Forum sur la musique classique
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Le Deal du moment : -44%
REALME C21 64 Go Cross Black
Voir le deal
109.91 €

 

  Dario MARIANELLI

Aller en bas 
AuteurMessage
Icare
Admin
Icare

Nombre de messages : 15559
Age : 57
Date d'inscription : 13/11/2009

 Dario MARIANELLI Empty
MessageSujet: Dario MARIANELLI    Dario MARIANELLI EmptySam 8 Nov 2014 - 23:20

Eléments biographiques:

Dario Marianelli est un compositeur italien qui compose pour le cinéma mais également pour le concert. Né à Pise en 1963, il a commencé ses études de piano et a commencé à chanter comme choriste à 6 ans. Lorsque sa voix se brisa, il se consacre alors à jouer du piano et se met à composer. Il a étudié en privé et a  obtenu ses diplômes en tant qu'élève externe dans les environs de Florence, Lucca, Livorno et, et a également étudié le contrepoint avant de partir s'installer en Angleterre. Là, il a étudié à la "Guildhall School of Music and Drama", et a passé trois ans supplémentaires à étudier à la "National Film and Television School". Sa carrière cinématographique remonte à 1994 avec son score pour le film de Paddy Breathnach, "Ailsa". Au cours de deux décennies, il a composé la musique pour des films tels que "The Brothers Grimm"; "V pour Vendetta"; "Agora"; "Mange, prie, aime"; "Jane Eyre"; "Pêche au saumon au Yémen"; Happy Now"; "Quartet", ainsi que beaucoup d'autres. Il a obtenu une reconnaissance pour son travail avec le réalisateur Joe Wright: "Pride and Prejudice", "Atonement", "le soliste" et "Anna Karenina". Parmi ses honneurs, Marianelli a remporté l'Oscar, un Golden Globe Award, les critiques Phoenix Film Society Award et le Prix World Soundtrack.

 Dario MARIANELLI Marianelli


Dernière édition par Icare le Jeu 30 Sep 2021 - 12:41, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
Icare

Nombre de messages : 15559
Age : 57
Date d'inscription : 13/11/2009

 Dario MARIANELLI Empty
MessageSujet: Re: Dario MARIANELLI    Dario MARIANELLI EmptySam 8 Nov 2014 - 23:23

Dario Marianelli a composé plusieurs musiques de films que j'aime beaucoup dont Happy Now que je viens de réécouter ce soir et qui offre de très belles combinaisons instrumentales et sonores, le tout au service d'une bande-son tendue, dramatique, nerveuse, avec une pointe d'ironie ou d'humour noir.  Dario MARIANELLI 333455  Dario MARIANELLI 333455  Dario MARIANELLI 333455
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
Icare

Nombre de messages : 15559
Age : 57
Date d'inscription : 13/11/2009

 Dario MARIANELLI Empty
MessageSujet: Re: Dario MARIANELLI    Dario MARIANELLI EmptyVen 28 Avr 2017 - 11:23

Il y a quelque-chose de dingue parfois dans la musique: j'ai toujours été bouleversé par cet extrait musical composé par Dario Marianelli pour le film de Michael Caton-Jones; SHOOTING DOGS. Pourtant, il n'y a pas grand chose dans cette musique sinon la voix solo et le fait qu'elle s'articule autour de deux notes...mais ces deux notes portent en elles toute la tragédie du film qui relate le génocide du Rwanda. A l'image, ces deux notes accompagnent dès le générique-début, en gros plan, les pieds nus d'une jeune fille courrant les chemins terreux à un rythme régulier, une jeune fille que l'art de la course et de l'endurance sauvera de la folie meurtrière...ces deux notes imperturbables comme le tic-tac d'un réveil qui va décider de sa vie ou de sa mort...ou bien en adéquation avec son rythme cardiaque et sa respiration contrôlée pour durer le plus longtemps possible, courir, courir, courir, courir, courir plus vite que la mort, pour que celle-ci s'essouffle avant-elle...pour survivre de toutes ses forces.

Extrait du film:

https://www.youtube.com/watch?v=GY4UKZ_Xv0Q

Bande-annonce:

https://www.youtube.com/watch?v=QpsJEELgwq0

L'extrait en question:

La vidéo n'est plus disponible

C'est ainsi que s'achève mon cycle autour de l'Afrique.


Dernière édition par Icare le Dim 12 Avr 2020 - 8:52, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
Icare

Nombre de messages : 15559
Age : 57
Date d'inscription : 13/11/2009

 Dario MARIANELLI Empty
MessageSujet: Re: Dario MARIANELLI    Dario MARIANELLI EmptySam 22 Fév 2020 - 19:04

Icare a écrit:
Dario Marianelli a composé plusieurs musiques de films que j'aime beaucoup dont Happy Now que je viens de réécouter ce soir et qui offre de très belles combinaisons instrumentales et sonores, le tout au service d'une bande-son tendue, dramatique, nerveuse, avec une pointe d'ironie ou d'humour noir.  Dario MARIANELLI 333455  Dario MARIANELLI 333455  Dario MARIANELLI 333455

L'interviewer: Votre partition pour "Happy Now" a été écrite il y a une dizaine d'années, au début de votre carrière de long métrage. Vous n'aviez fait que quelques grands films avant celui-ci, comme Pandaemonium de Julien Temple et Paddy Breathnach's I baissé. Quelle était l'importance de "Happy Now" pour vous musicalement? C'est une partition intéressante sur le plan stylistique.

Dario Marianelli: Cela ressemble à une vie, mais d'une manière étrange il est également très présent dans mon esprit, comme l'un des nombreux tournants de mon écriture. Je pense que plusieurs éléments différents sont entrés dans cette partition - à coup sûr, un désir d'expérimenter le son et l'orchestration d'une manière non conventionnelle, mais aussi de créer quelque chose qui était un peu imprévisible et qui ne se prenait pas trop au sérieux. Certains des indices du film rendaient un hommage tordu à Bonanza et à l'Américain de l'Occident, tandis que d'autres étaient carrément loufoques ... J'essayais très certainement d'injecter au film une dose d'ironie et de mystère, étant donné qu'il traitait de magie noire, de réincarnation, et aussi d'un personnage devenant de plus en plus dérangé.

Je n'avais jusqu'alors pas écrit grand-chose sur cette bande originale de Dario Marianelli composée pour un curieux film de Philippa Cousins, Happy Now (2001), qui mélangerait les genres: épouvante-horreur-thriller-comédie. Le film nous raconte l'histoire d'une adolescente dont la ressemblance avec une jeune reine de beauté décédée 14 ans plus tôt est confondante, sème le trouble chez l'un des hommes responsables de sa mort accidentelle...Ne l'ayant pas vu, c'est une expérience contraire de celle de L'Armée des 12 Singes de Paul Buckmaster, une bande originale que j'avais d'abord appréciée dans le film, ce qui est en principe la chronologie des faits la plus logique. J'ai tenté le cd de la B.O. de Happy Now seulement parce que je connaissais déjà le compositeur et que j'avais aimé certaines de ses musiques. J'ignorais alors que celle-ci allait devenir l'une de mes préférées, peut-être tout simplement ma préférée: un traitement non conventionnel du son, de judicieuses combinaisons instrumentales, un caractère corrosif et mystérieux, interprétée par "The Munich Symphony Orchestra". C'est en tout cas la musique de Dario Marianelli que j'écoute le plus souvent.
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
Icare

Nombre de messages : 15559
Age : 57
Date d'inscription : 13/11/2009

 Dario MARIANELLI Empty
MessageSujet: Re: Dario MARIANELLI    Dario MARIANELLI EmptyDim 12 Avr 2020 - 9:57

Ce matin, j'ai réécouté Pride & Prejudice de Dario Mariannelli. Je n'avais pas fait attention que les orchestrations et la direction d'orchestre avaient été assumées par Benjamin Wallfish, lui-même ayant composé pour le cinéma, notamment la musique pour le film de Rupert Wyatt; The Escapist. J'en parle ici. Tout comme Dario Marianelli, il fait partie des "nouvelles" générations de compositeurs qui intéressent le petit monde béophile. Pour interpréter la musique de Pride & Prejudice/Orgueil et Préjugés (un film de Joe Wright - 2005), Marianelli sollicite le "English Chamber Orchestra", le pianiste Jean-Yves Thibaudet, le violoniste Aidan Broadbridge et la violoncelliste Caroline Dale. La musique est de facture classique, l'ayant même trouvée "trop classique" dans ses premiers extraits. On tombe dans l'imitation dès le tout premier, intitulé "Dawn/Aurore". Personnellement, j'avais fortement pensé à une imitation volontaire du style du maître autrichien Franz Schubert; la lenteur, la douceur, l'élégance, la solennité...tout ça m'évoqua Schubert. Apparemment, il s'agirait davantage d'un Beethoven jeune, voire d'un Chopin...?...Mes connaissances en matière de "jeunesse beethovenienne" ne sont pas suffisamment pointues pour que j'insiste avec Schubert. Hehe Je n'ai pas encore vu ce film, néanmoins, d'après ce que j'ai pu lire, l'intrigue se situe sous le règne de George III, donc quelque-part entre 1760 et 1801. Evidemment, Franz Schubert est né en 1797 et n'avait donc que quatre ans lorsque le règne de George III s'acheva. Certes, il fut un compositeur précoce, mais bon...Beethoven naquit en 1770, ce qui lui laissa plus de trente ans pour composer un morceau comme celui-là. C'est déjà plus plausible, effectivement. En revanche, Chopin, ça ne fonctionne pas du tout puisqu'il naquit neuf ans après la fin du règne de George III, c'est-à-dire en 1810 pour ceux et celles qui ne savent pas compter. Hehe Si je fais ces petits rappels chronologiques, c'est d'abord parce que le premier thème du disque, "Dawn/Aurore", joué au début au piano est spécifique à Elizabeth, un des personnages-clé du film. Repris à la fin, dans "Mrs Darcy", il est aussi joué par Elizabeth lorsque Lady Catherine lui demande de se mettre au piano à Rosings Park et par Georgiana la première fois qu'on l'entend jouer à Pemberley. Donc, c'est une pièce de musique qui est sensée être jouée avant 1801, ce qui explique par ailleurs qu'elle fut écrite "à la manière de". Le plus plausible serait Beethoven, voire Mozart, sauf que, personnellement, il m'a vraiment fait penser à une imitation du style Schubert...Mais là, en le réécoutant, je pense un peu plus à Mozart ou peut-être à un Beethoven sous influence mozartienne...?...

Il s'agit de cet extrait: https://www.youtube.com/watch?v=-vYY0aRH46I

Maintenant, il ne faudrait pas en déduire que toute la musique de Dario Marianelli s'articule autour de cette imitation. On pourrait d'ailleurs se demander pourquoi ils n'ont pas utilisé un thème préexistant correspondant à cette période, mais c'est un autre sujet auquel je n'aurais que des suppositions à émettre. La musique est d'essence romantique, profondément lyrique, non dépourvue d'élégance et de retenue. C'est là qu'elle prend tout son essor dramatique et se libère du poids référentiel d'une "aurore" d'une autre ère. Cet extrait, ci-dessous, avec la présence au piano de Jean-Yves Thibaudet, est assez prenant, entre passion et sobriété, intensité et détachement:

https://www.youtube.com/watch?v=X6bB0IjFSqM
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
Icare

Nombre de messages : 15559
Age : 57
Date d'inscription : 13/11/2009

 Dario MARIANELLI Empty
MessageSujet: Re: Dario MARIANELLI    Dario MARIANELLI EmptyJeu 30 Sep 2021 - 11:54

J'entame mon second portrait qui, cette fois, est consacré à quelques bandes originales que je possède de Dario Marianelli. J'écris "quelques" car je n'en connais que quelques-unes: cinq albums en tout et pour tout. Ce n'est pas dû au fait que je n'ai rien écouté d'autre susceptible de me plaire ni que ma curiosité ne fut titillée par d'autres titres, ça s'est fait comme ça, des occasions qui ne se sont pas présentées, des choix drastiques que l'on doit faire parfois, des films que je n'ai pas vus, etc... Les raisons sont multiples, sauf celle d'un musicien dont je me serais vite lassé. C'est un compositeur sensible et intéressant. Je pourrais avoir d'autres albums de lui sur mes étagères et ça arrivera sûrement.

 Dario MARIANELLI 51QeYxlHbVL._AC_SY445_

Si j'ai décidé de démarrer ce portrait par la musique du film de Michael Caton-Jones, Beyong the Gates (Shooting Dogs) (2005), c'est tout simplement parce que c'est par cette B.O. que j'ai découvert ce compositeur. C'était donc logique que je commence par là. C'est d'ailleurs mon album fétiche de Dario Marianelli, c'est souvent le cas des "premières B.O.", "album fétiche" ne signifiant pas pour autant que je la considère comme sa meilleure création musicale, mais il est clair qu'elle occupe une place particulière dans mon coeur de béophile. La musique de Shooting Dogs a aussitôt eu sur moi un effet très spécial, bouleversant. Il faut dire tout d'abord que je l'avais découverte dans son contexte, c'est-à-dire en regardant le film de Michael Caton-Jones. J'ai aussitôt été bouleversé par cette jeune fille tutsi, sportive et endurante qui court, par ses pas qui, à un rythme régulier, foulent une terre cuivrée, parfois rougie par le sang des cadavres lorsque la route qui mène à la liberté en est jonchée: c'est la fin du film mais c'est aussi son début. Elle court, pendant des kilomètres et des kilomètres elle court, en parfaite osmose avec la musique de Dario Marianelli qui s'articule autour de deux notes. j'ai toujours été émotionnellement soulevé par cet extrait musical. Une atmosphère indescriptible en émane. Elle situe la scène entre la vie et la mort, la fatalité et l'espoir, le temps et l'endurance d'une jeune fille qui veut vivre absolument. Pourtant, il n'y a pas grand chose dans cette musique sinon la voix solo et le fait qu'elle s'articule autour de deux notes...mais ces deux notes portent en elles toute la tragédie du film qui relate le génocide du Rwanda. D'autres très beaux thèmes complètent la B.O., certains chantés (non composés par Marianelli), d'autres uniquement instrumentaux, souvent entre fatalité, mélancolie et espoir. Néanmoins, je demeure, seize ans après environ, toujours autant obnubilé par le thème introductif et ces deux notes que mon esprit relie automatiquement aux pas de la jeune rescapée, avec l'espoir que la mort qui la poursuit s'essoufflera avant elle. C'était ses pieds que l'image montrait, mais c'est son coeur qui bat en moi, avec le mien, à chaque fois que j'écoute cette partition de Dario Marianelli.
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
Icare

Nombre de messages : 15559
Age : 57
Date d'inscription : 13/11/2009

 Dario MARIANELLI Empty
MessageSujet: Re: Dario MARIANELLI    Dario MARIANELLI EmptyJeu 30 Sep 2021 - 18:03


<<Pour interpréter la musique de Pride & Prejudice/Orgueil et Préjugés (un film de Joe Wright - 2005), Dario Marianelli sollicite le "English Chamber Orchestra", le pianiste Jean-Yves Thibaudet, le violoniste Aidan Broadbridge et la violoncelliste Caroline Dale. La musique est de facture classique et d'inspiration romantique.>> Au regard du sujet de ce film, elle est évidemment très différente de celle qui illustre Shooting Dogs par laquelle j'avais découvert ce compositeur. Si j'ai pu la trouver un peu trop encrée dans l'imitation classico-romantique, du moins à l'époque, le temps et les écoutes successives jouèrent finalement en sa faveur. C'est une partition que j'apprécie désormais pour les mêmes raisons qui, hier, freinaient mon enthousiasme. Dans une écoute attentive, il y a une certaine approche harmonique que je trouve très liée à la poétique de Dario Marianelli, un sens pour la "lenteur" qui me séduit plus encore dans Good bye Bafana! (2007) et aussi dans Shooting Dogs (2005), une "lenteur" qui m'est très émouvante à chaque fois: une écriture minimaliste, un étirement, un lancinement, une instrumentation certes classique dans le cas de Pride & Prejudices, un piano et un violoncelle de toute beauté, interprétés avec beaucoup de sensibilité, puis il y a cette étrange douceur, cette indescriptible lenteur que prend le récit musical à certains endroits, ce qui crée une atmosphère assez particulière qui m'envoûte assurément, moins particulière que le thème introductif de Shooting Dogs, moins obsessionnelle, qui s'exprime dans une construction romantique qui fut portée à des sommets par les maîtres du passé, mais qui a ce quelque-chose d'irrésistible, de singulièrement émouvant. Cette particularité que je ressens dans sa musique définit en partie son style, sa personnalité musicale.

 Dario MARIANELLI Orgueil-et-prejuges

Orgueil et Préjugés (Pride & Prejudice) est une coproduction américano-franco-britannique réalisée par Joe Wright, sortie en 2005. Alors que cette œuvre majeure de la littérature anglaise a donné lieu à de très nombreuses adaptations télévisées depuis 1938, la dernière adaptation de la BBC datant de 1995, il ne s'agit que de la deuxième tentative de la porter sur grand écran, la première étant le film en noir et blanc de Robert Z. Leonard sorti en 1940, avec Greer Garson et Laurence Olivier. (Wikipédia)
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
Icare

Nombre de messages : 15559
Age : 57
Date d'inscription : 13/11/2009

 Dario MARIANELLI Empty
MessageSujet: Re: Dario MARIANELLI    Dario MARIANELLI EmptyJeu 30 Sep 2021 - 19:24

J'ai évoqué dans mon précédent commentaire cette forme de "lenteur", d'étirement, de lancinement, qui selon moi représente une facette de sa personnalité musicale. Cette lenteur magnétique, je la retrouve de façon peut-être plus exposée encore dans Goodbye Bafana! (2007). Dans la musique, je peux aimer avec la même fore des thèmes extrêmement énergiques et décoiffant que des musiques extrêmement lentes. C'est vraiment le cas dans cette partition qui, par des chants africains, me ramène directement à Shooting Dogs. L'action ne se situe cependant pas au même en endroit en Afrique, Shooting Dogs nous emmène au Rwanda alors que Goodbye Bafana! nous emmène directement en Afrique du Sud sur les pas de Nelson Mandela depuis sa détention jusqu'à son ascension au pouvoir. C'est un film magnifique que j'ai déjà vu plusieurs fois et possède en DVD, à l'instar de Shooting Dogs. Cette lenteur musicale très étudiée confère à sa musique un caractère détaché et onirique que j'aurais bien du mal à expliquer avec davantage de précisions. Ce caractère détaché et onirique, je le retrouve aussi dans les deux titres précédents que j'ai évoqués aujourd'hui. Il y a aussi un aspect solaire dans sa musique et cet aspect est particulièrement présent dans Goodbye Bafana!. Un autre compositeur qui sut me fasciner par une extrême lenteur dans sa musique de film fut Alejandro Masso. Il est devenu bien silencieux depuis la fin des années 1990..., depuis Elles de Luis GALVAOS TELES (1998). Cette écoute des bandes originales de Dario Marianelli m'interroge sur mon goût immodéré pour les contrastes musicaux, les formes extrêmes, pouvant aller de la musique la plus violente et dissonante, celle qui m'enracine dans le monde réel, concret, à la musique la plus infiniment douce, d'une extrême lenteur ou lenteur extrême, celle qui, justement, me détache complètement du monde réel, me donne des ailes. La bande originale de Goodbye Bafana! (un film de Bille August) illustre à sa manière l'esprit de Mandela qu'aucune chaîne ne peut entraver, aucune prison ne peut emmurer. Comme considération plus personnelle, je dirais que la musique de Dario Marianelli sait caresser mon âme, l'amadouer, l'élever.

 Dario MARIANELLI AVT_Nelson-Mandela_6812

Le film retrace la vie sur 25 ans de James Gregory, un Sud-Africain blanc, gardien de prison responsable de Nelson Mandela, de l'incarcération de ce dernier dans les années 1960 au pénitencier de Robben Island à sa libération de la prison Victor Verster en 1990. Dans ses fonctions, Gregory fut notamment chargé de censurer le courrier de Mandela, dont il maîtrisait la langue, le Xhosa. Prenant progressivement conscience des dures réalités de l'application de l'apartheid pour les Noirs d'Afrique du Sud à mesure qu'il apprend à connaître Nelson Mandela et ses proches, il en devient finalement son ami et son confident.
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
Icare

Nombre de messages : 15559
Age : 57
Date d'inscription : 13/11/2009

 Dario MARIANELLI Empty
MessageSujet: Re: Dario MARIANELLI    Dario MARIANELLI EmptyVen 1 Oct 2021 - 9:11

Happy now (2001) - film de Philippa Cousins et musique originale de Dario Marianelli:

Voilà un film d'un genre hybride puisqu'il marierait l'horreur, l'épouvante, le thriller et la comédie. A l'instar de Orgueil & Préjugés, c'est un film que je n'ai pas eu (ou pris) l'occasion de voir. C'est tout simplement - une fois est coutume  Hehe - la musique de Dario Marinelli qui m'en a révélé l'existence étant donné qu'elle bénéficia d'une édition discographique. Fortement intéressé par ce compositeur, je n'avais pas hésité. J'en suis d'autant plus heureux que je n'étais pas tombé sur un opus mineur, elle est même très vite devenue ma bande-son préférée de Dario Marianelli. De ce que je connais et possède de lui, cinq opus au total, tous postérieurs à celui-ci, c'est la musique qui me fascine le plus, sans doute grâce à un caractère à la fois sombre et satirique qui me caresse, il est vrai, dans le sens du poil, mais aussi par de judicieuses orchestrations truffées de sonorités inhabituelles et pertinentes. J'ai pu remarquer que Benjamin Wallfisch (autre musicien talentueux) fut plusieurs fois crédité comme orchestrateur sur ses compositions, ou co-orchestrateur avec Marianelli lui-même, comme sur Goodbye Bafana!, par exemple. Sur Happy now, le compositeur a assumé seul ses orchestrations, en tout cas c'est ce qui est indiqué. Toujours est-il que c'est dans cette musique qu'elles me fascinent le plus. Je me demande d'ailleurs s"il n'emploie pas la scie musicale, ce son onduleux et élastique que j'aime tant...?...Il en ressort en tout cas une bande originale très irisée qui se distingue catégoriquement des précédents opus que j'évoque dans les trois commentaires précédents. Je n'y retrouve certes pas cette "lenteur extrême" qui sait si bien m'envoûter. Il y a là une autre poétique, plus acide, plus corrosive, plus satirique. Vaguement inquiétante, je ne la ressens pas comme anxiogène et encore moins flippante: plutôt sombre, satirique et un peu débridée. Je n'aurais jamais imaginé un film d'épouvante en l'écoutant, davantage un thriller teinté d'ironie.

 Dario MARIANELLI Happy_Now

Synopsis: Une adolescente, dont la ressemblance avec une jeune reine de beauté décédée 14 ans plus tôt est confondante, sème le trouble chez l'un des hommes responsables de sa mort accidentelle...
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
Icare

Nombre de messages : 15559
Age : 57
Date d'inscription : 13/11/2009

 Dario MARIANELLI Empty
MessageSujet: Re: Dario MARIANELLI    Dario MARIANELLI EmptyVen 1 Oct 2021 - 9:59


Anna Karénine (Anna Karenina) (2012) - un film historique franco-britannique de Joe Wright - Musique de Dario Marianelli:



Plusieurs collaborations lient le cinéaste anglais Joe Wright au compositeur Dario Marianelli:
__Orgueil et Préjugés (Pride & Prejudice) (2005)
__Reviens-moi (Atonement) (2007)
__Le Soliste (The Soloist) (2009)
__Anna Karénine (Anna Karenina) (2012)
__Les Heures sombres (Darkest Hour) (2017)
De ces cinq collaborations, je ne connais les musiques que de trois d'entre elles; Orgueil & Préjugés, Les Heures sombres et désormais Anna Karénine. La bande originale qui accompagne Les Heures sombres, un film sur le rôle de Winston Churchill pendant la seconde guerre mondiale merveilleusement interprété par Gary Oldman, je ne l'ai abordée que dans son contexte, jamais en dehors. J'avoue n'avoir pas été spécialement marqué par la musique dans le film, film que je n'ai cependant vu qu'une fois. Je n'écarte pas l'hypothèse que j'ai pu être suffisamment absorbé par le film et son héros charismatique au point de n'avoir pas suffisamment fait attention à la musique. J'essaierai d'être plus vigilant à la prochaine vision puisque je possède le DVD. Le dernier album que je me suis procuré de Dario Marianelli est la bande originale qu'il confectionna pour Anna Karénine (Anna Karenina). La première chose qui m'a frappé, c'est l'impression d'écouter une musique aux accents slaves composée par un Italien... Effectivement, à un moment ou un autre, entre les notes, se faufile le fantôme d'un Nino Rota s'immisçant parmi les rythmes de valses d'un Dimitri Chostakovitch. Sur cette partition, il collabore à nouveau avec Benjamin Wallfisch aux orchestrations auxquelles il participe. Cette fois aussi, je ne retrouve pas cette "lenteur extrême" qui, selon moi, définissait un aspect de sa personnalité musicale. Au contraire, je navigue dans tout autre chose, une partition fortement extravertie qui puise son inspiration dans la musique populaire et classique que Marianelli réinvente avec méthode et fantaisie. Il y a notamment cette petite clarinette aiguë (à moins qu'il s'agisse d'une flûte au timbre un peu particulier) qui chatouille mon oreille: ses subtiles interventions me réjouissent. Elle a un effet magique sur moi. Il y a parfois l'intervention de voix qui ne sont pas particulièrement mises en valeur, plutôt des voix en retrait à l'intérieur de la musique - j'aime cette approche - sauf "Masha's song" co-composée par Draio Marianelli et Anoushka Shankar et interprétée par Tannishtha Chatterjee, et également la très belle imitation classique "At the opera" qui sollicite les chanteurs d'opéra Telman Guzhevsky et Allegra Giagu.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




 Dario MARIANELLI Empty
MessageSujet: Re: Dario MARIANELLI    Dario MARIANELLI Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Dario MARIANELLI
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Toutes les musiques du monde :: Musique de films, du monde & divers :: Jazz & Musiques de films-
Sauter vers: