Forum sur la musique classique
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Le Deal du moment : -62%
XIAOMI Mi TV Stick – Google Assistant et ...
Voir le deal
23.07 €

 

 Max DEUTSCH (1892-1982)

Aller en bas 
AuteurMessage
Icare
Admin
Icare

Nombre de messages : 15554
Age : 57
Date d'inscription : 13/11/2009

Max DEUTSCH (1892-1982) Empty
MessageSujet: Max DEUTSCH (1892-1982)   Max DEUTSCH (1892-1982) Empty2015-12-28, 23:25

La symphonie pour le film "Der Schatz"

 <<Pour la première du film, qui eut lieu le 26 février 1923 au PrinzeBtheater de Dresde, l'élève de Schönberg, Max Deutsch, avait écrit, en étroite collaboration avec le réalisateurG.W. Pabst, une symphonie en cinq mouvements, qui fut la première symphonie du genre composée expressément pour le cinéma. Au début des années 1980, peu avant la mort du compositeur, la partition originale fut remise au "Deutsches Filmmuseum" de Francfort, ce qui constitua une aubaine extraordinaire, car il s'agit d'une des rares musiques de film originales qui aient été conservées, et en même temps de l'une des musiques de film les plus remarquables de l'époque du cinéma muet. Lorsqu'elle fut présentée au public avec le film après sa restauration, à la fin des années 1990, elle trouva un très grand écho au niveau international. Max Deutsch, compositeur malheureusement fort méconnu, s'affranchit de manière étonnante des conventions de la musique de film. Sa "symphonie cinématographique", la première du genre, nourrissait la prétention d'être une véritable musique d'art autonome. Volker Scherliess commente dans la "Neue zeitschrift für Musik" (1984) à propos de la composition très originale de Max Deutsch: <<Comme dans l'architecture du film, la musique reste neutre durant de longs moments. Elle ne peut ni ne veut reproduire chaque détail, mais se développe la plupart du temps en toute autonomie, les images musicales étant inspirées par des moments du déroulement bien caractéristiques (...) Par endroits, la musique se lance dans la psychologie sans pour autant se perdre dans les détails; elle est unifiée par un entrelacs aéré de leitmotive attribués à une personne ou à une atmosphère particulières. Il en résulte, surtout là où plusieurs thèmes se combinent, une densité d'écriture digne de la musique symphonique autonome.>> Ainsi, par sa technique du leitmotiv, la symphonie filmée met en lumière les subtilités de l'action, comme l'explique encore Scherliess: <<la musique de Max Deutsch ne suit pas seulement le déroulement du film en l'accompagnant, mais elle le commente et rehausse le langage de l'image; elle ne se contente pas de donner un fond musical, mais elle peint elle-même, et l'orchestre (flûte, hautbois, clarinette, trompette, trombone, percussion, harmonium, piano et cordes) crée des couleurs tantôt puissantes, tantôt subtiles.>> Comme le film lui-même, la "symphonie cinématographique" est subdivisée en cinq parties selon le modèle classique. Ces cinq parties forment chacune un tout homogène. A l'époque de la composition de cette oeuvre, Max Deutsch était en contact étroit avec Ferruccio Busoni. Ce dernier s'intéressait énormément à l'évolution de la musique de film, et il participa au processus de création de la musique de "der Schatz" en donnant à Max Deutsch son point de vue lors de nombreuses et intenses discussions sur le sujet.>> Nina Goslar & Frank Strobel.

Il est vrai qu'en écoutant cette oeuvre j'avais plus l'impression d'écouter une grande symphonie écrite pour elle-même plutôt qu'une musique de film de laquelle il ressortirait une forte soumission à l'image. Très belle symphonie cinématographique.

Eléments biographiques (source wikipédia):

Max Deutsch, né le 17 novembre 1892 à Vienne et mort le 22 novembre 1982 à Paris, est un compositeur, chef d'orchestre et professeur de composition franco-autrichien. Élève d'Arnold Schönberg, il a formé à son tour plus de trois cents musiciens venus du monde entier (boursiers de l'UNESCO) à la Nouvelle Musique longtemps en privé puis, à la Sorbonne (Paris-IV) dès 1970-71, et enfin, à partir de 1972, à l'École normale de musique de Paris. Max Deutsch est né à Vienne (Autriche) dans une famille juive. Il est impressionné enfant par la personnalité de Johannes Brahms (mort en 1897) et de Gustav Mahler. Il est élève d'Arnold Schönberg, à Vienne, avant la Première Guerre mondiale. Il suit Schönberg à Amsterdam en 1921 et devient son assistant. Il fonde en 1923 son propre ensemble instrumental à Berlin. Stanislavski lui commande une œuvre : ce sera l'opéra Schach (Jeu d'échecs). Il compose également la musique du film Le Trésor (Der Schatz) de Georg Wilhelm Pabst. Il appartient en politique au mouvement spartakiste. Il s'installe à Paris en 1924. En 1925, il fonde le théâtre Der Jüdische Spiegel (Le miroir juif) à Paris, d'où furent lancés de nombreux compositeurs, tels que Arnold Schönberg, Anton Webern et Alban Berg. Il se lie d'amitié avec Georges Bernanos et Jean Cassou. Il est également proche de Tristan Tzara, Jean Cocteau et Vladimir Jankelevitch. De 1940 à 1945, Deutsch servit au sein de la Légion étrangère. Après la Seconde Guerre mondiale, il se consacre surtout à l'enseignement de la musique suivant les principes de Schönberg, à savoir la musique sérielle principalement, mais sans aucune exclusive. À Paris, parmi ses étudiants, on comptera György Kurtág, Jacqueline Fontyn, Girolamo Arrigo, Luis de Pablo, Sylvano Bussotti, Gérard Condé, Ahmed Essyad, Félix Ibarrondo, Eugene Kurtz, Jorge Arriagada, Kyriakos Sfetsas, Raymond Vaillant, Donald Harris, Sylvia Hallett, Philippe Manoury, Patrick Marcland, Yves-Marie Pasquet, Colette Bailly ainsi que le chef d'orchestre Alexandre Myrat et le critique musical Heinz-Klaus Metzger. Il a aussi écrit un autre opéra "Apothéose" en 1972, une musique de scène "La Fuite" pour la pièce de Tristan Tzara, une symphonie chorale "Prière pour nous autres charnels" sur un texte de Charles Péguy puis "Chœurs d'hommes" d'après Vinci.
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
Icare

Nombre de messages : 15554
Age : 57
Date d'inscription : 13/11/2009

Max DEUTSCH (1892-1982) Empty
MessageSujet: Re: Max DEUTSCH (1892-1982)   Max DEUTSCH (1892-1982) Empty2020-12-09, 12:06

Pour démarrer ce nouveau cycle, "Les D sont jetés!", j'avais choisi Der Schatz - a Film-Symphony in 5 acts du compositeur d'origine autrichienne Max Deutsch, par le "Staatsphilharmonie Rheinland-Pfalz" sous la direction de Frank Strobel. L'oeuvre est conséquente, plus de 74 minutes de musique purement orchestrale avec notamment un usage du piano qui m'interpelle, pas nécessairement dans sa forme la plus romantique mais davantage lorsqu'il prend une allure plus moderne. J'aime notamment l'usage qui en est fait dans le troisième acte. Dans le premier, la musique est plutôt lyrique et d'une humeur assez enjouée, même si elle peut paraître d'une veine lunatique à la manière d'une musique pour film muet quelque peu illustrative, ponctuellement chahutée par des turbulences plus dramatiques. Au départ de ce premier acte, le piano évolue sur un ton romantique. L'optimisme semble toujours se reconstruire dans les remous d'un "symphonisme" extrêmement vivant et expressif. Le piano donne souvent le ton dans chacun des cinq actes, m'apparaît comme étant l'instrument principal, même s"il ne s'agit quand même pas, proprement dit, d'un concerto pour piano et orchestre. Un autre instrument se fait largement remarquer, c'est une flûte vivace et intrépide qui participe aux moments les plus joyeux de la partition. En fait, tous les éléments de l'orchestre symphonique y sont merveilleusement explorés, pas juste une masse sonore chargée d'adrénaline, compacte et assommante, comme il en existe parfois, c'est bien plus subtil et émouvant que cela. Il y a par exemple une sonorité particulièrement fragile et aigue proche du triangle qui résonne plusieurs fois, à des moments stratégiques de l'oeuvre. Elle peut paraître un détail, or elle est bien plus que ça à mon oreille: une ponctuation énigmatique dans un récit musical ample et versatile, si généreux en couleurs et expressions diverses: une symphonie fortement irisée dirais-je pour résumer. J'ai bien fait d'y revenir car j'apprécie de plus en plus cette oeuvre musico-cinématographique de Max Deutsch.

Max DEUTSCH (1892-1982) 220px-Max_Deutsch
Revenir en haut Aller en bas
 
Max DEUTSCH (1892-1982)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Toutes les musiques du monde :: Musique de films, du monde & divers :: Jazz & Musiques de films-
Sauter vers: