Forum sur la musique classique
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Le Deal du moment : -79%
DCL : Drone Championship League – Jeu PS4
Voir le deal
6.99 €

 

 Vladimir Rebikov (1866-1920)

Aller en bas 
AuteurMessage
joachim
Admin
joachim

Nombre de messages : 22478
Age : 75
Date d'inscription : 19/08/2006

Vladimir Rebikov (1866-1920) Empty
MessageSujet: Vladimir Rebikov (1866-1920)   Vladimir Rebikov (1866-1920) Empty2014-03-05, 10:23

Vladimir Ivanovitch Rebikov (en russe : Влади́мир Ива́нович Ре́биков, Vladi'mir Iva'novič Re'bikov, transcrit aussi Rebikow et Rébikoff), né le 31 mai 1866 à Krasnoïarsk en Sibérie — mort le 4 août 1920 à Yalta en Crimée, est un compositeur et pianiste russe.

Vladimir Rebikov commença son apprentissage du piano avec sa mère ; ses sœurs étaient également pianistes. Il étudia la philosophie à l'université de Moscou. En musique, il fut l'élève de Nikolaï Klenovski (un élève de Tchaïkovski), puis, pendant trois ans, il étudia à Berlin et Vienne avec K. Meyerberger (théorie), O. Yasch (instrumentation) et H. Müller (piano).
À partir de 1893, il enseigna à Moscou, Kiev et Odessa, et en 1897 il fonda une école de musique à Kichinev. Rebikov donna des concerts dans différentes parties de l'Empire russe ainsi qu'à Berlin, Vienne, Prague, Leipzig, Florence et Paris, où il rencontra Claude Debussy, Oskar Nedbal, Zdenek Needly, entre autres.
Rebikov s'installa à Yalta en 1909.


Œuvres

Dans les œuvres de jeunesse de Rebikov transparaît l'influence de Tchaïkovski. Il écrivit des miniatures pour piano (suites, cycles, et albums), des chœurs d'enfants, et des mélodies.

Inspiré par le symbolisme, Rebikow prit souvent comme sujet de ses pièces des œuvres littéraires ou picturales assez populaires à son époque. Un certain nombre d'œuvres pour piano de Rebikov, en particulier les Esquisses-humeurs, furent écrites sous l'influence de la peinture d'Arnold Böcklin. Le compositeur a aussi écrit plusieurs cycles de mélodies sur des vers du poète Valéry Brioussov, avec lequel il était lié par une longue amitié. Parmi ses cycles de mélodies, on trouve aussi Basni v litsakh (Les Fables en visages), d'après Ivan Krylov. Il écrivit aussi une œuvre scénique nommée Les Fables de Krylov (ca. 1900).

Le langage de Rebikov utilise une harmonie avancée, avec des accords de septième et de neuvième, des dissonances non résolues, de la polytonalité, ainsi que des harmonies basées sur des quartes et quintes à vide. Suivant ses prédécesseurs russes, il a un goût prononcé pour la gamme par tons – ainsi dès 1899 il écrit une pièce intégralement dans ce mode : Les démons s'amusent (dans la suite mélomimique Les Rêves op. 11).

Il expérimente aussi de nouvelles formes, par exemple dans ses pièces pour piano : Mélomimiques op. 10 (1898), et Rythmodéclamations, dans lesquelles la musique et le mime sont combinés. Aspirer et attendre op. 25 est décrit comme un "tableau musical-psychologique". Rebikov a aussi expérimenté l'usage du sprechgesang, en particulier dans Dvoryanskoïe Gnezdo (Le Nid de gentilhomme), op. 55.

Ses pièces d'orchestres et de scène comprennent plus de dix opéras comme Yolka (Ёлка - L'Arbre de Noël) et deux ballets.

"Rebikov était déjà une figure oubliée au moment de sa mort à l'âge de 54 ans. Il était amer et désabusé, convaincu, à tort, que les compositeurs tels que Debussy, Scriabine et Stravinski avaient dû leur notoriété au vol de ses idées. Ironiquement, Rebikov est plus connu pour des œuvres mineures dans des genres de salon. Son rôle d'important et précoce instigateur des techniques du XXe siècle mérite d'être plus largement reconnu."
— Uncle Dave Lewis, in All Music Guide


Opéras

V grozou (В грозу — Dans la Tempête), op. 5, d'après Vladimir Korolenko (1863), créé en 1894 à Odessa
Yolka (Ёлка — L'Arbre de Noël) d'après Dostoïevski, Andersen et Hauptmann, opus 21 (1900), créé en 1903.
Fables dramatisées, texte de Krilov (1902)
Thae la Deesse, livret de Vorotnikov, op 34 (1907)
Bezdna (Бездна — Abysse), d'après Léonide Andreïev, opus 40 (1907)
Jenchtchina s kinjalom (Женщина с кинжалом — La Femme à la dague), d'après Arthur Schnitzler, opus 41 (1910)
Alpha et Omega, musique de scène, livret de Rebikov, op 42 (1911)
Narcisse, livret de Tchepkina et Kupernik, op 45 (1913)
Arachne, musique de scène, livret de Tchepkina et Kupernick, op 49 (1915)
Dvoryanskoïe Gnezdo (Дворянское Гнездо — Nid de gentilhomme), op. 55, d'après Ivan Tourgueniev, 1916
Le Prince Charmant et la belle Princesse, opéra pour enfants


Ballets

Blanche Neige, ballet en 3 actes pour piano, op. 39 (1907)


Musique vocale

Messe
Liturgie de Saint Jean Chrysostome
9 Romances, op. 4
Ne me fais pas de reproche, mélodie, op. 12 (1898)
Recueils de "Melomimiques" (Mélodies), op 1, op 16, op 17, op. 18, op 19, op 20
Neige blanche, voix et piano, op 39 (1907)
De ma jeunsse, pour chœur mixte, op. 44 (1911)
Thytmodeclamations, pour récitant et piano, op. 52 (1915)
Melopoeza, 2 mélodies, op. 53


Musique de chambre et orchestrale

Petite suite (3 pièces) pour violon et piano, op 7 (1895)
Suite de l'Arbre de Noël, op. 21a (1905)
Feuilles d'automne, pour quatuor à cordes et contrebasse, op 29 (1913)
Tableaux pour enfants, pour quatuor à cordes, op 37b (1911)
Suite de ballet pour orchestre, op 14 (1899)
Suite miniature pour orchestre (v. 1899)


Piano

6 Pièces, op 2 (1889)
3 Pièces, op 3 (1890)
Rêves de bonheur, 5 pièces (1890)
7 Pièces, op 5
4 Pièces, op 6
Poèmes lyriques, 6 pièces (1897)
Rêveries d'automne, 16 pièces, op 8 (1897)
Autour du Monde, 18 pièces, op. 9 (1898)
Esquisses, 10 pièces, op 10 (1898)
Mélomimiques, 6 pièces, op 11 (1898)
Tondichtungen, 10 pièces, op 13 (1897)
Les Rêves, op 15 (1899)
2 mélomimiques, op 17
Les Lumières du soir, 5 pièces (1900)
Episodes de l'Arbre de Noël", op 21a (1902)
Esclavage et Liberté, op 22
Au Crépuscule, ou à la Brume, 9 pièces, op 23
Psychologies musicales I : chansons du coeur, op 24 (1900)
Psychologies musicales II : aspirer et atteindre, op 25
Cauchemar pour 2 pianos : 4ème tableau musical psychologique, op. 26
Dans leur pays, 8 pièces, op 27 (1902)
Scènes bucoliques, 5 pièces, op 28 (1902)
Feuilles d'automne, 6 pièces, op 29 (1902)
Petite Suite, pièces enfantines pour piano à 4 mains, op. 30
Silhouettes, 9 pièces, op 31
3 Miniatures aus dem Tagebuche, op 33
Les Feux du Soir, 5 pièces (1904)
Parmi eux, 6 pièces, op 35 (1906)
Conte de la Princesse et du roi des grenouilles, op 36
Tableaux pour enfants, op 37 (1906)
Une Fête, 7 pièces, op 38 (1907)
Souvenirs des temps passés, 6 pièces (1910)
Dans la Forêt, 6 pièces, op 43 (1911)
Jeux de sons, 3 pièces (1912)
Au-delà, 6 pièces, op 47 (1913)
Chansons blanches, 4 pièces, op 48 (1915)
Idylles, 3 pièces, op 50 (1913)
Les Danses, 5 pièces, op 51 (1914)
Они веселы, op. 54
3 Etudes (1914)
Fleurs d'automne, 3 pièces (1910)
D'un cahier oublié, 6 pièces (1914)
Petite danse de cloches
Tabatière à musique : valse, polka, mazurka (v. 1902?)
3 Ballades (1913)
Les Etrennes de Noël, 14 pièces (1913?)
Moments d'allégresse, 6 pièces (1910)
Souvenirs mélancoliques, 2 pièces (1915)
Tristesse, étude (1903)
Valse mélancolique (v. 1900)
Valse mignonne (1916)

l'opus 46 est inconnu


Catalogue complet :

https://imslp.org/wiki/List_of_works_by_Vladimir_Rebikov


Dernière édition par joachim le 2021-07-18, 20:31, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
joachim
Admin
joachim

Nombre de messages : 22478
Age : 75
Date d'inscription : 19/08/2006

Vladimir Rebikov (1866-1920) Empty
MessageSujet: Re: Vladimir Rebikov (1866-1920)   Vladimir Rebikov (1866-1920) Empty2021-07-18, 18:47

Rêveries d'automne, 16 pièces op. 8



https://www.youtube.com/watch?v=jW5zxHK-0Cg

Ces 16 pièces assez mélancoliques et pour la plupart sombres ont été composées en 1895, les premières pièces pour piano de Rebikov avec presque aucun signe de ce que sa musique deviendrait 20 ans plus tard.


0:00 Chanson Triste ; Грустная песенка (E minor)
1:50 Insouciance (Sorglosigkeit) ; Беззаботность (F major)
3:21 Moment triste ; Грустная минута (D minor)
6:45 Le dernier rendez-vous ; Последнее свидание (G major)
9:00 Souvenir douloureux ; Грустное воспоминание (G minor)
11:22 Persévérance ; Настойчивость (A major)
13:23 Journée d’automne ; Осенний день (B minor)
16:53 Bouffonnerie ; Шутка (F major)
17:46 Mazurka ; Мазурка (A minor)
19:23 Doux reproche ; Нежный упрёк (D major)
21:18 Echo rustique ; Отголоски деревни (A♭ major)
22:57 Conseil inutile ; Напрасный совет (A major)
25:30 A la brume ; Сумерки (G major)
27:54 Le repentir ; Раскаянье (E♭ major)
32:37 Récit naïf ; Наивный разсказ (G major)
35:09 Berceuse ; Колыбельная песня (A♭ major)

Revenir en haut Aller en bas
joachim
Admin
joachim

Nombre de messages : 22478
Age : 75
Date d'inscription : 19/08/2006

Vladimir Rebikov (1866-1920) Empty
MessageSujet: Re: Vladimir Rebikov (1866-1920)   Vladimir Rebikov (1866-1920) Empty2021-07-18, 19:08

Un article sur Rubikov par David C.F. Wright (2008)

Vladimir Rebikov était le compositeur russe le plus avancé de son temps, mais il a été injustement rejeté en tant que compositeur de miniatures pour piano sans importance.

Le fait est qu'il était un innovateur secouant les restrictions du traditionalisme et l'influence de Tchaïkovski, bien que Rebikov ait étudié au Conservatoire de Moscou sous la direction de Nikolai Klenovsky, élève de Tchaïkovski.

En 1898, Rebikov avait composé une musique originale et inventive. C'est en 1905 qu'Alexandre Scriabine (1872-1915) innove en tombant sous le charme de la théosophie et du mysticisme de Madame Blavatsky. Elle croyait qu'elle pourrait empêcher de nombreux hommes forts de soulever une table par le pouvoir de son esprit. Elle a été exposée comme une fraude en 1914. Scriabine a commencé à utiliser des accords de quartes sept ans après que Rebikov l'ait fait et Scriabine a construit son accord mystique de quartes à savoir C, F dièse, Si bémol, E, A et D.

Rebikov utilisait de tels accords depuis sept ans ou plus ainsi que des dissonances non résolues et toute l'échelle des tons. Pas étonnant qu'à la fin de sa vie, Rebikov ait été désillusionné et ait déclaré que Scriabine et d'autres avaient volé et profité de ses idées originales.

Même aujourd'hui, Scriabine est bien connu et Rebikov ne l'est pas.

Il est né à Krasnoyarsk, en Sibérie, le 31 mai 1866. Il a étudié le piano, d'abord avec sa mère, mais a étudié et obtenu un diplôme en linguistique. Il a étudié au Conservatoire de musique de Moscou et Klenovsky était son professeur de théorie. Ne voulant pas être entravé par la mode actuelle, Rebikov s'est efforcé d'être original, ce qui doit être la marque d'un grand compositeur, et si ceux qui se souviennent de lui le font pour ses miniatures pour piano, c'est la musique de théâtre qui a fait son nom. Son ballet Yelka, The Christmas Tree a été créé à Moscou le 30 octobre 1903 et a connu un grand succès. Il est devenu très populaire pendant de nombreuses années éclipsant les ballets de Tchaïkovski. Le ballet de Rebikov, Blanche-Neige, créé pour la première fois à Tiflis en 1906, a également connu un succès phénoménal.

Alors que l'opéra de Humperdinck « Hänsel und Gretel » est peut-être un opéra pour enfants, Rebikov a écrit un opéra avec les enfants à l'esprit et pour qu'ils y participent. Cet opéra féerique s'appelait Prince charmant et Princesse belle et il a réussi à engendrer chez les enfants un amour pour l'opéra. et le théâtre qui est devenu pour beaucoup une passion pour la vie. On peut donc dire que Rebikov était une cause majeure d'apporter la culture et l'art aux enfants et aux masses. Benjamin Britten a essayé d'imiter cela en 1949 en composant son Faisons un opéra.

Le premier opéra de Rebikov, La Tempête est son opus cinq créé à Odessa en 1895 où le compositeur a commencé sa carrière d'enseignant. Il devait également enseigner à Moscou, Kiev et Kichinev et tout cela avant 1898. Il fonda des écoles de musique à Odessa, Kichinev et ailleurs. Il n'était pas seulement un compositeur de miniatures pour piano. C'était un excellent compositeur d'opéras, de ballets, de suites orchestrales, de musique éducative, de drames musico-psychologiques, un professeur renommé et un compositeur progressif et non un musicien coincé dans une ornière.

En 1898, il visite Vienne et se rend compte que sa musique doit prendre une autre direction. Il entendait de la musique non gênée par le traditionalisme et la prévisibilité russes. Sa musique, comme celle de nombreux pianistes-compositeurs russes, n'était que de la musique de salon. Il a révolutionné sa musique et cela a influencé Stravinsky qui n'avait que 16 ans au moment de la conversion de Rebikov. En 1910, Stravinsky compose son premier ballet L'Oiseau de feu suivi de Petrouchka en 1911 et du sensationnel Sacre du printemps en 1913. Il s'inspire clairement des ballets de Rebikov et plus encore de leur succès.

Il est vrai que la musique pour piano ancienne de Rebikov est influencée par Tchaïkovski. Ses Rêveries d'automne, Op 8 de 1897 débutent par une Chanson Triste écrite à la mémoire de Tchaïkovski, décédé en 1893. La deuxième pièce s'intitule Insouciance, le troisième Moment Triste, la quatrième Le dernier rendez-vous, la cinquième Souvenir doloureux, la sixième Présévérance, la septième Voyage d'Automne, la huitième Bouffonnene, la neuvième est une mazurka et la dixième s'appelle Doux reproche. Viennent ensuite les échos rustiques et la quatorzième pièce s'intitule Le Repenter. Les morceaux sont simples mais enrichis de mélodie. Ils sont aussi prophétiques comme les titres le suggèrent peut-être. Il y a la tristesse comme la disparition d'un grand maître et le voyage de l'automne lui-même comme si le compositeur était arrivé à la croisée des chemins de son voyage musical et voulait s'engager et explorer une route inconnue.

L'opus 11 est sa première série de Melomimics, chaque pièce étant préfacée par un texte écrit décrivant un court scénario ou thème. Le premier de cet ensemble s'intitule Une déclaration d'amour et le second s'intitule Une lettre. Ici, ses nouvelles harmonies sont évidentes et sont développées dans son Opus 15, Les Rêves, cinq mélomimiques de 1898. Debussy reprendra certaines de ces idées dans ses Préludes (1910-1913) et dans ses Études de 1915. Dans l'Opus 11 de Rebikov la pièce, Les démons s'amusent est entièrement écrite dans toute la gamme de tons.

Il fut le premier compositeur russe à faire un usage important des accords de septième et neuvième et de la polytonalité. Grieg l'admirait considérablement, mais sa palette harmonique courageuse et nouvelle dans sa musique pour piano n'était pas appréciée en Russie et sa définition de certaines de ses musiques comme mélodéclamation était ridiculisée. il a également utilisé la technique vocale du sprechstimme qui signifie chanson parlée. Humperdinck l'avait utilisé très brièvement dans son opéra Königskinder de 1897. Rebikov l'a développé avec des contrastes rythmiques étonnants.

Son Aspirir et attendre est décrit comme un tableau musical-psychogique et est son Opus 25. Ses autres drames musico-psychologiques incluent The Abyss of 1910. The Gentry's Nest (parfois appelé The Nobleman's Nest) de 1916, qui est un décor de la pièce de Tourgueniev , dans lequel les parties vocales sont basées sur la parole et la musique soutient l'action sur scène. De telles œuvres ont été décrites comme s'apparentant à la comédie musicale de film. La partition présente les détails de tous les personnages et tous les détails des décors requis.

Les opéras incluent La Femme au poignard de 1911, Alpha et Omega, avec un livret du compositeur, également de 1911, et Narcisse basé sur les Métamorphoses d'Ovide.

En 1909, Rebikov est arrivé à Yalta en Crimée, créant une école de musique. Il est devenu irrité contre d'autres compositeurs qui lui ont volé ses idées, ce qu'ils ont clairement fait et en conséquence, il a connu une renommée conséquente.

Il décède le 4 août 1920 à Yalta. Il a été oublié et ridiculisé et ces injustices doivent être réparées.
Revenir en haut Aller en bas
joachim
Admin
joachim

Nombre de messages : 22478
Age : 75
Date d'inscription : 19/08/2006

Vladimir Rebikov (1866-1920) Empty
MessageSujet: Re: Vladimir Rebikov (1866-1920)   Vladimir Rebikov (1866-1920) Empty2021-07-18, 19:14

Autour du Monde, 18 pièces op. 9



https://www.youtube.com/watch?v=S_JND2WnI3E

Russie
1. Au village 0:00
2. Fête villageoise 1:45
3. Le départ 2:23

Autriche
4. Cracovie 4:00 (Nice Schumann middle part??)
5. Vienne 5:08 (WALTZ)

Italie
6. Le chant du gondolier 6:19
7. Tarantella 8:09
8. Dans la grotte d'azure 9:20 (could be a video game soundtrack, kingdom hearts etc.)

France
9. La revue 11:28 (Couperin maybe?)

Espagne
10. Seguidillas 12:19

Amérique
11. Yankee 13:52 (Shoo bi duu bi shoo bi duu ....)

Japon
12. Siang keang long 15:48 (Nice improvisatoric feel to it)

Chine
13. Siao-pa-soh 17:10
14. Moa keang hong 18:11
15. Pontzi 19:16

Inde
16. Hindustani natch 20:24

Turquie
17. Derviche 22:32

Russie
18. De retour 25:00


Commentaire du pianiste :

Ces 18 pièces ont été composées en 1898 et présentent des compositions qui représentent principalement des aspects culturels des pays Russie, Autriche, Italie, France, Espagne, Amérique, Japon, Chine, Inde et Turquie. J'aime que la plupart des morceaux ne sonnent pas trop clichés mais aient une expression propre, crédible et naturelle. J'ai tout au plus été surpris par les pièces du Japon, de Turquie et de Chine. Je pense que Rebikov s'est vraiment inspiré des cultures et a appris les principaux aspects. J'aime le plus les pièces Vienne, Dans la grotte d`azure, Seguidillas, Siang keang long, Pontzi et Derviche. Dans le dernier morceau, je peux vraiment imaginer les derviches danser, comme en transe, avec des vêtements volants au milieu. Vu dans le contexte, j'aime aussi le dernier morceau. Pour moi, cela montre une belle ambivalence entre être de retour à la maison, être épuisé et être simplement super heureux de toutes les expériences incroyables du monde. La fin crie de joie, pour moi.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Vladimir Rebikov (1866-1920) Empty
MessageSujet: Re: Vladimir Rebikov (1866-1920)   Vladimir Rebikov (1866-1920) Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Vladimir Rebikov (1866-1920)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Toutes les musiques du monde :: Musique classique :: Les compositeurs-
Sauter vers: