Forum sur la musique classique
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Le Deal du moment : -40%
-40% sur Nike Air Presto – Chaussure pour homme
Voir le deal
74.97 €

 

 Josepha Duschek, soprano (1754-1824)

Aller en bas 
AuteurMessage
joachim
Admin
joachim

Nombre de messages : 24120
Age : 76
Date d'inscription : 19/08/2006

Josepha Duschek, soprano (1754-1824) Empty
MessageSujet: Josepha Duschek, soprano (1754-1824)   Josepha Duschek, soprano (1754-1824) Empty2022-08-18, 18:05

Josepha Duschek (née Hambacher ), née le 6 mars 1754 à Prague - morte le 8 janvier 1824 à Prague était une soprano exceptionnelle de l' époque classique. Elle était une amie de Wolfgang Amadeus Mozart, qui lui a écrit quelques œuvres à chanter. La voix de Duschek fut louée pour sa tessiture et sa souplesse. Ses admirateurs surnommaient la soprano la «Gabrielli de Bohème». Selon le Grove Dictionary, "elle était appréciée pour la sonorité, l'étendue et la souplesse de sa voix, ses connaissances en musique et sa superbe interprétation tant des airs de bravoure que des récitatifs."

Son nom est le plus souvent donné dans sa version allemande comme ci-dessus. En tchèque , son nom était Josefína Dušková ou (avec l'orthographe germanisée) Josepha Duschkova.

Elle est née Josepha Hambacher à Prague, alors capitale provinciale de l'Empire autrichien, le 6 mars 1754, et a vécu à Prague toute sa vie. Son père était un apothicaire prospère, Anton Adalbert Hambacher (également "Hampacher") et sa mère était Maria Domenica Colomba Weiser, qui était la deuxième fille du marchand de Salzbourg Ignatz Anton von Weiser, lequel fut maire de Salzbourg de 1772 à 1775.
La pharmacie de son père se trouvait dans la maison appelée "Zum weissen Einhorn" ("La Licorne Blanche"). Construit dans le style baroque, elle était située sur la place de la vieille ville où le commerce pharmaceutique a prospéré jusqu'au XXe siècle.

Dans sa jeunesse, Josepha étudia la musique avec František Xaver Dušek, qui s'était installé à Prague comme professeur de piano en 1770 et qu'elle épousa le 21 octobre 1776. Le mari de Josefa avait déjà une réputation internationale en tant que professeur de musique et compositeur. En 1777, le couple visite Salzbourg et y rencontre la famille Mozart. Wolfgang Amadeus MozartIl composa alors pour elle la grande aria dramatique d'Andromède avec récitatif Ah, lo previdi - Ah, t'invola agl'occhi miei (KV 272), qu'il dédia plus tard à sa belle-sœur Aloisia Weber. À Salzbourg, elle se produisit le 15 août 1777 dans le cadre d'un concert privé au Tanzmeisterhaus de la maison de Léopold Mozart. Une étroite amitié se noue entre le jeune Mozart et le couple pragois. Les Duschek avaient un appartement citadin confortable sur le Kohlmarkt de Prague et une vaste propriété de campagne, la Vila Bertramka à Smíchov, qu'ils achetèrent en 1784. Le mariage resta sans enfant. On ne sait pas si le couple s'est produit ensemble en tant que musiciens, mais ils ont organisé de fréquents rassemblements musicaux auxquels de nombreuses personnalités étaient présentes.

Josepha avait auparavant été l'amante du mécène d'art, le comte Christian Philipp Clam-Gallas, et il a été dit qu'elle a continué à profiter longtemps après de la relation puisque le comte lui a fourni une rente de 900 Gulden et a même contribué à l'achat du Villa Bertramka.

Sa carrière de chanteuse a été longue et fructueuse; elle a donné des concerts dans de nombreuses villes différentes, dont Prague, Vienne, Salzbourg, Dresde, Weimar, Leipzig, Varsovie et Berlin.

La chanteuse et son mari étaient également proches du compositeur Ludwig van Beethoven. Pendant que Beethoven était à Prague en 1796, il écrivit son air de concert Ah! perfido, op. 65, pour cette talentueuse chanteuse. Elle n'a pas pu chanter la pièce à sa création en raison d'un autre engagement, mais elle l'a interprétée à Prague et plus tard à Leipzig. La création a été interprétée par la comtesse Joséphine Clary, à qui Beethoven a ensuite dédié la pièce. Cet air de concert a également été présenté lors du gigantesque concert de l' Akademie de Beethoven au Theater an der Wien en 1808, chanté par Josephine Killitschgy, âgée de 17 ans, incapable de répondre aux exigences vocales de la pièce.

Duschek n'a jamais accepté d'engagement permanent, mais est toujours resté un chanteur indépendant. Selon Dlabacz, elle aurait possédé une compétence inhabituelle en dessin. Elle a composé plusieurs chansons et pièces pour piano. Sa technique de chant virtuose lui a valu l'approbation de l'empereur Joseph II et du roi polonais Stanislaus II Augustus Poniatowski. À Dresde, elle a même reçu l'honneur d'être peinte grandeur nature – en signe de l'enthousiasme de l'électeur.

Après la mort de son mari en 1799, elle se retira de la vie publique. Elle a vendu Bertramka et a vécu dans des appartements de plus en plus petits à Prague. Au moment de sa mort en 1824, elle s'était appauvrie. Elle est enterrée au cimetière Malostranský à Prague.



Josepha et Mozart

Duschek rencontra Mozart en 1777 lorsqu'elle visita Salzbourg, ville natale de sa mère où elle avait des parents. C'est à cette époque que Mozart composa pour elle le récitatif et l'air "Ah, lo previdi" (K. 272).

Mozart l'accompagna à un concert privé à la cour de Vienne en 1786, peu après le succès de son opéra Le nozze di Figaro.

Duschek était une amie de la famille Mozart à cette époque, mais Leopold critiqua son chant dans une lettre du 21 avril 1786 adressée à sa fille : «Comment Mme Duschek a chanté ? Je dois dire qu'elle a hurlé une aria de Naumann de façon assez étonnante, avec une expression exagérée comme avant, mais encore plus agaçante.»

En 1787, Prague réalisa une production des Nozze di Figaro. Plusieurs mélomanes pragois invitèrent Mozart à y assister ; selon le Grove Dictionary, Duschek et son mari en faisaient partie.

La même année, Mozart retourna à Prague afin de compléter et de produire son prochain opéra, Don Giovanni. Il résida alors avec les Duschek dans leur villa Bertramka à Smíchov, près de Prague. Il y résida peut-être aussi en septembre 1791 lorsqu'il acheva son opéra La clemenza di Tito.

Lors de sa visite en 1787, Mozart écrivit l'air de concert Bella mia fiamma, addio (K. 528), daté du 3 novembre. La composition de cet air fut quelque peu inhabituelle ; l'histoire suivante est attribuée à Karl Thomas Mozart, fils du compositeur :

« Petranka [sic] est réputée être la villa où Mozart aima rester avec ses amis musiciens les Duschek lors de sa visite à Prague et où il composa plusieurs numéros de son Don Giovanni. Un pavillon est érigé au sommet d'une colline, près de la villa. Un jour, Mme Duschek y emprisonna malicieusement le grand Mozart après lui avoir fourni de l'encre, une plume et un bloc-notes et lui dit qu'il ne retrouverait sa liberté qu'après avoir composé l'aria qu'il lui avait promise sur le texte Bella mia fiamma, addio. Mozart se soumit à cette exigence, mais pour se venger du tour que Mme Duschek lui avait joué, il inséra divers passages difficiles dans l'aria et menaça son amie despotique de détruire l'aria sur-le-champ si elle n'arrivait pas à la chanter à vue sans erreur. »

Bernard Wilson commenta cette histoire en ces termes :

« L'aria elle-même semble corroborer dans une certaine mesure ce récit. Les mots Quest' affanno, questo passo è terribile per me (mesures 27–34) sont accompagnés d'un enchevêtrement impressionnant de séquences chromatiques habilement conçu pour éprouver le sens de l'intonation de la chanteuse et ses pouvoirs d'interprétation. Mme Duschek surmonta manifestement ce passage terrible puisque l'autographe porte son nom écrit de la main même de Mozart.»

Duschek chanta cette aria et d'autres aux concerts que Mozart donna à Dresde et à Leipzig pendant sa tournée allemande de 1789. Josepha Duschek a chanté la scène Ch'io mi scordi di te - Non temer, amato ebne (KV 505) au Gewandhaus de Leipzig et a ensuite été entendue avec Mozart les 13 et 14 avril 1789 à Dresde.

Après la mort de Mozart, le couple emmena ses enfants avec eux et ils habitèrent désormais la Vila Bertramka.

A noter que selon Maynard Solomon, Mozart et Duschek furent amants. Les données connues ne permettent pas de l'affirmer avec certitude, et le musicologue américain Bruce Alan Brown a même réfuté cette hypothèse.




https://www.youtube.com/watch?v=wF3e6HFp59A
Revenir en haut Aller en bas
 
Josepha Duschek, soprano (1754-1824)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Josepha Barbara AURNHAMMER (1758-1820) ou Auernhammer
» Etienne Ozi (1754-1813)
» Nicolas SIRET (1663-1754)
» Gaetano Isola (1754-1813)
» Gaetano Marinelli (1754-1820)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Toutes les musiques du monde :: Musique classique :: Les interprètes-
Sauter vers: