Forum sur la musique classique
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
-20%
Le deal à ne pas rater :
OnePlus Nord CE 2 5G – 8GB RAM 128GB – Charge 65W
239 € 299 €
Voir le deal

 

 Adriano Lualdi (1885-1971)

Aller en bas 
AuteurMessage
joachim
Admin
joachim

Nombre de messages : 23947
Age : 76
Date d'inscription : 19/08/2006

Adriano Lualdi (1885-1971) Empty
MessageSujet: Adriano Lualdi (1885-1971)   Adriano Lualdi (1885-1971) Empty2022-06-18, 12:11

Adriano Lualdi (Larino, Molise, 22 mars 1885 - Milan, 8 janvier 1971) est un compositeur et chef d'orchestre italien. Lualdi est un de ces artistes en Italie dont la réputation a ensuite souffert de son soutien passionné, précoce et continu à Benito Mussolini et au fascisme italien.

Il est né de parents vénitiens qui ont déménagé à Larino pour des raisons professionnelles, où il a passé son enfance. Il a été musicalement précoce et a été envoyé à Rome où il a étudié jusqu'en 1906 avec Stanislao Falchi à l'Académie nationale Sainte-Cécile. Il a ensuite étudié pendant un an en 1907 la composition avec Ermanno Wolf-Ferrari au conservatoire Benedetto Marcello de Venise et a présenté la cantate Attollite gentes. Jeune musicien, il a dirigé à La Fenice de Venise, au Teatro San Carlo de Naples. De 1907 à 1909 il a été l'adjoint de Tullio Serafin et, surtout, de Pietro Mascagni. En même temps il a écrit deux poèmes symphoniques L'albatro (1908) et La leggenda del vecchio marinaro (1910), et un opéra en un acte Le nozze di Haura (1908).

Stimulé par Mascagni, à partir du milieu des années 1920, il s'est consacré essentiellement à l'opéra, essayant de s'émanciper des sujets véristes et recherchant un théâtre de chambre. Il a écrit la plupart des livrets de ses opéras. Parmi les œuvres de ce genre, on trouve des opéras tout à fait réussis, comme Le furie di Arlecchino (« intermezzo giocoso per marionette viventi », sur un livret de lui et de L. Orsini (Milan, teatro Carcano, 1915) et Il diavolo nel campanile (« grottesco », Milan, la Scala, 1925).

En 1917, il a été impliqué dans un débat sur le nationalisme musical, qui s'est développé dans les pages de la Rivista Musicale Italiana et de Musica, ayant comme partenaires Giacomo Orefice et Giovanni Tebaldini. Lualdi soutenait l'anti-modernisme le plus intransigeant et a adopté une position fermée vis-à-vis des tendances internationalistes des musiciens de la génération des 80. En 1921, il a rejoint la Camerata italiana, alors fondée à Milan par Renzo Bossi, Alceo Toni et Giulio Cesare Paribeni, afin de promouvoir des concerts de musique de chambre d'auteurs italiens contemporains ayant une orientation stylistique modérée.

Dans les années 1920, Lualdi a entrepris une activité intense de critique musical pour divers journaux: en 1922 pour l’Ambrosiano et l'année suivante pour il Secolo, qu'il a quitté en 1927 pour La Sera. Il a aussi écrit le Viaggio musicale in Italia, Milan 1927, et le Viaggio musicale in Europa, Milan 1928. Il y critiquait la musique atonale, le dodécaphonisme, la polytonalité (Viaggio musicale in Italia, p. 49). En outre, il jugeait Arnold Schönberg comme une « nuisance tragique » (« tragico scocciatore ») et sa musique comme un « arte brutale e cinicamente perversa » (Viaggio musicale in Europa, p. 22). Il a été critique musical officiel du Giornale d'Italia de 1936 à 1942.

Adriano Lualdi a fait des séries de tournées de concerts à l'extérieur, en 1932 en Amérique du Sud, en 1933 en Union soviétique, en 1935 en Allemagne, en 1939 en France.

Partisan convaincu de l'Italie fasciste, Lualdi a organisé avec F. Alfano, M.E. Bossi et I. Pizzetti la « Mostra del Novecento musicale italiano » en 1927 à Milan, consacré à la musique du xixe siècle en Italie, sous le patronage de Mussolini. Conçu avec l'intention de mettre en évidence les valeurs authentiques de la musique italienne, l'événement n'a connu qu'une seule édition, largement critiquée pour l'assemblage hétéroclite des musiques jouées. Lualdi a aussi organisé la première édition du Festival International de Musique à Venise en 1930, en complément de la Biennale de Venise.

En 1929, il a été élu au Parlement italien, comme représentant du Sindacato fascista dei musicisti et il a ensuite occupé la charge de conseiller national à la Camera dei fasci e delle corporazioni, en tant que membre du Consiglio della corporazione dello spettacolo, pour représenter les professionnels et les artistes (XXXe législature).

Il a ensuite dirigé le Conservatoire de Naples pendant huit ans (1936-1944).

Dans l'après-guerre, la réputation de Lualdi a quelque peu souffert de sa collaboration avec le régime fasciste. Cependant, en 1946, il écrit la musique de Montecassino d' Arturo Gemmiti, le premier film italien sur la Seconde Guerre mondiale. En 1947, il a pu prendre la direction du Conservatorio di Musica Luigi Cherubini à Florence, qu'il a occupée jusqu'en 1956. Son dernier opéra Il testamento di Euridice a été joué et diffusé sur le radiodiffusion publique RAI en 1962. En 1969, il publie un recueil de ses œuvres scéniques intitulé La bilancia di Euripide : 10 livrets d'opéra.
Dans la période tardive, Lualdi a fait beaucoup de transcriptions de musique ancienne, entre autres qu'il a orchestrées pour l'orchestre de chambre "L' Art de la Fugue "J.S. Bach. En 1955 il publie son autobiographie, Tutti vivi.


Son fils Luciano Lualdi s'est fait connaître comme chanteur.



Œuvres


Poèmes symphoniques

L'albatro (1908)
La leggenda del vecchio marinaio (1910)
Suite “Adriatica” (1932)
Africa (rapsodia coloniale) (1936)
Samnium (1938)


Opéras

Le nozze di Haura, scène lyrique en un acte (1908, sur un livret de Luigi Orsini - révisé en 1913, l'opéra sera mis in scène pour la première fois au théâtre de l'Opéra de Rome en avril 1943, avec Tito Gobbi)
Le furie di Arlecchino (10 mai 1915, Milan, Teatro Carcano, « intermezzo giocoso per marionette viventi », sur un livret de lui et de L. Orsini)
Guerin Meschino, légende pour marionnettes en un acte (1920, Rome, teatro dei Piccoli di Podrecca), sur un livret de Giovanni Cavicchioli
La figlia del re (18 mars 1922, Turin, Teatro Regio)
Il diavolo nel campanile (22 avril 1925, Milan, la Scala, livret basé sur la nouvelle d'Edgar Allan Poe Le Diable dans le beffroi)
La grançeola (10 septembre 1932, Venise).
l’Albatro (1932)
Lumawig e la saetta (23 janvier 1937, Rome; seconde version à Milan, 1956)
La luna dei Caraibi (29 janvier 1953, Rome)
Il testamento di Euridice opéra en quatre actes (diffusé par la RAI en 1962)


Musiques de scène

La figlia di Jorio de Gabriele d'Annunzio
La fiaccola sotto il moggio de Gabriele d'Annunzio


Autres

Attollite gentes (Venise 1907), cantate sur un texte de A. Graf
La rosa di Saaron, pour soprano, ténor, et orchestre (1927)
Sire Halewyn, mélodie pour soprano et orchestre de chambre (1929)
Antifone di S. Cecilia (1939)
In Festivitate Sanctae Trinitatis, oratorio (1958)
Divertimento en ré majeur pour orchestre de chambre (1941)
Quatuor à cordes en mi majeur (1913)
Sonate pour violon et piano
Montecassino, musique  pour le film de Arturo Gemmiti (1946)
Mélodies, chœurs
Pièces pour piano


Livres

Viaggio musicale in Italia, Milan, 1927
Viaggio musicale in Europa, Milan, 1928
Serate musicali, Milan, 1928
Viaggio musicale nel Sud-America, Milan, 1934
L'arte di dirigere l'orchestra, Milan, 1940
Viaggio musicale nell'URSS, Milan, 1941
L'arte della fuga di Giovanni Sebastiano Bach : con 40 esempi musicali e un piano schematico, 1955




https://www.youtube.com/watch?v=BI_Mto90uag
Revenir en haut Aller en bas
 
Adriano Lualdi (1885-1971)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Jekabs Medins (1885-1971)
» Jamilia Jazylbekova (née en 1971)
»  Adriano GUARNIERI (né en 1947)
» Adriano Lincetto (1936-1996)
» Adriano Banchieri (1568-1634)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Toutes les musiques du monde :: Musique classique :: Les compositeurs-
Sauter vers: