Forum sur la musique classique
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Le deal à ne pas rater :
Pack Smartphone Samsung Galaxy S22 6.1″ + Galaxy Buds2 (Via ODR ...
599 €
Voir le deal

 

 Juliane Reichardt (Benda) (1752-1783)

Aller en bas 
AuteurMessage
joachim
Admin
joachim

Nombre de messages : 24403
Age : 76
Date d'inscription : 19/08/2006

Juliane Reichardt (Benda) (1752-1783) Empty
MessageSujet: Juliane Reichardt (Benda) (1752-1783)   Juliane Reichardt (Benda) (1752-1783) Empty2022-11-21, 19:03

Juliane Reichardt, née Juliane Benda (Potsdam, 14 mai 1752 — Berlin, 11 mai 1783) est une chanteuse (soprano) et compositrice prussienne appartenant à la famille Benda. Elle était la plus jeune fille de Franz Benda, violoniste et compositeur de la cour de Prusse, et de son épouse Franziska Benda, née Stephanie. En 1776, elle devint l'épouse du chef d'orchestre berlinois Johann Friedrich Reichardt.

La famille de Franz Benda vivait à Potsdam, où leur huitième enfant fut baptisé le 19 mai 1752 dans l'église de la Garnison locale au nom de Bernhardine Juliane Benda. La mère Franziska Louise Éléonore Stephanie, fille d'un fonctionnaire et ancienne femme de chambre de la margravine Wilhelmine de Bayreuth, sœur de Friedrich II, est morte en 1758. Trois ans plus tard, Benda se remaria avec sa sœur cadette, Caroline Wilhelmine Stephanie, première femme de chambre de la duchesse Anne-Amélie de Brunswick. Deux sœurs aînées de Juliane Benda sont restées à Weimar comme dames de la cour après leur mariage. Cela signifiait un lien social et professionnel précieux entre Berlin et Weimar pour toute la famille Benda, en particulier lorsqu'elles s'y sont mariés : la chanteuse, pianiste et compositrice Maria Carolina Benda (1742–1820) a épousé en 1770 le compositeur de la cour Ernst Wilhelm Wolf, et Wilhelmine Louise Dorothea Benda (1741–1798) a épousé en 1777 Wilhelm Heinrich Sebastian Bucholz, médecin et pharmacien de la cour et conseiller de Goethe en matières scientifiques.

Juliane Benda a reçu des cours de chant, de piano et de composition de son père. Des artistes itinérants de renom tels que le musicien Wilhelm Karl Rust, le journaliste musical Charles Burney, l'éditeur, traducteur et compositeur Johann Joachim Christoph Bode et le compositeur et écrivain Johann Friedrich Reichardt, le futur mari de Juliane Benda, fréquentaient la maison de ses parents. En leur compagnie, elle rencontra par la suite d'autres personnalités comme Matthias Claudius à Hambourg et Johann Gottfried Herder à Weimar.

Avant même son mariage, les lieder et les sonates de Juliane Benda étaient admirées : sa voix expressive de soprano, sa virtuosité au piano et la sensibilité de son expression ont également enthousiasmé son futur. Cela était particulièrement vrai de ses apparitions aux concerts d'amoureux, fondés en 1770 et dirigés jusqu'en 1785 par le musicien de cour (violon, piano) Johann Friedrich Ernst Benda, fils aîné de son oncle Joseph Benda.

Après son mariage le 23 novembre 1776, ses apparitions publiques ont diminué au profit de représentations privées. Le jeune couple a emménagé dans un appartement officiel situé au centre de Berlin sur la Dönhoff'schen Platz, où il a eu un fils, Friedrich Wilhelm (octobre 1777, mort jeune) puis une fille en 1779, Louise Reichardt, qui devint plus tard soprano, compositrice et professeur de musique. Juliane Benda est morte à trente ans, peu après la naissance d'une autre fille, Wilhelmine (morte en bas-âge), en 1783, suite à une fièvre puerpérale due à son accouchement.


Œuvres

Les compositions de Juliane Reichardt sont aujourd'hui difficiles d'accès et nécessiteraient une étude précise et une nouvelle édition. Elle a publié à elle seule plus de 30 lieder et 2 sonates pour piano d'avant même son mariage jusqu'en 1780 4. Elle a mis en musique ses propres textes et es textes étrangers. (Dans la liste qui suit, il n'est pas clair si des compositions sont mentionnées deux fois.)

Publiée par Juliane Reichardt elle-même :

Lieder im Göttinger- und Vossischen Musenalmanach (Hambourg, 1782)
17 lieder, publiés par Bohn, Hambourg
2 sonates pour piano, dans le même recueil, probablement la première publication indépendante d'une compositrice en Allemagne d'après Weissweiler. La sonate en sol majeur est particulièrement remarquable.

Publiée sous son nom par Johann Friedrich Reichardt : Oden und Lieder(1779-81)

13 Lieder de Juliane Reichardts
Le Lied An der Mond (1776 ?), sur un poème de Ludwig Christoph Heinrich Hölty a peut-être été publié dans l'un des almanachs, puisque la date ne correspond ni à la collection de 1782 ni à celle de 1779-81

Publications individuelles de Juliane Reichardt

Daphne am Bach. Göttinn Liebe! in: Johann Heinrich Voß (Hrsg.): Musen-Almanach für 1779. Bohn, Hamburg 1779
Brunnenlied. Laßt nun alles stehn u. liegen. in: Johann Heinrich Voß, Leopold Friedrich Günther von Goekingk (Hrsg.): Musen-Almanach für 1780. Bohn, Hamburg 1780
Klaviersonata. Hildegard Publ. Co., Bryn Mawr, PA 1998 (bearbeitet von Linda Moot)
Das Deutsche Lied : Ein Jahreskreis


Sonate en sol majeur



https://www.youtube.com/watch?v=gHlM282Jjjc

Sonata in sol maggiore per pianoforte

- Allegro
- Alla Polacca
- Rondeau

pianoforte: Orietta Caianiello
Revenir en haut Aller en bas
 
Juliane Reichardt (Benda) (1752-1783)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Friedrich Ludwig Benda (1752-1792)
» Jan Jiri Benda (Johann Georg) 1713-1752
» Josef Benda (1724-1804)
» Franticek (Franz) Benda (1709-1786)
» Maria Carolina Benda [Wolf] (1742-1820)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Toutes les musiques du monde :: Musique classique :: Les compositeurs-
Sauter vers: