Forum sur la musique classique
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Le deal à ne pas rater :
Cartes Pokémon Japon : le display Pokémon Go de retour en stock sur ...
Voir le deal

 

 Traugott EBERWEIN (1775-1831)

Aller en bas 
AuteurMessage
joachim
Admin
joachim

Nombre de messages : 23947
Age : 76
Date d'inscription : 19/08/2006

Traugott EBERWEIN (1775-1831) Empty
MessageSujet: Traugott EBERWEIN (1775-1831)   Traugott EBERWEIN (1775-1831) Empty2018-05-02, 11:10

Traugott Maximilian Eberwein est un compositeur et chef d'orchestre allemand, né à Weimar le 27 octobre 1775 et mort à Rudolstadt le 2 décembre 1831. Il était le frère aîné de Carl Eberwein (1786-1868).

Après avoir pris des cours de violon avec son père, Traugott Eberwein était violoniste dès l'âge de 7ans dans la chapelle du prince de Weimar, bien qu'il connaissait tous les instruments. Il était l'aîné des trois fils d'Alexander Bartholomäus Eberwein (1751-1811), musicien de la cour ducale et de la ville de Weimar dont le frère Christian fut violoniste à Francfort avant de devenir violoniste (1794) et directeur musical (1811) de l'orchestre de la cour de Rudolstadt.

Traugott a étudié la théorie avec F.L.A. Kunzen à Francfort et le violon avec Ernst Schick à Mayence. Il a reçu quelques instructions supplémentaires de J.C. Kittel (contrepoint) à Erfurt et, s'arrêtant à Naples pour une tournée de concerts à travers l'Allemagne, la France et l'Italie (1803), avec Fedele Fenaroli. Après une visite à Hambourg (1796), il fut engagé comme musicien de la cour du prince Ludwig Friedrich von Schwarzburg-Rudolstadt en 1797, devenant plus tard musicien de chambre (1810) et Kapellmeister (1817) à Rudolstadt.
La réputation de Traugott repose en grande partie sur le niveau de performance atteint sous sa direction à Rudolstadt et son travail en tant que fondateur de festivals de musique en Allemagne, en plus de ses nombreuses compositions. Ses arrangements de Goethe, avec qui il était en bons termes, incluent le Tafellied Mich ergreift, ich weiss nicht wie et des œuvres dramatiques, parmi lesquelles le Singspiele Claudine von Villa Bella (1815) et Der Jahrmarkt zu Plundersweilen (1818).

Bien que ses Lieder soient calquées sur ceux de compositeurs berlinois tels que J.F. Reichardt, des éléments napolitains y montrent l'influence de Fenaroli. Certaines des chansons les plus populaires de Traugott sont apparues dans des recueils de chansons d'étudiants et de chorales; il a également composé des opéras, des Singspiele et de la musique de scène pour le théâtre ; des cantates, une messe, un oratorio et un Te Deum,

Il a composé, des opéras, des ouvertures, des cantates pour la Pentecôte, la fête de la Récolte, la Trinité et la fête de la Réforme ; des symphonies, des messes (parmi elles celle en la bémol), un Te Deum, des psaumes, des mélodies et des morceaux de musique religieuse et instrumentale (concertos, musique de chambre et d'orchestre). Il a également écrit des critiques pour des revues musicales.


Opéras

Senen der Vorwelt (1799)
Piedro und Elvira, opéra (1805)
Der Schachtournier, Singspiel (1810)
Claudine von Villa Bella, opéra (1815)
Der Jahrmarkt zu Plundersweilen (1818)
Das befreite Jerusalem, opéra (1819)
Ferdusi, opéra (1821)
Die Fischerin, Singspiel, op 95 (1826)
Das goldene Netz, opéra (1827)
Das Storchnest, Singspiel, op 101 (1827)
Der Mond, Singspiel (1837
Die hohe Eiche, Singspiel (1827)


Musique religieuse

Hymne pour la Trinité, op 81 (1823)
Te Deum, op 86 (1824)
Messe solennelle en la bémol majeur, op 87 (1824)
Cantate de la Pentecôte
Psaumes


Musique vocale profane

Cantate pour la fête de la Moisson, op 89
Cantate pour la fête de la Réformation, op 90
Amor Proteus, cycle de mélodies, texte de Ernst Conradi, op 13 (1814)
14 Canons pour bacchanales, pour choeurs, op 15 (1810)
Ergo bibamus pour choeur d'hommes et guitare ou piano (Texte: Johann Wolfgang von Goethe) (1813)
Der Jahrmarkt zu Plundersweilen (Texte: Johann Wolfgang von Goethe)
Mélodies op 13, op 18, op 53, op 91, op 94


Musique orchestrale

3 Symphonies (dont n° 3 en mi bémol majeur, op 84, 1823)
Ouverture à grand orchestre en ut majeur Das Leben ein Traum, op 100 (v. 1828)
Symphonie concertante en fa majeur pour hautbois, cor, basson et orchestre, op 47 (1821)
Symphonie concertante en fa majeur pour flûte, hautbois, clarinette, cor et orchestre, op 67 (1820)
Concerto pour flûte, op 54 (1819)
Concerto pour clarinette, op 56 (v. 1820)
Concertino pour clarinette, op 61 (v. 1820)
Ballet-pantomime pour les enfants (1817)


Musique de chambre

3 Quatuor à cordes op 1
Variations pour flûte, op 2
Romance pour 3 flûtes, op 46
Pièces pour clarinette : Airs variés op 63, Polonaises op 64, Fantaisies op 65
Quatuors pour flûte et cordes op 71, op 74, op 79 (v. 1824)
Trio pour flûte, violon et violoncelle, op 102
Parthia in C für 2 Oboen, 2 Klarinetten, Trompete, 2 Hörner, 2 Fagotte, Serpent (ad lib.)




https://www.youtube.com/watch?v=UfBXdZaA8oE
Revenir en haut Aller en bas
joachim
Admin
joachim

Nombre de messages : 23947
Age : 76
Date d'inscription : 19/08/2006

Traugott EBERWEIN (1775-1831) Empty
MessageSujet: Re: Traugott EBERWEIN (1775-1831)   Traugott EBERWEIN (1775-1831) Empty2021-11-24, 19:38

Symphonie concertante en fa majeur, op. 67



https://www.youtube.com/watch?v=9zrluk1xvqM
Revenir en haut Aller en bas
 
Traugott EBERWEIN (1775-1831)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Sophia Corri - Dussek (1775 - v.1831)
» Carl Adalbert EBERWEIN (1786-1868)
» François de Fossa (1775-1849)
» Philippe Libon (1775-1838)
» Pietro Gnocchi (1689-1775)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Toutes les musiques du monde :: Musique classique :: Les compositeurs-
Sauter vers: