Forum sur la musique classique
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
-29%
Le deal à ne pas rater :
TV TCL 50C721 (2021) – QLED, 4K – 50″ (127cm) (Via ODR + code ...
374.99 € 530.99 €
Voir le deal

 

 Ludovico EINAUDI (cinéma)

Aller en bas 
AuteurMessage
Icare
Admin
Icare

Nombre de messages : 15546
Age : 57
Date d'inscription : 13/11/2009

Ludovico EINAUDI (cinéma) Empty
MessageSujet: Ludovico EINAUDI (cinéma)   Ludovico EINAUDI (cinéma) Empty2016-06-17, 09:15


Courte biographie

Ludovico Einaudi est né le 23 novembre 1955 à Turin. Il est un compositeur et pianiste italien particulièrement connu pour sa musique de piano, souvent d'essence romantique et porteuse de belles mélodies. Actuellement, il vit dans un domaine viticole dans la région du Piémont. Son goût pour le piano lui provient de sa mère. Il débute ses études musicales au conservatoire Verdi de Milan où il obtient un diplôme en composition. Ensuite, il suit l'enseignement de Luciano Berio. En 1982, il décroche une bourse au Festival de tanglewood. Suite à ses études, il passa plusieurs années en composant en formes traditionnelles. Il commença à élaborer un style personnel dans une série d'oeuvres pour la danse et plus tard pour le piano. Sa musique est limpide, de caractère ambiant, méditative et souvent rétrospective et tire en partie son inspiration du minimalisme. Il a fait une assez forte impression dans le monde du Septième Art qui l'a plusieurs fois employé: Il mettra en musique Fuori dal Mondo de Giuseppe Piccioni (1999), Luce dei miei occhi (2001) du même réalisateur, Le Parole di mio Padre de Francesca Comencini (2001) et Le Prix du Désir de Roberto Ando (2004), histoire de ne citer que les titres que je connais. En France, il se fera surtout connaître par le grand public pour avoir mis en musique Intouchables de Olivier Nakache et Éric Toledano (2011) qui connut un énorme succès.

https://www.youtube.com/watch?v=qHmB8mZdWBA


Impressions personnelles

Ce matin, j'ai réécouté la musique que Ludovico Einaudi a composée pour Fuori dal Mondo, un film de Giuseppe Piccioni, apparemment réalisé à la fin des années 1990. Je ne me souviens plus si c'est dans cette même période que je l'ai découverte. Pour ce qui est du film, c'est encore la même histoire, je ne l'ai jamais vu, pas sûr qu'il soit d'ailleurs sorti en France. Ce dont je suis sûr c'est que Fuori dal Mondo est la première musique que j'ai écoutée de ce compositeur que je ne connaissais alors même pas de nom. Eh oui, à cette époque, il me semble qu'il n'était pas encore connu, du moins en France. Depuis, les choses ont changé et, il n'y a pas si longtemps, un concert avait eu lieu à Paris. A l'époque, lors de la découverte de cette B.O., j'avais beaucoup aimé. J'avais retrouvé, seulement dans l'esprit, un peu Twin Peaks d'Angelo Badalamenti, par la chanson langoureuse, lunaire et vaguement étrange "Viaggio 2 da Salgari" et aussi La leçon de piano de Michael Nyman au travers d'une pièce pour piano seul comme "Passaggio". J'ai bien dit "dans l'esprit" car Ludovico Einaudi ne cède pas à l'imitation pure et simple, au contraire, il y amorce déjà son style propre, et cela dès le premier extrait qui porte le titre du film, par ses constructions pianistiques qui ont très probablement conduit à sa célébrité. Einaudi sait aussi être imaginatif comme il le démontre sur "Interludio 1 & 2". La construction de ces deux extraits est intéressante et fortement poétique. Un autre morceau qui m'a beaucoup intéressé, par une sorte de fluidité aquatique, s'intitule "Moto perpetuo da ultimi fuochi" qui réunit harpe électrique, piano, percussions, guitare et claviers. Très poétique. Apparente fragilité entraînée dans un mouvement imperturbable...


Dernière édition par Icare le 2020-12-17, 18:57, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
Icare

Nombre de messages : 15546
Age : 57
Date d'inscription : 13/11/2009

Ludovico EINAUDI (cinéma) Empty
MessageSujet: Re: Ludovico EINAUDI (cinéma)   Ludovico EINAUDI (cinéma) Empty2020-12-17, 19:58

Après un prologue en compagnie de Rolf Wilhelm, j'entame une nouvelle série d'écoutes croisées entre, cette fois, deux compositeurs qui se sont fait un nom dans la composition pour l'image; Ludovico Einaudi et Gabriel Yared. Cette nouvelle série d'écoutes ne sera pas très longue, en tout cas bien moins fournie que celle que j'avais récemment réalisée entre Brahms et Beethoven. Je n'écoute que les oeuvres de l'un et l'autre que je possède en compacts. Ce sont certes des musiciens très différents que rien ne relie dans leur musique, si ce n'est que tous les deux ont composé des bandes originales. Ce qui m'a donné l'idée de les réunir dans un même cycle, ce n'est absolument pas parce que le style du premier me renvoie au style du second, car, comme je viens de l'écrire, ils sont très différents. C'est juste que j'avais envie de réécouter ces deux compositeurs et qu'une série d'écoutes croisées s'y prêtait presque idéalement puisque je possède chez chacun d'eux un même nombre d'oeuvres, pas énormément car ils ne font pas partie des musiciens qui m'intéressent le plus. Pour démarrer, j'ai réécouté une pièce très courte, hors-cinéma, Divenire pour violon, violoncelle, cordes et deux harpes qui m'évoque à chaque fois ce romantisme langoureux, minimaliste et aérien que l'on peut trouver aussi dans sa musique de piano et de film. J'ai ensuite poursuivi avec Fuori dal Mondo, la bande originale par laquelle j'avais découvert l'existence de Ludovico Einaudi, c'était environ onze ans avant qu'il ne se fasse connaître en France avec Intouchables. J'avais suffisamment aimé pour poursuivre l'aventure. J'avais aimé un sens de la mélodie ainsi qu'un sens de la forme sentimentale qui, dans cette musique en tout cas, me paraissait bien traitée, avec une belle sensibilité et dans une fluidité qui a su flatter mon oreille. Il y a aussi des parties qui se distinguent de son style habituel et que je trouve assez poétiques.

<<L'histoire de cette jeune nonne et de son ami qui cherchent à venir en aide à un bébé trouvé dans un parc est illustré par cet album mélangeant piano ou violon solo, électro et rockabilly. Nous passons ainsi par toutes les phases émotives de cette histoire dramatique. Les titres 1 et 8, écrits pour le film, sont repris dans l'album Eden Roc de la même année. Cadenza est un titre de l'album Stanze de 1992 et Moto perpetuo un arrangement pour harpe et piano de ce même album.>> (wiki)
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
Icare

Nombre de messages : 15546
Age : 57
Date d'inscription : 13/11/2009

Ludovico EINAUDI (cinéma) Empty
MessageSujet: Re: Ludovico EINAUDI (cinéma)   Ludovico EINAUDI (cinéma) Empty2020-12-18, 23:00

En réécoutant sa partition qu'il concocta pour le film franco-italien de Roberto Ando, Le Prix du Désir (2004), je me faisais la réflexion que la musique de Ludovico Einaudi parvenait à m'émouvoir avec une facilité déconcertante, sachant surfer directement sur ma corde sensible. Ce n'est jamais une musique qui m'est impressionnante. Je ne peux effectivement pas dire qu'elle m'impressionne, je peux juste dire qu'elle m'émeut avec une simplicité désarmante. Je n'y trouve évidemment pas la virtuosité orchestrale d'un Bernard Herrmann qui sait susciter en moi une autre forme d'excitation musicale qui, pour le coup, m'est plus impressionnante et harmoniquement plus riche. Je ne cherche pas à comparer deux musiciens qui n'ont aucun rapport entre eux et n'ont nul besoin d'être comparés, c'est juste pour illustrer mon propos entre ce qui est en mesure de m'impressionner et ce qui parvient à simplement m'émouvoir, mais m'émouvoir pas de manière superficielle, quelque-chose qui s'userait au fil des écoutes, non, une musique suffisamment élaborée qui tient la route sur la durée. Je pense au thème principal de la bande originale Le Prix du Désir qui s'articule autour d'un piano lancinant, profondément mélancolique, une pointe d'électronique statique et suspendue, des cordes sobres mais appuyant le trouble du morceau, une construction mélodique presque souterraine amenée par le piano lui-même: le thème est minimaliste, simple et entêtant. Il me donne terriblement envie de suivre les pas de Daniel Auteuil et Greta Scacchi dans les eaux troubles de ce qui semble être un drame sur fond de trahison conjugale. En cela, ce thème est très réussi. En dehors de quelques morceaux que je qualifierais volontiers de pop électronique, qui non seulement ne me déplaisent pas mais n'abîment pas trop non plus l'homogénéité de l'ensemble, le reste de la partition se maintient à un bon niveau, sans passage à vide, développant quelques adagios pour cordes dont un m'a évoqué - ce que j'ai davantage perçu comme un clin-d'oeil - celui, très célèbre, de Samuel Barber.

Ludovico EINAUDI (cinéma) 2b5bcb2e13369f7f8b86fe7caf334b2095bb3765

<<Le Prix du Désir, c'est l'histoire d'un écrivain qui vit caché et d'une femme qui cherche à le démasquer. Très vite on subodore l'existence de secrets profondément enfouis dans le passé de Daniel Boltanski, auteur à succès d'origine polonaise, qui ne se contente pas de vivre une seule vie, mais en possède au moins deux - l'une publique, dans laquelle il se glisse incognito, et une autre privée, dans sa famille à Genève.>>
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
Icare

Nombre de messages : 15546
Age : 57
Date d'inscription : 13/11/2009

Ludovico EINAUDI (cinéma) Empty
MessageSujet: Re: Ludovico EINAUDI (cinéma)   Ludovico EINAUDI (cinéma) Empty2020-12-19, 22:32

Sur Luce dei miei Occhi (2001), Ludovico Einaudi retrouve pour la deuxième fois, après Fuori dal Mondo (1999), le réalisateur italien Giuseppe Piccioni. Là, plus que dans Le Prix du Désir et Fuori dal Mondo, la musique de Einaudi évolue dans une grande économie de moyens et d'effets. Un beau son électronique en suspension, planant, un piano ni sombre ni mélancolique qui égrène quelques notes et dessine une mélodie minimaliste, le thème principal peut se définir ainsi, en peu de chose, presque rien. Et pourtant, il touche la fibre rêveuse qui est en moi. J'ai juste à fermer les yeux et je vole par-dessus les nuages, je plane plutôt, aussi léger que cette musique me le laisse paraître. La réussite de ce thème qui semble simple à tous points de vue, aux antipodes de formes musicales chiadées et virtuoses, atteint sa propre perfection sur l'une des reprises, un morceau intitulé "Lontano da casa", lorsque le violoncelle de Marco Decimo que je retrouve après son album Una Mattina, reprend à son compte la mélodie minimaliste. Le violoncelle intervient dans d'autres morceaux plus caractéristiques du style de Ludovico Einaudi, souvent doux et langoureux. Un autre extrait, presque aussi onirique que le thème principal, revient plusieurs fois. Je le trouve cependant moins réussi, moins parfait dans une écoute seule. Néanmoins, il propage une même ambiance surréaliste, l'impression d'entrer dans une autre dimension:

Ludovico EINAUDI (cinéma) 517rAhHgBsL._SX258_BO1,204,203,200_

La passion d'Antonio, qui est chauffeur de voiture de luxe, pour la science-fiction, l'emmène à errer la nuit dans les rues en se prenant pour un héros du futur. Il va rencontrer Maria qui a de gros et douteux problèmes financiers. Ludovico Einaudi, à travers ses synthétiseurs et sa musique électronique, va tout d'abord plonger le spectateur dans cette dimension futuriste, lui garantissant un pied sur terre par l'emploi du piano solo - principal instrument d'inspiration du compositeur - puis celui du violoncelle de Marco Decimo et de la guitare acoustique de Lucio Bardi qui vont venir matérialiser cette rencontre et ce début de romance qui, eux, sont bien réels.
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
Icare

Nombre de messages : 15546
Age : 57
Date d'inscription : 13/11/2009

Ludovico EINAUDI (cinéma) Empty
MessageSujet: Re: Ludovico EINAUDI (cinéma)   Ludovico EINAUDI (cinéma) Empty2020-12-21, 12:27

La musique que composa Ludovico Einaudi pour le film de Francesca Comencini, Le Parole di mio Padre, est sans aucun doute celle qui me touche le plus parmi toutes les musiques que j'ai écoutées de lui, qu'elles aient d'ailleurs été imaginées et conçues pour l'image ou non. C'est surtout grâce à l'un des deux thèmes principaux, pas celui qui est typique du style pianistique du compositeur, certes très joli, mais l'autre qui justement s'en éloigne et porte tout d'abord le titre "Il vero amore". C'est à mon oreille une perle de poésie, de raffinement, un moment purement lunaire, onirique, avec une orchestration adéquate qui révèle une belle sensibilité musicale, une orchestration réalisée par ses soins, ce qui n'est pas toujours le cas dans la musique de film pour des raisons diverses. Ludovico Einaudi utilise une sonorité électronique lancinante qui contribue largement à l'unicité sonore de la bande originale dans son ensemble, car le thème, porté par une cadence imperturbable et langoureuse, revient ponctuellement tout au long de l'album mais juste ce qu'il faut, c'est-à-dire sans lui donner un caractère trop répétitif. Mais ces quelques notes d'électronique ont quelque-chose de magique, de magnétique, elles interrogent l'esprit, l'âme, le coeur, me procurent un étrange sentiment qui n'est ni de la tristesse ni de la joie, peut-être un sentiment de plénitude et de communion spirituelle entre deux êtres, bien que vers la fin, le fameux thème auquel je fais référence prend malgré tout un caractère plus mélancolique.

Ludovico EINAUDI (cinéma) MV5BZmZhOTI5OTAtMWYyZi00YmQ5LTg3ZWQtOTQyZjMxOTAxNmZhXkEyXkFqcGdeQXVyNjE0NjU5NDQ@._V1_UX182_CR0,0,182,268_AL_

Synopsis: <<Zeno Cosini, jeune homme rêveur et velléitaire, vit seul avec son père. A la mort de celui-ci, il comprend qu'à bientôt trente ans, il va falloir qu'il fasse quelque chose de sa vie. L'héritage laissé par son père stipule en effet qu'il ne touchera sa part qu'à condition de trouver un travail.Malgré son peu d'inclination pour les affaires, Zeno postule chez Giovanni Malfenti, un vieil ami de son père, riche et charismatique marchand d'art. Celui-ci le prend en sympathie et l'engage. Une relation privilégiée s'établit entre le fils orphelin et le père qui n'a jamais eu de fils.>>
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Ludovico EINAUDI (cinéma) Empty
MessageSujet: Re: Ludovico EINAUDI (cinéma)   Ludovico EINAUDI (cinéma) Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Ludovico EINAUDI (cinéma)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Toutes les musiques du monde :: Musique de films, du monde & divers :: Jazz & Musiques de films-
Sauter vers: