Forum sur la musique classique
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
-38%
Le deal à ne pas rater :
PC Portable Gamer – LENOVO Legion 5 15ACH6H – 15,6″FHD (RAM 8Go)
799 € 1299 €
Voir le deal

 

 Le Sacre du printemps

Aller en bas 
AuteurMessage
Snoopy
Admin
Snoopy

Nombre de messages : 27755
Age : 47
Date d'inscription : 10/08/2006

Le Sacre du printemps Empty
MessageSujet: Le Sacre du printemps   Le Sacre du printemps Empty2006-12-22, 20:48

Le Sacre du printemps est un ballet en deux actes ou tableaux de la Russie païenne (L'adoration de la terre et Le sacrifice), composé par Igor Stravinski et chorégraphié par Vaslav Nijinski pour les Ballets russes de Serge de Diaghilev. Il a été créé à Paris au Théâtre des Champs-Élysées le 29 mai 1913 avec Pierre Monteux à la direction de l'orchestre.

La partition de Stravinski, écrite en 1913, inaugurait une nouvelle orientation de la musique en Europe. Sous-titrée Tableaux de la Russie païenne, destinée aux Ballets russes, elle a provoqué un véritable scandale lors de sa création, à tel point que certains critiques titrèrent « Le Massacre du Printemps ». Le chahut qui accompagna cette représentation est resté célèbre et attaquait autant la musique de Stravinski que la chorégraphie de Nijinski. Stravinski a raconté lui-même que Nijinski était en coulisse, debout sur une chaise, criant les indications aux danseurs qui n'entendaient plus l'orchestre. Le compositeur est par ailleurs resté très critique vis à vis du danseur qui apparaît avoir été en cette occasion un piètre chorégraphe : « [...] l'impression générale que j'ai eue alors et que je garde jusqu'à présent de cette chorégraphie, c'est l'inconscience avec laquelle elle a été faite par Nijinsky. On y voyait nettement son incapacité de s'assimiler et de s'approprier les idées révolutionnaires qui constituaient le credo de Diaghilev, et qui lui étaient obstinément et laborieusement inculquées par celui-ci. On discernait dans cette chorégraphie plutôt un très pénible effort sans aboutissement qu'une réalisation plastique, simple et naturelle, découlant des commandements de la musique » (I. Stravinski, Chroniques de ma vie, éd. Denoël, 1962)

Cette soirée était aussi celle de l'inauguration du nouveau théâtre réalisé par l'architecte Auguste Perret.

Le ballet est imaginé et conçu par Stravinski entre 1911 et 1912. Il fait appel à Nicolas Roerich, peintre et spécialiste de l'antiquité slave, pour écrire l'histoire qui sert d'argument au ballet.

L'œuvre est divisée en deux grands tableaux : L'adoration de la terre et Le Sacrifice.

L'adoration de la terre
Introduction
Les augures printanières
Jeu du rapt
Rondes printanières
Jeu des cités rivales
Cortège du sage
L'adoration de la terre (le sage)
Danse de la terre
Le sacrifice
Introduction
Cercle mysterieux des adolescentes
Glorification de l'élue
Évocation des ancêtres
Action rituelle des ancêtres
Danse sacrale

Le ballet est écrit pour un orchestre exceptionnellement grand :bois par cinq, huit cors, cinq trompettes, trois trombonnes, deux tubas, percussions: tymbales jouées par deux musiciens, tambour, triangle, tambourin, tam-tam, güiro, crotales, et cordes, la section de percussion est la plus importante mobilisée pour un ballet. Stravinski produit une grande variété de timbres de cet ensemble, commençant le ballet par un solo de basson très tranquille , et finissant avec une danse frénétique jouée par l'orchestre entier.

Pierre Monteux fut le créateur du ballet qu'il dirigea le 29 mai 1913 au Théâtre des Champs-Élysées. Il fut aussi le premier à l'enregistrer sur disque en 1929, avant Stravinski (la même année) et Stokowski en 1930. Il est le seul chef à avoir enregistré quatre fois le Sacre en studio (1929 avec le Grand orchestre symphonique, en 1946 avec l'Orchestre symphonique de San Francisco, en 1951 avec l'Orchestre symphonique de Boston, et en 1954 avec l'Orchestre de la Société des concerts du Conservatoire), Stravinski, Igor Markevitch, Leonard Bernstein, Zubin Mehta et Pierre Boulez l'ayant enregistré trois fois. Il dirigea aussi l'œuvre en 1963 à l'occasion du cinquantenaire de sa création à Londres en présence du compositeur.

Ernest Ansermet était un proche ami du compositeur, il collabora avec lui, à la préparation et aux corrections de la partition originale de 1913 en vue de sa première impression de 1922 et sa réimpression de 1929, il avait aussi réalisé une copie manuscrite et corrigée du matériel d'orchestre de 1913

Après avoir vu Orphée à Liège et Arcane à Bruxelles, le directeur du Théâtre de la Monnaie Maurice Huisman propose à Béjart d'ouvrir la nouvelle saison de La Monnaie par une œuvre emblématique, Le Sacre du printemps. Béjart, qui vit une situation financière difficile, accepte la commande et la première a lieu à Bruxelles le 8 décembre 1959, au cours d'une Soirée de ballets qui réunit des danseurs venus de tous horizons. Le Sacre de Béjart, temps fort de la soirée, interprété par Germinal Casado et Tania Bari, qui resteront longtemps ses danseurs fétiches.

Créée en mai 2001 à Berlin par Angelin Preljocaj, le chorégraphe contemporain qui est probablement le plus proche d'une technique de ballet classique. La violence est là, sans fard, dans sa nudité. La création réunit 12 danseurs du Ballet Preljocaj et ceux du Staatsoper de Berlin, sous la direction musicale de Daniel Barenboïm
Revenir en haut Aller en bas
https://musiqueclassique.forumpro.fr
 
Le Sacre du printemps
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Classique et sacré ...
» Ennio MORRICONE (cinéma)
» Festival du Printemps de Prague
» Ismail BELRHITI (Nouvelle découverte) né en 1946
» Louis Jacques, dit Printemps (1800-1838)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Toutes les musiques du monde :: Musique classique :: Les ballets & la danse-
Sauter vers: