Forum sur la musique classique
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
-20%
Le deal à ne pas rater :
Promo sur les Baskets Nike Air Max 2090
119.97 € 149.99 €
Voir le deal

 

 La Séguédille

Aller en bas 
AuteurMessage
joachim
Admin
joachim

Nombre de messages : 22809
Age : 75
Date d'inscription : 19/08/2006

La Séguédille Empty
MessageSujet: La Séguédille   La Séguédille Empty2021-10-18, 10:57

La séguedille ou séguédille ou séquidille (de l’espagnol seguidilla) est un type de chants espagnols accompagnés de danse, typiques des communautés autonomes de : Castilla-La Mancha, la Communauté de Madrid et le sud de Castilla y León (provinces de Ségovie, Avila et Burgos). Les Seguidillas sont également typiques de la musique traditionnelle de la communauté autonome des îles Canaries.

La vérité est que, depuis les temps anciens, la Seguidilla a été dansée dans la région centrale de l'Espagne, et qu'à partir de là elle s'est répandue dans toute la péninsule ibérique , connaissant, bien sûr, d'autres modifications et modalités, dans le temps et le rythme, selon les régions , comme les Sevillanas, Malaga, le fandango, les boleras, qui s'appellent à La Solana, ou meloneras comme on dit à Daimiel, d'un mouvement plus détendu et majestueux, les Seguidillas qui sont encore jouées à Motilleja (Albacete), les Jaleadas Seguidillas, caractéristiques de la région de Cadix et Jerez de la Frontera et, enfin, les gitans ou seguirillas, qui sont exécutées plus lentement, presque toujours imprégnées d'un sentiment plaintif, qui sent le flamenco pur.

Les pas de cette danse sont très variés. Ils empruntent notamment ceux du fandango et de la jota aragonaise, principalement celle où les danseurs cambrent majestueusement le corps et les bras, en se rapprochant et s'écartant alternativement. Il arrive que les bailadores frappent soudainement le talon très bruyamment comme une percussion complémentaire au claquement des castagnettes  : c'est le zapateado.

Déjà aux xviie et xviiie siècles, cette expression musicale est partiellement mentionnée dans plusieurs œuvres, plus précisément théâtrales, puisqu'elle servait souvent d'intermède au théâtre.

La danse sévillane dérive d'une variété de la seguidilla.

C'est en 1803 qu'est publié un texte qui décrit pour la première fois la chorégraphie des seguidillas manchegas et bulerias. Les similitudes qui existent entre les sévillanas actuelles et la seguidilla ancestrales sont précisées par Antonio Carion dans son ouvrage Les principales règles de danse, où il associe le boléro et une forme qu'il appelle « seguidilla ».

Ses principales variantes en Espagne sont :

Manchegas : originaires de La Mancha, avec un rythme très entraînant, leur chorégraphie étant composée d'un prélude instrumental et d'un interlude (appelés falsetas) entre chaque strophe. Ils ont été déclarés Bien d'Intérêt Culturel avec la catégorie Bien Immatériel. 3
bolenas : majestueux et décontractés
murcienas
sevillanas
gitanas, aussi appelées playeras, et
sigiriyas : de nature sentimentale et mouvement lent, contenant un double rythme alterné de 3/4 et 6/8, sa chorégraphie étant composée d'un prélude instrumental et d'un interlude, comme les Manchegas, entre chaque strophe.
jaleada : a un rythme combiné 3/4 et 3/8 et est lié à la cachucha .
Canarias seguidilla


La Séguédille dans la musique

Le compositeur espagnol Manuel de Falla a notamment écrit un thème musical intitulé Seguidille, d'après les paroles de Théophile Gautier.

Un jupon serré sur les hanches,
Un peigne énorme à son chignon,
Jambe nerveuse et pied mignon,
Œil de feu teint pâle et dents blanches,
Alza ! Ola ! Voilà ! La véritable manola !
Gestes hardis, libre parole,
Sel et piment à pleine main,
Oubli parfait du lendemain,
Amour fantasque et grâce folle,
Alza ! Ola ! Voilà ! La véritable manola !
Chanter, danser aux castagnettes,
Et dans les courses de taureaux,
Juger les coups des toreros,
Tout en fumant des cigarettes,
Alza ! Ola ! Voilà ! La véritable manola !


Isaac Albéniz a sous-titré Seguidillas pour sa pièce Castilla, de la Suite espagnole.

Federico Moreno Torroba a composé en 1961 une pièce pour guitare et orchestre intitulée Homenaje a la Seguidilla.


L'acte I du ballet Don Quichotte (version classique chorégraphiée par Marius Petipa et reprise par Alexander Gorsky) comprend une danse Seguidilla exécutée par le corps de ballet.

Une chanson originale intitulée Seguidilla apparaît à l'acte I de l' opéra Carmen de Georges Bizet, où elle est chantée par l'héroïne gitane dans une tentative (réussie) de séduire son ravisseur, le soldat Don José, pour qu'il la libère et la rencontre plus tard à l'auberge de son amie Lillas Pastia. Bien que ce numéro utilise du matériel de style flamenco, il a un tempo plus lent que la forme de danse espagnole classique et une structure plus complexe.

Il est également possible que le "Chant du Voile" (Acte II, scène 1, de Don Carlos) de Giuseppe Verdi soit censé évoquer le style d'une seguidilla, bien que stylistiquement il soit plus proche d'un boléro avec une coloration mélodique de style flamenco.
Ailleurs, dans La forza del destino, le même compositeur insère une danse folklorique au début de l'acte II ; mais bien qu'il soit étiqueté seguidilla dans la partition, le passage est écrit en 4/4, pas le triple tempo habituel pour une seguidilla.

Une seguidille figure également dans l' opéra Il barbiere di Siviglia de Paisiello.

Les thèmes des deux segidilies castillanes ont été repris par Mikhail Glinka dans son Ouverture espagnole n° 2 «Souvenirs d'une nuit d'été à Madrid» ( 1848 ).




https://www.youtube.com/watch?v=cDleWGzDrpo
Revenir en haut Aller en bas
 
La Séguédille
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Toutes les musiques du monde :: Musique classique :: Les ballets & la danse-
Sauter vers: