Forum sur la musique classique
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  Connexion  

Partagez | 
 

 Ernesto Cavallini (1807-1874)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
joachim
Admin
avatar

Nombre de messages : 16304
Age : 71
Date d'inscription : 19/08/2006

MessageSujet: Ernesto Cavallini (1807-1874)   Sam 22 Fév - 13:15

Ernesto Cavallini est un clarinettiste et compositeur italien, né le 30 août 1807 à Milan où il est mort le 7 janvier 1874.


Ernesto Cavallini est né le 30 août 1807 à Milan. À l'âge de 10 ans, il débute ses études au conservatoire de Milan, sous la tutelle de Benedetto Carulli. Après avoir voyagé partout à travers l'Italie, il retournera à Milan afin de jouer dans le célèbre orchestre La Scala, et enseignera aussi au conservatoire. En 1842, il performera pour la Société des Concerts du Conservatoire, à Paris, et il fut élu membre de l'Académie des Beaux-Arts. Cette même année, ainsi qu'en 1845, on put aussi entendre le clarinettiste à la London Philharmonic Society.
En 1852 il a été invité à l'orchestre de l'Opéra italien de Saint-Pétersbourg. Trois ans plus tard, il devint soliste du Théâtre impérial russe. Il conserva son poste pendant 15 ans, en plus d'être professeur de clarinette au Conservatoire de Saint-Pétersbourg à partir de l'année 1862. En 1870, il retourna à Milan, où il fut professeur au conservatoire de 1870 jusqu'à sa mort, le 7 janvier 1874.


Cavallini a composé plusieurs morceaux de concert.
On lui doit notamment une Fantaisie sur des motifs de La Sonnambula de Bellini, pour clarinette et orchestre ou clarinette et piano. Il a aussi écrit des études pour la clarinette et on lui doit la première méthode éditée en Russie, pour cet instrument. Malgré le fait qu'il jouait avec une clarinette à 6 clés, sa technique était si brillante que le célèbre clarinettiste anglais Henry Lazarus le surnommera "le Paganini de la clarinette". Giuseppe Verdi l'appréciait aussi beaucoup ; c'est d'ailleurs pour Cavallini qu'il a écrit le solo au début du troisième acte dans La forza del destino.


30 Capricci - publ. de Ricordi (30 Caprichos de Cavallini - Livro de exercícios que é utilizado até os dias de hoje, tendo suas musicas gravadas em CDs e Videos.
Adagio e Tarantella pour clarinette et piano- publ. de Ricordi
Adagio Sentimentale - publ. de Southern Music Company
Carnovale - publ. de Emerson Edition
Douze Etudes - publ. de Alphonse Leduc
La Calma (Romanza senza parole) - publ. de Lazarus Edition
Serenata (three Grand Duets for two clarinets) - publ. de Breitkopf & Hartel
Andante e variazioni sopra un tema di Mercadante
Canto Greco
Elegie
Fiori Rossiniani - Capriccio su motivi Opere di Gioacchino Rossini pour clarinette et piano
Lontano dalla patria - Romanza
Variazioni copra un sema di Bellini nell'opera La Straniera pour clarinette et piano
Morceaux de salon op 124
La Bacana pour 2 clarinettes et piano
2 Concertos pour clarinette et orchestre, en mi bémol majeur et en ut mineur
Fantaisie sur des motifs de la Somnambule de Bellini
Variations sur la romance russe "Oh! dites lui", de Mme la Princesse L Kotschoubey
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 10973
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Ernesto Cavallini (1807-1874)   Dim 4 Sep - 17:12

C'est bien la peine d'ouvrir un topic sur un compositeur si c'est pour le laisser lettre morte. Laughing Je serais étonné, Joachim, si tu me disais que tu n'as pas encore écouté le cd paru chez CPO réunissant plusieurs oeuvres d'Ernesto Cavallini, les Concertos pour clarinette et orchestre n°1 & 2, la "Fantaisie sur des motifs de la Somnambule de Bellini" et les "Trois Variations sur la Romance russe <Oh! Dites lui> de Mme la Princesse L. Kotschoubey", par le clarinettiste Giuseppe Porgo, "Norddeutsche Philharmonie Rostock" sous la direction de Johannes Moesus. En tout cas, pour ma part, je vais les écouter dans un avenir très proche et serai donc le premier à dépoussiérer ce topic. Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
joachim
Admin
avatar

Nombre de messages : 16304
Age : 71
Date d'inscription : 19/08/2006

MessageSujet: Re: Ernesto Cavallini (1807-1874)   Dim 4 Sep - 19:48

Icare a écrit:
C'est bien la peine d'ouvrir un topic sur un compositeur si c'est pour le laisser lettre morte. Laughing Je serais étonné, Joachim, si tu me disais que tu n'as pas encore écouté le cd paru chez CPO réunissant plusieurs oeuvres d'Ernesto Cavallini, les Concertos pour clarinette et orchestre n°1 & 2, la "Fantaisie sur des motifs de la Somnambule de Bellini" et les "Trois Variations sur la Romance russe <Oh! Dites lui> de Mme la Princesse L. Kotschoubey", par le clarinettiste Giuseppe Porgo, "Norddeutsche Philharmonie Rostock" sous la direction de Johannes Moesus. En tout cas, pour ma part, je vais les écouter dans un avenir très proche et serai donc le premier à dépoussiérer ce topic. Very Happy

Je suppose que c'est ce CD :



Si, je l'ai depuis le début de l'année, j'ai oublié d'en parler. Sans doute parce qu'il ne m'a pas emballé particulièrement.

Je n'aime pas trop la virtuosité en général, qui ne sert qu'à faire briller le soliste, et Cavallini, dans ces oeuvres, l'utilise au point qu'en en oublie l'orchestre (à part évidemment dans les préludes d'ouverture), et ça en devient lassant. Du coup je suis en train de le réécouter pour voir si je suis toujours du même avis.  Wink

édit : j'ai donc réécouté la moitié du CD, je reste du même avis : on n'entend presque que la clarinette, et même si j'adore cet instrument, trop c'est trop... Cartielleri, Weber, Yost, Xavier Lebevre, c'est plus passionnant )
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 10973
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Ernesto Cavallini (1807-1874)   Dim 4 Sep - 20:44

Ce n'est pas la première fois que tu fais cette observation/critique, et j'en déduis donc qu'à ton oreille l'orchestre prime sur le soliste, même dans un concerto, ce qui laisse supposer que tu préfères, dans l'absolu, la forme symphonique à la forme concertante alors que pour moi c'est justement l'inverse: je préfère généralement écouter des concertos que des symphonies. Toutefois, si la virtuosité peut être souvent un vecteur d'émotion et même d'excitation à mon oreille, elle peut aussi m'exaspérer lorsque je la juge excessive et omniprésente. Encore une fois, il s'agit de bonne proportion, sachant que cette appréciation varie selon les sensibilités et les quêtes de chacun...Je verrai bien si les Concertos pour clarinette de Cavallini me plairont ou si, comme toi, je serai lassé par une omniprésence du soliste. Affaire à suivre, donc... Wink
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 10973
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Ernesto Cavallini (1807-1874)   Mer 7 Sep - 21:08

Il y a quelques heures, j'ai écouté pour la première fois le Concerto pour clarinette et orchestre n°1 et la Fantaisie sur des motifs de la Somnambule de Bellini. Je ne peux que marquer mon désaccord avec toi, joachim. Il est vrai que la clarinette est très présente dans le premier concerto de Cavallini mais dans une très grande fluidité de jeu. Je n'ai d'ailleurs rien subi de sa virtuosité. Puisque tu as amorcé la comparaison avec Cartellieri, je trouve que les thèmes mélodiques sont beaucoup mieux dessinés et accrocheurs chez Cavallini que dans les quatuors pour clarinette et trio à cordes de Cartellieri. J'ai davantage été captivé par la prose du premier, une musique que j'ai trouvée bien plus émouvante. Comme je l'ai déjà dit, celle de Cartellieri je pourrais l'écouter en faisant autre chose, alors qu'avec celle de Cavallini, je suis davantage happé, il y a des passages que je trouve même magnifiques. L'omniprésence de la clarinette ne m'a pas dérangé du tout, au contraire, je la trouve même ludique et intéressante la plupart du temps, sans baratin. Si l'orchestre m'a effectivement paru soumis dans la plus grande partie du concerto, il y a toutefois ces petits moments où le soliste lui laisse le devant de la scène. C'est encore plus vrai dans la Fantaisie qui n'est pas un concerto. Il y a un passage avec clarinette que j'ai trouvé vraiment superbe...

Je m'en vais découvrir le Concerto pour clarinette et orchestre n°2 et les Trois variations sur la Romance russe "Oh! Dites lui" de Mme la Princesse L. Kotschoubey. Allez hop!


Dernière édition par Icare le Ven 27 Jan - 12:25, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 10973
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Ernesto Cavallini (1807-1874)   Mer 7 Sep - 22:19


Et bien voilà, c'est fait! Very Happy Ce que je peux déjà dire de cette première impression c'est que je serai bien incapable de dire lequel des deux concertos je préfère entre le Premier et le Second: je les aime beaucoup tous les deux. Ca c'est le résultat peut-être provisoire d'une première écoute. J'ai toutefois remarqué que le Concerto pour clarinette n°2 est différent du N°1. Ce qui les différencie c'est que le N°2 offre un plus grand espace d'expression à l'orchestre. D'ailleurs, dans le premier mouvement, la délicieuse clarinette de Giuseppe Porgo met un moment avant d'entrer en scène, l'orchestre imposant, à lui seul, un ample et intense "Andante". Néanmoins, ce n'est pas un élément qui va me le faire préférer au premier, je dirais justement que la clarinette garde malgré tout le même caractère ensorceleur. Elle m'envoûte complètement et un orchestre plus souvent présent et généreux n'arrivera pas à me détourner de son jeu élégant et enchanteur. Ceci étant dit, bien qu'étant dans l'incapacité d'émettre une préférence pour l'un ou l'autre, peut-être que dans le N°2 les rôles respectifs du soliste et de l'orchestre sont plus équilibrés que dans le N°1 qui, lui, dans l'absolu, m'a peut-être un peu plus ému...Affaire à suivre!...Les Trois variations sur la Romance russe..., également pour clarinette et orchestre, m'ont aussi bien plu pour des raisons similaires. Voilà en tout cas un achat que je ne regrette pas!
Revenir en haut Aller en bas
joachim
Admin
avatar

Nombre de messages : 16304
Age : 71
Date d'inscription : 19/08/2006

MessageSujet: Re: Ernesto Cavallini (1807-1874)   Jeu 8 Sep - 10:21

M'aurait étonné qu'on soit du même avis Hehe

C'est vrai que trop de virtuosité m'ennuie, qu'on a du mal à ne serait-ce qu'à saisir les thèmes. Idem pour le violon, le piano, la flûte...

Ceci dit, je n'ai pas écrit que Cavallini était moche, seulement que je préférais Cartellieri Laughing

Icare a écrit:
Ce n'est pas la première fois que tu fais cette observation/critique, et j'en déduis donc qu'à ton oreille l'orchestre prime sur le soliste, même dans un concerto, ce qui laisse supposer que tu préfères, dans l'absolu, la forme symphonique à la forme concertante alors que pour moi c'est justement l'inverse: je préfère généralement écouter des concertos que des symphonies.

C'est tout à fait vrai. Tu as sûrement remarqué que, lorsque je fais une biographie d'un compositeur, l'oeuvre que je choisis en exemple est presque toujours une symphonie ou une oeuvre purement orchestrale.
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 10973
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Ernesto Cavallini (1807-1874)   Ven 27 Jan - 11:20

Après la clarinette très classique et divertissante de Cartellieri et celles plus "illuminées" de Fabien Tehericsen, je suis revenu sur le Concerto pour clarinette et orchestre n°1 et la Fantaisie sur des motifs de la Somnambule de Bellini d'Ernesto Cavallini. Mon désaccord avec Joachim ne fait que se creuser un peu plus car mon ressenti est tout aussi positif que le précédent. Je suis bien plus que simplement diverti par cette musique, je suis juste émerveillé. Autour d'une discussion sur notre cher Haydn, nous avions évoqué l'expression de la joie qui émanait d'une bonne partie de son oeuvre. Et bien c'est justement, en grande partie, cette expression de la joie qui m'émerveille dans ces deux oeuvres d'Ernesto Cavallini: c'est une musique particulièrement optimiste, vivante, positive et joyeuse, transmise tout d'abord par la clarinette de Giuseppe Porgo superbement mise en valeur, quasi-transcendée par des thèmes mélodiques de caractère et une expression de la joie qui m'est contagieuse, cette fois. Allez, allez, me voilà tout engaillardi pour écouter la suite! Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 10973
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Ernesto Cavallini (1807-1874)   Ven 27 Jan - 12:23

La suite ce fut le Concerto pour clarinette et orchestre n°2 et Trois Variations sur la Romance russe "Oh dites lui" de Mme la Princesse L. Kotschoubey également pour clarinette et orchestre et toujours par Giuseppe Porgo, le "Norddeutsche Philharmonie Rostock" sous la direction de Johannes Moesus. Je ne vois pas ce que je pourrais rajouter sur l'enthousiasme que me procure ces oeuvres, si ce n'est corroborer mon ressenti qui est exposé quelques commentaires plus haut. Je n'ai pas envie de choisir entre le concerto n°1 et le N°2 étant donné que je pense les aimer autant, le second étant peut-être moins joyeux que le premier, encore que...il a ses moments festifs. J'aime aussi beaucoup les "Trois Variations...". La "Fantaisie" est peut-être, cette fois-ci, l'oeuvre qui m'a le plus touché. En tout cas voilà un disque CPO que je suis très content d'avoir tenté et qui me rapproche émotionnellement un peu plus de cette période.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Ernesto Cavallini (1807-1874)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Ernesto Cavallini (1807-1874)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Toutes les musiques du monde :: Musique classique :: Les compositeurs-
Sauter vers: