Forum sur la musique classique
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

 

 Johann Lukas Hedwig (1802-1849)

Aller en bas 
AuteurMessage
joachim
Admin
joachim

Nombre de messages : 23925
Age : 76
Date d'inscription : 19/08/2006

Johann Lukas Hedwig (1802-1849) Empty
MessageSujet: Johann Lukas Hedwig (1802-1849)   Johann Lukas Hedwig (1802-1849) Empty2022-01-11, 10:46

Johann Lukas Hedwig (Höltövény, 5 août 1802 - Brasov, 8 janvier 1849) est un compositeur de Transylvanie.

Johann Lukas Hedwig est né en 1802 à Heldsdorf (auj. Höltövény) près de Kronstadt (auj. Brasov, Transylvanie). La musique a fait une si forte impression sur le jeune paysan dès son plus jeune âge, qu'il a absorbé avec enthousiasme les suggestions musicales de son professeur de l'école élémentaire de Heldsdorf, Georg Rheindt. Il lui dédie ensuite quelques compositions.

À partir de 1812, il étudia au gymnasium de Kronstadt (Brașov), chanta dans la chorale de garçons et fut l'élève du cantor Hermann Lukas.
En 1819, il se rend à Vienne pour poursuivre ses études musicales avec A. Jekel, Joseph Drechsler (1782-1852) et Joseph von Blumenthal (1782-1850).
En 1823, il accepte un poste musical au Hofoper de Vienne, ville où il travaille également comme professeur de musique. En 1840, il est nommé à Kronstadt en tant que professeur de musique à la Bisericii Negre (l'église Noire), combiné - comme c'est d'usage en Transylvanie - avec le poste de professeur de musique au gymnasium Honterus.
À partir de 1844, il dirige les cours de chant à l'école de musique de Kronstadt. En tant que chantre, professeur de musique et compositeur, il était une figure marquante de la scène musicale de Kronstadt.
Après des combats provoqués par la bataille de Saxe de décembre 1848, auxquels il participa en tant que membre du groupe d'autodéfense, il tomba malade du typhus en combattant aux côtés de la Garde Civile et mourut quelques jours plus tard le 8 janvier 1849.

Ses œuvres sont fortement influencées par le classicisme viennois et son style rappelle celui de Joseph Haydn. Bien que Hedwig, en tant que seul compositeur exceptionnel de la période classique en Transylvanie, connaisse parfaitement les œuvres des classiques viennois et plus tard des romantiques (il a vécu à Vienne pendant plus de deux décennies), il est resté fidèle à son modèle, Joseph Haydn. L'influence des grands oratorios de Haydn est indéniable. Mais l'état mental et émotionnel d'Hedwige montre également des parallèles avec Haydn : la modestie tranquille et le fait d'être satisfait, le tempérament frais, enfantin, amoureux de la nature et pieux caractérisent également notre Haydn "transylvanien".

Œuvres

Les œuvres de Johann Lukas Hedwig sont - même selon les normes transylvaniennes - peu connues aujourd'hui, mais ont souvent été jouées de son vivant. La biographie ayant été largement éclaircie grâce à un journal intime, les investigations musicologiques devraient porter en priorité sur les nombreuses compositions. A l'exception de la cantate pascale que l'on entend aujourd'hui, elles n'ont pas été imprimés et leur sens a été jusqu'à présent difficile à évaluer. L'essentiel de l'œuvre d'Hedwig est composé d'œuvres vocales sacrées et profanes, aux côtés de morceaux pour piano, d'œuvres orchestrales plus petites, d'une opérette inachevée et d'une farce. Probablement son œuvre la plus importante, l'oratorio "Der Allmacht Wunder" pour solistes, choeur et grand orchestre (1845-48) a été joué pour la dernière fois en 1902 à Cronstadt. La composition la plus populaire de Hedwig s'est depuis longtemps émancipée de son créateur : le «Siebenbürgenlied - chant de Transylvanie», composé en 1845, auquel le texte de Max Moltke («Siebenbürgen, Land des Segens - Transylvanie, terre de bénédictions») a ensuite été ajouté. Il est chanté de l'Autriche au Canada - en particulier par les émigrés de Transylvanie - jusqu'à ce jour.

Jusqu'à récemment, presque aucune des œuvres d'Hedwig n'avait été imprimée, et il n'y a que quelques autographes ou copies dans les archives musicales de l'Église noire ou dans les archives de l'église de Heldsdorf. L'initiative de la nouvelle fondation "MusikNoten-Verlag Latzina, Karlsruhe", qui s'est fixé pour objectif de publier toutes les œuvres accessibles de Hedwig, est donc remarquable. Les cantates suivantes ont été publiées ces dernières années : les cantates de Pâques et de la Pentecôte, la Leichenkantate, le chant de fête (Festlied), le 1er psaume, Heiliges Lied, un hymne de louange (Loblied), le chant de fête (Festgesang) et «Der Herr ist König (Le Seigneur est Roi)». La dernière nouvelle parution est l'oratorio "Der Almmacht Wunder", probablement la composition la plus importante et la plus étendue de Hedwig, qui a été composé entre 1845 et 1848. À l'origine, il devait contenir 23 numéros, dont Hedwige n'en a terminé que dix : l'ouverture, les numéros 1 à 7 ainsi que 9 et 10 (le numéro 8 n'est disponible qu'en version brouillon). Les numéros 11-23 n'étaient malheureusement qu'au stade de la planification, probablement en raison de la mort prématurée d'Hedwige.


Cantate pour l'inauguration de l'orgue Bucholz à l'Eglise Noire (1839)


https://www.youtube.com/watch?v=uXWR8lwglTE


Le Siebenbürgenlied

https://www.youtube.com/watch?v=d0_inswsJlE
Revenir en haut Aller en bas
 
Johann Lukas Hedwig (1802-1849)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Johann Lukas Schubaur (1749-1815)
» Johann Rudolph Zumsteeg (1760-1802)
» Johann David SCHEIDLER (1748-1802)
» Johann Strauss Père (1804-1849)
» Zdenek LUKAS (1928-2007)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Toutes les musiques du monde :: Musique classique :: Les compositeurs-
Sauter vers: