Forum sur la musique classique
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
-50%
Le deal à ne pas rater :
-50% sur le Vélo électrique Xiaomi Mi Smart Pliable 250 W
499.99 € 999.99 €
Voir le deal

 

 Johann Baptist Gänsbacher (1778-1844)

Aller en bas 
AuteurMessage
joachim
Admin
joachim

Nombre de messages : 22466
Age : 75
Date d'inscription : 19/08/2006

Johann Baptist Gänsbacher (1778-1844) Empty
MessageSujet: Johann Baptist Gänsbacher (1778-1844)   Johann Baptist Gänsbacher (1778-1844) Empty2014-06-25, 12:26

Johann Baptist Peter Joseph Gänsbacher (né le 8 mai 1778 à Sterzing (Tyrol), mort le 13 Juillet 1844 à Vienne), est un compositeur autrichien. Il était le père du chanteur Joseph Gänsbacher (1829-1911), ami de Brahms.

Dans son enfance, il était enfant de choeur à Innsbuck et Hall puis à Bozen. Son père Johann (1751-1806), instituteur et professeur de musique, a entrepris la première éducation de son fils ; parallèlement il apprend le piano, l'orgue, le violon et le violoncelle. Il chante dans plusieurs chœurs d'église à Sterzing, Innsbruck, Hall et Bolzano.
En 1795 il entre à l'Université d'Innsbrück où il étudie la philosophie et la musique. Il y a continué ses études sous différents maîtres jusqu'en 1801 lorsqu'il part à Vienne et rencontre le comte Firmian qui finance ses études musicales. Il y devint l'élève du célèbre abbé Vogler de 1802 à 1804 puis d'Albrechtsberger en 1806. La même année il lui est commandé d'écrire une messe en l'honneur  de Nicolas Esterhazy. En 1810 il se rend à Darmstadt rencontrer son ancien maître Vogler.

C'est pour sa relation de cet artiste et de ses camarades de classe, plus peut-être qu'à ses propres mérites, que l'on trouve le nom de Gänsbacher dans l'histoire de la musique ; car c'est lors de son deuxième séjour avec Vogler, (1810) vivant à Darmstadt, qu'il fait la connaissance avec Weber et Meyerbeer, avec qui est fondée l'Harmonische Verein, et l'amitié qui surgit entre les trois jeunes musiciens, qui a été dissoute par leurs décès uniquement, est devenu célèbre dans l'histoire de leur art. Mais Gänsbacher n'était pas lui-même sans mérite. En janvier 1813, il rencontra Weber à Prague, le recommandant au poste de capitaine du théâtre de la ville. De son côté, il est retourné au Tyrol où il a rejoint la lutte pour la libération de la province contre l'occupation bavaroise. En 1813 il effectua son service militaire dans l'armée et en 1815 il a créé la Militärmusik der Tiroler Kaiserjäger.

À partir de 1815, il résida à Innsbruck, où il dirigea une chorale d'église et fut l'un des membres fondateurs du  Musikverein. En 1823, et avec gratitude, Weber lui proposa pour un poste à Dresde mais il ne l'accepta pas. En Septembre 1824  il a été chargé de rremplacer Josef Preindl  comme  Kapellmeister de  la cathédrale Saint-Étienne  à Vienne. Il y travailla le reste de sa vie, devenant l'un des musiciens les plus aimés de la capitale autrichienne.

Johann Baptist Gänsbacher décède à Vienne en juillet 1844.

En 1823-1824, il était l'un des 50 compositeurs qui composent une variation sur une valse de Diabelli pour  le Vaterländischer Kunstlerverein.

Il a honorablement rempli le poste, difficile, de responsabilité de directeur de la musique à la cathédrale Saint-Stephen, à partir de 1823 jusqu'à sa mort à Vienne ; et ses compositions montrent son inspiration élevée. Elles se composent principalement de la musique d'église, dont 17 messes et un Requiem, ainsi que des litanies, des motets, des offertoires, etc. Il a également écrit plusieurs sonates, musique de chambre, une symphonie, et une ou deux compositions mineures d'un genre dramatique. Le nombre de ses compositions dépasse la centaine.

Son fils Josef Gänsbacher (1829-1911) était également professeur et compositeur, ainsi que chanteur.



Oeuvres principales

Orchestre

Concerto en mi bémol majeur pour clarinette et orchestre, Op. 24 (1819)
Symphonie en ré majeur (1807)
Tirolen Schützen Freuden, avec pipeaux, tambours, etc (1824)
Marches, dont Alexandermarsch, Jubelmarsch


Musique de chambre

Sérénade pour flûte, violon, alto et guitare, op 12 (1810)
Trio en fa majeur pour piano, violon et violoncelle, Op. 16
Sérénade pour clarinette, violon, violoncelle et guitare, op 24 (1818)
Sonates pour flûte et piano, pour violon et guitare
Pièces pour flûte et guitare, violoncelle et piano, etc
Introduction et Variations pour clarinette, cor et piano


Piano

Ländler et Marches
Variations, dont la variation sur une valse de Diabelli (1823)
Plusieurs séries de variations, dont certaines sur des thèmes d'opéras
Sonatines à 4 mains
Marches à 4 mains
Divertimento pour piano à 4 mains


Musique religieuse (la plupart à 4 voix, orchestre et orgue)

Missa solemnis en ut majeur "Esterhazy-Messe" (1806)
Messe en mi bémol majeur "Pro Bozen"
Missa n° 5 en ut majeur "Pro Kaltern"
Messe n° 2 en ut majeur
Messe solennelle en ré majeur
Messe en si bémol majeur, Op. 32 (1825)
Messe "Jubilaei" en ut majeur, op 41 (1826)
Harmoniemesse en fa majeur Op. 45 (1836)
Vêpres en ré majeur
Grand Requiem en mi bémol majeur, Op. 15 (1811)
Requiem en ré mineur, op 38 (1834)
2 Ave Maria à 4 voix et orgue, op 34 (1826)
2 Salve Regina à 4 voix et orgue, op 35 (1825)
2 Antiennes : Ave regina coelorum, Alma redemptoris mater, op 36 (1827)
2 Antiennes : Regina coeli laetare, Ave Maria, op 37 (1828)
2 Antiennes : Salve Regina, Ave Maria, op 40 '1834)
Te Deum à 4 voix, orgue et orchestre, op 45 (1834)
Graduel Si ambulavero, op 42 (1825)
Graduel Ecce sacerdos magnus, op. 39 (1834)
Offertoire Domine Deus, op 33 (1810)
Offertoire Inclina Domine, op 43 (1825)
Offertoire Diligam te Domine, op 44 (1834)
Motet Ecce sacerdos magnus, op 39 (1834)
Marienlieder
6 vêpres, 5 Litanies, autres motets, non publiés


Lyrique

Die Kreuzfahrer, musique de scène, paroles de Kotzebue (1811)
Des Dichters Geburfest, Liederspiel, livret de F. Treitschke (1819)


Musiques vocales

3 Cantates pour choeur d'hommes et piano
3 Cantates pour choeur d'hommes et orchestre
3 Sérénades pour chœur mixte et orchestre
10 Cantates pour choeur mixtes et orchestre
6 Lieder, op. 3 (1809)
4 Deutsche Lieder (1817)
Der sterbende Patriot (C. Schubart), c1809
Abendfantasie (L. Brachmann) (Bonn, c1810)
An mein Clavier (1809)
Die Erwartung (Schiller), op.7 (Bonn, c1810)
Wiedersehn (J. Kosegarten), op.4 (Leipzig, ?1810)
Nachtgesang (Kosegarten) (Leipzig, c1814)
Abendlied (C. Tiedge) (Innsbruck, 1817)
3 Terzetti pour ténor et 2 sopranos, op 1 (1809)




Dernière édition par joachim le 2019-07-13, 11:06, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
joachim
Admin
joachim

Nombre de messages : 22466
Age : 75
Date d'inscription : 19/08/2006

Johann Baptist Gänsbacher (1778-1844) Empty
MessageSujet: Re: Johann Baptist Gänsbacher (1778-1844)   Johann Baptist Gänsbacher (1778-1844) Empty2018-01-29, 11:00

Il y a aussi de la belle musique chez les "petits maîtres" ! Comme cette Missa Solemnis



https://www.youtube.com/watch?v=CqKpkrLXN4E
Revenir en haut Aller en bas
joachim
Admin
joachim

Nombre de messages : 22466
Age : 75
Date d'inscription : 19/08/2006

Johann Baptist Gänsbacher (1778-1844) Empty
MessageSujet: Re: Johann Baptist Gänsbacher (1778-1844)   Johann Baptist Gänsbacher (1778-1844) Empty2019-07-14, 12:11

Un concerto pour clarinette pas mal du tout Very Happy



https://www.youtube.com/watch?v=1-E73zHxD3o


Bien entendu "spécial Stadler" Johann Baptist Gänsbacher (1778-1844) 857611
Revenir en haut Aller en bas
joachim
Admin
joachim

Nombre de messages : 22466
Age : 75
Date d'inscription : 19/08/2006

Johann Baptist Gänsbacher (1778-1844) Empty
MessageSujet: Re: Johann Baptist Gänsbacher (1778-1844)   Johann Baptist Gänsbacher (1778-1844) Empty2021-07-23, 10:31

Autre biographie

Johann (Baptiste Peter Joseph) Gänsbacher (Sterzing, [aujourd'hui Vipiteno], 8 mai 1778 - Vienne, 13 juillet 1844) est un compositeur et chef d'orchestre autrichien.

Il était le fils d'un maître de choeur et professeur, Johann Gänsbacher (1751-1806), et dans son enfance, il chantait dans des choeurs d'église à Sterzing, Innsbruck, Hall et Bolzano ; il a également suivi des cours de piano, d'orgue, de violon, de violoncelle et de contrebasse.
En 1795, il entre à l'université d'Innsbruck et étudie d'abord la philosophie, puis le droit, se soutenant en donnant des cours de musique, en jouant de l'orgue, en chantant dans des choeurs d'église et en jouant dans l'orchestre de théâtre. Ses premières compositions datent de cette période.

Pendant ses études universitaires, il a participé à quatre campagnes contre Napoléon. En 1801, il se rend à Vienne pour poursuivre ses études musicales et est soulagé de ses soucis financiers lorsque le comte Firmian, qui poursuit sa carrière de musicien, le prend dans sa famille en tant que fils vers 1803. À Vienne, il reçoit des leçons de la l'abbé Vogler (1803-184) et d'Albrechtsberger (1806). Une Messe en ut, composée par les offices de Vogler pour Nikolaus Esterhazy en 1806, a établi sa réputation de compositeur. Néanmoins, il est revenu à Vogler à Darmstadt pour une courte période en 1810, où ses camarades et amis comprenaient Weber et Meyerbeer, qui l'ont admis comme membre fondateur de l'«Harmonische Verein», pour laquelle il a été actif jusqu'en 1813.

En janvier 1813, il rencontre Weber à Prague et le recommande pour le poste de maître de chapelle du théâtre. Au cours de l'été de la même année, Gänsbacher retourna au Tyrol pour rejoindre les combats afin de libérer la province de l'occupation bavaroise. Après la fin de la guerre, il ne revient pas dans la famille Firmian mais s'engage dans l'armée en tant que premier lieutenant (1814). Il est stationné d'abord dans les garnisons italiennes, à Trient, Mantoue et Padoue puis à Innsbruck en 1815, où il tente à nouveau de prendre pied en tant que musicien.

Il a travaillé comme chef d'orchestre et directeur d'une chorale d'église et a aidé à fonder le Musikverein, bien qu'il n'ait pas obtenu le poste de chef d'orchestre. Il n'a pas accepté le poste de directeur de la musique à Dresde, qui lui a été offert à l'instigation de Weber en 1823, puisque (après des représentations contre l'élection de Joseph Weigl), il a été nommé Kapellmeister du Stephansdom à Vienne comme successeur de Josef Preindl en Septembre 1824. L'un des choristes (qui étaient aussi ses élèves) était son neveu Anton Mitterwurzer (1818-1876), plus tard célèbre comme chanteur d'opéra. A partir de cette époque, Gänsbacher composa principalement de la musique d'église et seulement quelques cantates d'hommage.
Au moment de sa mort, il était l'un des musiciens les plus célèbres de Vienne.


Symphonie en ré majeur (1807)  Johann Baptist Gänsbacher (1778-1844) 185465  Johann Baptist Gänsbacher (1778-1844) 185465



https://www.youtube.com/watch?v=3qaUkUC9Bz8

1. Adagio, allegro con spirito 0:00
2. Scherzo, presto, trio 14:28
3. Andante 20:39
4. Finale, allegro vivace 30:24
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Johann Baptist Gänsbacher (1778-1844) Empty
MessageSujet: Re: Johann Baptist Gänsbacher (1778-1844)   Johann Baptist Gänsbacher (1778-1844) Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Johann Baptist Gänsbacher (1778-1844)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Toutes les musiques du monde :: Musique classique :: Les compositeurs-
Sauter vers: