Forum sur la musique classique
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
-35%
Le deal à ne pas rater :
Climatiseur électrique mobile – TECTRO TP2520 2000 W
114 € 176 €
Voir le deal

 

 Petrouchka ( Stravinski )

Aller en bas 
AuteurMessage
Snoopy
Admin
Snoopy

Nombre de messages : 27755
Age : 47
Date d'inscription : 10/08/2006

Petrouchka ( Stravinski ) Empty
MessageSujet: Petrouchka ( Stravinski )   Petrouchka ( Stravinski ) Empty2006-12-22, 20:40

Petrouchka est un ballet illustré de la musique du compositeur russe Igor Stravinsky. Petrouchka est un conte folklorique qui raconte l'histoire d'une poupée dont le corps n'est composé que d'un sac de sciure bourré de paille, mais qui est doté de vie et d'amour. Il est aux Russes ce que Pinocchio est aux Italiens et aux Français — à prendre avec prudence —, cette poupée renvoit à l'illustration d'une passion réelle, qui l'incite à vivre une vie humaine impossible pour lui. Ses déplacements sont parfois saccadés et maladroits, illustrant la douleur des émotions humaines enfermées dans un corps de tissus.

La pièce fut composée dans les années 1910-1911 pour les Ballets russes de Serge de Diaghilev. La première représentation eut lieu à Paris, au Théâtre du Châtelet, le 13 juin 1911, avec Pierre Monteux à la tête de l'orchestre. Bien que la pièce fût un succès, plus d'une critique fut sévère pour l'œuvre du compositeur, qualifiée tantôt de musique fragile, tantôt de ridicule. L'anectode raconte qu'un critique glissa au producteur Serge Diaghilev : « Et c'est pour entendre ça que vous nous avez invités ! », il répondit : « Exactement ». Quand Diaghilev et sa troupe partirent en tournée pour Vienne, en 1913, l'orchestre résidant refusa de jouer la partition, de prime abord, qualifiant la musique de Petrouchka de schmutzige Musik (musique sale).

L'œuvre est caractérisée par l' « accord Petrouchka » : il est composé de deux tierces augmentées, renfermant le terrible « triton » (écart de trois tons entre deux notes, tel qu'entre do et fa dièse, écart de notes très redouté dans la musique précédant Stravinsky, désigné comme la marque du Diable au Moyen Âge). Cet accord est caractéristique du personnage principal, il est joué à sa venue, illustrant tout son caractère de malaise et de surnaturel. Stravinsky affectionnait cette structure harmonique tel que, parmi d'autres, l'intervalle diminué ou l'utilisation d'une échelle de 8 tons, au lieu de 12.

L'œuvre annonce le début d'une fête de mardi gras, (en russe Maslenitsa) qui est une réunion populaire où règne la joie et l'amusement, quelques jours avant un recueillement pieux.

L'orchestration et les rythmes aux changements rapides illustrent parfaitement la hâte et les mouvements de la fête. Une rectifieuse d'organe et une danseuse amusent la foule. Les tambours annoncent l'arrivée d'un vieux mage, qui capte l'attention de tout le monde. Le rideau s'ouvre alors pour laisser apparaître la curiosité, accompagnée de trois poupées : Petrouchka, la ballerine et le Maure. Le vieux mage joue de la flûte pour user de son pouvoir magique. Il donne vie aux trois poupées, qui se mettent à s'animer et s'agitent en une danse russe, devant la foule ébahie.

Le deuxième tableau se déroule chez Petrouchka. Les murs y sont très sombres, décorés de quelques étoiles, d'une lune en croissant, et d'un portrait du vieux mage fronçant les sourcils. La poupée attend devant sa chambre, mais un bruit fracassant annonce l'arrivée de son maître qui la projette d'un coup de pied dans sa cellule. Petrouchka mène une vie morne et solitaire derrière ses barreaux. Son seul réconfort, il le trouve dans l'amour qu'il porte pour la poupée ballerine. Le portrait du vieux mage suffit à lui seul à rappeler à Petrouchka qu'il n'est qu'une marionnette et qu'il se doit de rester docile et humble. Même si Petrouchka n'est qu'une marionnette, il n'en a pas moins des sentiments humains, comprenant aussi bien l'amour qu'il porte pour la ballerine que l'amertume envers le vieux mage. La ballerine entre en scène et Petrouchka tente de lui révéler son amour, mais il est aussitôt rejeté par elle, qui qualifie tout cela de pathétique. Elle préfère la frivolité avec le Maure, ce qui anéantit le passionné Petrouchka.

Le troisième tableau se déroule chez le Maure. Il vit une vie nettement plus affriolante dans sa chambre décorée de toutes parts. Installé dans son salon, il joue avec une noix de coco. Les couleurs qui émanent de la pièce inspirent la joie et la fête, le rouge, le vert et le bleu. Le Maure préfère la joie de sa chambre plutôt que d'aller consoler le pauvre Petrouchka. C'est alors que la ballerine est placée dans la chambre du Maure par le magicien, et elle entame une danse chatoyante dans le but de séduire le Maure, qui la rejoint dans sa danse. Petrouchka broyant du noir dans sa cellule est emporté dans celle du Maure par le mage, pour interrompre la séduction de la ballerine. Petrouchka se met alors à attaquer le Maure, mais il réalise qu'il est trop petit et bien trop faible pour faire face à son rival. Il finit par se faire chasser par le Maure.

Le quatrième et dernier tableau se déroule à nouveau pendant la fête du mardi gras, où une série de scènes apparaissent puis disparaissent rapidement. L'orchestre se transforme en véritable fanfare, jouant une suite de danses. Arrive ensuite un paysan et son ours dansant, suivis d'un marchand, de Bohémiens et de personnalités diverses. Après que la foule et la fête s'installent, un cri surgit du stand de marionnette. Le Maure poursuit Petrouchka avec une hache et le tue. Le Maure devient alors la métaphore de l'indifférence aux sentiments humains. La police questionne alors le vieux mage, qui cherche à calmer l'ardeur de la foule consternée, en secouant les restes de paille et de sciure de Petrouchka, pour rappeler à tout le monde que ce n'était qu'une poupée sans âme, à la tête de bois. La nuit tombe et la foule se disperse, tandis que le mage s'en va, emportant avec lui le corps mou de Petrouchka. Le fantôme de la poupée apparaît sur le toit du stand de marionnette. Ses pleurs ressemblent maintenant à des cris de colère. Maintenant que la place est vide, le vieux mage aperçoit avec frayeur le fantôme de Petrouchka, et s'enfuit apeuré. La scène se termine et laisse spectateur juger de ce qui fut réel ou non.
Revenir en haut Aller en bas
https://musiqueclassique.forumpro.fr
 
Petrouchka ( Stravinski )
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» L'Oiseau de feu ( Stravinski )
» L'Histoire du soldat ( Stravinski )
» Apollon musagète ( Stravinski )
» Igor Fiodorovitch Stravinski/Stravinsky (1882-1971)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Toutes les musiques du monde :: Musique classique :: Les ballets & la danse-
Sauter vers: