Forum sur la musique classique
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
-40%
Le deal à ne pas rater :
Machine à café avec broyeur KRUPS YY4384FD Essential
357.99 € 599.99 €
Voir le deal

 

 William Wordsworth (1908-1988)

Aller en bas 
AuteurMessage
joachim
Admin
joachim

Nombre de messages : 23918
Age : 76
Date d'inscription : 19/08/2006

William Wordsworth (1908-1988) Empty
MessageSujet: William Wordsworth (1908-1988)   William Wordsworth (1908-1988) Empty2019-09-05, 20:23

William Brocklesby Wordsworth (né à Londres le 17 décembre 1908 - mort à Kingussie le 10 mars 1988) était un compositeur anglais.

Wordsworth est né à Londres, descendant du frère du célèbre poète William Wordsworth. Comme il était considéré comme un enfant trop délicat pour aller à l'école, l'essentiel de son éducation non musicale provenait de son père, pasteur membre de l'Église d'Angleterre. Son intérêt pour la musique est devenu prédominant vers l'âge de 12 ans. À cette époque, il suivait des cours de piano auprès de Mlle Sterry, membre de la Société des arts religieux, qui se réunissait auparavant chez les Wordsworths à Hindhead, dans le Surrey. Elle lui suggéra de parfaire sa formation musicale en étudiant avec le compositeur George Oldroyd, chef de choeur et organiste à St Michael's, Croydon.
Il a donc étudié l'harmonie et le contrepoint avec George Oldroyd de 1921 à 1931 ; À la fin de cette période, Trois préludes d'hymnes pour orgue, Op.1 (1932) ont été publiés. Il décida ensuite poursuivre ses études auprès de Donald Francis Tovey à l'Université d'Édimbourg de 1934 à 1936.

Le pacifisme était une partie essentielle de son caractère et pendant plusieurs années avant le début de la Seconde Guerre mondiale, il a été associé à la Peace Pledge Union et, pendant quelques années, a exercé les fonctions de secrétaire du groupe Hindhead Fellowship of Reconciliation. Pendant ce temps, il connaissait très bien Max Plowman et John Middleton Murry et comptait également parmi ses amis Mlle Nellie "Kay" Gill, violoniste professionnelle et protectrice de musique qui organisait des concerts de chambre dans sa maison voisine des Wordsworths; il a toujours maintenu que sa longue amitié avec elle renforçait beaucoup son développement en tant que compositeur et en tant que pacifiste. Il était inévitable qu'il prenne position en tant qu'objecteur de conscience et que, lorsque la guerre éclata, il était destiné à travailler sur le terrain, la musique cédant alors la place à l’agriculture comme revendication principale de son époque. Néanmoins, il profitait encore de la nuit, une fois le travail de la journée terminé, pour écrire de la musique.
En fait, des compositions datant de cette époque, telles que la première symphonie et les premier et second quatuors à cordes, ont été les premières à attirer l’attention des critiques en 1941. Sa musique vocale de cette époque rencontre moins de succès: The Houseless Dead, Op.14 (1939), d'après D.H. Lawrence pour baryton solo, chœur et orchestre, reste inchangé et sa plus grande œuvre, l'oratorio Dies Domini, pour trois solistes, chœur et grand orchestre, écrite entre 1942 et 1944 et louée par Vaughan Williams attend également sa première représentation (la BBC l'a rejetée pour diffusion sur Third Service and Home Service en 1960).

Pendant qu'il travaillait dans le Hampshire, il rencontra Frieda Robson, également pacifiste ardente, et en 1945, ils se marièrent. Après la guerre, il devint encore plus prolifique et nombre de ses travaux précédents furent publiés pour la première fois. Les quinze années suivantes furent ses plus productives en termes de performances et de reconnaissance.

Il a siégé au comité exécutif de la Guilde des compositeurs de Grande-Bretagne pendant cinq ans à compter de 1955 et a été élu président quatre ans plus tard. À la suite de son travail avec la Guilde, au printemps 1961, avec Thea Musgrave, il entreprit une tournée de quinze jours en Union soviétique à l’invitation de l’Union des compositeurs soviétiques de Moscou, où il rencontra, entre autres compositeurs, Chostakovitch et Khatchatourian. Au cours de la tournée, il a prononcé un discours sur un ton auto-dénigrement caractéristique: "Je crois partager avec votre compositeur le plus célèbre, Chostakovich, une caractéristique: un dégoût extrême pour parler en public. Pour une occasion comme celle-ci, Je pourrais souhaiter que le sol s'ouvre et que je puisse disparaître. Je pourrais aussi souhaiter que la ressemblance entre moi et Chostakovitch ne se termine pas là, mais je ne peux pas être assez arrogant au point de prétendre que mes compositions sont au même niveau que les siennes! ".

Il a vécu en Angleterre jusqu'en 1961, date à laquelle il s'est installé à Kincraig (comté d' Inverness). En 1966, il aida à fonder la Scottish Composer's Guild.

Deux douleurs profondes assombrissent ses dernières décennies. En 1971, son fils aîné, Tim, a été tué à 23 ans dans un accident de voiture près de Pitlochry, alors qu'il rentrait à Londres. Bien que le compositeur ait été dévasté, il a d'abord souffert en silence, mais son chagrin a finalement trouvé expression dans deux œuvres. Le premier, Adonais, pour voix mixtes, Op.97 (1974) est un ensemble imposant de mots empruntés au long poème de Shelley écrit à la mémoire de Keats et une évocation émouvante de la fugacité de la vie. La seconde, Symphony No.6 Elegiaca, pour mezzo-soprano, baryton, choeur et orchestre, l'op.102 (1977) est simplement dédiée à "En mémoire, Tim". Cet ouvrage reprend également des paroles de l' adonais de Shelley , ainsi que de Meditation XVII de John Donne et Dirge Without Music d' Edna St. Vincent Millais.; c'est malheureusement sa seule symphonie en attente de sa première interprétation.

Le deuxième coup est survenu en 1982, à la mort de son épouse Frieda. Selon le révérend Maclean, "Bill était perdu. Charmante, fraîche, engageante, Frieda a parlé pour lui, l’a géré, a décidé pour lui. Sans elle, il est devenu un paquet de vêtements sales, un vagabond en quête de dépendance. L' année de sa mort, il écrit une œuvre pour quatuor à cordes, qu'il réclame plus tard pour orchestre à cordes, qu'il appelle Elegy pour Frieda., une chanson d'amour éloquente, faite de souvenirs captivants et ravis et d'une intimité chérie.
Une mauvaise santé a gâché ses dernières années et sa créativité a pratiquement disparu. Sa dernière œuvre achevée était une symphonie, sa huitième sous-titrée Pax Hominibus. Il est décédé à Kingussie le 10 mars 1988 à l'âge de 79 ans.

d'après http://www.musicweb-international.com/classrev/2009/Jan09/Wordsworth_Conway.htm


Ses œuvres, qui sont plus de 100, dont 8 symphonies, sont en grande partie tonales et de style romantique.


Orchestre

Symphonie pour orchestre à cordes, op. 6 (1939)
Symphonie n° 1 en fa mineur, op. 23 (1944)
Symphonie n° 2 en ré  op. 34 (1947-1948)
Symphonie n° 3 en do, op. 48 (1950-1951)
Symphonie n° 4 en mi bémol, op. 54 (1953)
Symphonie n° 5 en la mineur, op. 68 (1959-1960)
Symphonie n° 6, op. 102 (1977) "Elegiaca"
Symphonie n° 7, op. 107 (1980) "Cosmos"
Symphonie n° 8, op. 118 (1986) "Pax hominibus"
Sinfonietta pour orchestre de chambre, op. 62 (1957)
Theme et Variations, op. 19 (1943)
Etude symphonique pour orchestre à cordes, op. 53 (1950)
Divertimento en ré, op. 58 (1954)
Processional Overture, op. 39 (1949)
A Highland Overture, op. 76
Ouverture pour orchestre, op. 86 (1968) "Conflit"
Spring Festival Overture, op. 90 (1970)
Jubilation, musique festive, op. 78 (1965)
Thème et Variations pour petit orchestre, op. 19 (1943)
Variations sur un thème écossais, op. 72 (1962)
Variations symphoniques "Confluences", op. 100 (1975)
Deux esquisses écossaises pour petit orchestre, ou Sinfonia semplice, op. 87 (1967/69)
Elégie pour Frieda (suite au décès de sa femme Frieda), pour orchestre à cordes (ou quatuor à cordes), op. 111 (1984)
Exelsior, pour orchestre à cordes, op. 112 (1983)
Concerto pour piano et orchestre en ré mineur, op. 28 (1946)
Concerto pour violon et orchestre en la majeur, op. 60 (1955)
Concerto pour violoncelle et orchestre, op. 73 (1962)
Symposium, pour violon, cordes, piano et percussion, op. 94 (1972)


Musique de chambre

Quatuor à cordes n° 1, op. 16 (1941)
Quatuor à cordes n° 2, op. 20 (1944)
Quatuor à cordes n° 3, op. 30 (1947)
Quatuor à cordes n° 4, op. 47 (1950)
Quatuor à cordes n° 5, op. 63 (1957)
Quatuor à cordes n° 6, op. 75 (1964)
Quatuor pour piano et cordes, op. 36 (1948)
Quatuor pour hautbois et cordes, op. 44 (1949)
Quatuor pour clarinette et cordes, op. 50 (1952)
Quintette pour hautbois, piano, violon, alto et violoncelle, sans op. (1959)
Canzona et Ballade pour quatuor à cordes, op. 12 (1938-1941)
Trio en sol mineur pour violon, alto et violoncelle, op 25 (1945)
Trio pour piano, violon, violoncelle, op. 43 (1949)
Trio pour piano, hautbois et basson, op. 55 (1953)
Sonate - phantasy pour violon et piano, op. 3 (1933)
Sonate n° 1 pour violoncelle et piano (1944)
Sonate n° 2 en sol mineur pour violoncelle et piano, op. 66 (1959)
Nocturne pour violoncelle et piano, op. 29 (1946)
Scherzo pour violoncelle et piano, op. 42 (1949)
Sonate pour violoncelle solo en ut, op. 70 (1961)
Conversation pour 2 violoncelles et piano, op. 74 (1962)
Pièce de conversation pour alto et guitare, op.113 (1983)
Intermezzo pour alto et piano (1935)
Sonatine en ré pour alto et piano (ou guitare), op. 71 (1961)
Trois pièces (Prélude, Élégie et Scherzo) pour alto et piano, Op.93 (1972)
Thème et Variations pour flûte et piano
Dialogue pour cor et piano, op. 77 (1965)
Prélude et scherzo pour hautbois et piano, op. 98 (1974)
Reflexions pour harpe et piano, op. 101 (1976)


Piano

3 Hymnes pour orgue, op. 1 (1932)
Sonate en ré mineur, op. 13 (1939)
Cheesecombe Suite, op. 27 (1945)
Ballade, op. 41 (1949)
Valdeiction, op. 82 (1967) (également orchestre)


Musique vocale

Mélodies, op. 5
Mélodies, op. 7 (1936)
The houseless dead, lied, op. 14 (1939)
Dies Domini, oratorio pour solistes, choeur et orchestre, op. 18 (1942-1944)
Quatre Sonnets sacrés pour voix et orchestre, op. 21 (1944)
Hymn of Dedication, pour chœur et orchestre à cordes, op. 26 (1945)
The Image vocale pour voix haute du poème de Richard Hughes (avant 1947)
Lucifer yields, cantate, op. 40 (1949)
Three Wordsworth Songs, pour voix et cordes, op. 45 (1950)
A vision: Songs of innocence and experience, pour chœur, piano et orchestre à cordes, op. 46 (1950)
A song of praise, pour chœur et orchestre, op. 61 (1956)
Chansons d'Ariel, mélodies, op. 85 (1968)
A pattern of love (un modèle d'amour), pour chant et cordes, op. 89 (1970)
A Christmas Garland (Une Guirlande de Noël), pour chœur de femmes, cordes, piano et orgue, op. 91 (1971)
The Solitary Reaper pour choeur mixte, alto et piano, op. 96 (1973)
Adonais, cantate sur la mort de son fils, op. 97 (1973)
Quatre chansons de Shakespeare pour voix haute, alto et piano, op.103 (1977)

The Twa Brigs, musique de scène, op. 95 (1973)




https://www.youtube.com/watch?v=kVTkkUKI1oI
Revenir en haut Aller en bas
 
William Wordsworth (1908-1988)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Johan Franco (1908-1988)
» Grigor EGHIAZARIAN (1908-1988)
» William Mason (1829-1908)
» Yuri Znatokov (1926-1988)
» Edgar GIRTAIN né en 1988

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Toutes les musiques du monde :: Musique classique :: Les compositeurs-
Sauter vers: