Forum sur la musique classique
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Le Deal du moment : -60%
Red Dead Redemption 2 – PS4 ou Xbox One
Voir le deal
15.99 €

 

 Emil Mlynarski (1870-1935)

Aller en bas 
AuteurMessage
joachim
Admin
joachim

Nombre de messages : 22489
Age : 75
Date d'inscription : 19/08/2006

Emil Mlynarski (1870-1935) Empty
MessageSujet: Emil Mlynarski (1870-1935)   Emil Mlynarski (1870-1935) Empty2014-04-25, 12:09

Emil Młynarski, né le 18 juillet 1870 à Kybartai (Empire russe, aujourd'hui Lituanie) et mort le 5 avril 1935 à Varsovie, chef d'orchestre, compositeur, violoniste et pédagogue polonais.


Dès l'âge de 10 ans, Emil Młynarski étudie le violon au conservatoire de St Petersbourg avec le violoniste et compositeur hongrois Leopold Auer. Il étudie la composition avec les compositeurs russes Anatoli Liadov et Nikolaï Rimski-Korsakov.
Il était le chef fondateur de l' Orchestre philharmonique de Varsovie et a ensuite servi comme chef d'orchestre principal de l'Orchestre écossais à Glasgow en 1910-1916. Il a dirigé la première de l'opéra Le Roi Roger de Karol Szymanowski.

Il composa notamment la célèbre symphonie nationale polonaise : la Symphonie en fa majeur, op. 14, Polonia. Il composa également des concertos pour violons en 1897 et en 1917.

Emil Młynarski fut le premier chef d'orchestre de la première institution musicale de Pologne l'orchestre philharmonique de Varsovie, fondé en 1901 et qu'il dirigea jusqu'en 1905.

Il dirigea comme chef d'orchestre, l'Orchestre national royal d'Écosse de 1910 à 1916 dans la ville de Glasgow.

Il meurt le 5 avril 1935 à Varsovie.

Sa fille, Aniela, ballerine classique, fut la femme du pianiste Mieczysław Munz avant de devenir l'épouse d'Arthur Rubinstein. Il est le grand-père de l'acteur et réalisateur John Rubinstein et de la photographe Eva Rubinstein et l'arrière-grand-père de Michael Weston (né Michael Rubinstein).

Le Grand Théâtre de Varsovie possède un auditorium au nom d'Emil Młynarski.


Oeuvres

Kartka z albumu (Feuilles d'Album), op. 1 pour piano
Romance en mi bémol majeur, op. 3 pour piano (1892)
Polonaise, Berceuse slave et Humoresque op. 4 pour violon et piano (1892)
Krakowiak, Nocturne et Moment fugitif, op. 5 pour piano (1894)
Reverie, Musette et Souvenir op. 6 pour violon et piano (1893)
Mazurka n° 1 en sol majeur et Mazurka n° 2 en la majeur, op. 7 pour violon et piano (1892 - 1897)
Schlaf ein, mein liebes Kindlein pour voix et piano (1892)
Ambrosische Nacht : Ströme dein Silberlicht, heilige Nacht pour voix et piano (1893)
Sonate pour piano en sol majeur (avant 1895)
Concerto pour violon en ré mineur, op. 11 (c. 1897)
Ligia, opéra d'après Quo vadis Henryk Sienkiewicz  [inachevé] (v. 1898)
In vino veritas, opéra [inachevé] (ca. 1900)
Symphonie en fa majeur "Polonia", op. 14 (1910)
Noc letnia (Nuit d'été), opéra (1913)
Orły do lotu na głos (Volez hauts, aigles) pour voix et orchestre (v. 1915)
Concerto pour violon en ré majeur, op. 16 (c. 1916)
Ej chłopie polski (Hé!, paysan polonais), cantate-ballade (vers 1916)
Melodie dawniejsze (Vielles mélodies) pour orchestre
Piosenka o Komendancie (Chanson du commandant) pour voix et piano
Pasterz do Zosi (Berger de Zosia) pour voix et piano (1924)
Uroczyste Fanfary (Fanfares solennelles pour orchestre (1925)
Kolysanka (Berceuse) pour orchestre (ed 1954)


Dernière édition par joachim le 2021-05-11, 17:42, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
joachim
Admin
joachim

Nombre de messages : 22489
Age : 75
Date d'inscription : 19/08/2006

Emil Mlynarski (1870-1935) Empty
MessageSujet: Re: Emil Mlynarski (1870-1935)   Emil Mlynarski (1870-1935) Empty2014-04-25, 12:48

Sa symphonie en fa majeur "Polonia" (1910) à grand orchestre n'égale pas tout à fait la symphonie Polonia en si mineur de Paderewski composée 2 ans plus tôt. Néanmoins c'est une oeuvre qu'il faut connaître car elle en vaut la peine, je pense. Je suis un peu plus réservé sur le concerto pour violon, avec le violon omniprésent, où l'orchestre semble effacé. Mais c'est souvent le cas des concertos romantiques pour violon.

Emil Mlynarski (1870-1935) Front106

Sa mazurka op 7

Revenir en haut Aller en bas
joachim
Admin
joachim

Nombre de messages : 22489
Age : 75
Date d'inscription : 19/08/2006

Emil Mlynarski (1870-1935) Empty
MessageSujet: Re: Emil Mlynarski (1870-1935)   Emil Mlynarski (1870-1935) Empty2021-05-11, 17:20

Concerto pour violon n° 1 en ré mineur, op.11



https://www.youtube.com/watch?v=muTKiRB1qLM


Le Concerto pour violon en ré mineur, op. 11 est une pièce grâce à laquelle Młynarski est devenu un créateur reconnaissable de sa génération dans le monde de la musique. Bien que l'œuvre ait été créée pendant le séjour de l'artiste à Odessa, elle n'a acquis une renommée prestigieuse que quelques années plus tard, en 1898, lorsqu'elle a été appréciée par le jury du concours des compositeurs de Leipzig. Le concerto est esthétiquement dérivé de la tradition romantique, basée sur le système majeur-mineur, et bien qu'il ne soit pas trop innovant en termes de solutions harmoniques utilisées, de nombreuses mesures formelles intéressantes prouvent sans aucun doute son originalité.

Le premier mouvement (Allegro moderato) s'ouvre sur une courte exposition en accord avec un caractère nettement élégiaque. Cependant, dès la toute première apparition de la partie de soliste, le compositeur renonce à la texture rigoureuse des accords et fonde toute nouvelle narration sur des motifs mélodiques complexes (la partie du soliste) strictement subordonnés à des sections orchestrales en contrepoint. Malgré la division claire entre le soliste et l'orchestre, en raison de l'importance presque égale des motifs principaux des deux parties qui déterminent l'architecture formelle, le premier mouvement est beaucoup plus proche d'une symphonie concertante que d'un concerto instrumental typique. Fait intéressant, le compositeur introduit une cadence virtuose à un moment inattendu, qui n'est qu'une détente émotionnelle, et non, comme dans la plupart des cas, la préparation de la clôture Allegro.

Le second mouvement est entièrement déterminé par des épisodes complexes et mélodiques dans le rôle du soliste. Cet Adagio est un ensemble cantilène monolithique, et l'ambiance de réflexion et de réflexion n'est pas perturbée même par un changement d'humeur dans son lien central. Młynarski a déjà utilisé ce genre de procédure, par exemple dans l'un des épisodes de la Polonaise en ré majeur, op. 4. L'ensemble Adagio se termine de manière très apaisante et délicate, et le récit se déroule très doucement.

Le thème principal à la fin de l'œuvre, le 3ème mouvement Allegro rompt d'une certaine manière l'atmosphère d'insouciance idyllique, bien qu'il soit clairement loin de la violence ou du drame. Les épisodes séparant la réapparition du motif principal préfigurent une fin monumentale sur un mode majeur, plein d'optimisme.

Auteur: Dariusz Marciszyn (livret CD / DUX)
Revenir en haut Aller en bas
joachim
Admin
joachim

Nombre de messages : 22489
Age : 75
Date d'inscription : 19/08/2006

Emil Mlynarski (1870-1935) Empty
MessageSujet: Re: Emil Mlynarski (1870-1935)   Emil Mlynarski (1870-1935) Empty2021-05-11, 19:22

Concerto pour violon n° 2 en ré majeur, op. 16



https://www.youtube.com/watch?v=cFJNl_r-Rak

Le Concerto pour violon n° 2 en ré majeur, op. 16 a été composé vers 1916, donc peu de temps après la perte d'Iłgów, le manoir Młynarski en Lituanie (il a été détruit pendant la guerre, et ensuite la région a été engloutie par la révolution). Cette année là, Młynarski a dirigé à Glasgow, Londres et Manchester. Une excellente connaissance du violon et de ses capacités techniques et texturales a permis à Młynarski de créer une œuvre extrêmement virtuose (un finale passionnant), mais aussi intéressante en termes d'idées musicales (beaux thèmes de chant). Kazimierz Wiłkomirski, violoncelliste, chef d'orchestre, compositeur et professeur bien connu (il s'est produit au Festival du film de Lodz après la guerre) a écrit: "Ce concerto pose les mêmes exigences élevées et complètes pour l'interprète que les œuvres de Paganini et Wieniawski." «Młynarski est, cependant, un compositeur plus symphonique que Wieniawski», dit Piotr Pławner, «la partie de l'orchestre a été plus élaborée avec lui». Cette pièce semble plus mature que le premier concerto, et en même temps son troisième mouvement est techniquement difficile, exceptionnellement virtuose».

La création de l'œuvre a eu lieu par l'Orchestre philharmonique de Varsovie en avril 1920 avec le violoniste exceptionnel Paweł Kochański (qui était un élève de Młynarski et un ami d'Arthur Rubinstein) en tant que soliste, provoquant les applaudissements du public. Jouée et enregistrée plusieurs fois au cours du dernier demi-siècle, la composition fait référence stylistiquement à la musique de Johann Brahms et Edward Elgar. Le style le plus Elgar est le beau et large thème du finale, qui mène dans un large arc à un point culminant émouvant. Cependant, le cœur du Concerto n° 2 reste le 2ème mouvement, un Andante Quasi Notturno sur un air populaire, dans la tonalité de si bémol majeur.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Emil Mlynarski (1870-1935) Empty
MessageSujet: Re: Emil Mlynarski (1870-1935)   Emil Mlynarski (1870-1935) Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Emil Mlynarski (1870-1935)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Toutes les musiques du monde :: Musique classique :: Les compositeurs-
Sauter vers: