Forum sur la musique classique
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Le Deal du moment :
Disney Lorcana Chapitre 3 : où acheter le ...
Voir le deal

 

 Santiago Ossavarry (1852-1936)

Aller en bas 
AuteurMessage
joachim
Admin
joachim

Nombre de messages : 26717
Age : 77
Date d'inscription : 19/08/2006

Santiago Ossavarry (1852-1936) Empty
MessageSujet: Santiago Ossavarry (1852-1936)   Santiago Ossavarry (1852-1936) Empty2024-02-11, 18:41

Santiago Tejera Ossavarry, né à Las Palmas de Gran Canaria en 1852, mort le 7 décembre 1936, est un compositeur et dramaturge espagnol des Canaries.

Il étudia au séminaire de cet archipel, sous la direction des religieux jésuites. C'était un musicien précoce, car à l'âge de quatorze ans, il composait déjà sa première messe pour grand orchestre, qu'il créait dans la Cathédrale. À dix-huit ans, il est nommé directeur de la musique du bataillon de la milice. Des années plus tard, il se rendit à Madrid pour auditionner des musiciens seniors de l'armée et obtint le numéro 1. Comme le régiment d'infanterie de Las Palmas tardait à se créer et qu'il ne voulait pas quitter son pays, il demanda un congé.

Il fut le deuxième organiste de la Cathédrale et remplit le poste vacant du premier, lorsque le titulaire mourut et que les deux prêtres qui lui succédèrent démissionnèrent. Vers les années 1892-1894, un monsieur français qui se disait commissionnaire et amateur de musique se rendait chaque hiver à Las Palmas. Il se lie d'amitié avec l'organiste canarien et l'accompagne souvent à l'orgue lors des offices. Il donna des thèmes mélodiques à Tejera pour qu'il puisse les développer dans l'offertoire. Maestro Tejera, repentiste très inspiré, qui n'a jamais joué de rôle au pupitre, a développé ces thèmes, les ombrageant avec une rare maîtrise. Lorsque l'opéra Henri VIII fut créé à Paris et qu'une revue illustrée française arriva à Las Palmas avec des photogravures de la première et le portrait de l'auteur, Camille Saint-Saëns, on découvrit que le commissaire Charles Sannois, ami de Tejera et si friand de l'orgue, il n'était autre que cet éminent compositeur, considéré en son temps comme le premier organiste du monde.

Ils le nommèrent fils adoptif de la capitale canarienne, et à l'occasion de l'inviter au Chapitre de la Cathédrale pour donner un concert d'orgue, en lui montrant le trésor artistique de la basilique, comme les capitulaires lui montrèrent la grande lanterne de la croix, lui disant que c'était de l'argent massif, Saint-Saëns répondit :

"Oui, oui, mais tu as un organiste en or."

À la suggestion du célèbre musicien français, Tejera entreprit de porter au théâtre les coutumes populaires et les thèmes musicaux folkloriques de ces îles.

Le 22 avril 1902, un drame lyrique sur la vie paysanne, intitulé Folias tristes, interprété par des jeunes des deux sexes appartenant à la Sociedad Filarmónica, fut créé au Théâtre Principal de Las Palmas et fut un événement sans précédent dans les annales artistiques des îles Canaries. Au fil des années, il compose les paroles et la musique de La hija del Mestre, sur les coutumes des pêcheurs ; Navidades, zarzuela des coutumes de l'époque élisabéthaine, et El Indiano, une comédie humoristique mise en musique, toutes également en trois actes et créées avec succès.

L'œuvre du Maestro Tejera fut abondante : plus de 200 marches triomphales et funèbres pour l'orchestre ; les poèmes symphoniequs Por mi patria y para mi patria et La afortunada, pour orchestre, récompensées par une médaille d'argent par la Sociedad de Amigos del País, qui lui a également décerné une médaille d'or pour ses œuvres théâtrales.

Homme pieux, ses compositions religieuses sont innombrables. Un Miserere, un Stabat Mater avec un grand orchestre, des messes, des prières, des chants de mai et eucharistiques, des litanies, des motets, des hymnes dans lesquels, avec une simplicité harmonique, brille leur inspiration originelle, pourquoi l'isolement de l'auteur sur terre natale, qu'il n'a jamais voulait partir, donne à toute son œuvre un caractère très personnel, sans influences exotiques.

Outre les œuvres citées ci-dessus, il a laissé inédites plusieurs compositions folkloriques :

El cambullonero,
Parranda
Serenata canaria,
El canto del Boyero,
La mantilla canaria,
El repique de la catedral, etc.

En outre, dans sa Rapsòdia canària, se trouvent rassemblées des chansons populaires des Canaries.


A ma Patrie et pour ma Patrie, ouverture symphonique (1876)



https://www.youtube.com/watch?v=t9IZLAzMvPY

Por mi patria y para mi patria, obertura sinfonica (1876)

Orchestre symphonique de Ténériffe
Dir. Pablo Perez
Revenir en haut Aller en bas
 
Santiago Ossavarry (1852-1936)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Santiago Masarnau (1805-1882)
» Santiago de Murcia (1673-1739)
» Santiago BILLONI (vers 1700 – vers 1763)
» Genaro Codina (1852-1901)
» Joseph Drechsler (1782-1852)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Toutes les musiques du monde :: Musique classique :: Les compositeurs-
Sauter vers: