Forum sur la musique classique
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Le deal à ne pas rater :
Sexy Cosplay Doll : Tome 8 Collector de Sexy Cosplay Doll avec artbook
10.80 €
Voir le deal

 

 Cassation, divertimento, sérénade au 18ème siècle

Aller en bas 
AuteurMessage
joachim
Admin
joachim

Nombre de messages : 23759
Age : 76
Date d'inscription : 19/08/2006

Cassation, divertimento, sérénade au 18ème siècle Empty
MessageSujet: Cassation, divertimento, sérénade au 18ème siècle   Cassation, divertimento, sérénade au 18ème siècle Empty2022-01-03, 19:41

La cassation est un genre musical lié à la sérénade et au divertimento. Du milieu à la fin du XVIIIe siècle, les cassations comprenaient généralement des ensembles de mouvements courts assemblés de manière lâche destinés à être joués en plein air par des ensembles d' orchestre ou de chambre. Le genre était populaire dans les pays de langue allemande du sud . D'autres titres synonymes utilisés par les compositeurs et catalogueurs de langue allemande comprenaient Cassatio, Cassatione et Kassation. Un terme italien équivalent était Cassazione. Le genre est parfois évoqué dans les titres de certaines compositions du vingtième siècle.

L'étymologie du terme musical est incertaine. Les cassations de Mozart K. 63 et K. 99 s'ouvrent sur des marches, et le terme a été spéculativement lié au mot italien cassa, qui signifie "tambour". Hermann Abert faisait partie de ceux qui pensaient que le terme dérive de l'italien cassare, signifiant "rejeter", impliquant un adieu musical, ou Abschiedsmusik. Le mot français casser (briser) a également été invoqué, basé sur l'idée que les mouvements pouvaient être librement divisés dans n'importe quel ordre. Une dérivation plus probable, reflétant le caractère extérieur du genre, implique une transformation du mot dialectal autrichien gassatim : plus précisément, gassatim gehen était une expression couramment utilisée par les musiciens locaux du XVIIIe siècle pour désigner le spectacle de rue.

Les ouvrages intitulés cassation étaient particulièrement répandus dans le sud de l'Allemagne, en Autriche et en Bohême du milieu à la fin du XVIIIe siècle. Certaines œuvres de jeunesse de Joseph Haydn et Wolfgang Amadeus Mozart portent le titre de cassation ; d'autres compositeurs de l' ère classique et préclassique qui ont produit des cassations comprennent Franz Joseph Aumann, Carl Ditters von Dittersdorf, Michael Haydn, Leopold Hofmann, Antonio Rosetti, Joseph Schmitt, Johannes Sperger et Johann Baptiste Wanhal. La symphonie des Jouets (de Leopold Mozart ou Edmund Angerer ?) était une réduction en 3 mouvements d'une Cassation en sol majeur en 7 mouvements. Le terme italianisé, cassazione, semble avoir été utilisé par Antonio Salieri.

Il est difficile de discerner une caractéristique formelle substantielle qui pourrait distinguer les cassations d'autres genres de type sérénade, tels que le divertimento, le notturno ou la Finalmusik. Il semble probable que le terme cassation ait été utilisé pour désigner la fonction sociale prévue de la musique en tant que divertissement en plein air plutôt que pour des caractéristiques structurelles particulières. Les catalogues thématiques de Breitkopf de l'époque avaient tendance à appliquer des titres tels que  "cassation" et "divertimento" de manière assez interchangeable, tout comme les compositeurs eux-mêmes. Ce chevauchement terminologique rend difficile la distinction des caractéristiques formelles de la cassation en tant que genre musical. Wolfgang Amadeus Mozart et Michael Haydn semblent avoir utilisé le terme uniquement pour désigner des pièces orchestrales, ressemblant apparemment à la sérénade de Salzbourg tout en manquant généralement de mouvements de concerto, alors que Joseph Haydn a appelé ses quatuors à cordes op. 1 et op. 2 "cassations". A noter que la sérénade orchestrale n° 1 en ré majeur K 100 de Mozart avait primitivement été appelée Cassation. Les cassations instrumentales et orchestrales semblent être stylistiquement liées au divertimento et à la sérénade, respectivement.

À la fin du XVIIIe siècle, le terme était passé de mode.

En effet, au 19ème siècle, les appellations cassation et divertimento ont disparu, par contre on trouve des sérénades orchestrales chez les Romantiques, comme Brahms, Dvorak, Tchaikovski et bien d'autres.


Cassation pour hautbois, clarinette, cor et basson en mi bémol majeur de Likkel, attribuée par les éditeurs à Mozart (K C 17.11)

Revenir en haut Aller en bas
 
Cassation, divertimento, sérénade au 18ème siècle
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Cantallos (18ème siècle)
» Bécourt (18ème siècle)
» Jan (?) NAMIEYSKI (fin 18ème siècle)
» Jozef Kobierkowicz (18ème siècle)
» Giovanni Angrisani (18ème siècle)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Toutes les musiques du monde :: Musique classique :: Oeuvres & analyses musicales-
Sauter vers: