Forum sur la musique classique
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
-20%
Le deal à ne pas rater :
OnePlus Nord CE 2 5G – 8GB RAM 128GB – Charge 65W
239 € 299 €
Voir le deal

 

 Charles Jean-Baptiste Soualle, Ali Ben Sou Alle (1824-1865?)

Aller en bas 
AuteurMessage
joachim
Admin
joachim

Nombre de messages : 23943
Age : 76
Date d'inscription : 19/08/2006

Charles Jean-Baptiste Soualle, Ali Ben Sou Alle (1824-1865?) Empty
MessageSujet: Charles Jean-Baptiste Soualle, Ali Ben Sou Alle (1824-1865?)   Charles Jean-Baptiste Soualle, Ali Ben Sou Alle (1824-1865?) Empty2019-10-02, 20:19

Charles Jean-Baptiste Soualle, dit Ali-Ben-Sou-Alle, est un saxophoniste et compositeur français, né à Arras en 1820 et mort après 1865. Il apporta au saxophone quelques modifications importantes.

Ses études au Conservatoire de Paris se concluent par un 1° Prix de clarinette en 1844. Nommé directeur de la musique des troupes de marine au Sénégal, il devient ensuite clarinettiste à l’orchestre de l’Opéra Comique. Lorsque surviennent les évènements de 1848, il se réfugie en Angleterre, où il remplit la fonction de clarinette solo au théâtre de la reine. Ses mélodies et diverses pièces pour piano y sont éditées.
Pendant son séjour à Londres, Soualle a fait la connaissance d'un autre musicien français, Louis Antoine Jullien, qui a dirigé une série de concerts de musique légère à Londres. Jullien encourage Soualle à apprendre le saxophone, et après avoir effectué quelques modifications (l'ajout d'un mécanisme d'octave simple et des modifications sur les clefs du registre grave - appelant son saxophone modifié le "turcophone") Soualle a acquis une réputation de virtuose et commencé des tournées de récitals en soliste (où "monoconcerts", pour utiliser l'expression de l'époque).

Il se lance ensuite dans une tournée mondiale prodigieuse par rapport aux standards de l'époque; et il adopte le personnage orientaliste de "Ali Ben Sou Alle", interprétant sur une version modifiée du saxophone qu'il a renommée "turkophone" conformément à son numéro d'acteur. Mais des détails au-delà de ces faits nus sont souvent insaisissables, car en effet Soualle est une figure énigmatique de l'histoire de la musique du XIXe siècle.

C'est à partir de 1857, que "Ali-Ben-Sou-Alle" commence à parcourir les capitales Européennes. Son succès grandissant, il embarque pour "des contrées lointaines et à demi-sauvages", où il parvient à donner des concerts. Il visite successivement l’Australie, la Nouvelle-Zélande (où dit-on, un bâtiment de la marine porte son nom), puis Manille, Java, Canton, Macao, Shanghaï, Calcutta, pour finalement se poser à Mysore, dans l’Indoustan. Il y est chef de la Musique du Radjah, tout en obtenant le titre de Chevalier Royal de Mysore. A cette même époque, il se convertit à l’Islam et adopte définitivement le nom d’Ali-Ben-Sou-Alle (cf. : gravures d’époque).
Après quelques années, il se remet en route et parcourt l’Ile Maurice, la Réunion, le Cap de Bonne Espérance, Cap Natal, puis revient à Mysore. La révolution des Indes éclate en 1858, après son retour, et il échappe de justesse à la mort.


Mais, sa santé s’étant quelque peu délabrée, il revient en Europe pour y être soigné. Le 27 mars 1865, il donne un concert aux Tuileries, en présence de Napoleon III et de toute la famille Impériale. Il joue également en Angleterre devant le Prince de Galles cette même année. A cette occasion, Ali-Ben-Sou-Alle remet au Prince "The Royal Album", livret contenant des compositions évoquant chacun de ses voyages (série de compositions ayant pour titre "Souvenirs de …" , qu’il éditera en France en 1861).
Malheureusement, les informations concernant Ali-Ben-Sou-Alle s’arrêtent après 1865, l'on ne connaît plus rien de sa vie. Cette date coïncide avec le début du long déclin que connaîtra le saxophone après le Second Empire.
 Etrange et mystérieux saxophoniste, Ali-Ben-Sou-Alle fut un avant-gardiste, travaillant sans relâche à la création d’un répertoire (plus de 40 compositions), et à l’amélioration de son instrument.

La plupart de ses œuvres sont des fantaisies sur des opéras, ou des "souvenirs" de voyage pour saxophone et piano, et aussi quelques pièces pour piano (dont "Deux Valses") et mélodies de jeunesse.


Œuvres principales (toutes pour saxophone et piano)

Adieu, valse de consert
Alexandre, polka royale
Caprice : Souvenir de la Nouvelle Zélande
Caprice sur "Jenny l'Ouvrière"
Caprice sur "La dernière pensée de Weber"
Caprice sur Le Prophète de Meyerbeer
Divertissement sur une ballade irlandaise
Fantaisie sur Don Giovanni de Mozart
Fantaisie sur Il Trovatore de Verdi
Fantaisie sur la Favorita de Donizetti
Fantaisie sur la Sonnambula de Bellini
Fantaisie sur le Barbier de Séville de Rossini
Fantaisie sur Lucrezia Borgia de Donizetti
Fantaisie sur Robert le Diable de Meyerbeer
Grande Fantaisie variée sur Lucia di Lammermore de Donizetti
Le Retour, polka
Shangai Redowa Waltz
Souvenir de Natal, rêverie
Souvenirs d'Angleterre
Souvenirs d'Australie et de Manille
Souvenirs de Bade (aussi pour clarinette en si b)
Souvenirs d'Ecosse : introduction, variations sur "Charley is my darling" et Boléro
Souvenirs de France
Souvenirs de la Chine
Souvenirs de l'Ile Maurice
Souvenirs de l'Inde : Andante, air Malabar varié et Polonaise
Souvenirs d'Irlande
Souvenirs de Java
Souvenirs du Cap de Bonne Espérance : Largo, variations sur "The Irish Immigrant" et Polka




(d'après http://saxowebquebec.com/?page_id=4376#l%C3%A9onchic)




https://www.youtube.com/watch?v=2KVwM45ZDOg
Revenir en haut Aller en bas
 
Charles Jean-Baptiste Soualle, Ali Ben Sou Alle (1824-1865?)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Jean Baptiste (1650-1727) et Charles (1710-1760) BUTERNE
» Josef Leopold ZVONAR (1824-1865)
» Jean Baptiste STUCK ou Stück (1680-1755)
» Jean-Baptiste ROBIN (né en 1976)
» Jean Sibelius (1865-1957)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Toutes les musiques du monde :: Musique classique :: Les compositeurs-
Sauter vers: