Forum sur la musique classique
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Le Deal du moment : -38%
SSD Interne – PNY – CS900 Series 1 To ...
Voir le deal
64.99 €

 

 William Thomas BEST (1826-1897)

Aller en bas 
AuteurMessage
joachim
Admin
joachim

Nombre de messages : 23918
Age : 76
Date d'inscription : 19/08/2006

William Thomas BEST (1826-1897) Empty
MessageSujet: William Thomas BEST (1826-1897)   William Thomas BEST (1826-1897) Empty2018-01-25, 09:58

William Thomas Best (13 Août 1826 - 10 mai 1897) était un organiste et compositeur anglais.

Il est né à Carlisle, Cumberland, le 13 août 1826, et était le fils de William Best, un avocat de cette ville. Dès son enfance, il a montré le talent pour la musique, et a pris quelques leçons de Young, organiste de la cathédrale de Carlisle. Comme son père le destinait à devenir ingénieur civil, il fut envoyé à Liverpool en 1840 pour étudier. À l'âge de quatorze ans, il devient organiste de la chapelle baptiste de Pembroke Road, qui contient un orgue à clavier à pédales CC, alors très rare en Angleterre. Il a pratiqué quatre heures par jour sur cet orgue, et a également travaillé régulièrement la technique du pianoforte.

Dans l'ensemble, Best était autodidacte; les organistes de cette époque n'étaient presque tous habitués qu'aux organes F ou G incomplets, sur lesquels on ne pouvait jouer les œuvres de Bach et de Mendelssohn. Il a eu quelques leçons en contrepoint de John Richardson, organiste de l'église catholique romaine de Saint-Nicolas; et aussi, semble-t-il, d'un organiste aveugle.

Vers l'âge de vingt ans, il a décidé de devenir musicien professionnel. En 1847, il fut nommé organiste à l'église des aveugles de Liverpool et, en 1849, à la Liverpool Philharmonic Society sous les auspices duquel il fit sa première apparition en tant qu'organiste de concert.  Il s'est rendu en Espagne pendant l'hiver de 1852-1853, et a ensuite passé quelque temps à Londres, agissant en tant qu'organiste au Royal Panopticon  qui a possédé un orgue de quatre manettes, le plus grand à Londres. Il a été renvoyé pour avoir refusé de jouer la Marche de Mendelssohn alors que le public sortait de l'auditorium. Il a également été pendant quelques mois organiste à St. Martin's-in-the-Fields et à Lincoln's Inn Chapel.

En 1855, à l'achèvement du grand orgue du St. George's Hall de Liverpool, il fut nommé organiste, au salaire annuel de £ 300 et organisa un grand concert qui marqua le point culminant des festivités de l'ouverture de la salle. Il est resté organiste de St. George's Hall près de quarante ans, donnant trois récitals par semaine. Pendant quelques années, il fut très occupé à Liverpool en tant que professeur, et devint également organiste à Wallasey en 1860. Après trois ans, il quitta ce poste et joua un certain temps comme organiste à l'église Trinity, Walton Breck; et, finalement, il était organiste à l'église paroissiale de West Derby. En 1859, il joue occasionnellement des solos d'orgue au Monday Popular Concerts à St. James's Hall, Londres.

Bien que les claviers à pédale soient alors devenus généraux, aucun artiste en Angleterre n'égalait Best, et il était très souvent invité à inaugurer de nouveaux orgues dans tout le pays. Lors du festival Haendel, en juin 1871, Best joua un concerto d'orgue avec accompagnement d'orchestre, probablement la première occasion de mémoire vivante où l'une de ces œuvres fut jouée comme le voulait le compositeur; et l'expérience fut si réussie que Best fut engagé dans des festivals ultérieurs dans le même but. Il a également inauguré l'immense orgue du Albert Hall le 18 juillet 1871.

En 1880, on lui a offert un ordre de chevalerie; mais il a préféré prendre une pension de liste civile de £ 100. Il a également refusé d'être fait docteur en musique. Son travail continu en tant qu'interprète, compositeur, rédacteur et professeur, a provoqué une maladie qui a exigé un repos prolongé en 1881-2; il a visité l'Italie, et pendant sa convalescence a donné un grand récital à Rome, à la demande de Liszt.
À son retour en Angleterre, il a cessé d'enseigner et a démissionné de son poste à l'église de West Derby. En tant que plus grand organiste britannique vivant, il fut invité en Australie pour inaugurer l'orgue à l'hôtel de ville de Sydney, qui contient un tuyau de soixante-quatre pieds de longueur. Il accepta l'invitation et, avant de quitter l'Angleterre, exhiba les pouvoirs de cet instrument inégalé à l'usine de construction de Londres, en présence de nombreux Australiens. Il donna un récital d'adieu à St. George's Hall le 8 février 1890 et donna le spectacle inaugural à Sydney le 9 août. Il avait souffert de la goutte et s'attendait à ce que le voyage améliore sa santé; mais il a eu un effet contraire, et après son retour ses apparitions publiques étaient moins fréquentes.

Il a pris sa retraite en février 1894 avec une pension de £ 240. Après avoir beaucoup souffert d'hydropisie, il est mort à sa résidence, Seymour Road, Broad Green, à Liverpool, le 10 mai 1897, et a été enterré le 13 mai dans le cimetière paroissial de Childwall.


Œuvres

Il a publié quelques pièces pour pianoforte et vocales, qui ont eu peu de succès; ses compositions d'orgue sont beaucoup plus importantes et sont constamment jouées dans les récitals des églises et des salles de concert. Sa musique ecclésiastique, en particulier son Benedicite (1864) avec une partie d'orgue libre, et son service en F, peuvent souvent être entendus dans les cathédrales et les églises paroissiales. Il était encore mieux connu en tant qu'éditeur et était remarquablement minutieux et consciencieux (Musical Herald, octobre 1900, page 293). Il a été profondément étudié la musique de Haendel, et a édité ses concertos et de grands choix d'airs des opéras et des oratorios. Un album de Handel, qui s'étendait sur vingt volumes, devait à l'origine consister en des sélections d'œuvres instrumentales moins connues disposées pour l'orgue; il en a ensuite pris de sources plus variées - les opéras en particulier. Il a arrangé pour l'orgue quelques centaines d'extraits d'œuvres vocales et instrumentales d'autres grands maîtres. Une autre des éditions de Best fut Cecilia (1883), une collection, en cinquante-six parties, de pièces d'orgue originales de compositeurs modernes de divers pays; il comprenait sa propre Sonate en ré mineur, une Pastorale de Noël, une série de Douze Préludes sur des psaumes anglais, une Concert-fugue, un Scherzo et plusieurs autres morceaux de sa propre composition. L'Art of Organ-Playing (1869) est un livre d'instructions très complet et très pratique, allant des rudiments de l'exécution à la plus haute compétence. Au bicentenaire de la naissance de Bach en 1885, Best commença une édition des œuvres pour orgue de Bach, qu'il termina juste avant sa mort.




https://www.youtube.com/watch?v=nOeiTLaiquM
Revenir en haut Aller en bas
 
William Thomas BEST (1826-1897)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Ignace Gibsone (1826-1897)
» John Thomas (1826-1913)
» Ernst PAUER (1826-1905)
» Fanny Hünerwadel (1826-1854)
» Guglielmo Quarenghi (1826-1882)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Toutes les musiques du monde :: Musique classique :: Les compositeurs-
Sauter vers: