Forum sur la musique classique
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Le Deal du moment : -37%
Ecran PC Gamer Incurvé – ACER – ...
Voir le deal
179.99 €

 

 Mendelssohn : Romances sans paroles

Aller en bas 
AuteurMessage
joachim
Admin
joachim

Nombre de messages : 23065
Age : 75
Date d'inscription : 19/08/2006

Mendelssohn : Romances sans paroles Empty
MessageSujet: Mendelssohn : Romances sans paroles   Mendelssohn : Romances sans paroles Empty2021-11-14, 10:19

Les Romances sans paroles (Lieder ohne Worte) sont de brèves pièces pour piano composées par Felix Mendelssohn à différentes périodes de sa vie. Elles occupent huit recueils publiés entre 1830 et 1845, dont cinq sont dédiés à des femmes. Chacun des 8 opus comporte 6 romances, ce qui en fait 48 en tout. Sa sœur Fanny Mendelssohn et d'autres compositeurs ont également écrit des pièces du même titre.


Opus 19

Composé entre 1829 et 1830, le premier recueil a été publié en 1830 à Londres sous le titre Melodies for the Pianoforte :

Andante con moto en mi majeur (« Doux souvenirs ») (MWV U 86) ;
Andante espressivo en la mineur (« Regrets ») (MWV U 80) ;
Molto allegro e vivace en la majeur (« Jägerlied » / « La chasse ») (MWV U 89) ;
Moderato en la majeur (« Confiance ») (MWV U 73) ;
Agitato en fa dièse mineur (« Agitation ») (MWV U 90) ;
Andante sostenuto en sol mineur « Venezianisches Gondellied  » (« Chanson de gondolier vénitienne ») (MWV U 78).



Opus 30

Composé entre 1833 et 1834 et dédié à Elisa von Woringen, il a été publié en mai 1835 à Bonn sous le titre Lieder ohne Worte, comme le seront les suivants :

Andante espressivo en mi bémol majeur (« Contemplation ») (MWV U 103) ;
Allegro di molto en si bémol mineur (« Trouble ») (MWV U 77) ;
Adagio non troppo en mi majeur (« Consolation ») (MWV U 104) ;
Agitato e con fuoco en si mineur (« Le vagabond ») (MWV U 98) ;
Andante grazioso en ré majeur (« Le ruisseau ») (MWV U 97) ;
Allegretto tranquillo en fa dièse mineur « Venezianisches Gondellied  » (« Chanson de gondolier vénitienne ») (MWV U 110)
Il s'agit du second Gondellied après l'opus 19 no 6.


Opus 38

Composé entre 1836 et 1837 et dédié à Rosa von Woringen, il a été publié en août 1837 :

Con moto en mi bémol majeur (« Étoile du soir ») (MWV U 121) ;
Allegro non troppo en ut mineur (« Bonheur perdu ») (MWV U 115) ;
Presto e molto vivace en mi majeur (« La harpe du poète ») (MWV U 107) ;
Andante en la majeur (« Espoir ») (MWV U 120) ;
Agitato en la mineur (« Appassionata ») (MWV U 137) ;
Andante con moto en la bémol majeur « Duetto » (« Duo ») (MWV U 119)
Le titre du morceau, dû à Mendelssohn, se réfère aux deux mélodies qui composent la pièce et sont censées représenter chacune un chanteur.


Opus 53

Composé entre 1839 et 1841 et dédié à Sophia Horsley, il a été publié en mai 1841 :

Andante con moto en la bémol majeur (« Sur la grève ») (MWV U 143) ;
Allegro non troppo en mi bémol majeur (« Nuages floconneux ») (MWV U 109) ;
Presto agitato en sol mineur (« Agitation ») (MWV U 144) ;
Adagio en fa majeur (« Tristesse de l’âme ») (MWV U 114) ;
Allegro con fuoco en la mineur « Volkslied » (« Chanson folklorique ») (MWV U 153) ;
Molto allegro vivace en la majeur (« La fuite ») (MWV U 154).


Opus 62

Composé entre 1842 et 1844 et dédié à Clara Schumann, il a été publié en avril 1844. Outre une autre Venezianisches Gondellied, il contient le célèbre Frühlingslied (« Chanson de printemps »), composé pour l'anniversaire de Clara en 18422 :

Andante espressivo en sol majeur (« Brise de mai ») (MWV U 185) ;
Allegro con fuoco en si bémol majeur (« Le départ ») (MWV U 181) ;
Andante maestoso en mi mineur (« Trauermarsch » / « Marche funèbre ») (MWV U 177)
Orchestrée par Ignaz Moscheles, elle fut jouée aux funérailles de Mendelssohn ;
Allegro con anima en sol majeur (« Chant du matin ») (MWV U 175) ;
Andante con moto en la mineur « Venezianisches Gondellied  » (« Chanson de gondolier vénitienne ») (MWV U 151) Il s'agit du troisième Gondellied après les opus 19 et 30 nos 6 ;
Allegretto grazioso en la majeur ( « Frühlingslied » / « Chanson de printemps ») (MWV U 161).


Opus 67

Composé entre 1843 et 1845 et dédié à Sophie Rosen, il a été publié en octobre 1845 :

Andante en mi bémol majeur (« Méditation ») (MWV U 180) ;
Allegro leggiero en fa dièse mineur (« Illusions perdues ») (MWV U 145) ;
Andante tranquillo en si bémol majeur (« Chant du pèlerin ») ( MWV U 102) ;
Presto en ut majeur (« Spinnerlied » / « La fileuse ») (MWV U 182)
Le surnom du morceau est dû au rythme de la main gauche pouvant évoquer la rotation d'un rouet ;
Moderato en si mineur (« La complainte du berger ») (MWV U 184) ;
Allegro e non troppo en mi majeur (« Berceuse ») (MWV U 188).


Opus 85

Publié à titre posthume en février 1851, il regroupe des œuvres composées entre 1834 et 1845 :

Andante espressivo en fa majeur (« Rêverie ») (MWV U 189) ;
Allegro agitato en la mineur (« L’adieu ») (MWV U 101) ;
Presto en mi bémol majeur (« Délire ») (MWV U 111) ;
Andante sostenuto en ré majeur (« Élégie ») (MWV U 190) ;
Allegretto en la majeur (« Le retour ») (MWV U 191) ;
Allegretto con moto en si bémol majeur (« Chanson du voyageur ») (MWV U 155).


Opus 102

Publié à titre posthume en juin 1868, il rassemble des œuvres écrites entre 1842 et 1845 :

Andante un poco agitato en mi mineur (« Sans foyer ») (MWV U 162) ;
Adagio en ré majeur (« Regard sur le passé ») (MWV U 192) ;
Presto en ut majeur (« Tarentelle ») (MWV U 195) ;
Un poco agitato, ma andante en sol mineur (« Les gémissements du vent ») (MWV U 152) ;
Allegro vivace en la majeur (« Kinderstück » / « Pièce pour enfant ») (MWV U 194) ;
Andante en ut majeur (« Croyance ») (MWV U 172).


Ouvrages connexes

Une pièce en ré majeur pour violoncelle et piano, écrite par Mendelssohn vers 1845 pour la violoncelliste Lisa Cristiani, fut publiée pour la première fois après sa mort. Il a été désigné Opus 109 et intitulé Song Without Words. Il n'est lié à aucune des pièces pour piano. Le violoncelliste Carlos Prieto a appelé la pièce "une composition exquise, digne des plus belles pièces que Mendelssohn ait jamais composées pour ce genre."

Une pièce pour piano en mi mineur de Mendelssohn a été publiée après sa mort sous l'Op. 117, intitulé Albumblatt ("Album Leaf");
un autre morceau pour piano par Mendelssohn a été publié après sa mort, sans numéro d'opus, répertorié comme WoO 10, intitulé Gondellied ("Gondola Song"). Certains historiens pensent que ceux-ci étaient destinés à un autre ensemble de Chansons sans paroles .




https://www.youtube.com/watch?v=y1uvYdW8MSk
Revenir en haut Aller en bas
joachim
Admin
joachim

Nombre de messages : 23065
Age : 75
Date d'inscription : 19/08/2006

Mendelssohn : Romances sans paroles Empty
MessageSujet: Re: Mendelssohn : Romances sans paroles   Mendelssohn : Romances sans paroles Empty2021-11-14, 10:38

Mendelssohn a réalisé lui-même des arrangements en duo pour piano d'un certain nombre de chansons, à savoir celles qui sont devenues le livre 5 et la première chanson du livre 6, qu'il a présenté à la reine Victoria en 1844. Mendelssohn était également au courant des arrangements de certains des premiers lieder pour duo avec piano de Carl Czerny. Beaucoup d'autres ont fait divers arrangements de chansons individuelles, y compris pour orchestre, ensemble de chambre ou instrument solo avec accompagnement de piano. Un exemple est l'arrangement de 22 des chansons par l'élève de Mendelssohn, l'altiste allemand Friedrich Hermann (1828-1907), pour violon et piano.

En 1834, Franz Liszt écrivit sa Grosses Konzertstück über Mendelssohns Lieder ohne Worte (Grande Pièce de concert sur les Chansons sans paroles de Mendelssohn) pour 2 pianos. Il était basé sur les chansons 1 à 3 du livre I, op. 19b. [Liszt et une étudiante, Mlle. Vial, a commencé à le jouer à Paris le 9 avril 1835 [mais Liszt est tombé malade pendant la représentation. Ferruccio Busoni avait prévu de le jouer à Londres avec Egon Petri, mais est décédé avant que le plan ne puisse être réalisé. Il a finalement été interprété pour la première fois dans son intégralité par Richard et John Contiguglia au Festival Holland Liszt de 1984 à Utrecht.

Il existe également des exemples d'enregistrements de transcriptions, pour instrument soliste et accompagnement au piano, de lieder de Mendelssohn écrits pour la voix, qui ont été intitulés "Songs Without Words", par exemple par Mischa Maisky. Aucun de ces arrangements n'a cependant été fait, ou ainsi intitulé, par Mendelssohn lui-même.


Par d'autres compositeurs

Les premières collections d'œuvres pour piano de Fanny Mendelssohn opp. 2, 6 et 8 sont intitulés Lieder für das Pianoforte (Chansons pour piano) .

Parmi les autres compositeurs qui ont été inspirés pour produire des ensembles de pièces similaires, citons Charles-Valentin Alkan (les cinq ensembles de chants, chacun se terminant par une barcarolle), Anton Rubinstein, Ignaz Moscheles et Edvard Grieg (ses 66 pièces lyriques). Deux Chansons sans paroles (Op. 10) pour piano ont également été écrites par Mykola Lyssenko.

Alkan et Rubinstein ont fréquemment inclus des éléments des Chansons de Mendelssohn dans leurs récitals. Ferruccio Busoni, qui considérait Mendelssohn comme «un maître d'une grandeur incontestée», s'est tourné vers les Chansons sans paroles au cours de la dernière année de sa vie pour une série de récitals projetés à Londres.
Revenir en haut Aller en bas
 
Mendelssohn : Romances sans paroles
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Toutes les musiques du monde :: Musique classique :: Oeuvres & analyses musicales-
Sauter vers: