt (Le Palais hanté) et André Caplet (Conte fantastique pour harpe et orchestre à cordes).
Revenir en haut Aller en bas
Henri



Nombre de messages : 243
Age : 68
Date d'inscription : 23/05/2015

Littérature et musique Empty
MessageSujet: Re: Littérature et musique   Littérature et musique EmptySam 23 Mai 2015, 13:21

Et en Angleterre, il ne faut pas oublier Josef Holbrooke, un vrai fan d'Edgar Poe, et comme lui artiste maudit, qui a composé une trentaine d'oeuvres inspirées de contes ou de poèmes de Poe. Je ne peux pas dire que ses compositions m'emballent beaucoup, et peu en restituent vraiment l'ambiance tendue et angoissante, du moins telle qu'on peut se la "jouer" de nos jours. Holbrooke était un romantique et ce n'est pas forcément ce qui va le mieux avec les mondes d'Edgar Poe. Je crois que les compositeurs plus tardifs ou même contemporains avaient - et ont - plus de capacités à rendre les atmosphères poesques. Dommage qu'il n'en ait pas inspiré beaucoup.
Revenir en haut Aller en bas
Henri



Nombre de messages : 243
Age : 68
Date d'inscription : 23/05/2015

Littérature et musique Empty
MessageSujet: Edgar Poe et la musique   Littérature et musique EmptyVen 29 Mai 2015, 00:07

Je ne sais pas trop où poster ce topic. Je le mets dans "compositeurs" parce que ça va parler de différents compositeurs, qui ont certes déjà leur topic, mais il me semble que je ne peux pas tous les mettre dans le topic d'un seul.


Edgar Poe et la musique

Grand fan d’Edgar Poe depuis mon adolescence, j’ai toujours été à la recherche de tout ce qui se rapporte à lui de près ou de loin, que ce soit dans le domaine littéraire ou autre*. Et donc forcément dans le domaine musical, vous vous en doutez. En 1976, un groupe de rock nommé Alan Parsons Project avait sorti un premier album entièrement inspiré des contes et des poèmes d’Edgar Poe intitulé “Tales of Mystery and Imagination”. Les titres des morceaux étaient : “A Dream Within a Dream”, “The Raven”, “The Tell-tale Heart”, “The Cask of Amontillado”, “The System of Doctor Tarr and Professor Fether”, “To One in Paradise”, chansons rock d’environ 4 mn de long, et un morceau instrumental plus long en plusieurs parties, “The Fall of the House of Usher” : 1. Prelude - 2. Arrival - 3. Intermezzo - 4. Pavane - 5. Fall. Tout le premier mouvement, “Prelude”, était une très belle musique jouée par un orchestre symphonique dirigé par un certain Andrew Powel. Indépendamment du fait qu’on n’y entendait aucun instrument électrique, la composition de cette pièce était totalement différente des autres morceaux du disque et du titre même auquel elle servait d’introduction. En fait, elle n’avait strictement rien à voir avec le genre du rock et c’était de la pure musique classique, et même de haut niveau. Je supposais alors que l’auteur de cette partie était le dénommé Andrew Powel, le chef qui dirigeait l’orchestre.

Mais la réalité était tout autre. Quelques années plus tard, toujours à la recherche de musiques inspirées par Edgar Poe, je découvrais à la dicothèque des Halles à Paris un disque où figurait l’enregistrement d’un opéra inachevé de Debussy intitulé “La Chute de la Maison Usher”. Bien évidemment je l’empruntais et l’écoutais dès que je fus arrivé chez moi. Et là... Assez rapidement j’eus comme une curieuse impression. Il me semblait que je connaissais ces airs, que je les avais déjà entendus. Pourtant, j’étais absolument certain que je n’avais encore jamais emprunté ce disque et que je l’avais vu pour la première fois ce jour même. En poursuivant mon écoute, mon impression de déjà entendu se confirma avec les airs qui suivaient. Toutefois, les paroles ne me disaient rien. C’était chanté en français, et entre parenthèses c’était — j’en demande pardon à Debussy — assez tarte. Des dialogues chantés, je n’ai jamais trouvé que c’était à tomber par terre. Ou alors de rire. Mais là je ne riais pas; ça m’intriguait vraiment cette certitude d’avoir déjà entendu ça quelque part. Du coup, j’ai repensé au disque d’Alan Parsons, je suis allé le chercher dans ma discothèque et l’ai posé sur la platine à la place de celui de Debussy. Putain ! C’était ça ! C’était la même musique ! A la note près. Une orchestration différente — et pas de paroles à la noix — mais exactement la partition de Debussy. Quelle bande d’enfoirés ! me dis-je in petto, ils ont carrément piqué la musique de Debussy et ils ne l’ont indiqué nulle part. « All tracks written by Woolfson-Parsons, except The Fall of the House of Usher written by Woolfson/Parsons/Powell », c’était tout ce qu’il y avait d’indiqué. Powell, le chef d’orchestre, donc. Sauf que Powell n’avait fait que changer l’orchestration et remplacer les airs chantés par les mêmes airs joués par des instruments de l’orchestre.
Non mais ! ça s’appelle pas du plagiat, ça ? Evidemment, ils risquaient pas grand chose, Debussy étant quelque peu empêché à l’époque, et sans doute ses ayant-droits aussi. Qui plus est, le disque du groupe anglais était sorti la même année (1976) que ce premier enregistrement du morceau de notre Claude national. Si ça se trouve la musique était tombée récemment dans le domaine public (je ne sais pas si ça existe pour la musique classique mais c’est ce que je me suis dit), et du coup n’importe qui pouvait l’utiliser gratuitement sans même citer le nom de l’auteur. N’empêche, ça n’était pas très honnête. En plus, ils ont récidivé quelques années plus tard lors de la réimpression de leur disque en CD. Toujours pas d’indication du véritable auteur. Juste, quelque part dans le livret il est noté que « Claude Debussy wrote an operatic work he called “Le Projet” (The Project) based on The Fall of the House of Usher. It was never completed. » Ben voyons ! Ils s’estimaient sans doute quittes de leur emprunt avec ça. Pourquoi se gêner ?

Enfin voilà. C’est pas très joli joli tout ça. Pourtant le disque d’Alan Parsons est pas mal et il m’arrive de l’écouter encore aujourd’hui (alors que l’oeuvre de Debussy, ben... non). Mais bon, ça excuse pas. En tout cas, je n’ai jamais acheté leurs disques ultérieurs, tous beaucoup moins bien que celui-ci. Ça leur apprendra.

Suite de cette conférence une prochaine fois ici même.


* J’ai même fait une traduction de toute sa correspondance, dont malheureusement une petite partie seulement a été publiée (aux éditions du Castor Astral)
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
Icare

Nombre de messages : 15785
Age : 58
Date d'inscription : 13/11/2009

Littérature et musique Empty
MessageSujet: Re: Littérature et musique   Littérature et musique EmptyVen 29 Mai 2015, 10:25

Merci pour cet intéressant témoignage. Et je comprends aussi ton indignation: la moindre des choses lorsque l'on emprunte la musique de quelqu'un d'autre, même retouchée, c'est de mentionner sa référence. Claude Debussy aurait dû être cité, comme l'avait fait Luc Brewayes lorsqu'il réalisa une réorchestration pour orchestre symphonique de ses Préludes pour piano.

Mais puisqu'il est question d'Edgar Poe et la musique, je vais te parler d'un Poème Symphonique pour cordes, cuivres, percussions, choeur et soprano solo intitulé Edgar Poe, une oeuvre d'un compositeur français peu connu du nom de Patrice Sciortino. Je lui ai consacré un topic sur ce forum. Personnellement, j'aime beaucoup ce poème symphonique, sauf que je ne peux garantir que tu l'aimerais autant que moi, ne connaissant pas encore suffisamment tes goûts.

Voilà en tout cas ce que j'avais écrit sur cette oeuvre et que je reproduis ici:

J'ai réécouté avec beaucoup de bonheur le poème symphonique Edgar Poe pour cordes, cuivres, percussions, violon solo, choeur et soprano.J'ai été une nouvelle fois agréablement chahuté par l'étrange poétique de cette partition...L'usage parlé/chanté du choeur, un sentiment de folie, une musique qui finalement est très visuelle, comme une grande fresque qui dévoile les couleurs, les courbes, les images sonores d'un monde fantastique et déstabilisant. Je suis, par exemple, très sensible aux jeux intrépides des cordes, au violon solo, à la voix de soprano, aux autres voix symbolisant parfois l'irrationnel, l'énigmatique. C'est une musique qui se regarde autant qu'elle s'écoute, qui semble détachée de tout sentiment ordinaire, comme si elle provenait d'une autre dimension. La froideur de sa poétique a fait frissonner mon âme et mon coeur, tous les deux au même moment. Je ne comprends rien de cette oeuvre, peut-être parce qu'il n'y a rien à comprendre: c'est une simple affaire de ressenti, une beauté glacée et indicible qui m'a irrémédiablement saisi, envoûté, pétri, émerveillé. J'adore cette musique, non seulement pour sa beauté si singulière, mais aussi parce qu'elle a fait danser toutes les petites pensées étranges qui ont germé dans mon esprit pendant l'écoute.      

L'oeuvre se constitue de 9 parties:
__On frappe à la porte - (partie la plus courte qu'il faut voir comme une introduction...)
__Métamorphose
__La Nuit Hantée
__Déraison - (j'évoquais la folie dans mon commentaire...)
__L'Horloge de la vie - (j'aime ce titre)
__La Lame aveugle
__L'Aventure lyrique
__Une Lumière aigre
__Funeste Combat - (qui est le mouvement le plus long mais aussi le plus intense, la partie finale étant particulièrement poignante...)

Didier Benetti: percussions
Claude Giroux: soprano
Pierre Doukan: violon solo
Patrice Sciortino: direction d'orchestre


Je te recopie aussi le texte de Patrice Sciortino toujours en référence à cette oeuvre et à Edgar Poe:

Comme la musique, la poésie voyage dans un univers où le symbole remplace l'évidence, où le fantastique devient réalité, où l'effet précède la cause et ou, enfin, le reflet se révèle plus vivant que la chose.

Mais, n'est-ce pas là le rôle de l'art!

Et pour cela, pendant que le romantisme décoiffe l'Europe, Edgar Allan Poe (1809-1849) émerge secrètement d'une silhouette qui perdrait son sens du seul fait de lui en trouver un. Traqué par des obsessions, telles que les corbeaux, la montre ou les cloches, il meurt à quarante ans faute d'accepter le rationnel comme moteur du mental.

En 1980, le chorégraphe américain Joseph Russilo, après avoir entendu et illustré par la danse mon oratorio "Malédictions et Lumières" me commande une symphonie destinée à un ballet, sur la figure du poète, qui sera créé pendant l'été à Chateauvallon avec la présence scénique de Silvia Monfort.

La partition, d'où les bois (mystérieux témoins de la nature) sont volontairement exclus, s'affole et délire par ses rythmes, ses douleurs et sa colère désespérée. Percussions, cuivres, cordes et voix humaines y mènent un combat funeste d'où surgit un soprano suraigu à la conquête d'une cime.
Patrice Sciortino.
Revenir en haut Aller en bas
Henri



Nombre de messages : 243
Age : 68
Date d'inscription : 23/05/2015

Littérature et musique Empty
MessageSujet: Re: Littérature et musique   Littérature et musique EmptyVen 29 Mai 2015, 12:41

Ben oui, c'est là qu'il fallait le mettre. Je ne me rappelais même plus que j'avais déjà posté un commentaire ici. Pourtant, c'est pas vieux (c'est moi qu'est vieux Littérature et musique Icon_con )

ça m'intéresse beaucoup, l'oeuvre dont tu parles. Mais où pourrais-je l'écouter ? J'ai cherché sur Youtube, Deezer, le catalogue des bibliothèques et médiathèques de Paris, j'ai trouvé d'autres oeuvres de Sciortino mais pas celle-ci.
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
Icare

Nombre de messages : 15785
Age : 58
Date d'inscription : 13/11/2009

Littérature et musique Empty
MessageSujet: Re: Littérature et musique   Littérature et musique EmptyVen 29 Mai 2015, 19:13

Je possède cette oeuvre sur cd, un cd qui ne court évidemment pas les bacs. Au départ, c'est une partition pour ballet du même nom, prenant le titre de poème symphonique lors de son édition discographique. Sur un autre cd d'oeuvres de Patrice Sciortino que j'ai en ma possession, il y a une pièce pour ensemble de cordes, violon solo et timbales qui s'intitule Reflets, d'une durée de dix minutes environ, et qui est en réalité une suite d'extraits tirés du ballet Edgar Poe.

Le cinéma, notamment hollywoodien, s'est également intéressé à l'imaginaire d'Edgar Allan Poe, ce qui a conduit certains compositeurs à illustrer ces univers, comme le fit, par exemple, le compositeur américain Les Baxter, employant souvent des formations instrumentales de proportion chambriste, le plus souvent un ensemble de cordes et de percussions avec un ajout d'électronique. Voilà d'ailleurs ce que j'avais écrit dans le fil dédié au compositeur, ici-même:

<<Les Baxter a pas mal composé pour des métrages tirés d'histoires d'Edgar Poe, La Maison Usher (1960), Le Puits et le Pendule (1961), Tales of Terror (1962), The Raven - Le Corbeau (1963), tous réalisés par Roger Corman et avec Vincent Price parmi les rôles principaux. Je ne connais aucune des musiques composées pour ces films TV de Corman, films que je n'ai d'ailleurs jamais vus. Ce que je connais et ai réécouté récemment, c'est son Edgar Allan Poe suite pour orchestre de chambre°°°, Baxter y ayant employé une section de cordes et de percussions avec une pointe d'électronique pour ce programme télévisuel réalisé avec un budget limité par Ken Johnson. La musique est plutôt tendue avec une domination tonitruante des cordes. La recette "cordes/percussions/électronique fonctionne plutôt bien, une intrigue musicale qui me fut assez captivante à suivre malgré un enregistrement d'époque.

°°°Cette Edgar Allan Poe Suite pour orchestre de chambre se constitue de quatre titres sous la forme de quatre mouvements: "The Pit and the Pendulum", "The Sphinx", "The Cask of Amontillado" et "The Tell - Tale Heart", chacun appartenant sans doute au film du même nom.

Revenir en haut Aller en bas
Henri



Nombre de messages : 243
Age : 68
Date d'inscription : 23/05/2015

Littérature et musique Empty
MessageSujet: Re: Littérature et musique   Littérature et musique EmptyVen 29 Mai 2015, 23:23

Merci pour ces infos. J'ai trouvé ce disque en vente sur Internet mais je n'ai pas pu en écouter le moindre morceau, sauf deux minutes de ce qui doit être le générique de "The Pit and the Pendulum" trouvé sur youtube. Il s'agit d'un extrait du film avec la musique en mono et le son "cinéma années 50". Est-ce que le CD est en stéréo avec un bon son ou bien c'est juste une recopie de la bande originale ?
Ah! oui, non; tu as déjà répondu, c'est l'enregistrement d'époque. Bof ! Tant pis.
Revenir en haut Aller en bas
laudec

laudec

Nombre de messages : 5668
Age : 70
Date d'inscription : 25/02/2013

Littérature et musique Empty
MessageSujet: Re: Littérature et musique   Littérature et musique EmptySam 30 Mai 2015, 12:05

Je me demande ce qui fait que certains textes sont mis en musique par plusieurs compositeurs alors qu'il y a tant de poètes, tant d'écrivains qui ont écrit de si beaux textes mais apparemment, les compositeurs se cantonnent à certains textes qu'ils sont plusieurs à mettre en musique à travailler et à retravailler, qu'ont-ils de si particulier ?

Je viens de découvrir une musique de Franz Schubert que je ne connaissais pas et qui est la mise en musique d'un poème de Goethe, encore un de ces poètes qui ont été aimés des compositeurs, mis en musique par leurs soins !
Il s'agit de "Gesang der Geister über den Wassern" en ut majeur, D 714.  Cette musique pour chœur d'hommes que j'écoute interprétée par l'ensemble vocal de Stuttgart et dirigée par Marcel Couraud est tout simplement sublime, quelle beauté, cette musique induit grandeur et désir de dépassement dans mon cœur, trop beau vraiment, bouleversement total  Littérature et musique 185465
J'ai trouvé une version sur YT dirigé par une femme, à Oslo, sans paroles, c'est trop beau , j'adore !
Voici le texte traduit en anglais :

The soul of man
Is like the water:
It comes from heaven,
It returns to heaven,
And down again
To earth must go,
Ever changing.

When from the high,
Sheer wall of rock
The pure stream gushes,
It sprays its lovely vapor
In billowing clouds
Towards the smooth rock,
And lightly received,
It goes enshrouded,
Softly hissing
Down to the deep.

Cliffs tower,
Opposing its fall.
Annoyed, it foams
Step by step
Into the abyss.

In a flat bed
It slinks down the grassy vale,
And in the waveless lake
All the stars
Feast on their likeness.

Wind is the wave's
Handsome suitor;
Wind stirs up from the depths
Foaming billows.

Soul of man,
How like to the water!
Fate of man,
How like to the wind!


https://youtu.be/nD5bswx-ENI

Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
Icare

Nombre de messages : 15785
Age : 58
Date d'inscription : 13/11/2009

Littérature et musique Empty
MessageSujet: Re: Littérature et musique   Littérature et musique EmptySam 30 Mai 2015, 19:49

Henri a écrit:
Merci pour ces infos. J'ai trouvé ce disque en vente sur Internet mais je n'ai pas pu en écouter le moindre morceau, sauf deux minutes de ce qui doit être le générique de "The Pit and the Pendulum" trouvé sur youtube. Il s'agit d'un extrait du film avec la musique en mono et le son "cinéma années 50". Est-ce que le CD est en stéréo avec un bon son ou bien c'est juste une recopie de la bande originale ? Ah! oui, non; tu as déjà répondu, c'est l'enregistrement d'époque. Bof ! Tant pis.

Ce n'est pas de Poe!...Elle est facile, je sais mais n'ai pu résister... Embarassed... Mahleureusement, je ne peux faire mieux. En rapport à ce que j'écoute en dehors de la musique classique, je suis parfois obligé de me contenter de ces enregistrements d'époque et mon oreille a fini par s'accoutumer si la musique (selon mes goûts) est suffisamment intéressante. J'arrive même à y trouver un certain charme. Ceci étant dit, revenons à la littérature et la musique, avec Poe, Goethe, Kafka, Dante....c'est selon... Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Littérature et musique Empty
MessageSujet: Re: Littérature et musique   Littérature et musique Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Littérature et musique
Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» influences de la musique classique sur la musique actuelle
» Les flûtes enchantées qui nous enchanteront toujours...
» La musique et l'eau.
» Musique & BD
» Les voix que vous aimez

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Toutes les musiques du monde :: Communauté :: Discussions sur la musique-
Sauter vers: