Forum sur la musique classique
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  Connexion  

Partagez | 
 

 Franz Schubert (1797-1828)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... , 11, 12, 13  Suivant
AuteurMessage
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 11479
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Franz Schubert (1797-1828)   Mer 11 Mar - 23:08

Icare a écrit:
Pour la première fois de ma vie, je viens d'écouter, entre hier soir et ce matin, les deux premières symphonies de Franz Schubert...Dire qu'il m'aura fallu attendre 50 ans pour que ce miracle se produise enfin!  Hehe J'aurais pu le faire plus tôt, bien plus tôt, plutôt que d'avoir attendu si longtemps avant de me pencher... au point de chavirer...sur les fameuses symphonies de Schubert. Après tout, j'étais encore bien jeune lorsque je me penchai sur celles de Beethoven et Mozart. Pourquoi ais-je donc enjambé le Schubert des symphonies (et ignoré Haydn) alors que je vénérais déjà une partie de sa musique de chambre? Je ne sais pas et, au fond, je ne regrette rien. Mes préoccupations se situaient ailleurs et, à ce moment-là, je vénérais probablement les symphonies de Norgard et Corigliano. Je ne pouvais être partout à la fois, au fourneau et à la charrue, sur un cheval et sur ma femme en même temps. Laughing  Le miracle n'a, en réalité, rien à voir avec tout ça. Mon cycle autour de Franz Schubert vient de démarrer avec les deux premières symphonies et je peux dire d'emblée que j'ai passé un bon moment. Je les ai perçues comme une musique du matin, une musique de l'aurore, une musique qui aime la vie et qui fait aimer la vie. C'est ce profond sentiment d'envie de vivre qui est ressorti de cette joyeuse découverte, surtout avec la seconde symphonie. La N°1 - D82 est plaisante et attachante, ayant eu, pour ma part, une affection particulière pour le premier mouvement, cependant, je ne peux pas dire que, dans son ensemble, l'aînée des symphonies de Franz Schubert m'ait fait chavirer. Non, la N°2 - D125 m'a semblé plus volumineuse, plus ample, plus consistante, plus convaincante aussi. Le second mouvement "Andante - Variations I-V" ne manque ni d'élégance ni même d'une certaine grâce. Au début, il ne fait que m'effleurer, puis, au fur et à mesure de son développement, il m'emporte comme par magie. Ce fut sans doute "l'effet Schubert".    

J'aime lorsqu'une musique arrive à me transporter, à me faire flaner agréablement par ses airs et ses mouvements et je trouve que les deux premières symphonies de Schubert y arrivent très bien. La première a finalement gagné un peu plus de ma considération, de mon affection. J'ai aimé ses arrondis et ses teintes, sa beauté fragile et si sûre à la fois, elle est pourtant le fruit d'un jeune créateur de seize ans, achevée le 28 octobre 1813. Onze ans plus tard, Schubert écrivit une lettre à son ami peintre Leopold Kupelwieser dans laquelle on put lire: "En fait de lieder, je n'ai pas fait grand-chose de neuf, mais je me suis néanmoins livré à plusieurs essais dans le genre instrumental, ayant composé deux quatuors...et un octuor et je désire encore écrire un quartetto, car je veux avant tout me frayer ainsi la voix de la grande symphonie."...Sans être bouleversé, j'ai été définitivement charmé par ces deux premières symphonies.
Revenir en haut Aller en bas
Snoopy
Admin
avatar

Nombre de messages : 21016
Age : 42
Date d'inscription : 10/08/2006

MessageSujet: Re: Franz Schubert (1797-1828)   Mer 11 Mar - 23:46

Toutes les symphonies de Schubert sont belles, au même titre que celles de Beethoven
Revenir en haut Aller en bas
http://musiqueclassique.forumpro.fr
Jean

avatar

Nombre de messages : 6629
Age : 74
Date d'inscription : 14/05/2007

MessageSujet: Re: Franz Schubert (1797-1828)   Jeu 12 Mar - 9:49

Mains
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 11479
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Franz Schubert (1797-1828)   Jeu 12 Mar - 18:44

Snoopy a écrit:
Toutes les symphonies de Schubert sont belles, au même titre que celles de Beethoven

C'est sûrement pour cette raison que je continue mon périple au travers des symphonies de Schubert, en alternance avec les cantates de Bach, par les Troisième en ré majeur et Quatrième en ut mineur, cette dernière bénéficiant du sous-titre "Tragique", un approfondissement toujours par le "Berliner Philharmoniker" sous la direction de Karl Böhm...Je ne tenterai d'autres interprétations que lorsque j'estimerai connaître suffisamment ces symphonies...La Troisième est très alerte et d'une humeur souvent positive. La Quatrième, en revanche, prend dès le départ, un ton nettement plus sévère et grave. Son sous-titre le laissait cependant prévoir. Si je l'aime beaucoup, c'est principalement grâce à son quatrième et dernier mouvement "Allegro" qui n'a finalement plus rien de tragique à mon oreille. Il me passionne par son thème principal, fort bien trouvé, qui a quelque chose de "doucement ludique", de faussement léger. J'y ai presque ressenti une forme d'humour, une sensation que j'ai du mal à définir et qui m'a beaucoup "amusé" pendant l'écoute...est-ce sans doute une perception trop personnelle pour être partagée...En tout cas, j'adore cet allegro conclusif! La troisième symphonie m'a moins transporté, ce qui ne signifie pas non plus que je ne l'ai pas appréciée lors de cette nouvelle approche. J'ai bien aimé son énergie et l'aura positive qu'elle dégage.
Revenir en haut Aller en bas
joachim
Admin
avatar

Nombre de messages : 16657
Age : 71
Date d'inscription : 19/08/2006

MessageSujet: Re: Franz Schubert (1797-1828)   Jeu 12 Mar - 20:20

Quand tu écouteras la symphonie n° 5, tu auras une surprise : le style n'est plus le même. Par contre la 6ème revient au style des 3 et 4 Wink
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 11479
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Franz Schubert (1797-1828)   Ven 13 Mar - 8:52

joachim a écrit:
Quand tu écouteras la symphonie n° 5, tu auras une surprise : le style n'est plus le même. Par contre la 6ème revient au style des 3 et 4 Wink

En fait, je n'en suis pas à la première écoute car ça fait déjà quelques temps que je possède les huit symphonies, toutes interprétées par le "Berliner Philharmoniker" sous la direction de Karl Böhm. J'avais d'ailleurs écrit plus haut, en plusieurs fois, mes impressions, laissant entendre une nette préférence pour les 8, 9 et 4. Bien sûr, je n'en maîtrise pas encore suffisamment le contenu, contrairement à vous qui les connaissez par-coeur, et, effectivement, je n'avais pas encore retenu le décalage stylistique entre les quatre premières et la N°5 que je vais bientôt réécouter et qui, avec la N°6, sont peut-être celles que j'ai le moins mémorisées jusqu'ici...dont l'intérêt de réécouter et d'approfondir. Ce qui m'étonne dans l'information que tu m'apportes, c'est qu'après avoir changé de style avec la Cinquième, il revienne au style antérieur avec la Sixième. Souvent, lorsqu'un compositeur change de style, il est rare qu'il retourne en arrière (même si on peut sans doute trouver plusieurs contre-exemples), et l'oeuvre qui est à l'origine de ce changement stylistique est souvent perçue comme une transition. Je n'ai encore rien lu autour des symphonies de Schubert (ça va venir), mais il y aurait-il une explication exploitable de ce changement provisoire de style lors de la conception de la Cinquième?
Revenir en haut Aller en bas
Snoopy
Admin
avatar

Nombre de messages : 21016
Age : 42
Date d'inscription : 10/08/2006

MessageSujet: Re: Franz Schubert (1797-1828)   Ven 13 Mar - 9:40

Icare a écrit:
y aurait-il une explication exploitable de ce changement provisoire de style lors de la conception de la Cinquième?

Il était bourré
Revenir en haut Aller en bas
http://musiqueclassique.forumpro.fr
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 11479
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Franz Schubert (1797-1828)   Ven 13 Mar - 10:09

Snoopy a écrit:
Icare a écrit:
y aurait-il une explication exploitable de ce changement provisoire de style lors de la conception de la Cinquième?

Il était bourré

Mauvaise langue, Schubert ne buvait que de l'eau.
Revenir en haut Aller en bas
joachim
Admin
avatar

Nombre de messages : 16657
Age : 71
Date d'inscription : 19/08/2006

MessageSujet: Re: Franz Schubert (1797-1828)   Ven 13 Mar - 12:06

Icare a écrit:
Snoopy a écrit:
Icare a écrit:
y aurait-il une explication exploitable de ce changement provisoire de style lors de la conception de la Cinquième?

Il était bourré

Mauvaise langue, Schubert ne buvait que de l'eau.


... et surtout du punch


Dans ses premières symphonies, Schubert subit de fortes influences de ses devanciers, en particulier Haydn, Mozart et Beethoven. Comme tu l'auras constaté, la 5ème est bien plus mozartienne que les trois premières qui sont plutôt d'influence Haydn et Beethoven. La quatrième (Tragique) est la plus beethovenienne.
Ensuite, et d'après son propre journal, au moment de sa composition de cette 5ème symphonie (fin 1816), Schubert était particulièrement imprégné de la musique de Mozart. Il a probablement voulu lui rendre hommage.

Avec la sixième, postérieure de deux ans (fin 1818), Schubert en revient à son "idole", Beethoven. Et cette sixième clôt ses symphonies juvéniles.
Ensuite, avec la septième - de 1821, malheureusement non orchestrée - et évidemment les 8, 9 et 10, on trouve le Schubert "authentique" et personnel.
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 11479
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Franz Schubert (1797-1828)   Ven 13 Mar - 17:40

Merci Joachim d'avoir éclairé ma lanterne. Voilà ce qui explique certaines choses...un hommage rendu plus spécialement à Mozart... Toujours est-il que cette Symphonie n°5 d'un style effectivement mozartien, et cela dès le premier mouvement qui m'a séduit par son élégance et son apparente légèreté, m'a bien plu lors de cette nouvelle écoute. Je me suis davantage imprimé de sa poétique, de ses couleurs, de ses gestes et de ses rythmes. Si j'ai été perméable à la force séductive du premier mouvement, j'ai trouvé que le second touchait à l'exquis, surtout lorsqu'il se déboise, en faveur d'un seul bois, un seul instrument...Je ressens beaucoup de fragilité, de sensibilité, à ce moment-là, quand la musique invite, par une construction, un développement judicieux et inspiré, à quelque chose qui touche, en quelques notes, au merveilleux. C'est en cela que, personnellement, je reconnais un grand compositeur, ces petits moments de pure magie qui s'élèvent d'une oeuvre et que notre mémoire s'applique à immortaliser, ces petits moments qui paraîtront peut-être anecdotiques à d'autres et me font fondre à chaque fois. Je n'ai pas été autant séduit par la Symphonie n°6, sans doute n'y ai-je pas rencontré ces petits moments de pur délice, cependant j'ai bien aimé les second et quatrième mouvements, notamment le quatrième qui m'a un peu rappelé, dans l'esprit, celui de la Symphonie n°4 mais sans me passionner autant.
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 11479
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Franz Schubert (1797-1828)   Dim 15 Mar - 18:40

Les Symphonies Nos 8 & 9 sont vraiment le top de la symphonie chez Franz Schubert, mes deux préférées sans aucun doute. Cette fois, j'ai beaucoup mieux cerné toute la poétique du quatrième mouvement de la N°9. Le thème principal est vraiment formidable.

Voilà ce qui est écrit sur Wikipédia à propos de cette neuvième symphonie:

Cette symphonie ne reçut pas un accueil favorable à son début. Les musiciens de la Gesellschaft der Musikfreunde la jugèrent « difficile et pompeuse » (« schwierig und schwülstig »), au point que lors du concert posthume du 14 décembre 1828, elle fut remplacée par la « Petite ». En 1838, dix ans après la mort de Schubert, Robert Schumann se rendit sur la tombe du compositeur puis rencontra son frère aîné Ferdinand Schubert, qui disposait des manuscrits inédits. Schumann ramena la symphonie à Leipzig, où il la fit exécuter par Felix Mendelssohn lors du concert du 21 mars 1839, ainsi qu'il en rendit compte dans sa gazette Neue Zeitschrift für Musik. La légende veut que, pendant la répétition du premier mouvement, un musicien ait demandé à son collègue s'il avait réussi à entendre une seule mélodie. D'autres sources racontent que Schumann aurait dit, après avoir entendu la première exécution de l'œuvre, qu'il s'agissait là de la plus grande pièce orchestrale depuis la mort de Beethoven. La pièce ne reçut pas non plus un bon accueil à Londres, où la répétition dirigée par François-Antoine Habeneck fut ponctuée des rires des violonistes. La pièce fut finalement donnée aux États-Unis avant Paris, où elle ne fut jouée qu'en 1851. Souvent considérée comme la meilleure pièce symphonique de Schubert, la Grande Symphonie en ut majeur est aussi l'une de ses œuvres les plus novatrices. Si l'on retrouve encore le style de Beethoven dans le développement thématique de l'œuvre, le soin apporté à la mélodie est très personnel, ce qui, de la part d'un maître du lied, ne saurait surprendre. Ce nouveau style a incité Schumann à poursuivre ses propres ambitions symphoniques.

"Difficile et pompeuse...", moi qui n'aime généralement pas ce qui est pompeux, j'ai été transporté par cette oeuvre dès la première écoute et me demande bien ce qui avait pu faire rire les violonistes pendant la répétition à Londres. Je trouve, comme pour la Huitième d'ailleurs, une approche de la mélodie atypique, quelque chose qui est déjà perceptible dans ses précédentes symphonies mais qui prend une forme définitivement schubertienne ici, dans les deux dernières...
Revenir en haut Aller en bas
Jean

avatar

Nombre de messages : 6629
Age : 74
Date d'inscription : 14/05/2007

MessageSujet: Re: Franz Schubert (1797-1828)   Dim 15 Mar - 20:33

c'est "dingue"!!! les premières réactions !!!...pas de mélodies???? comme toi Icare ma première écoute...(qui remonte très loin) m'a complètement subjugué!...et mon émotion à son écoute n'a pas diminué depuis: elle fait surement partie de mes 4 ou 5 symphonies préférées!
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 11479
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Franz Schubert (1797-1828)   Ven 17 Avr - 22:14

Icare a écrit:
Frank Braley au piano, Renaud Capuçon au violon et Gautier Capuçon au violoncelle, m'ont emmené avec talent dans la musique de Schubert, conjuguant l'élégance à un romantisme teinté de mélancolie, avec le Trio n°1 en Si bémol majeur D898 et la Sonatensatz en Mi bémol majeur D28. J'ai peu de mots pour décrire le plaisir certes relatif que m'ont procuré ces deux compositions si ce n'est que j'aime toujours autant le style de ce compositeur, une certaine nonchalance, élégance, délicatesse, une musique qui, d'un point-de-vue onirique, marie les couleurs du printemps à celles de l'automne, les couleurs de la joie à celles de la mélancolie. Beau moment musical en tout cas même si l'émotion ne fut pas totale.

Beau moment musical renouvelé, sauf que, cette fois, du Trio n°1, un mouvement s'est détaché du lot; le second "Andante un poco mosso"...Je l'avais certes déjà remarqué dès la première écoute, mais là j'ai été complètement séduit par son thème principal et la manière dont il est développé. Elégance et beauté, le romantisme chez Schubert, c'est quand même quelque chose! Et, que ce soit dans le premier Trio et la Sonatensatz, j'adore plus particulièrement le jeu très velouté du piano par Frank Braley. Lors de cette nouvelle écoute, mon attention s'est beaucoup portée sur le piano, moins sur les cordes. Il m'a envoûté.
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 11479
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Franz Schubert (1797-1828)   Dim 19 Avr - 18:17

Icare a écrit:
Cette fois, avec le Trio n°2 en Mi bémol majeur D929 de Schubert, on touche au chef d'oeuvre, un chef d'oeuvre que tout amateur de classique connaît évidemment sur le bout des doigts. Ha, ce formidable second mouvement, cette magnifique mélodie qui retentit dans nos têtes longtemps après l'écoute. Cependant, il ne faudrait surtout pas négliger le premier mouvement ni le troisième ni le dernier qui reprend le fabuleux thème du second. Tout est excellent dans ce Trio et le Nocturne en Mi bémol majeur D897 qui complète le cd est également très beau, le tout interprété avec sensibilité par Frank Braley, Renaud & Gautier Capuçon.

Que pourrais-je rajouter de plus...
Revenir en haut Aller en bas
laudec

avatar

Nombre de messages : 3435
Age : 65
Date d'inscription : 25/02/2013

MessageSujet: Re: Franz Schubert (1797-1828)   Dim 19 Avr - 19:00

Rien à rajouter, merveilleuse Nocturne de Franz Schubert, un chef-d’œuvre vraiment qui me bouleverse à chaque fois.
J'ajoute une vidéo de l'adagio, je ne trouve malheureusement pas les autres mouvements

https://youtu.be/n3onrmfw9qA
Revenir en haut Aller en bas
joachim
Admin
avatar

Nombre de messages : 16657
Age : 71
Date d'inscription : 19/08/2006

MessageSujet: Re: Franz Schubert (1797-1828)   Dim 19 Avr - 19:13

Laudec : le nocturne D 897 est une pièce indépendante, sans autre mouvement.

Voici les mouvements lents des deux trios D 898 et 929 :

D 898
https://www.youtube.com/watch?v=e52IMaE-3As&spfreload=10


D 929 (celui ci me transporte particulièrement )
https://www.youtube.com/watch?v=e52IMaE-3As&spfreload=10



Si tu veux, tu trouves les deux trios complets sur youtube
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 11479
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Franz Schubert (1797-1828)   Dim 19 Avr - 19:28

Comme je te comprends, Joachim; cet Andante con moto du Trio op. 100 est un coup de maître. Tu te dis en l'écoutant que Schubert, lorsqu'il créa ce morceau de musique, devait sentir qu'il tenait là un moment de grande inspiration.
Revenir en haut Aller en bas
laudec

avatar

Nombre de messages : 3435
Age : 65
Date d'inscription : 25/02/2013

MessageSujet: Re: Franz Schubert (1797-1828)   Dim 19 Avr - 19:44

Merci Joachim, j'ai confondu les deux trios !
Revenir en haut Aller en bas
Jean

avatar

Nombre de messages : 6629
Age : 74
Date d'inscription : 14/05/2007

MessageSujet: Re: Franz Schubert (1797-1828)   Dim 28 Juin - 11:12

Pour ceux qui n'aiment pas ou pas beaucoup les lied (chant piano) mais qui aiment bien le piano Wink ,
voici un superbe enregistrement des transcriptions de Liszt:





l'éditeur du cd le présente comme des oeuvres de Frantz Liszt...Certes les transcriptions du cher Franz sont comme des recréations...mais çà reste quand même du Schubert...et Liszt, semble t'il , n'avait aucune intention de s'attribuer ses oeuvres, mais seulement de les faire connaître avec son piano, comme les nombreuses transcriptions qu'ils nous a proposé. (La plupart étant bien plus... conséquentes quand il s'agissait de symphonies ou d'extraits d'opéra!)


Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 11479
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Franz Schubert (1797-1828)   Mar 21 Juil - 19:07

Icare a écrit:
Icare a écrit:
Cette fois, avec le Trio n°2 en Mi bémol majeur D929 de Schubert, on touche au chef d'oeuvre, un chef d'oeuvre que tout amateur de classique connaît évidemment sur le bout des doigts. Ha, ce formidable second mouvement, cette magnifique mélodie qui retentit dans nos têtes longtemps après l'écoute. Cependant, il ne faudrait surtout pas négliger le premier mouvement ni le troisième ni le dernier qui reprend le fabuleux thème du second. Tout est excellent dans ce Trio et le Nocturne en Mi bémol majeur D897 qui complète le cd est également très beau, le tout interprété avec sensibilité par Frank Braley, Renaud & Gautier Capuçon.

Que pourrais-je rajouter de plus...

Non mais franchement, que pourrais-je rajouter à ce que j'ai déjà écrit sur ce Trio n°2? Schubert aussi peut toucher au sublime!
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 11479
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Franz Schubert (1797-1828)   Ven 31 Juil - 9:23

Il a été dit que, de l'ensemble de la production religieuse de Franz Schubert, la Messe en Mi bémol Majeur achevée seulement quelques mois avant son décès, en juin/juillet 1828, reste sans doute l'une des compositions les plus achevées et remarquables du compositeur. Dire que je connais quelqu'un, mélomane passionné devant l'éternel, qui m'a toujours avoué que pour lui la musique démarrait à partir de 1830. Depuis que je lui ai fait découvrir cette formidable Messe de Franz Schubert sous la direction d'Armin Jordan avec le "Choeur de Chambre Romand", le "Choeur Pro Arte de Lausanne" et l'Orchestre de la Suisse Romande - je ne doute pas qu'il existe d'autres grandes versions - il n'a plus jamais dit "à partir de 1830". Désormais, il dit que grâce à bibi la musique commence pour lui à partir de 1828. Je suis content de moi car j'ai réussi à le faire reculer de deux ans. Hehe Non, en réalité, je n'ai aucun mérite. Le grand responsable est Franz Schubert et sa Messe en Mi Bémol Majeur - D.950 qui est une oeuvre merveilleuse, voilà tout! Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
joachim
Admin
avatar

Nombre de messages : 16657
Age : 71
Date d'inscription : 19/08/2006

MessageSujet: Re: Franz Schubert (1797-1828)   Ven 31 Juil - 10:56

Si toutes les messes de Schubert sont belles (il y en a 6 plus une messe allemande), celle ci est sans doute la plus géniale.

Dis donc Icare, avant Schubert, en plus de JS Bach que tu as déjà cité dans ton cycle des messes, il ne faut quand même pas oublier les messes de Mozart et des deux Haydn, et la Missa Solemnis de Beethoven avec son magnifique Benedictus avec violon soliste ! Wink
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 11479
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Franz Schubert (1797-1828)   Ven 31 Juil - 11:50


Je ne connais pas encore les cinq autres Messes de Schubert. Ce sera à une autre occasion. Sinon, je viens d'ouvrir un fil en l'honneur de la Messe, dans lequel tu trouveras une réponse qui ne pourra que te rassurer sur mes intentions d'écoute. Laughing
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 11479
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Franz Schubert (1797-1828)   Jeu 21 Avr - 18:26

Icare a écrit:
Icare a écrit:
Icare a écrit:
Cette fois, avec le Trio n°2 en Mi bémol majeur D929 de Schubert, on touche au chef d'oeuvre, un chef d'oeuvre que tout amateur de classique connaît évidemment sur le bout des doigts. Ha, ce formidable second mouvement, cette magnifique mélodie qui retentit dans nos têtes longtemps après l'écoute. Cependant, il ne faudrait surtout pas négliger le premier mouvement ni le troisième ni le dernier qui reprend le fabuleux thème du second. Tout est excellent dans ce Trio et le Nocturne en Mi bémol majeur D897 qui complète le cd est également très beau, le tout interprété avec sensibilité par Frank Braley, Renaud & Gautier Capuçon.

Que pourrais-je rajouter de plus...

Non mais franchement, que pourrais-je rajouter à ce que j'ai déjà écrit sur ce Trio n°2?  Schubert aussi peut toucher au sublime!

Le TRIO N°2 est toujours aussi merveilleux même si le TRIO N°1 n'est pas à négliger non plus, sans compter aussi un superbe Notturno in E flat major...Bref, un peu de Schubert par les frères Capuçon et Frank Braley m'a fait le plus grand bien. Ce qui m'a ramené à ce compositeur, c'est un lied entendu au tout début du film de Christian Carion En mai, fais ce qu'il te plait. Je ne connaissais pas mais j'ai bien sûr aussitôt reconnu le style si reconnaissable de Schubert, mais c'est vrai que le réalisateur en avait également parlé dans un entretien. J'ai eu un coup de coeur pour ce lied - j'en ignore le titre car, faute d'un problème technique, je n'ai pu voir que le premier tiers du film et n'ai donc pu accéder au générique-fin où l'on trouve généralement les informations sur les thèmes musicaux employés dans le film qui n'ont rien à voir avec la bande originale. C'est dommage car j'ai vraiment aimé ce lied ainsi que la voix de l'interprète...sans la reconnaître... Embarassed Donc, les lieds seront probablement ma prochaine étape chez Schubert.
Revenir en haut Aller en bas
Jean

avatar

Nombre de messages : 6629
Age : 74
Date d'inscription : 14/05/2007

MessageSujet: Re: Franz Schubert (1797-1828)   Jeu 21 Avr - 21:06

Il semble que c'est ce lied qui figure dans ce film...chanté par Fritz Wunderlich tu pouvais tomber plus mal!!! Wink

No.4, Ständchen From Schwanengesang D.957 – Franz Schubert chanté par Fritz Wunderlich
Serenade, Lied From Schwanengesang D.957 – Franz Schubert

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Franz Schubert (1797-1828)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Franz Schubert (1797-1828)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 12 sur 13Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... , 11, 12, 13  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Toutes les musiques du monde :: Musique classique :: Les compositeurs-
Sauter vers: