Forum sur la musique classique
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
-46%
Le deal à ne pas rater :
Yakuza Like a Dragon Jeu PS5
32.19 € 59.99 €
Voir le deal

 

 La forza del destino - Verdi

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



La forza del destino - Verdi Empty
MessageSujet: La forza del destino - Verdi   La forza del destino - Verdi Empty2007-09-29, 01:37

A écouter ou télécharger

ICI

(Cliquez sur les titres, pas sur mp3)

Licence creative commons

Enregistrement de 1941

* Avogadro, Liana (Mezzo-soprano, Curra)
* Caniglia, Maria (Soprano, Donna Leonora)
* Caselli, Dario (Basso, un Alcade)
* Coro di Torino dell'EIAR (ruolo: Coro)
* Dominici, Ernesto (Basso, Marchese di Calatrave)
* Marinuzzi, Gino (ruolo: Direttore)
* Masini, Galliano (Tenore, Don Alvaro)
* Meletti, Saturno (Baritono, Fra Melitone)
* Nessi, Giuseppe (Tenore, Mastro Trabuco)
* Orchestra di Torino dell'EIAR (ruolo: Orchestra)
* Pasero, Tancredi (Basso, Padre Guardiano)
* Piave, Francesco Maria (ruolo: Autore del libretto)
* Stignani, Ebe (Mezzo-soprano, Preziosilla)
* Tagliabue, Carlo (Baritono, Don Carlo di Vargas)
* Verdi, Giuseppe (ruolo: Compositore)

Coco
Revenir en haut Aller en bas
Bel Canto
Admin
Bel Canto

Nombre de messages : 6459
Age : 65
Date d'inscription : 10/07/2007

La forza del destino - Verdi Empty
MessageSujet: Re: La forza del destino - Verdi   La forza del destino - Verdi Empty2021-10-06, 19:00

La forza del destino - Verdi Xl_ava11

LA FORZA DEL DESTINO

Opéra en 4 actes de Verdi, livret de Francesco Maria Piave d'après un drame espagnol du duc de Rivas "Don Alvaro o la Fuerza de Sino".
Créé à Saint Petersbourg le 10 novembre 1862.

Personnages
Donna Leonora di Vargas, soprano
Preziosilla, bohémienne, mezzo-soprano
Don Alvaro, ténor
Don Carlo di Vargas, frère de Leonora, baryton
Padre Guardiano, moine franciscain, basse
Marchese di Calatrava, père de Leonora, basse
Fra Melitone, moine franciscain, baryton
Curra, servante de Leonora, mezzo-soprano
Un alcade, basse
Trabuco, muletier, ténor
Un chirurgien, ténor

Intrigue

L'action se déroule en Espagne et en Italie, à la fin du XVIIIème siècle.
L'ouverture – bien connue – est dominée par l'aria que chante Leonora à l'acte 2 et par le thème du "destin", est vivante et animée.  Il y est aussi fait référence à l'air que chante Leonora à l'acte 4 et aux thèmes du duo entre Leonora et le Père Guardiano.
https://www.youtube.com/watch?v=GHk1RmPzA5E

Acte 1

Une salle dans la demeure du Marquis de Calatrava, à Séville
Donna Leonora di Vargas, fille du marquis de Calatrava, aime un jeune étranger, Don Alvaro, aux origines mystérieuses.  Hostile à cette union qu'il juge indigne de leur famille, le marquis pense que sa fille a renoncé à cet amour.  En réalité, Leonora a décidé de fuir avec Alvaro.  
https://www.youtube.com/watch?v=jy_wMZFwRKg
Après le départ de son père, la jeune fille hésite, prise de remords, mais l'arrivée d'Alvaro emporte finalement sa décision.  Au moment où les deux amoureux s'apprêtent à partir, ils sont découverts par le marquis.  Celui-ci leur reproche violement leur conduite.  Alvaro jette au loin son pistolet et présente sa poitrine à l'épée du vieux gentilhomme.  Mais à peine le pistolet a-t-il touché le sol que le coup part accidentellement, blessant mortellement le marquis, qui expire en maudissant sa fille.
https://www.youtube.com/watch?v=cMJWs5KfK1U

Acte 2

Une auberge à Hornachuelos
Muletiers et paysans dansent joyeusement.  L'assemblée s'apprête à passer à table.  Parmi eux, l'Alcade, maire du village, et un étudiant de Salamanque, qui n'est autre que Don Carlo di Vargas, le frère de Leonora.  Décidé à venger la mort de son père, il s'est lancé à la recherche de sa sœur et d'Alvaro.  Reconnaissant son frère, elle se cache mais entend son serment de vengeance.  Survient alors une bohémienne, Preziosilla, qui exhorte tous les hommes à partir se battre en Italie contre les Autrichiens.
https://www.youtube.com/watch?v=F6Ne-APo7Gg
On entend au-dehors la prière des pèlerins, et tous s'y joignent.  Leonora prie le ciel que la vengeance de son frère lui soit épargnée.  C'est un splendide exemple d'écriture chorale.
A la demande du muletier, l'étudiant conte son histoire dans une ballade : il est Pareda, un jeune étudiant qui a suivi son ami Vargas, lancé à la poursuite du meurtrier de son père.  Il semblerait que ce meurtrier se soit échappé en Amérique du Sud et que la sœur de Vargas, que le meurtrier avait séduite, soit morte.  Tous se termine pour la nuit après une dernière danse.

Le couvent de la Madone-des-Anges
Leonora s'est enfuie de l'auberge jusqu'à la porte du couvent de la "Madonna degli Angeli".  Elle supplie la Vierge de l'aider à oublier celui qui l'a abandonnée après le meurtre de son père.  Dans la plus longue aria de l'opéra, elle prie pour que ses péchés lui soient pardonnés et reprend courage en entendant l'hymne chantée dans la chapelle.  On reconnaît au début de la scène le motif du "destin" déjà entendu dans l'ouverture.  Vient ensuite, après un récitatif dramatique, l'aria "Madre, pietosa Vergine", dont le sommet est la grande phrase en majeur déjà citée dans l'ouverture, "Deh, non m'abbandonar".
https://www.youtube.com/watch?v=yciAfviObbo
Puis, elle frappe à la porte du monastère et demande à voir le père supérieur.  Leonora se confesse auprès du Père Guardiano et supplie le religieux de lui permettre de mener une vie d'ermite dans une grotte des environs.  D'abord réticent, le padre Guardiano finit, devant l'insistance de la jeune femme, par donner son autorisation.  La scène entre Leonora et le Père supérieur est l'une des plus belles qu'ai écrites Verdi, dans la lignée des grands duos verdiens.
https://www.youtube.com/watch?v=VT9BiQbSXA0

Dans l'église de la Madone-des-Anges
Le Padre Guardiano convoque les moines, leur présente Leonora (toujours déguisée en homme) et leur fait jurer de respecter la retraite où elle va s'ensevelir  Le Padre invite Leonora, déjà vêtue de sa robe de bure, à rejoindre sa retraite isolée au milieu des montagnes où elle restera sous la protection du couvent.  Reconnaissante, elle s'agenouille devant l'image de la Madone et chante, avec les moines, une émouvante prière "La Vergine degli angeli".  Il est difficile de trouver une plus parfaite harmonie entre la simplicité des moyens et la perfection de l'effet.
https://www.youtube.com/watch?v=epMrIYaAgkQ

Acte 3

Près de Velletri, en Italie
Croyant Leonora morte, Alvaro s'est engagé dans l'armée espagnole sous un faux nom.  Tourmenté par le souvenir du passé, il exprime son désespoir : "O tu che in seno agli angeli".
https://www.youtube.com/watch?v=M9ui-JloqNk
Soudain le cri de détresse d'un homme blessé se fait entendre.  Il s'agit de Carlo de Vargas, son ennemi mortel.  Les deux hommes qui ne se connaissent pas et ont pris des noms d'emprunt deviennent amis.  Au cours de la bataille qui suit, Alvaro, se croyant mortellement blessé, fait jurer à Carlo d'accomplir ses dernières volontés : chercher dans ses effets une lettre et la brûler sans la lire.  Carlo s'engage à respecter ce vœu et Alvaro déclare qu'il peut maintenant mourir tranquille "Solenne in quest'ora".
https://www.youtube.com/watch?v=oOJzcf5y8bQ
Cependant, une réaction passagère d'Alavaro a éveillé les soupçons de Carlo sur la véritable identité de son ami.  Il est tenté d'ouvrir la lettre pour dissiper ses doutes, mais se ressaisit car l'honneur le lui interdit "Urna fatale".
Parmi les objets personnels d'Alvaro, il découvre alors le portrait de Leonora.  A ce moment précis, le médecin du camp entre et apprend à Carlo que son ami est sauvé. Carlo pousse un cri de joie sauvage, car il pourra accomplir sa vengeance sur Alvaro et Leonora "Egli è salvo ! Oh, giooia immensa".  Ce duo est devenu mondialement célèbre en partie à cause du fameux enregistrement réalisé par Caruso et Scotti, mais aussi en raison de sa gracieuse mélodie et de sa parfaite opportunité dramatique.
https://www.youtube.com/watch?v=DwUoHfqWwDI

Un camp militaire, près de Velletri
La bohémienne Preziosilla dit la bonne aventure.  Arrive ensuite Trabuco qui s'est reconverti en marchand et qui tente de faire des affaires sur le compte des soldats, puis vient  Fra Melitone qui s'est trouvé une vocation de prêcheur et essaye de ramener les mécréants à la raison.  Enfin, Preziosilla s'empare d'un tambour et entonne un chant de victoire, bientôt repris par l'assistance "Rataplan, rataplan".
https://www.youtube.com/watch?v=1s-5uY9yqVo
Une patrouille entre, puis quitte la scène, alors que l'aube commence à poindre.
Alvaro, rétabli, est rejoint par Carlo qui révèle sa véritable identité et le provoque en duel.  Au cours de leur longue explication, Alvaro apprend que Leonora n'est pas morte et tente une réconciliation.  Mais Carlo se montre intraitable.  Lorsque Carlo le menace de rechercher sa sœur et de la tuer, l'affrontement devient inévitable.  Le duel commence mais les deux hommes sont rapidement séparés.  Horrifié de devoir toujours verser le sang, Alvaro décide d'entrer dans les ordres.

Acte 4

L'intérieur du couvent de la Madone-des-Anges
Cinq ans se sont écoulés.  Au couvent, Fra Melitone distribue de la soupe aux pauvres, tout en manifestant à plusieurs reprises son irritation.  Le Padre Guardiano l'invite à se montrer plus tolérant tandis que les pauvres comparent sa mauvaise humeur à la douceur du père Raphaël, qui n'est autre qu'Alvaro.  Par ses propos, Fra Melitone montre qu'il est effrayé par le teint basané et les réactions parfois violentes du père Raphaël, qu'il prend pour un suppôt de Satan.
On cite toujours la partie vocale de Melitone comme exemple d'originalité dans "Forza", et comme un avant-goût des méthodes employées plusieurs années après dans "Falstaff".  C'est vrai pour les rythmes et l'accompagnement orchestral ainsi que pour la ligne de l'écriture vocale, qui laisse certainement présager un nouveau style chez Verdi.
https://www.youtube.com/watch?v=7b5lGN9c-pc
Entendant sonner à la porte du couvent, Fra Melitone va ouvrir et se trouve en présence de Carlo qui a réussi à retrouver la trace d'Alvaro et demande à parler au père Raphaël.  Tout en attendant ce dernier, le frère de Leonora rumine des idées de vengeance "Invano, Alvaro".
Dès l'arrivée d'Alvaro, Carlos lui présente deux épées pour un combat sans merci, multiplie les provocations pour déclencher le duel et l'insulte. Alvaro perd tout contrôle et saisit une épée pour venger son honneur.
Ce duo est un passage magnifique, peut-être le plus beau et le plus expressif que Verdi ait écrit pour ténor et baryton avant l'époque d'"Otello".  
https://www.youtube.com/watch?v=Lom_QoOpd8s

Un coin près de Hornachuelos
Leonora est sortie de sa grotte pour prier.  Elle croyait trouver la paix mais ne peut oublier on infortune ni son amour pour Alvaro.  Elle demande à Dieu de lui donner la mort "Pace, pace, mei Dio !"
https://www.youtube.com/watch?v=2_h2Z6NOfEo
Entretemps Carlo mortellement blessé, demande à Alvaro de le confesser et de lui donner l'absolution. Se croyant damné, Alvaro refuse et court chercher l'ermite dans sa grotte.  Il découvre avec stupeur que cet ermite n'est autre que Leonora.  Celle-ci réconforte le mourant mais Carlo rassemble ses forces pour poignarder sa sœur avant de mourir.  Arrivé sur ces entrefaites, le Padre Guardiano invite Leonora et Alvaro à accepter le destin.  Apaisée, Leonora meurt, après avoir adressé un message d'espoir à Alvaro.
https://www.youtube.com/watch?v=Zqq3l8_PcKY

sources :
- Kobbé, tout l'opéra
- livret Opéra Royal de Wallonie, octobre 2021


Dernière édition par Bel Canto le 2021-10-07, 13:47, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://vitabella.sosblog.fr/index.htm
joachim
Admin
joachim

Nombre de messages : 22553
Age : 75
Date d'inscription : 19/08/2006

La forza del destino - Verdi Empty
MessageSujet: Re: La forza del destino - Verdi   La forza del destino - Verdi Empty2021-10-06, 19:40

Je n'aime Verdi que très moyennement, mais La Force du Destin (ainsi que la Traviata) sont ses opéras que je préfère. Dès l'ouverture, qui fait bien penser à ce destin implacable, on est subjugué Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Jean

Jean

Nombre de messages : 7725
Age : 78
Date d'inscription : 14/05/2007

La forza del destino - Verdi Empty
MessageSujet: Re: La forza del destino - Verdi   La forza del destino - Verdi Empty2021-10-06, 23:29

UN des premiers opéras de Verdi que j'ai vu , d'abord à l'opéra de Paris et aux Arènes de Véronne , dans les années 70...grands souvenirs! Wink

NB Je ne me souviens que d'un chanteur Crying or Very sad : Gabriel Bacquier à Paris...Je regrette de ne pas avoir gardé mes programmes!! Crying or Very sad Crying or Very sad
Revenir en haut Aller en bas
Bel Canto
Admin
Bel Canto

Nombre de messages : 6459
Age : 65
Date d'inscription : 10/07/2007

La forza del destino - Verdi Empty
MessageSujet: Re: La forza del destino - Verdi   La forza del destino - Verdi Empty2021-10-07, 13:13

Cet opéra est une commande du Tsar Alexandre II de Russie, d'où la première à St Petersbourg.

La trame de l'histoire est assez décousue, même revue l'année suivante pour une production à la Scala de Milan.
Nicolas Blanmont pour La Libre Belgique dans une critique sur la production de Liège en ce début de saison :
"De tous les opéras de Verdi, La Force du destin est un des plus difficiles à monter. Le livret est une telle suite de catastrophes que le spectateur un tant soit peu rationnel peine à y croire et finit par les considérer l'œil goguenard. Et s'il y a dans la musique des pages sublimes, comme la fameuse ouverture (écrite a posteriori) ou la bouleversante prière La Vergine degli angeli qui conclut le deuxième acte, il y en a aussi de plus triviales comme le Rataplan du troisième." ici

Cet opéra fait partie de la deuxième période chez Verdi, après le trio Rigoletto/Trouvère/Traviata.  Il se situe entre "Un ballo in maschera" et "Macbeth".  Beaucoup de ces opéras sont plus resserrés, plus intimistes : moins de grands choeurs héroïques et de livrets grandioses.

J'ai vu cet opéra 3 fois sur scène : 2005, 2012 et en ce début de saison.
Ce n'est pas mon opéra préféré, je suis plutôt "Verdi, première période" quoique "Don Carlos" et "Macbeth" qui sont mes préférés chez Verdi se situent après la fameuse trilogie célèbre.  Qui plus est en réalisant le reportage, cherchant et écoutant les extraits, je me suis rendue compte non seulement que je connaissais pas mal de titres mais aussi que j'en appréciais particulièrement certains : le final de l'acte II avec l'entrée au couvent de Leonore et le fameux duo de l'acte IV.

Je possède cette version en CD (1986) ... je ne l'ai plus écoutée depuis longtemps, je vais m'y remettre ! Hehe

La forza del destino - Verdi 71ii-x11

Je n'ai guère trouver de versions CD très récentes sinon ces deux ci en DVD :

La forza del destino - Verdi 713xoa10  La forza del destino - Verdi Verdi_10
Revenir en haut Aller en bas
http://vitabella.sosblog.fr/index.htm
Contenu sponsorisé




La forza del destino - Verdi Empty
MessageSujet: Re: La forza del destino - Verdi   La forza del destino - Verdi Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
La forza del destino - Verdi
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Toutes les musiques du monde :: Musique classique :: L'opéra & le chant-
Sauter vers: