Forum sur la musique classique
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Le deal à ne pas rater :
Promos Nike : Jusqu’à -50% de réduction !
Voir le deal

 

 Christian Rummel (1787-1849)

Aller en bas 
AuteurMessage
joachim
Admin
joachim

Nombre de messages : 23751
Age : 76
Date d'inscription : 19/08/2006

Christian Rummel (1787-1849) Empty
MessageSujet: Christian Rummel (1787-1849)   Christian Rummel (1787-1849) Empty2022-06-21, 20:33

Christian Franz Ludwig Friedrich Alexander Rummel (né le 27 novembre 1787 à Gollachostheim, mort le 13 février 1849 à Wiesbaden) était un professeur de musique allemand, pianiste, compositeur, clarinettiste, violoniste.

Christian Rummel (également Chrétin Rummel) est né en tant que sixième enfant du professeur Johann Matthias Rummel à Gollachostheim. La plupart du temps, Prichsenstadt est mal indiqué. Quelques semaines après sa naissance, la famille a bougé à Prichsenstadt, puisque le père a été donné le poste d'enseignant pour l'école de filles là. Probablement en 1802, Rummel devint l'élève du violoniste Heinrich Ritter et du maître de chapelle Karl Jakob Wagner (1772-1822) à Mannheim, il reçut également les conseils de l'abbé Georg Joseph Vogler, qui travailla également comme professeur de musique.
En 1806, il devint chef de musique militaire au 2e régiment d'infanterie de Nassau et participa à la guerre d'Espagne à partir de 1808. Il y épousa Maria Carmen del Gonzales (1792-1857). Sa fille Joséphine est née le 12 mai 1812 à Manzanaresi. En 1813, il est libéré de captivité. Il termine sa carrière militaire le 17 avril 1816 à Waterloo et s'installe à Wiesbaden, puisque le général August von Kruse lui confie un poste de professeur de musique à la pédagogie locale.

L'urbaniste Christian Zais sympathisait non seulement avec des artistes d'exception reconnus, mais tenait également à soutenir au maximum les musiciens talentueux et ambitieux et à les faire avancer. Le Hofkapellmeister Rummel doit être mentionné comme exemple. Après la fin de l'économie napoléonienne en Espagne, il est venu à Wiesbaden avec le régiment de Nassauer, avec sa grosse petite femme, qui a fait remarquer avec désinvolture qu'elle était très jalouse (Rummel était un bel homme majestueux aux yeux bleus et aux cheveux noirs) après avoir dit au revoir en tant que directeur de la musique régimentaire, car il ne trouvait aucune satisfaction à ce poste. Christian Zais, qui le reconnaît comme un musicien ambitieux, lui offre un appartement dans l'arrière bâtiment de l'hôtel « Zais », alors qu'il doit donner des cours de piano aux enfants. Les partitions des "Six valses", que Rummel a dédiées à Christian Zais et qui peuvent encore être consultées à la bibliothèque d'État de Wiesbaden, ont été conservées.

Le duc Wilhelm von Nassau-Orange lui a demandé de fonder et de diriger un orchestre de cour à Biebrich. "Ce groupe est rapidement devenu l'un des plus renommés d'Allemagne, tant par les capacités des musiciens que par leurs excellentes performances sous la direction de Rummel". Le duc Wilhelm aimait beaucoup son Kapellmeister et le 12 septembre 1828, il incita: "Kapellmeister Rummel doit recevoir l'assurance que le décret d'exposition que j'ai exécuté lui bénéficiera du serviteur pensionné."

En 1842, l'orchestre de la cour est dissous et Rummel succède à Theodore Eisfeld (1816–1882) son poste de chef de théâtre. Sa santé était déjà très mauvaise, c'est pourquoi il était souvent représenté par Conradin Kreutzer.

Rummel était un praticien polyvalent : chef d'orchestre consciencieux, pianiste compétent, violoniste et clarinettiste, recherché comme professeur et reconnu comme virtuose en Allemagne, en Suisse et en Hollande. Occasionnellement en voyage à Vienne avec l'entourage du duc, la maison d'édition Schott recommande à Beethoven, âgé de 37 ans, dont l'intention principale est « l'aspiration à la perfection dans l'étude de la composition », dans une lettre du 19 avril 1824 « l'amitié et la bienveillance en étant seul montrera le droit chemin, qu'en tant que disciple de l'art il doit parcourir ». Que Beethoven "portait la plus vive amitié à Rummel", n'est plus détectable. Ses compositions, très jouées à l'époque, montrent peu l'influence de Beethoven, jadis brillamment cité dans le Concert militaire, car elles ne dépassent pas les goûts contemporains. Schumann, qui plus tard toucha plus vivement le connu, lui attribue une parenté avec l'esprit parisien : "Ce qui lui manque dans la finesse française, il le remplace par une bonhomie et une convivialité naturellement allemandes, c'est pourquoi je l'ai toujours aimé."

Enfants de Christian et Maria Gonzales Rummel

Josephine Rummel (* 12 mai 1812 à Manzanaresi, † 19 décembre 1877 à Wiesbaden): Elle avait une bonne réputation en tant que pianiste à la maison et à l'étranger.
Joseph Rummel (né le 6 octobre 1818 à Wiesbaden, † 25 mars 1880 à Londres) : formé par son père à bien des égards, travailla un temps pour le duc d'Oldenbourg, vécut à Paris de 1842 et 1847 à 1870 puis à Londres. Lui aussi était un pianiste et clarinettiste de talent. Il a livré des compositions, principalement des arrangements, pour Escudier à Paris et Schott à Mayence.
Franziska Rummel (née le 4 février 1821 à Wiesbaden, † inconnu) : élève de son père, puis de Marco Bordogni à Paris et de Lamberti à Milan, fut la prima donna de l'Opéra de Wiesbaden en 1843. Elle fit également des tournées de concerts avec elle père. Elle a épousé l'éditeur de musique Peter Schott à Bruxelles.


Œuvres principales

Musique de chambre et d'orchestre

Quintettes à vent sur des thèmes de Mozart, op. 41 et 42
Musique militaire, 6 volumes, ohne opus
6 Quatuors pour cors op. 69
Grandes variations pour piano, 2 violons, alto, violoncelle et contrebasse, op. 16
Variations pour clarinette et piano sur la marche de l'opéra Aline de Berton op. 36
Trio concertant pour violon (ou clarinette) et piano sur Les Huguenots op. 82
2 Nocturnes pour clarinette et piano sur Robert le diable de Meyerbeer, op. 85
Nocturne pour cor (ou cor de basset) et piano, op. 87
Sonate pour violon et piano
Concertino pour clarinette et orchestre op.58
Concerto militaire pour piano et orchestre, op. 68
Fantaisie sur "Ah Perfido" de Beethoven pour clarinette et orchestre, op. 77
Schlummerkied (Berceuse) pour clarinette et piano, basé sur la Muette de Portici d'Auber, WoO
Variations sur Joseph de Méhul, pour 2 hautbois, 2 clarinettes, 2 cors, 2 bassons et contrebasson, op. 40


Piano

Six valses pour pianoforte, dédiées à Christian Zais
Souvenirs de S. Heinefetter op. 79
Fantaisie et Variations (Donizetti) op.80
Exercices instructifs, 50 pièces faciles en 3 suites, WoO

Sonates à 4 mains op. 20 et 59
Polonaises à 4 mains
Variations


Œuvres pour clarinette et piano




https://www.youtube.com/watch?v=VP1egWmBCio


0:00:00 Fantaisie brillante on Motifs from the Opera “Oberon”, Op. 35
0:17:41 Nocturne No. 1 on Motifs from the Opera “Robert le Diable”, Op. 85
0:26:43 Andante variè for Basset Horn and Piano, WoO
0:41:45 Variations on the March of the Opera “Alina”, Op. 36
1:00:40 Fantaisie on the Cavatine of the Opera “Tancredi”
Revenir en haut Aller en bas
 
Christian Rummel (1787-1849)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Dionisio Aguado (1787-1849)
» Gaetano NAVE (1787-1852)
» Anton Schweitzer (1735-1787)
» Konrad Starck (v.1715-1787)
» François Francoeur (1698-1787)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Toutes les musiques du monde :: Musique classique :: Les compositeurs-
Sauter vers: