Forum sur la musique classique
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  Connexion  

Partagez | 
 

 Giuseppe Verdi (1813-1901)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Snoopy
Admin


Nombre de messages : 21022
Age : 42
Date d'inscription : 10/08/2006

MessageSujet: Giuseppe Verdi (1813-1901)   Mar 15 Aoû - 14:13

Giuseppe Fortunino Francesco Verdi est un compositeur d’opéra italien né le 10 octobre 1813, mort le 27 janvier 1901. Son œuvre, très populaire de son vivant, connaît toujours un très grand succès aujourd’hui.

Né dans un village appelé Le Roncole, dans le département du Taro, alors sous domination napoléonienne, il déménagea en 1824 à Busseto, où il entreprit ses études musicales avec Ferdinando Provesi. Il composa une symphonie à partir de l'ouverture pour Il barbiere di Siviglia de Gioacchino Rossini, et déménagea alors à Milan, où il ne fut pas accepté au conservatoire; il prit donc des leçons privées avec Vincenzo Lavigna, auteur d'opéras et répétiteur à la Scala de Milan.

Son premier opéra fut Oberto, Conte di San Bonifacio (Milan, 17 novembre 1839), suivi de Un giorno di regno (son seul essai à la comédie jusqu’à Falstaff, à la fin de sa carrière). Mais son premier grand succès date de 1842, avec Nabucco, représenté à La Scala, avec Giuseppina Strepponi, soprano, dans le rôle de Abigaille. La chanteuse devint sa maîtresse et, longtemps après la mort de sa première femme, Verdi l’épousa.

Après le succès de I Lombardi alla prima crociata (Milan, 11 février 1843), également accentué par certains aspects de la situation politique (voir ci-dessous), Ernani fut un triomphe au théâtre de La Fenice à Venise.

L’année suivante, Giovanna d'Arco et La Force du destin (La Forza del Destino) renforcèrent sa célébrité, mais Verdi ne trouva pas le rendu de ses textes par le théâtre de la Scala à la hauteur, et refusa toute interprétation de ses œuvres à Milan; Atilla, Alzira et Macbeth furent inaugurés dans d’autres villes italiennes. I Masnadieri fut créé à Londres.

Pendant que Milan était perdue et reconquise par les autrichiens, Verdi écrivit Il Corsaro, La Battaglia di Legnano, et Luisa Miller, et entama un Manon Lescaut qu'il ne termina jamais. Après la polémique autour de son Stiffelio, en 1851, Rigoletto fut un triomphe à La Fenice de Venise.

En 1853, il eut un autre grand succès avec Il Trovatore au Teatro Apollo de Rome, mais un triste fiasco pour les premières soirées de La Traviata créée à Venise.

D’autres opéras célèbres suivirent : Les vêpres siciliennes (Paris), Aroldo (une révision de Stiffelio), Simon Boccanegra et Un ballo in maschera (qui fut censuré). Il assista alors activement à l’Unification italienne (il écrivit un Inno delle Nazioni qui inclut Fratelli d'Italia, la Marseillaise et God Save the King en 1862 et il fut élu député) et fit des révisions mineures à ses précédents travaux jusqu’à 1866, quand Don Carlos fut joué pour la première fois à Paris.

C’est en 1872 qu’Aïda fut joué à La Scala avec un grand succès. Il fut composé pour le khédive égyptien à l’occasion de l’inauguration d’un nouvel opéra au Caire, et non pas pour l’inauguration du Canal de Suez, comme souvent mentionné. Cet opéra ouvrit la période des derniers chefs-d'œuvres : le Requiem, Otello, Falstaff (achevé à l'âge de 80 ans), le Stabat Mater et le Te Deum. Otello et Falstaff, la tragédie et la comédie, sont considérés par beaucoup comme les opéras les plus achevés dans la forme et dans le fond du maître. Ils doivent tous les deux beaucoup au talent de leur librettiste, l'également compositeur Arrigo Boito.

L'œuvre de Verdi est souvent empreinte de nationalisme italien (par ex. le chœur des esclaves hébreux dans Nabucco, également connu sous le nom de Va Pensiero, qui est régulièrement proposé comme un possible hymne national Italien - sans référence au racisme).

Plus curieusement, quelqu’un découvrit que son nom, Verdi, est l’acronyme de Vittorio Emanuele Re D’Italia (Victor Emmanuel Roi d’Italie), quand Milan (toujours sous l’occupation Autrichienne) commençait à soutenir les efforts de Victor Emmanuel pour la réunification italienne. Des partisans clandestins commencèrent alors à comploter pour que ce roi de Sardaigne conquière Milan et, à cause de la censure autrichienne sévère, cette campagne fut conventionnellement appelée « Viva VERDI » (« longue vie V.E.R.D.I. »). Le compositeur était au courant de cette utilisation de son nom et est supposé avoir consenti. D’autres références à des événements politiques sont présents dans I Lombardi.

Il mourut subitement en 1901 à Milan, après l’achèvement de sa Casa di Riposo, une villa pour artistes dans le besoin. Ses funérailles furent immenses, et 250.000 personnes étaient présentes pour rendre un dernier hommage à l’une des plus importantes figures de la musique italienne.

Les opéras de Verdi:

Oberto, Conte di San Bonifacio - Teatro alla Scala, 1839

Un Giorno di Regno - Teatro alla Scala, 1840

Nabucco - Teatro alla Scala, 1842

I Lombardi - Teatro alla Scala, 1843

Ernani - Teatro alla Scala, 1844

I due Foscari - Teatro alla Scala, 1844

Giovanna d'Arco - Teatro alla Scala, 1845

Alzira - Teatro San Carlo, 1845

Attila - Teatro La Fenice, 1846

Macbeth - Teatro della Pergola, 1847

I Masnadieri - Her Majesty's Theatre, 1847

Il corsaro - Teatro Grande, 1848

La battaglia di Legnano - Teatro Argentina di Roma, 1849

Luisa Miller - Teatro San Carlo, 1849

Stiffelio - Teatro Grande, 1850

Rigoletto - Teatro La Fenice, 185
1
Il trovatore - Teatro Apollo di Roma, 1853

La traviata - Teatro La Fenice, 1853

I Vespri siciliani - Opéra Garnier, Paris, 1855

Simon Boccanegra - Teatro La Fenice, 1857

Un ballo in maschera - Teatro Apollo, 1859

La forza del destino - Imperial Theater, Saint-Petersbourg, 1862

Don Carlos - Opéra Garnier Paris, 1867

Aïda - Opera Theater Cairo, 1871

Otello - Teatro alla Scala, 1887

Falstaff - Teatro alla Scala, 1893

Revenir en haut Aller en bas
http://musiqueclassique.forumpro.fr
Olivier



Nombre de messages : 799
Age : 49
Date d'inscription : 14/05/2011

MessageSujet: Re: Giuseppe Verdi (1813-1901)   Ven 15 Juil - 19:49

Verdi en toute dernière place des 1756 compositeurs de ce forum.

Il constitue pour moi un de mes compositeurs préfèrés d'opéra notamment dans des oeuvres magnifiques tels que Nabucco, Rigoletto, La Traviata, Otello ou encore Aida et tant d'autre encore.
J'aime notamment le rôle qu'il donne aux choeurs comme dans Nabucco, les duos sublimes comme celui du premier acte de La Traviata ou encore des airs sublimes comme ceux de Rigoletto ou les fameuses trompettes d'Aida... Ou encore Falstaff un opéra ultime et singulier ou il se met en scène ?
Revenir en haut Aller en bas
Bel Canto
Admin


Nombre de messages : 5629
Age : 60
Date d'inscription : 10/07/2007

MessageSujet: Re: Giuseppe Verdi (1813-1901)   Ven 15 Juil - 19:55

Je ne crois pas qu'il y ait ici beaucoup d'amateurs du compositeur de Busseto ...
Personnellement, j'aime beaucoup Verdi et c'est grâce à lui et son 'Nabucco' que je suis venue à l'opéra.
Mes opéras préférés sont 'Don Carlo' (version française), 'Ernani', 'Macbeth', 'Attila', 'Rigoletto' ...
Revenir en haut Aller en bas
http://vitabella.sosblog.fr/index.htm
Jean



Nombre de messages : 6351
Age : 73
Date d'inscription : 14/05/2007

MessageSujet: Re: Giuseppe Verdi (1813-1901)   Ven 15 Juil - 22:12

Bel Canto a écrit:
Je ne crois pas qu'il y ait ici beaucoup d'amateurs du compositeur de Busseto ...

tu crois?... ce sujet est peu fréquenté, mais c'est sans doute les occasions qui ont manqué?...moi aussi j'aime beaucoup Verdi!...ses opéras les plus joués et aussi ceux moins fréquentés...et son réquiem
Revenir en haut Aller en bas
Bel Canto
Admin


Nombre de messages : 5629
Age : 60
Date d'inscription : 10/07/2007

MessageSujet: Re: Giuseppe Verdi (1813-1901)   Ven 15 Juil - 22:17

Je me suis mal exprimée sans doute ... je voulais dire qu'il y avait ici plus d'amateurs de musique classique que d'opéra.
En tout cas, c'est ce qu'il me semble apparaître dans les échanges mais je peux me tromper. Wink
Revenir en haut Aller en bas
http://vitabella.sosblog.fr/index.htm
Jean



Nombre de messages : 6351
Age : 73
Date d'inscription : 14/05/2007

MessageSujet: Re: Giuseppe Verdi (1813-1901)   Ven 15 Juil - 22:21

Bel Canto a écrit:
Je me suis mal exprimée sans doute ... je voulais dire qu'il y avait ici plus d'amateurs de musique classique que d'opéra.
En tout cas, c'est ce qu'il me semble apparaître dans les échanges mais je peux me tromper. Wink

ah oui vu comme çà Wink, c'est possible ...et comme Verdi n'a pas laissé grand chose en dehors des opéras
Revenir en haut Aller en bas
Olivier



Nombre de messages : 799
Age : 49
Date d'inscription : 14/05/2011

MessageSujet: Re: Giuseppe Verdi (1813-1901)   Ven 15 Juil - 22:26

Il est des saisons plus favorables pour certains compositeurs, après l'hiver tout reVerdi Ptdr
Revenir en haut Aller en bas
Kool



Nombre de messages : 226
Age : 61
Date d'inscription : 17/05/2011

MessageSujet: Re: Giuseppe Verdi (1813-1901)   Ven 15 Juil - 22:45

J'ai eu l'opportunité, d'acheter à l'opéra de liège, le costume de prête de Aïda. Et je suis un inconditionnelle de Verdi , avec une préférence pour : la Traviata ,Rigoletto, Nabucco et Aïda pour la partie des trompettes
Revenir en haut Aller en bas
joachim
Admin


Nombre de messages : 15725
Age : 70
Date d'inscription : 19/08/2006

MessageSujet: Re: Giuseppe Verdi (1813-1901)   Ven 15 Juil - 23:20

C'est vrai qu'on en a peu parlé ici, et pourtant, Bel Canto....

Il n'y a que deux opéras que j'aime vraiment : la Traviata et la Force du Destin. Un peu Aida, Rigoletto et le Trouvère.

Sinon, chez moi c'est un peu comme pour Wagner, j'aime bien la musique orchestrale (chez Verdi les ouvertures), les choeurs et ballets. Mais le chant, nettement moins.

Comme pour Wagner, il n'a pas composé que des opéras, mais le reste, à part le Requiem, est peu connu, même l'Hymne des Nations, les quatre pièces sacrées.
Revenir en haut Aller en bas
Bel Canto
Admin


Nombre de messages : 5629
Age : 60
Date d'inscription : 10/07/2007

MessageSujet: Re: Giuseppe Verdi (1813-1901)   Sam 16 Juil - 0:16

Les trompettes d'Aïda ... Laughing

J'ai vu plusieurs fois 'Aïda' sur scène et je dois dire que les metteurs en scène regorgent d'idées pour ce moment de l'opéra, ainsi par exemple des chevaux traversant la scène !
En dehors de ce moment, 'Aïda' est un opéra assez intimiste et le public est souvent surpris et déçu - l'annonce de l'opéra se fait souvent avec ce seul extrait 'grand public'.
Sinon quelques airs, ce n'est pas mon opéra préféré de Verdi ... j'aime bien le moment où la Grande Prêtresse prie au Temple pour mener Rademès à la victoire, quelques moments de l'acte du Nil et le trio final.

En y réfléchissant bien, c'est vraiment Don Carlos et Rigoletto que je préfère.
> le duo Posa/Philippe II concernant la Flandre et le lacrymosa !!!
> la malédiction de Monterone (aussi bref que merveilleux), l'air de la 'vendetta' de Rigoletto et le trio de l'orage !!!

Il y a un très bel article sur Verdi dans le Classica de ce mois.
http://www.qobuz.com/info/MAGAZINE-ACTUALITES/COMPOSITEUR/Giuseppe-Verdi-Violence-et-passion58655
Revenir en haut Aller en bas
http://vitabella.sosblog.fr/index.htm
Jean



Nombre de messages : 6351
Age : 73
Date d'inscription : 14/05/2007

MessageSujet: Re: Giuseppe Verdi (1813-1901)   Sam 16 Juil - 9:40

je partage tes préférences sur Verdi Bel Canto Wink ...
je rajoute que le dernier classica propose un récital d'air peu connu de Verdi par Montserrat Caballé...ces airs sont superbes et la voix de Caballé (a son sommet!!) magique
Revenir en haut Aller en bas
joachim
Admin


Nombre de messages : 15725
Age : 70
Date d'inscription : 19/08/2006

MessageSujet: Re: Giuseppe Verdi (1813-1901)   Sam 16 Juil - 10:07

Catalogue des oeuvres autres que les opéras

Musique religieuse

Messa da Requiem (22 mai 1874, San Marco, Milan): Messe en la mémoire d'Alessandro Manzoni, pour quatre voix solistes, choeur et orchestre

Messa par Rossini (1869; première à titre posthume 11 Septembre 1988, Stuttgart): Messe en mémoire de Gioachino Rossini, de Verdi (Libera me), ainsi que de douze autres compositeurs

Pater Noster (1873): pour 5 parties de choeur

Ave Maria (1880): pour soprano et cordes

Quattro Pezzi Sacri (7 avril 1898, la Grande Opéra, Paris) :
-Ave Maria: pour chœur mixte
-Stabat Mater: pour chœur mixte
-Laudi alla Vergine Maria: pour chœur de femmes
-Te Deum: pour double chœur et orchestre


Melodies :

Sei Romanze (1838)
-Non t'accostar all'urna (Jacopo Vittorelli)
-More, Elisa, lo stanco poeta (Tommaso Bianchi)
-In solitaria stanza (Jacopo Vittorelli)
-Nell'orror di note oscura (Carlo Angiolini)
-Perduta ho la pace (trans. by Luigi Balestra from Goethe's Faust)
-Deh, pietoso, o addolorata (trans. by Luigi Balestra from Goethe's Faust)
L'esule (1839) (Temistocle Solera)
La seduzione (1839) (Luigi Balestra)
Guarda che bianca luna: notturno (1839) (Jacopo Vittorelli)--For soprano, tenor, bass and flute obbligato
Album di Sei Romanze (1845)
-Il tramonto (Andrea Maffei)
-La zingara (S. Manfredo Maggioni)
-Ad una stella (Maffei)
-Lo Spazzacamino (Felice Romani)
-Il Mistero (Felice Romani)
-Brindisi (Maffei)
Il poveretto (1847) (Maggioni)
L'Abandonée (1849) (Escudier?)
Stornello (1869) (annon.)
Pietà Signor (1894) (Verdi and Boito)


Autres oeuvres

Suona La Tromba (1848) (Giuseppe Mameli), un Hymne patriotique

Inno delle Nazioni (1862, Londres) (Boito), cantate pour ténor, chœur et orchestre.

Quatuor à cordes en mi mineur (1873)


Il existe en outre beaucoup d'oeuvres de jeunesse, en musique religieuse Missa de Gloria, Laudate Pueri...) et en musique instrumentale (Caprice pour basson et orchstre, Variations pour piano et orchestre, Sinfonia en ut majeur...)
Revenir en haut Aller en bas
felyrops



Nombre de messages : 1446
Age : 70
Date d'inscription : 26/09/2007

MessageSujet: Re: Giuseppe Verdi (1813-1901)   Sam 16 Juil - 10:36

Je garde dans un coffre bien fermé, la photo dédicacée de Giuseppe au critique dure-dure Doctor Hanslick.
Revenir en haut Aller en bas
Pianoline
Mascotte du forum
Mascotte du forum


Nombre de messages : 2004
Age : 23
Date d'inscription : 08/06/2011

MessageSujet: Re: Giuseppe Verdi (1813-1901)   Sam 16 Juil - 11:04

Mon tout premier opéra (et le seul pour l'instant) !!!!! J'ai adoré !! J'ai été voir Don Carlo à l'opéra Bastille à Paris, c'était magnifique.


(...bon d'accord, la beauté de la salle d'opéra avec sa hauteur, ses lumières et tout ont beaucoup joué aussi Laughing )
Revenir en haut Aller en bas
Snoopy
Admin


Nombre de messages : 21022
Age : 42
Date d'inscription : 10/08/2006

MessageSujet: Re: Giuseppe Verdi (1813-1901)   Mar 11 Sep - 18:38

Verdi et variations. Très bel album pour ceux qui aiment Verdi et veulent le découvrir en instrumental et plus ou moins "revisité". L'interprétation est vive et efficace pour ne pas dire parfaite, l'enregistrement excellent, le choix des extraits très sympa, etc...

On regrettera quand même que ce CD fasse près de 20 euros pour à peine 56 minutes de musique. Ca pousse plus au piratage (mon cas ) qu'à l'achat et c'est bien dommage car ce CD est aussi joli qu'original. A écouter sans modération

Revenir en haut Aller en bas
http://musiqueclassique.forumpro.fr
Jean



Nombre de messages : 6351
Age : 73
Date d'inscription : 14/05/2007

MessageSujet: Re: Giuseppe Verdi (1813-1901)   Mer 12 Sep - 9:31

je suppose que tu parles de cet enregistrement?...Il est bien tentant en effet...même pour moi qui aime aussi beaucoup la voix et l'opéra (et on le trouve, pour moins de 10€ ...sans les frais de port!)

Revenir en haut Aller en bas
Snoopy
Admin


Nombre de messages : 21022
Age : 42
Date d'inscription : 10/08/2006

MessageSujet: Re: Giuseppe Verdi (1813-1901)   Mer 12 Sep - 12:49

Pas la peine de l'acheter, je te l'enverrai sous peu Wink
Revenir en haut Aller en bas
http://musiqueclassique.forumpro.fr
Icare
Admin


Nombre de messages : 10253
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Giuseppe Verdi (1813-1901)   Ven 21 Sep - 15:59


Je viens de me taper le Requiem en clôture de mon cycle intitulé "De Monteverdi à Verdi" et je me suis bien éclaté, les enfants!

Je suis tout requinqué, du coup.
Revenir en haut Aller en bas
joachim
Admin


Nombre de messages : 15725
Age : 70
Date d'inscription : 19/08/2006

MessageSujet: Re: Giuseppe Verdi (1813-1901)   Ven 11 Oct - 10:24

C'était hier le bi centenaire de la naissance de ce grand compositeur, et c'est passé presque inaperçu dans les médias ! Rolling Eyes 

On trouve deux CD originaux : tout d'abord un CD avec des oeuvres inédites, de jeunesse ou non :






Et des transcriptions pour orgue



Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin


Nombre de messages : 10253
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Giuseppe Verdi (1813-1901)   Ven 11 Oct - 11:12


Et tu en penses quoi de ses oeuvres de jeunesse, premier cd présenté dans ton message?
Revenir en haut Aller en bas
joachim
Admin


Nombre de messages : 15725
Age : 70
Date d'inscription : 19/08/2006

MessageSujet: Re: Giuseppe Verdi (1813-1901)   Sam 12 Oct - 10:54

J'aime beaucoup ce CD, en particulier les variations pour piano et orchestre, qui sont magnifiques mais un peu trop romantiques pour toi   et aussi les variations pour hautbois. Il y a aussi quelques oeuvres de maturité, comme l'ouverture d'Aida, composée en 1872, mais jamais représentée, car avec ses 11 minutes on trouvait qu'elle déséquilibrait le début de l'opéra.
Revenir en haut Aller en bas
joachim
Admin


Nombre de messages : 15725
Age : 70
Date d'inscription : 19/08/2006

MessageSujet: Re: Giuseppe Verdi (1813-1901)   Jeu 14 Nov - 19:24

Autre CD d'oeuvres inconnues, celles ci de musique religieuse :





Après la magnifique Messa Solenne de 1835 (qui en fait est une missa brevis, puisqu'elle n'a qu'un Kyrie et un Gloria) se trouve un étonnant Qui tollis en fa majeur, pour ténor, clarinette solo, choeur et orchestre, un Tantum ergo pour basse et orchestre (rempli de vocalises), un autre Tantum ergo pour ténor, un Laudate Pueri pour soli, choeur et orchestre, un Pater Noster a cappella, un Ave Maria pour soprano et cordes et se termine par le Libera me de la Messa de Requiem per Rossini, qui est la version primitive du Libera me du Requiem.

Un CD à connaître Very Happy 
Revenir en haut Aller en bas
Anouchka



Nombre de messages : 2124
Age : 56
Date d'inscription : 03/04/2014

MessageSujet: Re: Giuseppe Verdi (1813-1901)   Mer 11 Juin - 1:33

Pas de bol, mon post s'est effacé..., mais je mets sur ce fil... pour ne pas faire de l'encombrement "inutile".. Verdi or not Verdi, isn't it ??
Je voulais juste parler un peu de "la Traviata"....

Avec Diana Damrau, que j'ai admirée à la Scala l'an dernier, malgré une catastrophique mise en scène de Tcherniachov qui a tout gâché, en plus  faisant phyiquement de Violetta une "Castafiore"..... -c'était complètement loupé....-. Je ne fais pas partie de la bronca, bien sûr, mais franchement, quel dommage pour cette immense cantatrice...... Qui.... va nous rechanter  la "Traviata" , c'est la PREMIERE FOIS QU'ELLE CHANTE A PARIS.. !.. Mise en scène Benoît Jacquot, qui j'espère sera plus inspiré... C'est à l'ONP jusqu'au 25 juin je crois...

Je pense à "La Traviata", non seulement parce que ce sont "les actus lyriques du jour", mais aussi parce que j'ai entendu hier sur Brava des extraits extraordinaires du Festival anglais de GLYNDEBOURNE, magnifiques, mais le générique est passé tellement vite (hélas comme d'hab  Evil or Very Mad ), que je n'ai n'ai même pas pu noter le nom de cette splendide soprano (plutôt très colorature mais très assurée dans ses graves) -extraits, donc-....
La mise en espace très moderne, années 50, semblait à la fois sobre et sexy, mais d'un autre calibre que celle de la Scala de l'an dernier !  Wink
Revenir en haut Aller en bas
Anouchka



Nombre de messages : 2124
Age : 56
Date d'inscription : 03/04/2014

MessageSujet: Re: Giuseppe Verdi (1813-1901)   Dim 5 Oct - 1:12

Nabucco (titre initial : Nabuchodonosor) est un opéra en quatre parties de Giuseppe Verdi sur un livret de Temistocle Solera1, tiré de Nabuchodonosor (1836), drame d'Auguste Anicet-Bourgeois et de Francis Cornue et créé le 9 mars 1842 à la Scala de Milan1. Il évoque l'épisode biblique de l'esclavage des juifs à Babylone symbolisé par le chœur de la troisième partie, le Va, pensiero des Hébreux auxquels s'identifiait la population milanaise alors sous occupation autrichienne.

Etonnant, ce Nabucco vu hier soir sur la chaîne Brava... Lors du festival en plein air de St Margarethen, au Sud de Vienne, dans d'étranges carrières de pierres de 7 000m2, la "plus grande scène d'Europe" sans doute. Ampleur, magnificence... , mais un peu de doute en ce qui me concerne....
Je suis sortie de cette écoute un peu sonnée (normal),  un peu partagée... Mise en scène trop "brouillonne" malgré sa splendeur, voix magnifiques, et le mythe "Nabucco" à l'état brut et qui prend des résonnances évidemment extrêmement (et tristement) d'actualité. Je m'explique.

- mise en scène gigantesque, dans des bâtiments construits "à l'échelle" des fameuses carrières, d'où grand déploiement de micros, pyrotechnie, effets spéciaux, centaine de figurants etc...
- le résultat: : on est un peu ahuri, et un peu largué. Quand on sait que l'opéra se joue sur les lieux suivants :
. Temple de Salomon (les Hébreux), . Palais de Babylone, . Jardins suspendus de Babylone, . Rives de l'Euphrate (le fameux "Choeur des Esclaves, "Va Pensiero..."), . appartements du Palais de Babylone, . scène finale Jardins suspendus...
Comment voulez-vous, sur une seule scène immense avec forteresses et remparts et quelques lauriers-roses, sans changement de décor, comprendre un peu où ça se passe , si vous ne connaissez pas le livret d'avance !!!
- les costumes sont somptueux, et complètement hétéroclites.. Nabucco est , clin d'oeil appuyé, en redingote à boutons avec des bottes... Sa fille légitime en martyre sous le bûcher, telle une sorcière du Moyen-Age (hélas avec un maquillage digne d'un reportage pour pub de...., gloss lèvres hyper-brillant nickel et brushing ad hoc) -et rien n'y manque, elle est conduite au bûcher par des "cagoulés" de l'Inquisition... ; les combattants de Nabucco sont masqués par des foulards, en pantalons et bottes.. ; les esclaves hébreux habillés en guenilles type XIXème siècle, bonnets et haillons très caricaturaux.
Je rappelle que tout le monde devrait être en tuniques... pour l'époque, tuniques quelles qu'elles soient, et que ça finit par faire un peu "grand bazar" tout ça...
- ridicule, la rédemption de Nabucco, dans sa grande machine de guerre bling-bling (qui est mobile), sa prison en fait , une sorte de Cheval de Troie sous des lasers verticaux très programmés  (on dirait une boîte de nuit open).
- ridicules, la fermeture "clic" (genre pour sac à dos), du manteau lamé de 20 m de long de la méchante fille Abigaille (spectaculaire sur les marches d'escalier)  ; Nabucco s'octroie dans la dernière scène, un bizarre sachet noir autour du cou, dont on se demande si ce n'est pas son étui à lunettes (je ne rigole pas).
- dommage, le beau feu d'artifice après l'opéra, SANS MUSIQUE DE VERDI (????)...... On aurait pu faire un effort...

- PAR CONTRE !!! La musique sublime de Verdi est bien là , heureusement... J'ai été amusée de constater que même dans ce drame aux résonnances politiques pour le jeune Verdi, soudain la musique devient gaie, très italienne, un peu primesautière avec des accents dignes d'un Strauss.. avant de revenir à la gravité que l'on connaît.
- Les voix SONT TOUTES ADMIRABLES. Bien sûr, les deux basses sont les stars. Igor Morosow (Nabucco) fait un peu trop de trémolos dans ses scènes de roi dément, mais bon.
Simon Yang (le grand prêtre Zaccharia) est absolument splendide, un timbre sonore et d'une gravité et pureté sans failles. Magnifique !!! (comme dans tous les rôles que je lui connaîs, d'ailleurs).
Gabriella Morigi (Abigaille, la supposée première fille de Nabucco), a un timbre sûr et très ample, mais ses talents de comédienne ... ne sont pas ceux d'une Dessay ou d'une Bartoli... (trop de tics).

Conclusion : LA TELEVISION QUI FILME EN GROS PLANS CHANTEURS ET SCENE, ne fait aucune concession. La moindre défaillance au niveau de la mise en scène, des maquillages, costumes, effets spéciaux, se remarque, s'amplifie. Peut-être le metteur en scène n'avait-il pas le choix, pour un" théâtre" d'une telle immensité, une telle audience (et les spectateurs sur les gradins, eux, ne voient pas ce que nous, téléspectateurs, nous voyons..).

Voilà, j'ai aimé, et j'espère revoir ce Nabucco sur une scène, en salle, avec des décors plus simples, à dimension "plus humaine" .... Et quand même, le fameux "choeur des esclaves" que tout le monde attend... était extraordinaire......
Revenir en haut Aller en bas
joachim
Admin


Nombre de messages : 15725
Age : 70
Date d'inscription : 19/08/2006

MessageSujet: Re: Giuseppe Verdi (1813-1901)   Dim 5 Oct - 9:20

Je me demande si à notre époque il ne vaut pas mieux écouter un opéra en CD que de le voir avec des mises en scène aussi hétéroclites (ou alors en DVD avec une réalisation traditionnelle). Rolling Eyes
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Giuseppe Verdi (1813-1901)   Aujourd'hui à 20:12

Revenir en haut Aller en bas
 
Giuseppe Verdi (1813-1901)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Toutes les musiques du monde :: Musique classique :: Les compositeurs-
Sauter vers: