Forum sur la musique classique
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
-33%
Le deal à ne pas rater :
Elgato Stream Deck – Contrôleur de Création de contenus en Direct ...
99.99 € 149.99 €
Voir le deal

 

 Riccardo GIAGNI

Aller en bas 
AuteurMessage
Icare
Admin
Icare

Nombre de messages : 15546
Age : 57
Date d'inscription : 13/11/2009

Riccardo GIAGNI Empty
MessageSujet: Riccardo GIAGNI   Riccardo GIAGNI Empty2017-12-05, 22:38

Eléments biographiques (Wikipedia):

Riccardo Giagni est un musicologue et compositeur italien , notamment auteur de bandes sonores. Il naquit à Rome, le 19 avril 1956. Né à Rome de parents lucaniens : son père, Gian Domenico Giagni , scénariste et réalisateur bien connu, sa mère, Olga De Pilato, neveu de l'écrivain sud-italien Sergio De Pilato . Il est diplômé en philosophie à l'Université Sapienza de Rome et a complété des études musicales au Conservatoire de L'Aquila. En 1976, il entame une longue collaboration avec Rai et Radio Rai , en tant qu'auteur, réalisateur, consultant musical et animateur de programmes culturels, participant à des éditions historiques d'émissions radiophoniques telles que Spaziotre , Un certo discourse , Stereonotte , Lampi , Radiotresuite et travaillant avec Sergio Zavoli sur sa série télévisée Credere, sur Raiuno. Dans les mêmes années, il commence à travailler dans l'industrie du disque en tant qu'arrangeur, producteur et auteur de musique: entre les années 70 et 80, il écrit et arrange des chansons pour différents artistes, dont Ivan Cattaneo , Grazia Di Michele , Miguel Bosé , Matia Bazar , Cristiano De André.

Riccardo Giagni a collaboré avec des musées, des festivals et des institutions nationales et internationales ( Centre Georges Pompidou à Paris , Musée d'art contemporain de Strasbourg , Sound Art Museum à Rome, European Design Institute , Biennale de Venise , Festival de Ravenne ), et régulièrement séminaires, master classes, stages dans les universités, conservatoires et écoles d'excellence et d'enseignement supérieur en Italie et à l'étranger ( Université de Paris VIII Vincennes / Saint-Denis , École Supérieure Libre d'Études Cinématographiques, Conservatoire de Trente, Université de Etudes de Suor Orsola Benincasa de Naples , de l'Université d'Artois, de l' Université de Rome Tor Vergata , de l' Université du Salento , de l'Ecole Internationale d'Enseignement Supérieur de Volterra et d'autres institutions). De 1998 à 2010, il a enseigné l' histoire de la musique pour le cinéma à la faculté du patrimoine culturel de l' Université du Salento et, depuis 2005, il enseigne à l'Institut européen de design de Rome, dans le cadre des cours de design sonore et vidéo.

L'activité de compositeur pour le cinéma a commencé vers le milieu des années quatre-vingt et est devenue de plus en plus pertinente au fil du temps, grâce aux bandes sonores composées et montées pour des films importants de Marco Bellocchio , Sabina Guzzanti et Mimmo Calopresti. Pour Bellocchio, il composera notamment la musique de trois succès cinématographiques notables: Le temps de la religion , Bonjour, la nuit et Le directeur des mariages. La collaboration avec Sabina Guzzanti concerne avant tout le cinéma avec les bandes sonores de Viva Zapatero! , Les raisons du homard et Draquila , (tous signés avec Maurizio Rizzuto) mais aussi la télévision avec la fameuse et censurée émission de Rai3 RaiOt , en 2003 , et le théâtre, avec la signature de la musique de scène des spectacles Reperto RaiOt ( 2004 ), Vilipendio ( 2008 - 2009 ) et oui oui oui ... oh, oui! ( 2011 ). Depuis 2004, il a réalisé pour l' Edizioni Argo la série À l' écoute du regard (volumes dédiés à la multiplicité des relations entre l'image et le son dans le champ esthétique). Depuis 2007, il anime et dirige, avec le critique et théoricien du cinéma Luca Bandirali , les rencontres avec les compositeurs et les réalisateurs dans le cadre du Festival Creuza de mä de Carloforte. De 2010 à 2012, il a été membre de l'Observatoire de la créativité de la province de Rome.
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
Icare

Nombre de messages : 15546
Age : 57
Date d'inscription : 13/11/2009

Riccardo GIAGNI Empty
MessageSujet: Re: Riccardo GIAGNI   Riccardo GIAGNI Empty2017-12-06, 19:44

Il existe des musiques que j'écoute très rarement. Ce n'est pas que je les oublie volontairement ou involontairement, c'est juste que je n'éprouve pas le besoin de les écouter très souvent ou plus régulièrement. La musique de film de Riccardo Giagni pour le cinéma de Marco Bellocchio est de celles-là. Le seul album que je possède de ce musicien se résume à trois titres: Buongiorno, notte/L'ora di religione/Sogni infranti. Ce sont aussi les titres des films de Bellocchio. Ce grand cinéaste italien a aussi collaboré avec d'autres compositeurs; au tout début avec Ennio Morricone, à deux reprises - Les points dans les poches/La Chine est proche - et tout dernièrement, plusieurs fois avec Carlo Crivelli. Bellocchio a donc su convier pour son cinéma trois univers musicaux très différents. Si Morricone et Crivelli ont exclusivement fait appel à un orchestre ou un ensemble instrumental, Riccardo Giagni opta essentiellement pour un apport purement électronique ou avec l'emploi d'instruments réels comme la clarinette, le tastière, les percussions où encore la guitare. Des voix apparaissent aussi, traitées électroniquement ou de manière plus traditionnelle comme celle de Valentina Karakhanian sur "Ojakhum" tiré de L'ora di religion. C'est sans aucun doute cette domination de l'électronique qui fait que j'écoute rarement. Ce qui me retient malgré tout dans mon appréciation relative de ces musiques, c'est un caractère onirique, une ambiance surréaliste, qui rivalise avec une impression de vide et de platitude qui en fait, parallèlement, sa principale faiblesse...un peu comme ce que je connais de Josep Sanou...
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
Icare

Nombre de messages : 15546
Age : 57
Date d'inscription : 13/11/2009

Riccardo GIAGNI Empty
MessageSujet: Re: Riccardo GIAGNI   Riccardo GIAGNI Empty2017-12-06, 19:52

L'instant musical:

https://www.youtube.com/watch?v=m_kmWvmfNPw
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
Icare

Nombre de messages : 15546
Age : 57
Date d'inscription : 13/11/2009

Riccardo GIAGNI Empty
MessageSujet: Re: Riccardo GIAGNI   Riccardo GIAGNI Empty2021-10-26, 19:52

Riccardo GIAGNI Riccardo_giagni

<<Dans un de ses textes, Giorgio Agamben dit, avec une intuition lumineuse, qu'une œuvre écrite peut être considérée comme la cire perdue d'une œuvre qui n'a jamais été écrite : par rapport à elle, les œuvres ultérieures ne représenteraient que le masquage, ou plutôt le cadre illustré autour d'un portrait non exécuté. Cette vérité profonde et la même vérité des sons que cet album recueille et redistribue sous une nouvelle forme. Un monde très spécial d'images et d'idées les a générés. La rencontre, en 1995, avec le cinéma de Marco Bellocchio et avec la richesse de son univers visuel, narratif et symbolique leur a été nécessaire pour prendre la forme - et la force possible - qu'ils ont définitivement pris par rapport au regard du cinéaste, à jamais cristallisé dans ses films. Mais ces mêmes sons ont aussi une vie parallèle, enfermée dans la dimension forcément plus cachée de l'écoute pure : et même une troisième vie, qui se connecte à d'autres occasions de rencontre.>> Riccardo Giagni

J'ai réécouté aujourd'hui le seul album que j'ai de ce musicien qui manie l'électronique avec une certaine dextérité. Ce n'est évidemment pas suffisant pour qu'il fasse partie de ceux qui reviennent souvent dans mon lecteur. Je n'ai jamais été un grand mordu des "scores" à dominante électronique, même si ces musiques de Riccardo Giagni constituent une des exceptions qui confirment la règle. Je préfère l'usage de l'électronique lorsque celle-ci s'immisce dans un orchestre ou avec de véritables instruments. Sinon, j'ai toujours l'impression peu heureuse d'une musique froide et déshumanisée, artificielle, voire superficielle, une impression qui n'est évidemment pas toujours justifiée, d'autant plus que l'on peut créer du "superficiel" ou du laborieux avec un véritable orchestre et, au contraire, obtenir une oeuvre très élaborée pour électronique seule. C'est ce que je pense des compositions de Riccardo Giagni, qu'elles sont très élaborées, travaillées, et qu'il s'en dégage un caractère onirique ou du moins hypnotique. cependant, j'ignore leur rôle et leur rapport à l'image, n'ayant jamais vu ces trois films de Marco Bellocchio:
Le Sourire de ma mère/L'ora di religione (2002)
Ernesto, peintre reconnu et athée convaincu, apprend que sa famille a décidé de faire canoniser sa mère. Tous vont le pousser à participer aux démarches auprès de l'épiscopat pour finaliser l'entreprise, le plongeant dans une grande perplexité.
Buongiorno, notte (2003), film dans lequel Bellocchio emploie aussi de la musique de Pink Floyd et de Franz Schubert.
À Rome, en 1978, Chiara, jeune terroriste engagée dans la lutte armée, est impliquée dans l'enlèvement et la séquestration d'Aldo Moro. À travers son regard se développent le romantisme et la complexité de la révolution et des rituels de la clandestinité. Elle mène par ailleurs une vie au grand jour, un quotidien ordinaire : le travail de bureau, les collègues et un petit ami qui semble la connaître si bien, si pleinement, mieux qu'elle ne se connaît elle-même. En conflit avec les autres membres du groupe, elle se sent de plus en plus mal à l'aise dans son rôle de combattante, tandis que le passé et le présent ébranlent ses certitudes jusqu'au drame final.
Sogni Infranti (1995) - Documentaire sur les aspects théoriques et pratiques de la lutte armée orchestrée par les Brigades rouges.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Riccardo GIAGNI Empty
MessageSujet: Re: Riccardo GIAGNI   Riccardo GIAGNI Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Riccardo GIAGNI
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Toutes les musiques du monde :: Musique de films, du monde & divers :: Jazz & Musiques de films-
Sauter vers: