Forum sur la musique classique
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
-38%
Le deal à ne pas rater :
SSD Interne – PNY – CS900 Series 1 To 2,5″ SATA III à 64,99€
64.99 € 104.99 €
Voir le deal

 

 Michel Petrossian (né en 1973)

Aller en bas 
AuteurMessage
Snoopy
Admin
Snoopy

Nombre de messages : 27875
Age : 47
Date d'inscription : 10/08/2006

Michel Petrossian (né en 1973) Empty
MessageSujet: Michel Petrossian (né en 1973)   Michel Petrossian (né en 1973) Empty2007-02-24, 12:28

Né en 1973 à Erevan, Arménie, Michel Petrossian arrive en France dès 1993 pour y étudier la composition notamment avec Jacques Charpentier au CNR de Paris et Allain Gaussin au Conservatoire du Centre, puis le contrepoint et l'harmonie avec Isabelle Duha à l'ENM d'Issy-les-Moulineaux et l'orchestration avec Alain Louvier au Conservatoire National Supérieur de Paris. Parallèlement, il continue de pratiquer la guitare, instrument auquel il s'était initié à l'âge de 14 ans ; il donne des concerts au sein d'un duo formé avec le percussioniste égyptien Gad Hesham.

En 1996, il obtient un Premier Prix d'analyse avec félicitation du jury au CNR de Paris ; la SACEM lui accorde une bourse pour ce prix. En 1997, il entre au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris dans la classe de composition d'Emmanuel Nunes. Il intègre également la classe de Musique de l'Inde, dirigée par Patrick Moutal (certificat obtenu en 1998).

En 1998, il écrit la musique pour un court métrage Lacanau-Océan présenté à la Cité de la Musique et à la télévision, ainsi qu'à Prague et à Londres, dans le cadre du festival des Premiers Films. Il est invité en octobre 1998 et mars 1999 à participer aux séminaires organisés par le Centre des écritures cinématographiques (CECI) qui se déroulent au Moulin d'Andé.

Soucieux de faire connaître la musique de son temps, il fonde en décembre 1998, avec le compositeur Jérôme Combier, l'ensemble Cairn, constitué des élèves du Conservatoire de Paris, - depuis près de six concerts ont eu lieu, incluant dans leurs programmes des oeuvres de Berio, Debussy, Dutilleux, Kurtag, Schönberg, Ravel, Takemitsu etc.
En 1999, le Musée de l'Armée lui commande une pièce pour piano qui fut créée le 16 mars de la même année au salon d'Honneur de l'Hôtel des Invalides par le pianiste Pascal Godart. Actuellement élève de Guy Reibel au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris, Michel Petrossian vient d'achever son concerto pour piano et orchestre qui s'intitule L'Abîme des Eaux Douces.
Revenir en haut Aller en bas
https://musiqueclassique.forumpro.fr
Daisybraille



Nombre de messages : 250
Age : 66
Date d'inscription : 24/05/2019

Michel Petrossian (né en 1973) Empty
MessageSujet: Ce que m'a inspiré Dans le sillage d'Ea   Michel Petrossian (né en 1973) Empty2019-05-30, 15:47

Voici le texte et la démarche toute particulière inspirés par "In the Wake of Ea" (Dans le sillage d'Ea).
Je ne peux pas encore insérer de lien, mais cette œuvre se trouve facilement sur YouTube...


Tous les nuages d’Erevan
Sont-ils plus légers quand ils planent
Loin du pays
Dans leur sillage de blancheur
Ton piano laisse aller son cœur
Pour nous parler de lui


Ea, belle divinité
Prince d’éternité
Blotti au fond des mers
Toi, chanterelle de vie
Ton accord infini
Fait vibrer la terre

Tous les nuages d’Arménie
Entre sourire et tragédie
Tournent autour de nous
Ils ont croisé tant de jardins
De bras ouverts, de musiciens
Toujours, toujours debout

Ea, belle divinité
Prince d’éternité
Blotti au fond des mers
Toi, chanterelle de vie
Ton cri vers l’infini
Fait trembler la terre
Toi, chanterelle de vie
Ton sillage infini
Fait rêver la terre


Notre voyage tactylomusical

La bibliothèque de l’œuvre Nationale des Aveugles, à Bruxelles a pour lectorat des personnes dans l’incapacité de lire un livre ordinaire.
J’y travaille, et j’en bénéficie puisque je suis déficiente visuelle.
Nos rayons regorgent d’ouvrages enregistrés, en grands caractères, en Braille.
Parmi ces derniers, une collection de livres tactiles qui font rêver, amusent ou parfois instruisent les petits comme les grands.Les images se caressent, se sentent, s’écoutent, se manipulent, parlent à tous nos sens.
Régulièrement, le groupe Typhlo & Tactus se réunit pour élire le meilleur livre tactile. En 2006, le premier prix revient à Kristyna Adamkova, une artiste tchèque, pour son oeuvre Rozmanitosti.
Pas de texte. L’imagination se laisse conduire au gré des matériaux à prendre dans les mains, aux formes à découvrir, à la poésie d’une fleur qui s’ouvre délicatement, de la perle glissant le long d’un fil.
Lors de chacune de ses sessions, le Concours Musical International Reine Elisabeth de Belgique, du nom de cette souveraine pleine de talents et d’humanisme, donne l’occasion à un compositeur de musique contemporaine d’assister à la création mondiale d’une de ses œuvres, primée lors d’un concours de compositions non médiatisé.
Lors de la finale de la session 2013 consacrée au piano, ce privilège échut au compositeur français d’origine arménienne Michel Petrossian.
Il allait vivre la création mondiale, suivie de onze interprétations de son concerto intitulé« In the wake of Ea » (Dans le sillage d’Ea).

En voici l’explication donnée dans le site du CMIREB :

« Grâce au déchiffrement de deux tablettes babyloniennes par l’orientaliste belge Marcelle Duchesne-Guillemin, nous connaissons la disposition des cordes de la lyre babylonienne : cinq devant, et quatre derrière. Ces cordes correspondent par ailleurs aux notes de l’échelle musicale principale. La quatrième corde, qui est aussi la note la plus importante de la série babylonienne, est décrite de manière très particulière. Alors que toutes les autres sont désignées par des chiffres, celle-ci comporte une précision : ‘faite par le dieu Ea’. Divinité des eaux souterraines et créateur des arts, Ea est donc situé au cœur du système musical babylonien, comme un garant d’une certaine permanence. Une lyre qui se défait sous la pression du temps, et une corde au milieu qui veut maintenir la permanence, de par son lien à Ea, tel est l’emblème de la musique babylonienne elle-même, immatérielle et ineffable, mais véhiculée par des instruments périssables et des voix qui se sont tues depuis longtemps. Cette tension est inspiratrice de l’oeuvre.

Le piano, image de la quatrième corde, vit des histoires de renaissances multiples, au rythme d’un mouvement aquatique. Tel un prophète élégant qui se meut

au travers de courants fluviaux, il lutte par deux moyens (une note répétée et une phrase musicale tantôt verticalisée tantôt étalée) et en deux directions contraires à l’égard de l’orchestre : en s’opposant, et en cherchant à rallier.

L’orchestre, lyre amplifiée, s’abîme dans la dispersion, mais en est empêché par le piano, corde ‘faite par Ea’, qui lui communique des élans renouvelés et maintient la volonté de permanence. La forme générale de l’oeuvre procède par défragmentation, à l’image d’une civilisation qui subjugua l’Orient et dont il ne reste que quelques éclats de splendeurs découverts au gré des fouilles, sur une terre toujours agitée ».

…Les douze interprétations de cette œuvre m’ont immanquablement ramenée à Rozmanitosti.
Aussi, par une chaude après-midi, alors que retentit l’introduction linéaire de ce concerto, j’ouvre le livre et je prends le petit rond de velours au bout d’une ficelle attachée à la reliure, la corde de ma lyre…

L’aventure peut commencer…
Le piano et les perles, le violon et les plumes, la clarinette et les formes en papier plastifié… le sillage d’Ea et l’invitation au voyage exprimée dans ce mot Rozmanitosti s’entremêlent, puis se séparent, se retrouvent, s’éloignent pour s’harmoniser de plus belle après quelques mesures. Une petite brise fraîche s’ajoute à la partition… Les grains de sable coincés dans la page frémissent quand je la tourne.
La musique contemporaine me donne une notion d’immensité visuellement absente.
Uni à ces couleurs nouvelles, mon plaisir de toucher s’intensifie.
Ma soif d’en goûter davantage sur les disciplines artistiques de mes deux guides aussi.
Ils ont conduit mes pas comme de vrais amis dans cet univers tactilomusical, alors, lecteur, s’il te plaît, me permettras-tu de les remercier de cette façon dans leur langue maternelle respective :

Chenorhagal èm, Michel !

Děkuji, Kristyna !

Dites… A quand la prochaine aventure ?
Revenir en haut Aller en bas
laudec

laudec

Nombre de messages : 5668
Age : 70
Date d'inscription : 25/02/2013

Michel Petrossian (né en 1973) Empty
MessageSujet: Re: Michel Petrossian (né en 1973)   Michel Petrossian (né en 1973) Empty2019-05-30, 20:13

C'est bien joli tout ce que tu écris Daysybraille Michel Petrossian (né en 1973) 185465 , est-ce de ta plume ou une citation ? Est-ce la musique de Michel Petrossian qui t'inspire ces textes ? Merci de nous les partager Michel Petrossian (né en 1973) 395622

J'ai trouvé "In the Wake of Ea" sur YT, voici un des liens pour ceux qui seraient intéressés ICI
Revenir en haut Aller en bas
Daisybraille



Nombre de messages : 250
Age : 66
Date d'inscription : 24/05/2019

Michel Petrossian (né en 1973) Empty
MessageSujet: Merci Laudec !   Michel Petrossian (né en 1973) Empty2019-05-31, 01:05

Merci pour ta lecture attentive !
C'est moi qui ai "pondu" ces textes sous l'inspiration de la musique contemporaine et des rêves, des couleurs, de la poésie qu'elle crée dans ma tête.
Merci, et à bientôt !
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Michel Petrossian (né en 1973) Empty
MessageSujet: Re: Michel Petrossian (né en 1973)   Michel Petrossian (né en 1973) Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Michel Petrossian (né en 1973)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Michel Sardou
» Michel Dens
» Michel Colombier
»  Michel van der Aa (né en 1970)
»  Michel KORB

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Toutes les musiques du monde :: Musique classique :: Les compositeurs-
Sauter vers: