Forum sur la musique classique
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
-8%
Le deal à ne pas rater :
100€ sur PC Portable Gamer – LENOVO Legion 5 15ACH6H – ...
1099 € 1199 €
Voir le deal

 

 Loek DIKKER

Aller en bas 
AuteurMessage
Icare
Admin
Icare

Nombre de messages : 15559
Age : 57
Date d'inscription : 13/11/2009

Loek DIKKER Empty
MessageSujet: Loek DIKKER   Loek DIKKER Empty2016-06-28, 17:35

J'ai découvert Loek Dikker dans les années 90, avec la partition symphonique d'excellente facture qu'il composa pour le film d'Eric Red, Body Parts (1990), une sorte de thriller psychologique et horrifique. C'est cette B.O. que j'ai réécoutée aujourd'hui, en clôture de mon cycle consacré à la musique de film. Le thème principal est particulièrement réussi et efficace, sans doute peut-on y déceler une influence de Bernard Herrmann. Les qualités ne se limitent pas au premier titre, elles se poursuivent sur toute la B.O. avec une utilisation ponctuelle de ce qui s'apparente à des ondes Martenot. Heureux de cette découverte, j'avais continué mon exploration de la musique de Loek Dikker avec deux autres compositions pour l'image, tout d'abord Nie wieder schlafen, un film de Pia Frankenberg, une B.O. constituée de parties instrumentales, certains titres étant interprétés par le "Waterland Studio Orchestra" sous la direction de Ernst van Tiel, deux autres l'étant par "The Waterland Sextet" et révélant des affinités évidentes avec le jazz, plus une autre partie constituée de cinq titres chantés par Greetje Bijma et Fay Lovsky, puis, ensuite, The Tigress - Die Tigerin, un film de Karin Howard. Concernant ces deux derniers opus, je ne peux pas dire que j'ai retrouvé l'intensité ni la force épique de Body Parts, il s'agit de films très différents, de toute façon, Nie wieder schlafen semble, par exemple, se rapprocher nettement de la comédie. Cependant, j'ai bien aimé ces musiques et il serait certainement temps de les réécouter. il y a tellement longtemps que je ne l'ai pas fait.


Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
Icare

Nombre de messages : 15559
Age : 57
Date d'inscription : 13/11/2009

Loek DIKKER Empty
MessageSujet: Re: Loek DIKKER   Loek DIKKER Empty2016-06-28, 18:05

Eléments biographiques:

Loek Dikker est né à Amsterdam, le 28 février 1944 sous le nom de Louis Albert (Loek) Thicker. Il est pianiste, compositeur, arrangeur et chef d'orchestre néerlandais. Il a écrit de la musique pour des films , pour le théâtre , le ballet , la danse moderne. il a également travaillé sur des comédies musicales. Loek Dikker a débuté à 11 ans l'étude du piano. Après un concert à la télévision en 1959, Horace Silver et Sonny Rollins ont croisé sa route: il a alors été contaminé par le virus du jazz. En 1960 , il a créé son propre trio avec piano et donné son premier concert de jazz: jazz et poésie se produisirent avec Godfried Bomans . Il a joué plus tard dans les bandes de Hans Dulfer et Theo Loevendie . Il a également joué avec Oliver Nelson, Cannonball Adderley et aussi  avec Don Byas. Ca ne l'a pas empêché d'être très actif en tant que compositeur et pianiste. Avec son groupe de jazz Le "Waterland Ensemble" il effectua des tournées en Europe depuis les années soixante dans des clubs et des festivals. Avec cet ensemble il se produisit aussi aux USA et au Canada.

En tant que compositeur , Loek Dikker a oeuvré pour le cinéma, pour des productions scéniques comme le ballet, la danse moderne, le théâtre musical. Il composa aussi de la musique pour orchestre symphonique. Il a écrit sa première musique de film en 1981 sauf que je ne saurais donner un titre pour le moment. Ce fut le point de départ d'une carrière réussie en tant que compositeur pour le cinéma. La musique qu'il a composée pour "Le Quatrième Homme", un film réalisé par Paul Verhoeven en 1983, lui rapporta un prix. Suite à ça, il obtint une reconnaissance internationale. Depuis, Loek Dikker composa de la  musique symphonique pour 60 films dans plusieurs pays européens et également pour les productions hollywoodiennes. Les producteurs concernés comprennent: Joel Schumacher, Mark Levinson, Aaron Spelling, Frank Mancuso Jr. et Eric Fellner. Il a travaillé avec les réalisateurs Paul Verhoeven, Matthew Chapman, James Dearden: sur l' île de Pascali (également scénariste de "Fatal Attraction"), Eric Red, Richard Blank et Margarethe von Trotta (Rosenstrasse) sur des films mettant en vedette Johnny Depp, Ben Kingsley, Robert Redford, Eric Roberts, Beverley d'Angelo, Alicia Silverstone, Jeroen Krabbé, Maria Schrader, John Hurt et Helen Mirren. Loek a déménagé en Californie en 1994 pour travailler à Hollywood. Quand il est retourné en Europe quelques années plus tard, il a partagé ses activités professionnelles entre Amsterdam, Los Angeles et Berlin. En 2007, il a transcrit des œuvres pour piano de Ludwig van Beethoven pour orchestre symphonique, une commande de la chaîne allemande WDR , en coopération avec la maison de Beethoven à Bonn.

Loek Dikker continue à jouer des concerts de jazz au piano, avec son ensemble Waterland - comme le célèbre concert annuel Saint Nicolas au Bimhuis Amsterdam - à la fois la composition de musique de film et de la musique jazz. En Octobre 2009, sa collaboration avec l' écrivain Allard Schröder donna naissance à un travail pour deux sopranos et orchestre (Indian Summer), oeuvre qui a été créée au "Music Building" à Amsterdam. En tant que fondateur et président du "Muziekinstituut MultiMedia" (Mimm), il surdéveloppa et produisit divers événements de musiques de films pour orchestre en coopération avec le Festival International du Film de Rotterdam, pour lequel 17 compositeurs travaillèrent ensemble sur un seul projet.
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
Icare

Nombre de messages : 15559
Age : 57
Date d'inscription : 13/11/2009

Loek DIKKER Empty
MessageSujet: Re: Loek DIKKER   Loek DIKKER Empty2016-06-28, 18:08


L'instant musical:

https://www.youtube.com/watch?v=NJOrthOWKVU
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
Icare

Nombre de messages : 15559
Age : 57
Date d'inscription : 13/11/2009

Loek DIKKER Empty
MessageSujet: Re: Loek DIKKER   Loek DIKKER Empty2016-08-25, 17:52


J'ai réécouté, aujourd'hui, la bande originale de Nie Wieder Schlafen qui mélange jazz et formes plus classiques. C'est globalement de la bonne musique et les chansons sont très réussies: la toute dernière, "Leaving All Behind", interprétée par Fay Lovsky est dans un style très allemand qui m'évoque sans détour la collaboration Fassbinder/Raben. Une chouette chanson. Mais le moment le plus délirant de la partition est très certainement l'excellent "Mambo El Calor" sur lequel se lâche avec brio la chanteuse charismatique Greetje Bijma. Le plus captivant et débridé mambo que je n'ai jamais entendu jusqu'ici. Dans la forme classique, le long morceau "The Graveyard" a de cette élégance que l'on peut retrouver dans certaines oeuvres de musique de chambre du grand répertoire. Il est d'un romantisme grave et porté par un thème mélodique de fort caractère, dans les cordes. A un moment donné, une trompette minimaliste y apportera quelques ponctuations solennelles, et cela avant que les cordes ne repartent dans une expression romantique plus passionnée encore. Il s'agit là du second point fort de cette B.O. avec le fameux "Mambo El Calor".
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
Icare

Nombre de messages : 15559
Age : 57
Date d'inscription : 13/11/2009

Loek DIKKER Empty
MessageSujet: Re: Loek DIKKER   Loek DIKKER Empty2020-11-27, 18:02

Loek DIKKER Dikker%2C+Loek?resource=199943&image=1

Je ne me suis pas tourné vers le compositeur de musique de film le plus connu, même si je devais me référer uniquement aux amateurs de bandes originales, communément appelés "béophiles". D'ailleurs, j'ignore tout de ce qu'il a pu composer en matière de B.O. en dehors de Body Parts (1991), Die Tigerin (1992) et Nie Wieder Schlafen (1992). Parmi les films les plus connus il y a bien Pascali's Island (1988) de James Dearden qui met en scène l'excellent Ben Kingsley. Je pense l'avoir vu à l'époque, et si je ne me rappelle pratiquement pas du film, la musique encore moins. Il a également mis en musique The Babysitter (1995), sorte de thriller érotique de Guy Ferland. Je pense qu'il a pu composer pour ce thriller une partition intéressante qui m'aurait peut-être été idéale dans les années 1990, période où je raffolais des musiques les plus sombres et les plus tourmentées. C'est justement dans cette période que j'avais découvert son fascinant et quelque-peu "herrmannien" Body Parts. Si on quitte les années 1990 et qu'on entre dans une nouvelle décennie, on trouve en 2002 sa contribution musicale sur un long-métrage de Winfried Bonengel, Führer Ex puis en 2003 sur Rosenstrasse de Margarethe von Trotta. Si j'en crois les renseignements que j'ai pu dénicher, sa dernière contribution pour le monde de l'image date de 2007 sur un moyen métrage intitulé Der junge Beethoven: il s'agirait d'un documentaire de 54 minutes, en français; Le jeune Ludwig Beethoven, réalisé par Michael Meert qui s'aventure sur la jeunesse du grand compositeur allemand. J'ignore si Loek Dikker a davantage fait un travail d'adaptation à partir des oeuvres de Beethoven ou s"il a composé une musique originale...peut-être un peu des deux.... le documentaire existe sur Youtube mais seulement en allemand.

La musique de Loek Dikker que j'ai réécoutée aujourd'hui s'intitule Nie Wieder Schlafen. Elle s'adapte très bien au thème de mon cycle actuel bien que je ne l'avais pas intégrée au départ. J'avais choisi une compilation de musiques de films sous forme de suites du compositeur polonais qui s'était aussi fait un nom dans le jazz, Andrzej Kurylewicz: j'étais persuadé que la dernière suite de la compilation était très jazzy, or il n'y eut pas l'once d'un jazz sur cet album. J'étais quand même content que ma mémoire m'ait joué des tours, il y avait tellement longtemps que je ne l'avais pas réécouté, le plaisir fut total bien que hors-sujet. Pour compenser, j'ai donc réécouté la partition de Loek Dikker qui alterne jazz vocal et instrumental avec des morceaux pour cordes plus "score", comme on dit dans le milieu béophile.
__Voix: Greetje Bijma sur le truculent "Manbo El Calor" et Fay Lovsky sur "Moving Time/Under Water/Leaving All Behind" dans un style quelque-peu rétro qui me fait penser à Peer Raben sur Lili Marleen de Fassbinder.
__Saxophone alto: Fred Leeflang
__Trompette: Jarmo Hoogendijk - superbement nocturne à un moment donné, m'évoquant quand même Miles Davis sur Ascenseur pour l'échafaud.
__Saxophone ténor: Ben van den Dungen
__Piano: Loek Dikker
__contrebasse: Jan Voogd
__Batterie: Kees Kranenburg
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
Icare

Nombre de messages : 15559
Age : 57
Date d'inscription : 13/11/2009

Loek DIKKER Empty
MessageSujet: Re: Loek DIKKER   Loek DIKKER Empty2020-12-10, 18:50

Cet après-midi, je suis revenu à la musique de film avec une partition de Loek Dikker pour Die Tigerin/The Tigress, un thriller érotique allemand de Karin Howard (1992). Deux autres musiciens ont collaboré à la bande originale; Karl Ernst Sasse et Michael Basden. Trois titres sont crédités à Karl Ernst Sasse: "Texas Waltz/Tango of the Sexes/At the Exile" et Michael Basden n'est crédité que sur un seul titre: "Lumier's Rehearsal". La chanson titre qui revient dans une version instrumentale à la fin du disque est une composition de T. Boerger, interprétée dans sa première version par Valentina Vargas. C'est une bande originale d'humeur versatile qui alterne assez facilement des thèmes de musiques légères entre jazz de cabaret et valses qui prennent ci et là un accent typique des années 1920: les années folles? Par moment, la partition peut vraiment prendre un sens assumé de la dérision puis rebondir très vite dans une humeur symphonique bien plus crispée, évoquant une musique de thriller qui rappelle sous certains aspects ce que Loek Dikker composa deux ans plutôt sur Body Parts d'Eric Red. Il ne faut donc pas chercher une grande homogénéité d'ensemble dans cette bande originale quelque-peu hétéroclite. Dans toute la partie composée et orchestrée par Loek Dikker, même lorsque la musique devient plus "score", plus dramatique, des traits assez succincts de banjo, mandoline, saxophone, titillent l'oreille et m'apparaissent finalement  comme quelques signes venus me dire qu'il ne s'agit pas complètement d'un thriller, d'un drame, qu'il y a ci et là, furtivement, les traces lumineuses d'une comédie. Synopsis:

Durant les folles années 1920, on suit les péripéties de Pauline surnommée "La Tigresse", une libre et sensuelle jeune femme. À Berlin, où elle évolue dans les milieux interlopes, elle s’éprend d’Andrei, un jeune et séduisant escroc. Elle rompt avec son passé et ses amants pour le suivre et devient sa complice. Car Andrei a des plans pour arnaquer nantis et autres riches aristocrates… La belle "Tigresse" devient l’irrésistible appât qui va compromettre certains messieurs pour leur soutirer de l’argent, comme Sid Slaughter, ce magnat américain du pétrole en villégiature dans une luxueuse station thermale.

La musique est interprétée par le "Waterland Studio Orchestra", probablement sous la direction de Loek Dikker, à l'exception des quelques extraits qui ne sont pas de lui et sont dirigés soit par Karl Ernst Sasse, soit par Manfred Rosenberg.
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
Icare

Nombre de messages : 15559
Age : 57
Date d'inscription : 13/11/2009

Loek DIKKER Empty
MessageSujet: Re: Loek DIKKER   Loek DIKKER Empty2020-12-10, 22:57

Body Parts de Loek Dikker par Eric Red:

<<"Body Parts" est un thriller psychologique avec des éléments d'horreur et d'action. Dès la conception initiale du film, il était clair que la partition jouerait un rôle important dans l'impact global de celui-ci. Pas de musique de synthétiseur, mais de la vraie musique, comme on dit. Une partition orchestrale complète avec toutes les couleurs, le poids et la puissance que seule une symphonie acoustique de 107 musiciens peut offrir. Le compositeur Loek Dikker a porté le film à un autre niveau. Les thèmes de cordes gigantesques des titres principaux et finaux ont une force épique. Son utilisation de l'instrumentation est unique. La "scie chantante", une véritable scie jouée avec un arc, crée un thème effrayant pour le scientifique Dr. Webb. Les cors qu'il a utilisés pour Bill Chrushank ajoutent des tensions sombres et sympathiques à notre protagoniste torturé. Les motifs "col legno batutta", comme le battement des bâtons des sections de cordes, suggèrent une apparence d'insecte aux membres transplantés possédant leur puissance maléfique. Encore et encore, Loek Dikker m'a étonné par sa capacité à interpréter la musicalité du film et à améliorer ce qui se passait à l'écran. À la fois épique et effrayante, subtile et humaine, avec suffisamment de thèmes mémorables pour trois films, la partition de "Body Parts" restera avec vous longtemps après le générique final.>>

https://www.youtube.com/watch?v=abEswWEvei0


Je ne parviens pas à me souvenir si j'ai déjà vu ce film ou si je n'ai seulement vu que des extraits. Si je l'ai déjà vu, je pourrai dire que ma mémoire ne l'a pas sélectionné, mais il est fort probable que je ne connaisse que quelques extraits. Il m'arrive relativement souvent de croire que j'ai vu un film parce que je me souviens de certains passages, alors qu'il ne s'agit que d'extraits qui sont restés imprimés dans ma mémoire. Il peut aussi s'agir d'un film qui ne m'a pas marqué, tout simplement. Une chose est sûre, lorsque j'ai découvert la partition de Loek Dikker, en revanche, j'ai aussitôt été saisi par la puissance du thème principal, cette force qu'il a de propager l'inquiétude en étant à la fois somptueux et horrifiant. Tout en progression, montant en intensité, j'aime comment il est construit et orchestré, avec ces petits pics de hautbois et de cordes qui lui confèrent toute son efficacité, aussi bien en tant que musique pure qu'en tant que musique au service de l'image, rejoignant ainsi en qualité les meilleurs travaux de Bernard Herrmann. J'adore également l'usage qui est fait de la scie musicale qui n'est pas si souvent employée en musique et qui, dans l'oeuvre de Dikker, apporte une dimension fantastique et effrayante...même si, bien sûr, je ne me suis jamais réfugié sous une table la première fois que je l'ai entendue...à une époque où j'étais, davantage qu'aujourd'hui, imprégné de ces oeuvres sombres et inquiétantes. A l'époque, je n'avais su complètement identifier la scie musicale ou "scie chantante". Je croyais avoir identifié la scie musicale mais n'en était pas sûr. Je pensais également aux ondes Martenot et au thérémine. La réponse était dans le fascicule du disque, en anglais, que j'avais traduit bien après. Synopsis:

<<Bill Chrushank est un criminologue spécialisé en psychologie. Un jour, quand il perd un bras à la suite d'un accident de voiture, il se voit proposer de s'en faire greffer un. Sauf que, comme pour deux autres patients greffés, le donneur est un criminel venant d'être exécuté. Rapidement, Bill se rend compte que son nouveau bras est habité par une force qu'il ne peut contrôler… L'un des receveurs meurt violemment.>>
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Loek DIKKER Empty
MessageSujet: Re: Loek DIKKER   Loek DIKKER Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Loek DIKKER
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Toutes les musiques du monde :: Musique de films, du monde & divers :: Jazz & Musiques de films-
Sauter vers: