Forum sur la musique classique
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
-37%
Le deal à ne pas rater :
Couette 2 places (220×240) – Polyester – Fabrication Française
29 € 46 €
Voir le deal

 

 Carl Maria Friedrich Ernest von Weber (1786-1826)

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
AuteurMessage
Anouchka

Anouchka

Nombre de messages : 7051
Age : 61
Date d'inscription : 03/04/2014

Carl Maria Friedrich Ernest von Weber (1786-1826) - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Carl Maria Friedrich Ernest von Weber (1786-1826)   Carl Maria Friedrich Ernest von Weber (1786-1826) - Page 3 Empty2018-03-11, 22:43

Snoopy a écrit:
En ce moment j'écoute souvent du Weber. Encore un compositeur injustement méconnu du grand public. De l'énergie, de la vitalité, de la créativité, des oeuvres subtiles et bien orchestrées. C'est un véritable régal pour les oreilles. 

Son piano Quartett Opus 8 B-Dur est vraiment magnifique Carl Maria Friedrich Ernest von Weber (1786-1826) - Page 3 Herz 

J'aime bien ce message de Snoopy de 2008... Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Bel Canto
Admin
Bel Canto

Nombre de messages : 6769
Age : 66
Date d'inscription : 10/07/2007

Carl Maria Friedrich Ernest von Weber (1786-1826) - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Carl Maria Friedrich Ernest von Weber (1786-1826)   Carl Maria Friedrich Ernest von Weber (1786-1826) - Page 3 Empty2018-03-12, 09:20

De Weber, je ne connais que "Freichutz" ... et encore, 'connaître' est un bien grand mot : je ne l'ai vu que deux fois sur scène en 30 ans à Liège. C'est très peu joué, là ou ailleurs.
Le souvenir que j'en garde est que c'est assez proche de Wagner ...
Revenir en haut Aller en bas
JosefK

JosefK

Nombre de messages : 224
Age : 72
Date d'inscription : 18/02/2018

Carl Maria Friedrich Ernest von Weber (1786-1826) - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Carl Maria Friedrich Ernest von Weber (1786-1826)   Carl Maria Friedrich Ernest von Weber (1786-1826) - Page 3 Empty2018-03-12, 10:34

"Le Freischütz", très peu joué, je n'irais pas jusque-là - certes plus que les autres opéras de Weber, mais quand même, et "proche de Wagner", je n'irais pas jusque-là non plus, ou bien alors des tout premiers Wagner, à la limite jusqu'au "Vaisseau fantôme".

Mais qu'importe: quelle merveille que ce "Freischütz"!
Revenir en haut Aller en bas
Jean

Jean

Nombre de messages : 8165
Age : 79
Date d'inscription : 14/05/2007

Carl Maria Friedrich Ernest von Weber (1786-1826) - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Carl Maria Friedrich Ernest von Weber (1786-1826)   Carl Maria Friedrich Ernest von Weber (1786-1826) - Page 3 Empty2018-03-12, 10:45

Bien d'accord avec toi Josephk Wink sur tes trois remarques !!
Revenir en haut Aller en bas
Bel Canto
Admin
Bel Canto

Nombre de messages : 6769
Age : 66
Date d'inscription : 10/07/2007

Carl Maria Friedrich Ernest von Weber (1786-1826) - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Carl Maria Friedrich Ernest von Weber (1786-1826)   Carl Maria Friedrich Ernest von Weber (1786-1826) - Page 3 Empty2018-03-12, 11:42

Je sais que je ne suis pas une grande spécialiste de l'opéra allemand mais je vois quand même peu les opéras de Weber à l'affiche que ce soit en France ou en Belgique. Carl Maria Friedrich Ernest von Weber (1786-1826) - Page 3 1521897346
En parlant d'opéra de Wagner, c'est certainement au 'Vaisseau' que je pensais puisque c'est celui que j'ai le plus vu et apprécié ... je m'en retourne à des domaines que je connais et apprécie mieux ! Wink
Revenir en haut Aller en bas
Kristian



Nombre de messages : 1364
Age : 80
Date d'inscription : 18/11/2016

Carl Maria Friedrich Ernest von Weber (1786-1826) - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Carl Maria Friedrich Ernest von Weber (1786-1826)   Carl Maria Friedrich Ernest von Weber (1786-1826) - Page 3 Empty2018-03-12, 15:07

Bien que ne m'étant jamais intéressé de près à Weber, je dois reconnaître que j'ai toujours été enchanté à chaque fois que le hasard m'a fait écouter l'une de ses œuvres – toujours à la radio, sur France Musique ou Radio Classique. J'adore tout particulièrement sa musique pour clarinette (quintette et concerto) que j'ai entendue à plusieurs reprises.

Weber était très connu au XIXe siècle. Témoin ce merveilleux poème de Gérard de Nerval (notez, pour la rime, que l'on prononçait alors "Webre") :

Fantaisie

Il est un air pour qui je donnerais
Tout Rossini, tout Mozart et tout Weber,
Un air très vieux, languissant et funèbre,
Qui pour moi seul a des charmes secrets.

Or, chaque fois que je viens à l’entendre,
De deux cents ans mon âme rajeunit :
C’est sous Louis treize ; et je crois voir s’étendre
Un coteau vert, que le couchant jaunit,

Puis un château de brique à coins de pierre,
Aux vitraux teints de rougeâtres couleurs,
Ceint de grands parcs, avec une rivière
Baignant ses pieds, qui coule entre des fleurs ;

Puis une dame, à sa haute fenêtre,
Blonde aux yeux noirs, en ses habits anciens,
Que, dans une autre existence peut-être,
J’ai déjà vue… – et dont je me souviens



Je ne connais rien de Weber, dont je viens seulement de lire la biographie dans le post initial de Snoopy. Mon impression est qu'il a dû beaucoup plaire au début du XIXe parce qu'il alliait la fougue des romantiques et la rigueur formelle de Haydn-Mozart. Un romantique classique, en quelque sorte, doté d'une énergie et d'un enthousiasme formidables, avec, surtout, un grand sens de l'équilibre qui lui interdidaient de se laisser trop aller comme d'autres ont pu le faire. Mais par la suite, on imagine bien que cette situation intermédiaire, coincée entre le grand classicisme et le romantisme triomphant, qui l'a tant servi au début a sans doute été la cause de sa baisse de popularité.
Mais vraiment, je trouve que Weber mériterait mieux, y compris de mon humble personne ! Ptdr


Dernière édition par Kristian le 2018-03-12, 18:20, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Jean

Jean

Nombre de messages : 8165
Age : 79
Date d'inscription : 14/05/2007

Carl Maria Friedrich Ernest von Weber (1786-1826) - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Carl Maria Friedrich Ernest von Weber (1786-1826)   Carl Maria Friedrich Ernest von Weber (1786-1826) - Page 3 Empty2018-03-12, 15:43

et sais tu à quel air faisait allusion Gérard de Nerval ,?.... Wink
Revenir en haut Aller en bas
Kristian



Nombre de messages : 1364
Age : 80
Date d'inscription : 18/11/2016

Carl Maria Friedrich Ernest von Weber (1786-1826) - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Carl Maria Friedrich Ernest von Weber (1786-1826)   Carl Maria Friedrich Ernest von Weber (1786-1826) - Page 3 Empty2018-03-12, 16:05

A ma connaissance, il n'existe pas – ou du moins, Nerval n'a jamais dit de quoi il s'agissait. Inutile, d'ailleurs, puisque de toute façon, il s'agit d'un retour dans le passé à un air supposé qui sert de prétexte à Nerval pour exposer poétiquement sa croyance en la réincarnation – c'était très en vogue à l'époque, mais Nerval, lui, y croyait dur comme fer...

J'ai remarqué ce poème en classe de 1ère, parce que je venais de découvrir l'ouverture du Freischütz qui m'avait enthousiasmé – comme quoi, certains goûts se révèlent parfois par des voies bien étranges... Wink
Revenir en haut Aller en bas
Anouchka

Anouchka

Nombre de messages : 7051
Age : 61
Date d'inscription : 03/04/2014

Carl Maria Friedrich Ernest von Weber (1786-1826) - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Carl Maria Friedrich Ernest von Weber (1786-1826)   Carl Maria Friedrich Ernest von Weber (1786-1826) - Page 3 Empty2018-03-12, 18:13

Merci pour ce message et ce splendide poème de Nerval que je connaissais et que j'avais un peu enfoui..
Je suis complètement d'accord avec l'hypothèse que tu formules Kristian, 
Kristian a écrit:
Mon impression est qu'il a dû beaucoup plaire au début du XIXe parce qu'il allait la fougue des romantiques et la rigueur formelle de Haydn-Mozart. Un romantique classique, en quelque sorte, doté d'une énergie et d'un enthousiasme formidables, avec, surtout, un grand sens de l'équilibre qui lui interdidaient de se laisser trop aller comme d'autres ont pu le faire. Mais par la suite, on imagine bien que cette situation intermédiaire, coincée entre le grand classicisme et le romantisme triomphant, qui l'a tant servie au début a sans doute été la cause de sa baisse de popularité.

C'est l'impression que j'ai aussi. J'ai pas mal bossé hier pour mon fils, car il faut que je sélectionne à chaque fois les extraits qui me semblent les mieux pour sa découverte (comme c'est son anniversaire mercredi -et qu'il m'a donné une "feuille de route", Very Happy  maintenant, il faut que je continue et que je lui conseille des "versions jazzy" de Bach, ça c'est plus simple, on en a bien parlé sur le fil ad hoc !).

Carl Maria Friedrich Ernest von Weber (1786-1826) - Page 3 857611
Revenir en haut Aller en bas
Anouchka

Anouchka

Nombre de messages : 7051
Age : 61
Date d'inscription : 03/04/2014

Carl Maria Friedrich Ernest von Weber (1786-1826) - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Carl Maria Friedrich Ernest von Weber (1786-1826)   Carl Maria Friedrich Ernest von Weber (1786-1826) - Page 3 Empty2018-03-15, 19:58

Mon fils semblait ravi de sa play-list, son texto d'aujourd'hui m'indique : "Superbe, je trouve Weber à la fois très dynamique et cool".
Le coup de foudre perdure !
J'avais indiqué toutes les oeuvres pour clarinette et un concerto pour piano (en attendant la suite).

Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
Icare

Nombre de messages : 16065
Age : 58
Date d'inscription : 13/11/2009

Carl Maria Friedrich Ernest von Weber (1786-1826) - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Carl Maria Friedrich Ernest von Weber (1786-1826)   Carl Maria Friedrich Ernest von Weber (1786-1826) - Page 3 Empty2018-07-19, 09:17

[quote="Icare"]
Icare a écrit:
Une intuition m'a soudainement guidé sur les trois oeuvres pour clarinette que j'avais déjà évoquées avec éloges sur ce fil, courant 2012. Presque trois ans que je n'avais pas réécouté le Quintette op.34 pour clarinette et quatuor à cordes, ni le Grand Duo Concertant op.48 pour clarinette et piano, ni les Sept Variations op.33 pour clarinette et piano. C'est exactement le style de musique que j'avais besoin. J'avais besoin de cette clarinette d'une infinie douceur, j'avais besoin de cette élégance qui s'élève du quintette, de la pointe de mélancolie ci et là. L'Andante con molto du Grand Duo est très beau. Quant aux Variations, elles me plaisent de plus en plus. Je fus en totale osmose avec cette musique, mon intuition ne m'avait pas trompé. Very Happy

Cette intuition s'est renouvelée aujourd'hui ou plutôt ce matin, avec le même bonheur, le même ressenti que lors de l'écoute précédente qui remonte à 2015. Malgré tout, comme pour Zelenka, Carl Maria von Weber n'est pas un compositeur sur lequel je me suis précipité comme j'ai pu le faire de façon si gourmande avec d'autres. C'est sans raison valable, c'est juste que j'ai fait des choix et qu'ils se sont portés sur d'autres grands noms de la musique classique, au point d'avoir négligé ce dernier. Pourtant, ces pièces pour clarinette (Quintette/Duo Concertant/Sept Variations - les opus 34, 48 et 33) font partie de ces musiques de chambre hors XXème siècle que j'ai le plus écoutées et le plus aimées avec celles de Max Bruch que j'avais découvertes bien avant, à l'ère du 33 tours  et que je n'ai toujours pas reprises en cd et n'ai donc jamais réécoutées depuis. Des lacunes à combler donc, les mois qui viennent, enfin je l'espère! Les pièces pour clarinette de Carl Maria von Weber sont interprétées par le grand clarinettiste Pascal Moraguès, le "Prazak Quartet" et Mari Izuha (piano). Beau, poétique, délicat, soyeux, émouvant.
Revenir en haut Aller en bas
jdperdrix

jdperdrix

Nombre de messages : 486
Age : 72
Date d'inscription : 28/02/2013

Carl Maria Friedrich Ernest von Weber (1786-1826) - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Carl Maria Friedrich Ernest von Weber (1786-1826)   Carl Maria Friedrich Ernest von Weber (1786-1826) - Page 3 Empty2018-07-19, 10:36

Weber était très célèbre en France au XIXe siècle, comme en atteste l'orchestration de l'Invitation à la valse par Berlioz. Berlioz a aussi composé des récitatifs en français pour que le Freischütz soit joué à Paris.
Il est bien sûr un lien entre le classicisme et Wagner. Mais il ne faut pas le réduire au Freischütz ou aux concertos pour clarinette, même si ce sont des chefs-d'oeuvre.
Pour avoir une vision plus intime de son talent de compositeur, je renvoie aux délicieux lieder avec guitare, interprétés de façon magnifique par Peter Schreier et Konrad Ragossnig :

https://youtu.be/dCW1A2REBdo

Les autres lieder ici : https://www.youtube.com/watch?v=dCW1A2REBdo&list=OLAK5uy_nI_Fg51BJd1AWW85N66N-3ZFjOL5qe1K4
Revenir en haut Aller en bas
Clemenza

Clemenza

Nombre de messages : 57
Age : 73
Date d'inscription : 11/02/2019

Carl Maria Friedrich Ernest von Weber (1786-1826) - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Carl Maria Friedrich Ernest von Weber (1786-1826)   Carl Maria Friedrich Ernest von Weber (1786-1826) - Page 3 Empty2019-02-11, 15:51

En parcourant le forum en écoutant la radio, je vous fais part de ce concertino pour Cor de Weber...plein de dynamisme!

Revenir en haut Aller en bas
Kristian



Nombre de messages : 1364
Age : 80
Date d'inscription : 18/11/2016

Carl Maria Friedrich Ernest von Weber (1786-1826) - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Carl Maria Friedrich Ernest von Weber (1786-1826)   Carl Maria Friedrich Ernest von Weber (1786-1826) - Page 3 Empty2019-02-11, 17:47

Clemenza a écrit:
En parcourant le forum en écoutant la radio, je vous fais part de ce concertino pour Cor de Weber...plein de dynamisme!

En effet Carl Maria Friedrich Ernest von Weber (1786-1826) - Page 3 185465 . Très agréable, ce concerto de Weber – comme toujours, d'ailleurs !

Merci, Clemenza !Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
Icare

Nombre de messages : 16065
Age : 58
Date d'inscription : 13/11/2009

Carl Maria Friedrich Ernest von Weber (1786-1826) - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Carl Maria Friedrich Ernest von Weber (1786-1826)   Carl Maria Friedrich Ernest von Weber (1786-1826) - Page 3 Empty2020-06-15, 10:25

Les pièces pour clarinette de Carl Maria von Weber, le Quintette opus 34 pour clarinette et quatuor à cordes en si bémol majeur J. 182/Grand duo
concertant pour clarinette et piano en mi bémol majeur op.48 J. 204
et Sept Variations sur un thème de "Sylvana" pour clarinette et piano op.33, J.128 sont interprétées par le grand clarinettiste Pascal Moraguès, le "Prazak Quartet" sur le Quintette et Mari Izuha au piano pour les deux autres opus.  

Avec Carl Maria von Weber, je peux dire que depuis environ 2006, période où je m'étais procuré cet album, je fais du sur-place. Laughing Pourtant, les trois compositions auxquelles je me réfère font partie des disques de musique de chambre de la période classique que j'ai écoutés le plus souvent avec les trois Quintettes pour guitare et quatuor à cordes, n°4, 7 & 9 de Luigi Boccherini par Narciso Yepes et le "Mélos Quartet" qui est, lui aussi, un album de référence dans ma collection personnelle. Sauf que Boccherini est un compositeur que j'ai un peu approfondi depuis. A l'époque, je m'étais d'abord procuré ces trois pièces de Weber en fonction de l'immense intérêt que je portais à la clarinette. Celle-ci avait pour particularité de m'émouvoir et de flatter mon oreille sur beaucoup d'oeuvres au point que j'avais tendance à focaliser une grande partie de mon attention sur ce formidable instrument en particulier. Même si j'aime toujours la clarinette, aujourd'hui ce n'est plus vraiment le cas et il y a beaucoup d'autres instruments qui me fascinent désormais autant. Néanmoins, ces trois oeuvres de Carl Maria von Weber demeurent comme un pilier dans ma vaste "cédéthèque". J'y suis revenu ce matin avec un plaisir qui n'a pris aucune ride, une émotion qui est restée intacte, à conservé toute la fraîcheur de la première fois. Je viens de me remettre le mouvement lent du Quintette et comment ne pas fondre sous la douceur, l'infinie douceur - une sonorité si soyeuse - de la clarinette de Pascal Moraguès, et quelle terminaison tout en retenue, comme j'aime!. En tout cas j'y suis très sensible! Je n'en néglige pas pour autant les mouvements plus rapides, le premier du Quintette étant excellent; dynamique et solennel. J'adore également la construction du thème mélodique de l'"Allegro con fuoco" du Grand Duo Concertant et tout le développement qu'il y a autour. La seconde partie de l'année 2020 sera peut-être ma période "Weber" ou peut-être la première partie de l'année 2021.
Revenir en haut Aller en bas
Snoopy
Admin
Snoopy

Nombre de messages : 28309
Age : 48
Date d'inscription : 10/08/2006

Carl Maria Friedrich Ernest von Weber (1786-1826) - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Carl Maria Friedrich Ernest von Weber (1786-1826)   Carl Maria Friedrich Ernest von Weber (1786-1826) - Page 3 Empty2020-09-21, 10:02


https://www.youtube.com/watch?v=9HzJJmn3Nl4
Revenir en haut Aller en bas
https://musiqueclassique.forumpro.fr
Snoopy
Admin
Snoopy

Nombre de messages : 28309
Age : 48
Date d'inscription : 10/08/2006

Carl Maria Friedrich Ernest von Weber (1786-1826) - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Carl Maria Friedrich Ernest von Weber (1786-1826)   Carl Maria Friedrich Ernest von Weber (1786-1826) - Page 3 Empty2021-09-20, 13:38

Une petite réécoute des concertos pour piano de Weber hier. Que du bon!

Revenir en haut Aller en bas
https://musiqueclassique.forumpro.fr
Snoopy
Admin
Snoopy

Nombre de messages : 28309
Age : 48
Date d'inscription : 10/08/2006

Carl Maria Friedrich Ernest von Weber (1786-1826) - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Carl Maria Friedrich Ernest von Weber (1786-1826)   Carl Maria Friedrich Ernest von Weber (1786-1826) - Page 3 Empty2022-04-21, 11:23

Revenir en haut Aller en bas
https://musiqueclassique.forumpro.fr
Anouchka

Anouchka

Nombre de messages : 7051
Age : 61
Date d'inscription : 03/04/2014

Carl Maria Friedrich Ernest von Weber (1786-1826) - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Carl Maria Friedrich Ernest von Weber (1786-1826)   Carl Maria Friedrich Ernest von Weber (1786-1826) - Page 3 Empty2022-04-22, 23:25

Merci ! Je vais ("un peu" écouter ça, car franchement, c'est mieux que sur les chaines ...) Wink
Cela dit, au bout d'une demi-heure, je sature de la clarinette... Wink
Revenir en haut Aller en bas
joachim
Admin
joachim

Nombre de messages : 24403
Age : 76
Date d'inscription : 19/08/2006

Carl Maria Friedrich Ernest von Weber (1786-1826) - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Carl Maria Friedrich Ernest von Weber (1786-1826)   Carl Maria Friedrich Ernest von Weber (1786-1826) - Page 3 Empty2022-11-20, 12:49



https://www.youtube.com/watch?v=FSn27_3lq6M

Missa No.2 a 4tro concertato (c.1818)
1. Kyrie 0:00
2. Gloria 4:44
3. Credo 9:21
4. Sanctus 15:24
5. Benedictus 17:57
6. Agnus Dei 21:18

Interprètes : Henriеttе Schеllеnbеrg (soprano); Gеorge Rοbеrts (baritone); Lаvеrnе G'Frοеrеr (mezzo-soprano); Kеith Bοldt (tenor);
Vancouver Chamber Choir; CBC Vancouver Orchestra; Jοn Wаshburn (conductor)



Commentaire biographique :

Carl Maria (Friedrich Ernst) de Weber (Eutin, 19 novembre 1786 - Londres, 5 juin 1826) est un compositeur, chef d'orchestre, pianiste et critique autrichien.

Il est le fils de Franz Anton Weber (1734-1812) et frère d'Edmund Weber (1766-1831) et de Fridolin Weber (1761-1833).

Il est né dans une famille de musiciens et de théâtraux. Son père était un musicien et soldat de fortune qui avait formé une petite compagnie de théâtre itinérante. Sa mère, Genovefa, était chanteuse; ses oncles, tantes et frères étaient dans une certaine mesure impliqués dans la musique et la scène.
Carl Maria était un enfant maladif, né avec une hanche malade qui l'a fait boiter tout au long de sa vie. Lorsqu'il a commencé à montrer des signes de talent musical, son père ambitieux l'a mis au travail auprès de divers professeurs dans les villes visitées par la troupe familiale dans l'espoir qu'il pourrait se révéler un prodige mozartien. Parmi ces instructeurs se trouvait Michael Haydn. Sous Haydn, il écrit et publie son Opus 1, Sechs Fughetten (1798). La troupe s'arrêta brièvement à Munich, où il apprit l'art de la lithographie auprès de son inventeur, Aloys Senefelder.
Passant à Freiberg, les Weber envisagent de créer une œuvre lithographique afin de propager la musique du jeune compositeur. Lors d'une visite de retour à Salzbourg, il acheva son premier opéra entièrement survivant, Peter Schmoll und seine Nachbarn, qui échoua lors de sa production à Augsbourg en 1803.
Il reprit ses études auprès de l'influent abbé Vogler, par l'intermédiaire duquel il fut nommé directeur musical à Breslau en 1804. Après de nombreuses difficultés, occasionnées par l'inexpérience d'un jeune directeur dans la mise en œuvre des réformes, et un accident presque mortel dans lequel il a définitivement altéré sa voix en avalant de l'acide à graver, Weber a été contraint de démissionner. Il a été sauvé par une nomination comme directeur de la musique du duc Eugène de Wurtemberg, pour l'orchestre privé duquel il a écrit deux symphonies. Weber fut ensuite secrétaire à la cour du roi Frédéric Ier de Wurtemberg. Il y vécut avec tant d'insouciance et accumula tant de dettes qu'après un bref emprisonnement, il fut banni. Lui et son père ont fui à Mannheim, où il était, selon ses propres mots, "né pour la deuxième fois".

Il s'est lié d'amitié avec un cercle d'artistes influents, parmi lesquels il s'est démarqué en tant que pianiste et guitariste talentueux; il était également remarquable pour ses théories sur le mouvement romantique. Passant à Darmstadt, il rencontre à nouveau Vogler, ainsi que le compositeur d'opéra allemand Giacomo Meyerbeer.
De 1809 à 1818, il écrivit également un nombre considérable de critiques, de poèmes et de critiques musicales rigoureuses et sans compromis. Tout son travail, sa musique et ses écrits critiques ont fait avancer les idéaux du romantisme en tant qu'art dans lequel le sentiment prime sur la forme et le cœur, sur la tête. Nommé chef d'orchestre de l'opéra de Prague en 1813, il put enfin mettre ses théories en pratique. Sa réputation était désormais telle qu'il put obtenir une nomination comme directeur de l'opéra allemand de Dresde, à partir de 1817.

La même année, il épousa une de ses anciennes chanteuses, Caroline Brandt. En tant que prophète d'un opéra national allemand, il a été confronté à des difficultés encore plus grandes. C'est à Dresde qu'il commença à travailler sur Der Freischütz, qui connut un succès immédiat lors de sa représentation à Berlin en 1821.

Lorsque Covent Garden à Londres commanda un nouvel opéra, il se chargea d'apprendre l'anglais et de travailler avec un librettiste, James Robinson Planché, par correspondance. Son motif était de gagner assez d'argent pour subvenir aux besoins de sa famille après sa mort, dont il savait qu'elle n'était pas loin. Dans la forme, Obéron était peu à son goût, ayant trop de scènes parlées et de dispositifs scéniques élaborés pour un compositeur qui avait toujours œuvré pour l'unification des arts théâtraux dans l'opéra. Mais il y versa une partie de sa musique la plus exquise et se rendit à Londres pour la première en 1826. À peine capable de marcher, il fut soutenu par la gentillesse de son hôte, Sir George Smart, et par le désir de rentrer chez lui. à sa famille. Oberon a été un succès et il a été fêté, mais sa santé déclinait rapidement.
Peu de temps avant son départ pour l'Allemagne, il a été retrouvé mort dans sa chambre, miné par la tuberculose.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Carl Maria Friedrich Ernest von Weber (1786-1826) - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Carl Maria Friedrich Ernest von Weber (1786-1826)   Carl Maria Friedrich Ernest von Weber (1786-1826) - Page 3 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Carl Maria Friedrich Ernest von Weber (1786-1826)
Revenir en haut 
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
 Sujets similaires
-
» Friedrich Dionys Weber (1766-1842)
» Carl Adalbert EBERWEIN (1786-1868)
» Johann Carl Eschmann (1826-1882)
» Friedrich Schwindl (1737-1786)
» Friedrich Kuhlau (1786-1832)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Toutes les musiques du monde :: Musique classique :: Les compositeurs-
Sauter vers: