Forum sur la musique classique
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  Connexion  

Partagez | 
 

 Patrice CARATINI

Aller en bas 
AuteurMessage
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 12590
Age : 54
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Patrice CARATINI   Mer 30 Avr 2014 - 17:51

Eléments biographiques (source wikipédia):

Patrice Caratini est un contrebassiste, compositeur et chef d'orchestre français, né le 11 juillet 1946 à Neuilly-sur-Seine (Hauts-de-Seine, France). Sa carrière commence dans les clubs parisiens dans lesquels il joue du jazz avec Michel Roques et Franco Manzecchi. D'autres musiciens se joignent alors à lui, comme les pianistes Georges Arvanitas, Martial Solal et Mal Waldron (disque "Ursula" avec Franco Manzecchi en 1969 sur Musica records) ou encore le tromboniste Slide Hampton. En 1976, il forme un duo avec le guitariste Marc Fosset, rejoint par l’accordéoniste Marcel Azzola. Ainsi il accompagnent Stéphane Grappelli pendant plus de dix ans. C'est lui qui est à la tête de l'orchestre de jazz accompagnant l'album violet de Maxime Le Forestier, en particulier dans la chanson Le fantôme de Pierrot.

En compagnie du bandonéoniste Juan José Mosalini et du pianiste Gustavo Beytelmann, il joue également du tango contemporain.

En 1980, il crée un onztet et compose pour lui-même et pour d'autres formations. En 1992, il participe activement à la création de l’Union des Musiciens de Jazz (UMJ). En 2007, il crée à Sceaux (Hauts-de-Seine) Xocoatl, une œuvre pour grand chœur, orchestre de jazz et récitant avec le Chœur Nicolas de Grigny.

Patrice Caratini reçoit le 10 décembre 2007 le Grand prix du jazz de la Sacem1.

Patrice est le père du clarinettiste Clément Caratini et du comédien Louis Caratini.

Discographie:

1977 : Boîte à Musique (Open)(F)
1978 : Le chauve et le gaucher (Open)
1982 : Troisième acte (Cara)
1982 : 3 temps pour bien faire (Cara)
1982 : Endeka (Label Bleu)
1988 : Viens Dimanche (Label Bleu)
1996 : Hard scores (Label Bleu) : réédition de Endeka et Viens Dimanche
1999 : Darling Nellie Gray (Label Bleu)
2002 : Anything goes – Les chansons de Cole Porter avec la chanteuse Sara Lazarus (Le Chant du Monde)
2004 : From the Ground (Le Chant du Monde)
2008 : De l’amour et du réel - variations sur la chanson réaliste avec la chanteuse Hildegarde Wanzlawe (Chant du Monde/Harmonia Mundi)
2009 : Latinidad - avec les percussions de Cuba (Chant du Monde/Harmonia Mundi)
2011 : Chofé biguine la - avec le pianiste Alain-Jean Marie - Biguine Reflections (Universal Music Jazz France)

Je connais de ce compositeur qu'une seule oeuvre pour quintette de cuivres intitulée Passages.
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 12590
Age : 54
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Patrice CARATINI   Mer 30 Avr 2014 - 17:58


L'instant musical:

Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 12590
Age : 54
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Patrice CARATINI   Mer 30 Avr 2014 - 18:25

L'instant du compositeur:

<<En matière d'expression artistique, et en cette fin du XXème siècle, la traditionnelle opposition entre "savant" et "populaire" tend à s'effriter, et c'est heureux. Il faudrait être aveugle (ou plutôt sourd) pour ne pas être saisi par la richesse des musiques dites "populaires", pour ne pas voir les sommets de raffinement et de complexité auxquels elles peuvent prétendre.

La tentation est grande, pour le compositeur, d'utiliser les matériaux issus de ce foisonnement, mais les écueils sont multiples, la sémantique ne se laisse pas triturer n'importe comment. Isoler un langage musical de son contexte peut le vider de son sens, et, surtout, proposer à des interprètes un discours étranger à leur culture ne va pas sans poser quelques problèmes.

En écrivant "Passages", j'ai utilisé des éléments propres au jazz (accentuations, phrasés, pulsations) et à certaines musiques sud-américaines. Là étaient les principales difficultés dont la solution fut un travail long et patient, une collaboration de chaque instant avec les musiciens du Concert Arban.
>>

Patrice Caratini.
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 12590
Age : 54
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Patrice CARATINI   Mer 30 Avr 2014 - 22:43

Ayant réécouté Passages, ce soir-même et ayant été à ma grande surprise attendri par cette oeuvre, notamment par le passage lent et la partie plus rapide juste après, je n'avais pas le souvenir de l'avoir été autant la dernière fois...attendri...Peut-être que le poème symphonique L'ours pour quintette de cuivres et orchestre de Jean-loup Longnon avec lequel elle est couplée, avait accaparé toute mon attention. Il faut dire que les pièces pour quintette de cuivres seul qui m'ont marqué jusqu'ici sont plutôt rares. Mais là, sur Passages, Patrice Caratini a su par une adroite utilisation des cinq cuivres (2 trompettes, cor, tuba et trombone) faire passer des émotions. Jolie musique! I love you
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 12590
Age : 54
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Patrice CARATINI   Jeu 28 Déc 2017 - 18:34

Icare a écrit:
<<L'expérience immédiate du temps, ce n'est pas l'expérience si fugace, si difficile, si savante, de la durée, mais bien l'expérience nonchalante de l'instant, saisi toujours comme immobile. Tout ce qui est simple, tout ce qui est fort en nous, tout ce qui est durable même, est le don d'un instant.>> Gaston Bachelard - Intuition de l'instant.

<<Sans doute Gaston Bachelard n'imaginait-il pas sa réflexion sur le temps rejoindre les questionnements d'un jazzman. L'idée de cet album m'est, en effet, venue en préparant un programme de concert. l'audition successive des enregistrements correspondant aux différents moments de la soirée sur laquelle je travaillais, m'a alors surpris. Non pas tellement que les sessions m'aient semblé supérieures à d'autres, qu'il s'agisse de l'écriture musicale ou du jeu des solistes, mais plutôt parce que, de cette série d'instants réunis sur une durée brève, surgissait un visage. Le resserrement du temps opérait comme le révélateur du photographe. M'évertuant à réduire en une heure de musique vingt années de recherches, de doutes, d'obstacles, de réussites, d'échecs, de hasards, de contraintes, d'incertitudes, d'affirmations, de surprises, bref de tout ce qui fait les chemins de la création autant que l'histoire d'un orchestre, le processus m'échappait, cristallisant un objet neuf, agissant comme un miroir, me faisant découvrir une image inattendue, comme le portait de l'artiste malgré lui auquel j'aurais été confronté. La question ici n'est pas de savoir si j'agrée ou non le reflet apparu, si les titres réunis ici expriment l'ensemble de mon travail ou si je les considère comme les plus aboutis. Les enregistrements qui parsèment cet album dessinent avant tout une réalité qui ignore mon assentiment. Un autre choix n'en aurait vraisemblablement pas modifié la perception.>> Patrice Caratini.

J'avais bien dit dans un autre fil que je ne mettrais pas très longtemps pour revenir à ce superbe album de Patrice Caratini; Instants d'orchestre. Donc, cette fois-ci, mon voyage s'est tendrement effectué dans l'univers raffiné d'un jazz français. "tendrement", je ne sais pas si ce terme convient réellement. Enthousiaste, en tout cas je l'étais et le suis toujours après réécoute. J'adore cet album, jusqu'à son titre et sa présentation, et c'est sans compter un très beau livret garni de très belles photos de musiciens. Histoire de revenir un peu sur le contenu et sur les moments qui m'ont le plus marqué, il y a un passage dans le premier morceau, "East end Blues", à partir de 6'40" environ, lorsque les vents se limitent à un motif circulaire de quelques notes, aussi doux que le vent, et que s'élève une magnifique trompette mélodique jouant un solo dans une grande sérénité...et même et surtout avec de la sensualité...J'aurais préféré que ce morceau se termine ainsi, en suspens. Un autre élément m'a beaucoup interpellé, mais d'une autre façon, d'une façon assez ludique: il s'agit du banjo ou d'un son de cordes qui se rapproche beaucoup de cet instrument. En revanche, je ne me souviens plus s"il intervient pour la première fois sur le quatrième titre, "Pinta", ou sur le cinquième, "From the Ground"...?...toujours est-il qu'il est bien mis en valeur et apporte un supplément d'âme au morceau. Ce "banjo" réapparaîtra plus tard. Un autre extrait qui m'a fasciné est un titre de Cole Porter intitulé "My Heart Belongs to Daddy" qu'il a arrangé d'excellente façon. Chanté par Sara Lazarus, très belle voix soit dit en passant, je suis particulièrement fasciné par le jeu très corrosif et apportant une sensation d'instabilité de l'ensemble instrumental, notamment les cuivres. J'adore ce morceau qui se développe sur presque dix minutes! La voix solo, les gestes mouvants et presque "bruitistes" des instruments, un équilibre s'installe entre la soliste et l'ensemble: la magie opère.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Patrice CARATINI   

Revenir en haut Aller en bas
 
Patrice CARATINI
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Toutes les musiques du monde :: Musique de films, du monde & divers :: Autres styles musicaux-
Sauter vers: